Accueil / T Y P E S / Articles / Revalorisation de l?enseignement de l?histoire du Qu?bec – Une action l?gitime, n?cessaire et urgente

Revalorisation de l?enseignement de l?histoire du Qu?bec – Une action l?gitime, n?cessaire et urgente

9 mars 2013?|??ric B?dard – Historien et professeur (TELUQ), Robert Comeau – Historien et porte-parole de la Coalition pour l?histoire, Pierre Graveline – Directeur g?n?ral de la Fondation Lionel-Groulx et Gilles Laporte – Historien et pr?sident du Mouvement national des Qu?b?coises et Qu?b?cois |??ducation
<div>	L?enseignement de l?histoire culturelle, ?conomique et sociale, bien s?r, mais aussi de l?histoire politique, est une condition de la vitalit? d?mocratique d?une nation. Ci-dessus: l?incendie du Parlement du Canada-Uni ? Montr?al, en 1849.</div>
Photo : Mus?e McCord

L?enseignement de l?histoire culturelle, ?conomique et sociale, bien s?r, mais aussi de l?histoire politique, est une condition de la vitalit? d?mocratique d?une nation. Ci-dessus: l?incendie du Parlement du Canada-Uni ? Montr?al, en 1849.

Compos?e de nombreuses associations oeuvrant dans divers domaines, la Coalition pour l?histoire n?est pas un ? clan ?, mais un regroupement sans affiliation politique d?hommes et de femmes soucieux du bien commun, qui croient ? l?importance pour les jeunes Qu?b?cois d?avoir acc?s ? un enseignement de l?histoire de qualit?, particuli?rement de l?histoire du Qu?bec.
Les dizaines de milliers de Qu?b?coises et de Qu?b?cois et les centaines de professeurs d?histoire qui sont membres de nos associations ne sont pas des comploteurs qui veulent ? endoctriner les jeunes ? au service d?une cause politique. Pas plus que les 6300 signataires d?une p?tition d?pos?e ? l?Assembl?e nationale du Qu?bec en f?vrier 2012 demandant au gouvernement de revaloriser l?enseignement de l?histoire du Qu?bec. Pas plus que les 52 % de Qu?b?cois (59 % des francophones) qui, selon un sondage r?alis? par L?ger Marketing en mars 2012, se disent insatisfaits de l?enseignement de l?histoire du Qu?bec dans le r?seau scolaire. Pas plus que les 50 personnalit?s, dont Claude B?land, Lucien Bouchard, Fernand Daoust, Rock Demers, Ren? Derouin, Richard Desjardins, Joseph Facal, Denise Filiatrault, Micheline Lachance, Jean-Paul L?Allier, Bernard Landry, Alexis Martin, Jacques Parizeau, Pierre Karl P?ladeau, H?l?ne Pelletier-Baillargeon, Yann Perreau, Denise Robert et Julie Snyder, qui ont lanc? un appel public en ce sens en mai dernier.
Une pr?occupation l?gitime
L?exigence touchant la revalorisation de l?enseignement de l?histoire, particuli?rement de l?histoire du Qu?bec, dans notre syst?me d??ducation, ne tombe pas du ciel. Elle repose sur trois ?tudes rigoureuses, men?es par la Coalition pour l?histoire entre 2010 et 2012, qui d?montrent que cet enseignement souffre ind?niablement de graves lacunes : insuffisance de la formation des futurs enseignants d?histoire au secondaire, effacement des ?v?nements majeurs et des figures marquantes de notre histoire nationale dans les programmes (de l?avis m?me de 63 % des enseignants d?histoire au secondaire), quasi-disparition de l?offre de cours en histoire du Qu?bec au niveau coll?gial (moins de 5 % des ?tudiants suivent un cours d?histoire du Qu?bec), histoire politique du Qu?bec de plus en plus n?glig?e dans l?enseignement et la recherche universitaire.
Au vu de cette r?alit?, n?est-il pas l?gitime de s?inqui?ter quand on croit que l?enseignement de l?histoire, de l?histoire culturelle, ?conomique et sociale, bien s?r, mais aussi et tout autant de l?histoire politique, est une condition de la vitalit? d?mocratique d?une nation ? Il n?y a pas de honte ? enseigner l?histoire de sa nation. Bien s?r de fa?on non partisane. Bien entendu en exposant les diverses interpr?tations. ?videmment en d?veloppant la pens?e critique chez les jeunes.
Sans connaissance ad?quate de notre histoire nationale, de notre h?ritage collectif, comment les jeunes g?n?rations peuvent-elles exercer en toute connaissance de cause leurs droits et devoirs de citoyens ? Comment les enfants des nouveaux arrivants peuvent-ils s?int?grer pleinement ? leur soci?t? d?accueil ?
Une action n?cessaire et urgente
Dans son programme adopt? ? son congr?s de 2011, le Parti qu?b?cois a repris ? son compte les principales propositions de la Coalition pour l?histoire. Nous aurions souhait? que tous les partis en fassent autant. La premi?re ministre, Mme Pauline Marois, s?est engag?e publiquement, avant, pendant et apr?s la derni?re campagne ?lectorale, ? agir pour revaloriser l?enseignement de l?histoire du Qu?bec dans nos ?coles, c?geps et universit?s. Six mois apr?s son ?lection, n?est-il pas temps que le nouveau gouvernement, manifestant une volont? et un courage politiques assum?s, pose des gestes concrets pour atteindre cet objectif dans les meilleurs d?lais ?
S?agissant du programme au secondaire, il faut r?parer le g?chis du programme de 2006 qui avait ?t? ?norm?ment critiqu?.
Critiqu? pour sa structure : rappelons que pour un m?me contenu, le cours de 3e secondaire est chronologique alors que celui de 4e secondaire est th?matique, ce qui donne lieu ? de nombreuses redites et r?p?titions dont se plaignent les enseignants et les ?l?ves. Nous croyons qu?il faudrait r?tablir la structure chronologique et ainsi approfondir les contenus.
Critiqu? aussi pour son contenu, qualifi? par plusieurs d?? histoire javellis?e ? : des ?v?nements aussi fondamentaux que la fondation de la Nouvelle-France, la Conqu?te, les R?bellions, les conscriptions, la R?volution tranquille, les r?f?rendums sur l?avenir politique du Qu?bec ?taient soit minimis?s, soit d?pouill?s de leur sens politique.
Nous comprenons tout ? fait qu?une r?forme du programme d?histoire au secondaire ne peut ?tre concoct?e sur un coin de table ou en catimini. C?est un dossier sensible, qui n?cessite de larges consultations. Mais les objectifs du pr?sent gouvernement doivent ?tre clairs et pr?cis. S?il souhaite que les grands ?v?nements de notre histoire politique soient mieux enseign?s, le gouvernement doit agir en cons?quence. Confier ce mandat ? ceux qui ont ?t? ? l?origine du fiasco de 2006 ne nous m?nera nulle part. La ministre ne doit pas perdre la ma?trise du processus, garder le cap sur les engagements de son parti et r?pondre ainsi aux attentes de la population.
***
?ric B?dard – Historien et professeur (TELUQ), Robert Comeau – Historien et porte-parole de la Coalition pour l?histoire, Pierre Graveline – Directeur g?n?ral de la Fondation Lionel-Groulx et Gilles Laporte – Historien et pr?sident du Mouvement national des Qu?b?coises et Qu?b?cois

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les enseignants saignés

Les enseignants seraient les grands perdants dans la réforme voulue par le gouvernement, basée sur ...