Accueil / T Y P E S / Chroniques / Rien de cach? qui ne soit r?v?l

Rien de cach? qui ne soit r?v?l

OSCAR FORTIN : Personne ne peut pr?tendre couvrir enti?rement tout ce qui a marqu? l?ann?e 2013. Tout bilan demeurera partiel et partial en fonction des pr?occupations et des int?r?ts de son auteur.? Bien conscient de ces limites, je me risque ? faire mon propre bilan de cette ann?e qui prendra fin le 31 d?cembre 2013 ? 24?h.?

La v?rit? est en marche et ne pourra pas ?tre arr?t?e (E.Snowden)?

Un des ?v?nements des plus transcendants de cette ann?e 2013 est sans nul doute l?ampleur qu?a prise la divulgation des documents secrets des ?tats-Unis couvrant toutes ces communications des chefs d??tat et de gouvernements. Ce qui me frappe le plus, dans toutes ces op?rations de divulgation des secrets d??tat, ce sont les auteurs de ces fuites. Des jeunes, fin de la vingtaine, d?but de la trentaine, qui ont d?cid? d?agir par motifs de conscience. Je vous invite ? lire sur chacun de ces auteurs dont la feuille de route a de quoi impressionner.

Le premier ? s??tre manifest? est ce jeune militaire, Bradley Manning, qui aurait refil? ? WikiLeaks des informations, entre autres, sur les tueries gratuites de civils effectu?es par des soldats en Afghanistan. Fait prisonnier, tortur?, il fut finalement accus?, quelques ann?es plus tard, soit en 2013, d?aide ? l?ennemi. Il sera condamn? ? 35 ans de prison. Voici ici le commentaire qu?a fait Julian Assange en r?f?rence ? cette sentence.?

Le second est justement Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks. Mieux connu pour avoir fait ? plusieurs reprises la une des m?dias. R?fugi?, depuis 2012, ? l?ambassade de l??quateur ? Londres, il y est toujours, le gouvernement d?Angleterre lui refusant un saufconduit pour se rendre dans son pays d?adoption qu?est devenu l??quateur. De l?, il poursuit ses activit?s. Il aura suivi et accompagn? de tr?s pr?s les activit?s et les d?placements d?Edward Manning.

?? Le troisi?me est pr?cis?ment Edward Snowden qui a fait les manchettes pendant une bonne partie de l?ann?e. Il est celui qui a donn?, pour ainsi dire, une ?me, une direction ? cette grande op?ration de mise ? jour de ce qui se passe derri?re les rideaux de ceux et celles qui parlent au nom des peuples tout en ayant toujours plus ? leur cacher qu?ils en ont ? leur dire. Il a exprim? cette ?me et cette direction dans une phrase proph?tique ??la v?rit? est en marche et ne pourra pas ?tre arr?t?e??.?

La quatri?me personne, beaucoup moins connue, mais combien importante pour cette grande op?ration de mise ? d?couvert de l?hypocrisie et des mensonges qui se cachent derri?re ces gouvernements aux visages ang?liques. Elle s?appelle Sarah Harrison. Elle est la sp?cialiste au service des lanceurs d?alerte. Une femme qui agit dans l?ombre, mais dont l?instinct et l?intelligence lui ont permis de d?jouer les services secrets de Londres pour conduire Julian Assange ? l?Ambassade de l??quateur. Elle en fit tout autant avec Edward Snowden, d?jouant les services d?intelligence ?tasuniens pour le conduire jusqu?en Russie.?

L? o? les consciences s??veillent, les peuples se prennent en main?

On ne peut passer sous silence le d?c?s d?Hugo Chavez, ce pr?sident ? la stature d?un Bolivar, d?un Marti. Sa grandeur, comme homme et chef d??tat, est inversement proportionnelle ? la haine qu?ont mise ses ennemis pour le diaboliser et s?en d?barrasser. ? moins de 40 minutes de son d?c?s, le 5 mars 2013, j?avais eu ces mots qui m??taient venus comme une source jaillissante. Pendant plus de trois jours, des millions de personnes ont d?fil? devant son cercueil pour lui dire tout leur amour. Le passage de Chavez au milieu de son peuple et sa pr?sence dans cette humanit? d?bordant les fronti?res de son pays n??tait pas le fruit du hasard ou d?une propagande bien orchestr?e. Chavez cumulait en lui un engagement radical pour la justice au service des plus d?munis, des plus pauvres, des plus domin?s et exploit?s. Chavez a donn? un sens ? cette marche des peuples pour leur lib?ration. Son successeur, Nicolas Maduro, poursuit sous cette m?me lanc?e.

