Accueil / T Y P E S / Chroniques / Richard Martineau, le suicide et la cigarette

Richard Martineau, le suicide et la cigarette

Raymond Viger?? Dossier?Suicide

L?Agence France-Presse publiait le 8 janvier les r?sultats d?une ?tude soulignant qu?il existerait un lien entre le tabagisme et le risque suicidaire.

Les r?sultats mentionnent, apr?s avoir suivi plus de 3000 jeunes pendant plus de 3 ans, que 15% des non-fumeurs ont eu des pens?es suicidaires, 20% chez les fumeurs occasionnels et 30% chez les fumeurs d?pendants. La tendance se maintient aussi lorsqu?on regarde les tentatives de suicide. 0,6% pour les non-fumeurs, 1,6% pour les fumeurs occasionnels et 6,4% pour les fumeurs d?pendants.

Et voil? M.?Martineau qui d?chire sa chemise, comme il lui arrive r?guli?rement, en mentionnant ?mais si cette ?tude est scientifique, moi, je suis le pr?sident du Congo?. D?sol? M.?Martineau, mais votre verbe vous a mont? au nez un peu trop vite et vous avez tr?s mal interpr?t? les r?sultats de cette recherche.

M.?Martineau nous pr?sente son argument choc?: ?Ce n?est pas le tabac qui pousse aux suicides, voyons, c?est l?inverse?! Plus on a des tendances suicidaires, plus on est angoiss?. Et plus on est angoiss?, plus on fume?!?

Pour tenter de vous faire comprendre ce que les scientifiques ont tent? d?exprimer dans leur ?tude, je vais vous parler ici M.?Martineau d?une part en tant qu?intervenant de crise aupr?s de personnes suicidaires et d?autre part, en tant que personne qui a d?j? fait 2 tentatives de suicide.

Premi?rement, la crise suicidaire c?est quelque chose de ponctuel dans notre vie. On ne nait pas suicidaire et on ne l?est pas n?cessairement toute notre vie. C?est vrai qu?il existe certaines personnes qui sont suicidaires chroniques, ? r?p?tition, mais ici on parle d?autre chose, on ne parle plus d?une crise suicidaire.

Il est vrai qu?un fumeur, lorsqu?il traverse une crise suicidaire est plus angoiss? et sa consommation de cigarettes, d?alcool ou de toute autre drogue risque fortement d?augmenter. Pour me donner en exemple, j?ai toujours fum? mes 3 paquets de cigarettes par jour. Lorsque je suis entr? en crise suicidaire, j?en fumais presque 5 par jour?!

Mais l??tude de ces scientifiques ne parlent pas de notre changement de consommation au moment de la crise. L??tude dit que dans le groupe de gros fumeurs, le risque suicidaire est plus grand que les fumeurs occasionnels qui lui est plus grand que ceux qui ne fument pas. Il y a une nuance ?norme entre votre interpr?tation et les r?sultats ?nonc?s.

Pour reprendre mon exemple personnel, j?ai ?t? un gros fumeur pendant pr?s de 20 ans avant de faire mes tentatives de suicide. Ce n?est pas ma crise suicidaire qui m?a fait commencer ? fumer 20 ans plus t?t. Ce n?est pas ma crise suicidaire qui a fait de moi un gros fumeur 20 ans auparavant?! L??tude tend ? d?montrer que lorsque je suis un gros fumeur, quand je traverse une crise suicidaire, je suis peut-?tre moins bien ?quip? pour passer ? travers cette crise. Je suis plus vuln?rable aux diff?rentes crises existentielles que nous devons tous traverser.

Je ne sais pas si mon explication est assez claire pour que vous la compreniez M.?Martineau. Si ce n?est pas le cas, S.V.P. avant d?affirmer ?Pas besoin d?avoir fait un post-doctorat en physique nucl?aire pour se rendre compte que cette ?tude ne tient pas debout deux secondes?, prenez donc le temps de demander ? un vulgarisateur scientifique de vous traduire cette ?tude et de vous l?expliquer.

