Accueil / A C T U A L I T É / Russia-Gate ? Trump a osé congédier le directeur du FBI James Comey !

Russia-Gate ? Trump a osé congédier le directeur du FBI James Comey !

Donald Trump a congédié James Comey, directeur du FBI, quelques jours seulement après que ce dernier ait témoigné à la commission d’enquête du Sénat concernant le piratage et l’ingérence de la Russie durant la campagne électorale et sur les liens des proches de l’équipe Trump avec la Russie.

 

James Comey se trouvait à Los Angeles, lorsqu’il aurait appris son congédiement par la télévision.  Il aurait tenté d’utiliser sa carte d’accès et celle-ci avait déjà été désactivée!

Donald Trump, « monsieur Make America great again », par le biais de son porte-parole Sean Spicer, monsieur « même Hitler n’a pas utilisé d’armes chimiques », a fait annoncer le congédiement de James Comey, arguant qu’il avait agi sur recommandations du député Rod Rosenstein et du procureur général Jeff Sessions, après que tous deux lui aient fait parvenir une lettre à cet effet.  Donald Trump aurait alors pris la décision de limoger James Comey sur le champs…

La lettre de Donald Trump à James Comey, dont Sean Spicer a fait mention, stipulait entre autres:

 

« YOU ARE NOT ABLE TO EFFECTIVLY LEAD THE BUREAU »

« YOU ARE HEREBY TERMINATED AND REMOVED FROM OFFICE, EFFECTIVE IMMEDIATLY »

 

Message de Donald Trump suite au congédiement de James Comey:

« TODAY WILL MARK A NEW BEGINNING »

« FBI NEEDS LEADERSHIP THAT WILL RESTORE PUBLIC TRUST »

 

James Comey à la Maison Blanche le 22 janvier 2017

Le 2 mai dernier, Donald Trump s’entretenait au téléphone avec Vladimir Poutine et le lendemain, 3 mai, James Comey était entendu à la Commission d’enquête du Sénat concernant les preuves d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle.

 

Le 22 janvier dernier, deux jours après son investiture, Donald Trump le recevait à la Maison Blanche, trop heureux de rencontrer celui qui avait pu nuire à l’élection d’Hillary Clinton et de le reconduire à la tête du FBI.

 

Mardi soir, tous les intervenants étaient sous le choc.  La plupart étaient unanimes:  il s’agit d’un geste totalement répréhensible dans les circonstances, lequel laisse présager un chaos politique et social.

 

Selon toutes évidences, Donald Trump aurait pris cette décision car il sentait l’étau se resserrer sur lui. Le sénateur Ed Markey l’a dénoncé avec conviction.  Selon lui, il n’y a aucun doute.  Il était visible secoué en déclarant qu’il s’agissait d’un jour honteux pour l’Amérique.

 

Le 31 mars dernier, Donald Trump avait congédié Sally Yates, procureur générale intérimaire, après qu’elle eut refusé de défendre devant les tribunaux le controversé décret sur l’immigration et les réfugiés.  Madame Yates a été interrogée hier par les commissaires, au sujet des liens de Michael Flynn avec la Russie.  En mars dernier, le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara, a annoncé avoir été brutalement démis de ses fonctions par le nouveau gouvernement de Donald Trump, après avoir refusé de démissionner la veille de son renvoi.  Aujourd’hui le directeur du FBI James Comey a été congédié une semaine après avoir témoigné à la commission du Sénat et le jour même de l’envoi de citations à comparaître dans le cadre de l’enquête visant Michael Flynn et des membres de l’équipe de Donald Trump!  En soirée, les médias étaient à tenter d’obtenir plus de détails concernant ces citations à comparaître (subpoenas) et les personnes qu’elles visaient, soupçonnant à juste titre qu’elles puissent avoir été l’élément déclencheur du renvoi pur et simple de James Comey!

 

Pour ajouter à l’ignominie de la situation, les médias apprenaient en soirée que Donald Trump rencontrera Sergei Lavrov à la Maison Blanche… ce mercredi !

 

Mise à jour: Arrivée de Sergei Lavrov à la Maison Blanche, en compagnie de Rex Tillerson. A la question d’une journaliste s’adressant à Rex Tillerson au sujet du congédiement du directeur du FBI James Comey, Sergei Lavrov intervient en blaguant:  « Was he fired ? You’re kidding… »

 

Les américains ont un sérieux problème.  Plus de cent jours après l’investiture de Donald Trump, peu d’américains ont réalisé qui était exactement ce président à la Maison Blanche et de quoi il était capable. Les voilà entraînés dans une spirale infernale dont ils n’ont ni le temps ni les moyens de se sortir efficacement avant qu’elle ne fasse plus de ravages, car ils se sont fait enlever la plupart des outils qui leur permettraient de le faire.  Il y a contrôle du congrès, contrôle du sénat.  Les tribunaux ne suffiront plus à la tâche et leur lenteur sera la meilleure alliée de Donald Trump.

 

USA:  La naissance d’un reich ?

USA: la naissance d’un Reich ?

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

A propos de jeux-vidéo.com (1)

Ce texte avait été écrit en 2013, date à laquelle Agoravox, où j’étais, à commencé ...

2 Commentaire

  1. avatar

    « En soirée, les médias étaient à tenter d’obtenir plus de détails concernant ces citations à comparaître (subpoenas) et les personnes qu’elles visaient, soupçonnant à juste titre qu’elles puissent avoir été l’élément déclencheur du renvoi pur et simple de James Comey! »

    Les subpoenas se confirment – Info exclusive de CNN:

    The subpoenas represent the first sign of a significant escalation of activity in the FBI’s broader investigation begun last July into possible ties between Trump campaign associates and Russia.

    http://www.cnn.com/2017/05/09/politics/grand-jury-fbi-russia/

  2. avatar

    Arrivée de Sergei Lavrov à la Maison Blanche, en compagnie de Rex Tillerson. A la question d’une journaliste s’adressant à Rex Tillerson au sujet du congédiement du directeur du FBI James Comey, Sergei Lavrov intervient en blaguant: « Was he fired ? You’re kidding… »