Il en va de?m?me pour cette victoire ?clatante de cet autre grand leader de l??quateur?et de l?Am?rique latine, Rafael Correa. En d?pit des 80 millions de dollars investis par Washington et d?autres dizaines de millions par des multinationales p?troli?res d?sireuses de se d?barrasser des poursuites contre elles, Correa remporta la pr?sidentielle avec une forte majorit? et une participation record de l??lectorat ?quatorien. Le pape Fran?ois au sortir de sa rencontre avec le pr?sident Correa lui dit?: je vous vois comme une laitue fra?che. Correa porte en lui, entre autres, la fra?cheur, l?intelligence, le courage, la d?termination.?

Que dire maintenant, d?Evo Morales, pr?sident de ce petit pays, la Bolivie, dont une grande partie de sa population vit sur les hauts plateaux de la cordill?re des Andes, pendant longtemps, le plus pauvre de l?Am?rique latine? Voil? qu?il vient de mettre en orbite le premier satellite ??Tupac Katari??. Un ?v?nement transcendant pour ce pays des Mayas qui passe aux technologies de l?espace pour ses t?l?communications avec le monde. ? ceci s?ajoute, au niveau de son ?conomie interne, une croissance qui atteint 6,5% pour 2013.

L?Afrique vient de perdre son ic?ne, en la personne de Nelson Mandela et le monde, une r?f?rence, utilis?e selon les convenances de chacun. Sa mort, au-del? de la couverture mondiale qui le pla?a au sommet, a donn? lieu, ?galement ? un examen de conscience de tout ce qu?a v?cu cet homme avant, pendant et apr?s ses 26 ann?es pass?es en prison. Je voudrais attirer votre attention sur trois interventions qui m?apparaissent particuli?rement significatives. La premi?re est celle de son grand ami, Fidel Castro. La seconde celle de Luis Basurto qui se demande pourquoi l?Occident adore Mandela. La troisi?me, parle de la seconde mort de Mandela. Des points de vue critiques que nos m?dias se sont bien gard?s de relever. Je vous laisse le soin d?en appr?cier vous-m?mes la valeur.

L??tat du Vatican et l??glise avec la d?mission de Beno?t XVI et l?arriv?e du pape Fran?ois sont soumis ? de fortes bourrasques. Le nouveau pape a laiss? de c?t? les apparats royaux pour se rapprocher de plus en plus des humbles et des pauvres de la terre. Il a ?galement choisi de placer en toute premi?re ligne l?esprit du message ?vang?lique, le substituant ? celui de la doctrine qui y occupait pratiquement toute la place. Ces changements d?attitudes sur la forme et les contenus r?jouissent la grande majorit? des croyants. Si le mouvement poursuit sa route en ce sens, le peuple de Dieu y retrouvera sa libert? et redeviendra un signe vivant des nouveaux paradigmes du r?gne du P?re sur terre. Je vous r?f?re ? un article r?cent sur le regard du pape Fran?ois en relation ? l??glise et au monde.

Des n?gociations de paix qui r?v?lent la tricherie des uns et la bonne foi des autres?

Depuis 2012, des n?gociations de paix sont entam?es tant pour la Syrie que pour la Colombie. Dans ce dernier pays, le conflit dure depuis plus de 50 ans. En Syrie, le conflit est tout r?cent et de nature fort diff?rente. Je voudrais relever, sans m?y ?tendre, les comportements des divers acteurs, parties au conflit, dans ces n?gociations.