Autres textes sur?Suicide

Forum pour personnes suicidaires

Suicide d?un ami

Processus suicidaire

Suicide de notre enfant

Richard Martineau, cigarette et suicide.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Patrick Balkany: Ne passez pas par la case départ

Tous les amateurs de Monopoly ont découvert un jour ou l’autre cette carte « caisse de ...

9 Commentaire

  1. avatar
    Renart L’éveillé

    Une autre dent (virtuelle) de moins dans la bouche de Martineau… Il va bien finir par être édenté !

  2. avatar

    Je pense que ce qu’a souligné M. Martineau est très pertinent et que c’est vous qui n’avez pas compris.

    La plupart de ceux qui se mettent à fumer sont angoissés. Et la cigarette est un moyen de pallier à cette angoisse.

    Il est donc naturel que des personnes qui fument soient dépressives. Et donc que ce n’est pas la cigarette qui cause le suicide. Cela me paraît être une abomination scientifique que de prétendre le contraire.

    Le tabagisme est reconnu comme étant une addiction, c’est à dire un comportement qui permet à la fois l’éprouvé d’un plaisir et le soulagement d’une tension interne.

    Et au contraire, dans des périodes suicidaires, dépressives ou d’angoisse, j’ai tendance, comme beaucoup d’autres à fumer plus et c’est d’ailleurs pendant une période suicidaire que j’ai commencé la cigarette.

    Un témoignage d’une jeune femme : »moi j’avais arrêter de fumer pendant 8 mois avant ma dépression et un moment donner je devais combatre la dépression et le manque de nicotine ! trop c’est trop !J’ai donc recommencé…
    J’en ai parler à mon médecin il elle m’a dit que je n’avait pas tord ! Une chose à la fois ! Il faut se tenir loin du stress ! « 

  3. avatar

    j’avais arrêter
    moment donner
    combatre
    J’en ai parler
    il elle
    je n’avait
    TROP DE FAUTES POUR SI PEU DE PHRASES……….

  4. avatar

    Mme Lorène U

    Je pourrais répondre à plusieurs points de votre argumentaire. Pour l’instant, limitons-nous à celui de Richard Martineau :

    « Plus on a des tendances suicidaires, plus on est angoissé. Et plus on est angoissé, plus on fume. »

    Même si cette affirmation est vraie, elle ne contredit aucunement ce que la recherche démontre.

    La recherche dit que si vous êtes déjà un gros fumeur votre risque de vivre une crise suicidaire plus tard dans votre vie augmente.

    Il ne faut pas regarder le changement de consommation pendant la crise, mais plutôt dans quelle catégorie de fumeurs vous vous situez.

  5. avatar

    On pourrait tout aussi bien tirer la conclusion que les fumeurs dépendants sont plus conscients que les autres fumeurs de l’état de la société, ce qui les pousse au suicide ; ou alors, que si quelqu’un pense au suicide, les dangers du tabac lui importent peu ; ou encore, que la pression bien-pensante exercée sur les fumeurs afin qu’ils cessent entraîne chez ceux-ci un sentiment de culpabilité, puis la dépression, un des facteurs du suicide.

    Ce genre d’études me fait penser à celles qui « démontrent » que les enfants Suisses mangent plus sainement que les enfants Péruviens.

  6. avatar
    François Marginean

    Je ne sais pas pour cette étude, mais je sais une chose par contre : Martineau est un être très égocentrique qui a besoin d’attirer l’attention sur sa grande personne magnifique et éblouissante, mais il est surtout pas un journaliste. À force de le lire ou d’entendre parler de lui, ça me donne des idées suicidaires…

  7. avatar

    La recherche dit aussi que si vous êtes déjà un gros fumeur votre espérance de vie est réduite à 20 ansavec un risque d’infarctusmultiplié par 6 pour une Carla et 3 pour un Nico……

  8. avatar

    Conscient des risques reliés au tabagisme, on pourrait extrapoler et dire que c’est un suicide à petit feu.

    Ce qui peut nous amener à se questionner sur la fumée secondaire qui serait un homicide ?

  9. avatar
    François Marginean

    C’est bien toute la dichotomie de notre société : on est scandalisé face au suicide rapide, mais le suicide lent, lui , n’est pas perçu comme tel : un suicide !! Bon point M.Viger !