Accueil / A C T U A L I T É / Russia-Gate: le département de justice sort la laisse !

Russia-Gate: le département de justice sort la laisse !

Ce mercredi, le département de justice des Etats-Unis a nommé un Conseil spécial, dirigé par Robert Mueller, ancien directeur du FBI.  Il aura l’autorité nécessaire pour couvrir tous les aspects de l’enquête en cours, dont celle d’interroger Donald Trump, mais aussi celle d’empêcher qu’il y ait obstruction à l’enquête de la part de quiconque, incluant le président des USA.

Il semble que toute tentative d’interférer dans l’enquête et les procédures en cours, pourra être sanctionnée, ce qui n’a pu être le cas lors du congédiement de James Comey par Donald Trump, même si majoritairement les américains sont convaincus qu’il s’agissait d’une tentative du gouvernement Trump de freiner l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans les élections américaines et sur les liens de membres de son gouvernement avec la Russie.

Le département de justice n’a avisé la Maison Blanche qu’une fois la décision prise et le Conseil instauré.

L’étau se resserre sur Donald Trump.  Il vient de perdre tout contrôle sur cette enquête et toute action de sa part pour interférer d’une quelconque manière pourra être condamnée.

Il était urgent et nécessaire qu’un levier de pouvoir puisse intervenir et rétablir les principes de démocratie que Donald Trump a fait voler en éclat à plusieurs reprises.  C’est fait.  La ligne rouge de la confiance envers son gouvernement a été franchie.  Les chiens de garde montrent les dents et peuvent mordre dorénavant.

CentPapiers

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

Ce capitalisme qui doit tout à La Réforme

La Réforme a cinq siècles. Elle a transformé l’économie européenne et a largement contribué à ...

3 Commentaire

  1. avatar

    L’intéressé ne devrait pas tarder à parler de complot. Ce que le département de justice a fait était la seule façon efficace de protéger l’enquête en cours et de forcer son sain déroulement. Le gouvernement Trump disposait de trop de moyens pouvant entraver l’enquête (majorité républicaine au congrès, au sénat, allocation de budgets à l’enquête).

    Bien qu’il semble habitué à la controverse qu’il suscite, il devrait cette fois trouver la situation nettement plus inconfortable. On vient de lui retirer beaucoup de liberté. Il serait étonnant qu’il se soumette docilement. A quoi s’attendre de sa part maintenant est la question.

  2. avatar

    Ceux qui croient encore que la démocratie américaine existe n’ont aucune idée du concept « Démocratie ». Aussitôt qu’on triche une élection, la démocratie disparait. Aussitôt qu’on affirme qu’une élection fut trichée, la démocratie disparait. Aussitôt que des « non-élus » recoivent des pouvoirs égaux ou supérieurs aux « élus », il est clair qu’il n’y a plus de démocratie mais d’une main-mise d’une olygarchie. La « Politique » est la science de tellement mêler les cartes que personne ne s’y retrouve; et le mot important ici est « Personne ».

    Le fait devient donc qu’aussitît que personne ne s’y retrouve, on peut être assuré que la démocratie est disparue.

    • avatar

      Effectivement la démocratie est absente, sauf sur les lèvres, dans plusieurs pays qui prétendent pourtant la pratiquer. Toutefois, en protéger les principes (en appeler de mécanismes autrefois établis pour la garantir) permet de ne pas l’enterrer définitivement. A défaut de restaurer une démocratie en cavale, ils permettent de faire barrage à des dérives malsaines. Je pense que dans le cas de Trump, on cherche ultimement à protéger la constitution.

      Trump n’a perdu aucun pouvoir. Seulement la face pour l’instant car sa présidence est tout de même en jeu.

      Bonne soirée!