En Colombie, Les forces arm?es r?volutionnaires et le gouvernement ont convenu d?une feuille de route et d?un encadrement pour amorcer et mener ? bien ces? ces n?gociations. Les partis se rencontrent en territoire neutre, Norv?ge et Cuba, et sont assist?s par des conseillers de pays de l?Am?rique latine, le Chili pour les n?gociateurs colombiens et le Venezuela pour les n?gociateurs des FARC-EP.? D?s les premi?res rencontres les repr?sentants des FARC-EP ont demand? au gouvernement un cesser le feu complet de part et d?autre pour la dur?e de ces n?gociations. Cette offre a ?t? rejet?e par le gouvernement qui a m?me promis d?accentuer sa lutte contre ces terroristes. N?emp?che ce refus, la FARC-EP a d?cid? par la p?riode des F?tes de No?l et du Jour de l?An, un cess? de feu unilat?ral.? Les revendications des r?volutionnaires ne portent pas sur le d?part du pr?sident Santos, mais sur les conditions de vie des paysans et des victimes du saccage des terres et de leurs villages. Ils r?clament une nouvelle constitution du peuple pour le peuple ? travers les institutions d?mocratiques existantes.? Cette n?gociation de paix occupe tr?s peu de place dans les m?dias meanstream. La bonne volont? des n?gociateurs FARC-EP n?est jamais relev?e, par plus que la nature de leurs revendications.? Le pr?sident Santos demande ? ses coll?gues latino-am?ricains de ne pas s?immiscer dans ce processus de paix qui doit trouver sa solution ? l?interne.??

En Syrie, la situation est toute autre. Le conflit est apparu dans la foul?e des r?volutions arabes dont nous connaissons maintenant les principaux promoteurs et acteurs. Ce qui s??tait pass? en Libye devait surgir en Syrie. Bien que ces conflits aient eu des composantes internes au pays, les principaux acteurs ?taient surtout de l?ext?rieur. Ce ne sont plus des luttes pour assurer plus de justice, de d?mocratie, de libert?, mais des luttes pour le pouvoir et les richesses.? Dans ces r?volutions arabes, les principaux protagonistes sont les ?tats-Unis avec l?OTAN, ?troitement associ?s, en cela, avec les pays arabes qui partagent avec eux les m?mes objectifs. Ils apportent financement, armes, manipulation de l?opinion publique et tout ce qui va avec?: mensonges, hypocrisies, tricheries, etc.? La Russie avec plus d?insistance et la Chine en appui ont favoris? le respect du droit international ainsi que celui de la Syrie dans ses pr?tentions de pays ind?pendants et souverain.? Les premi?res demandes de ces r?volutionnaires ont ?t? la d?mission imm?diate du Pr?sident Al Assad et le cesser le feu unilat?ral de la part du gouvernement.? Nous sommes ?videmment dans un contexte bien diff?rent de celui qui pr?vaut dans les n?gociations de paix entre le Gouvernement colombien et les FARC-EP. Dans le premier cas, ce sont des forces externes bien d?finies et des forces internes plut?t ind?finies regroup?es dans une arm?e appel?e ??arm?e syrienne de lib?ration?? qui veulent tout d?cider, sans le peuple, tant du gouvernement en place que de la gouvernance ? venir. Dans le second cas, celui de la Colombie, il s?agit d?un groupe r?volutionnaire interne au pays, bien d?fini qui r?clame une nouvelle constitution ? l?image du peuple colombien et une d?mocratie qui en refl?te les volont?s.?

Le pr?sident Bachar al Assad a fait parvenir tout derni?rement une lettre au pape Fran?ois. Question de nettoyer le paysage de l?information du brouillard dont il peut ?tre envelopp?.? Je termine ce survol bien subjectif de ce qui m?a particuli?rement marqu? tout au long de cette ann?e 2013.?

IL ne me reste plus qu?? vous souhaiter une Bonne et Heureuse Ann?e 2014 avec un regard toujours plus critique sur les ?v?nements qui viennent ? nous au quotidien.?

Oscar Fortin Qu?bec, le 31 d?cembre 2013? http://humanisme.blogspot.com? ?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Thanatopracteur, un métier méconnu

Comme chacun sait, l’activité économique est par nature fluctuante. Tôt ou tard, tous les secteurs ...