Accueil / A C T U A L I T É / Retraites : Corneille en soutien de la lutte sociale

Retraites : Corneille en soutien de la lutte sociale

Il est une tirade théâtrale que chacun de nous connait pour l’avoir étudiée en classe ou entendue sur scène. Celle que prononce Don Diègue dans l’une des plus célèbres tragédies de Pierre Corneille : Le Cid. Dans le contexte de lutte sociale du moment, je me suis permis de détourner – pour la bonne cause – ce fameux monologue sous la forme d’un appel à la mobilisation de nos compatriotes contre un projet de réforme des retraites qui, en l’état, n’est pas acceptable…

Ô rage, ô désespoir, ô Président honni !

N’ai-je donc tant « bossé » que pour cette infamie ?

Que pour voir tout à coup, sous mon œil horrifié,

Au moment de partir, ma pension s’effondrer ?

Macron, qu’avec respect toute LaREM admire

Macron, qui tant de fois lui a vendu le pire,

Tant de fois juché sur le trône de son Moi,

Trahit donc les Français, et ne fait rien pour moi ?

Ô cruel souvenir des acquis du passé !

Œuvre du C.N.R.* soudain si menacée !

Nouvelle indignité, fatale à mon bonheur !

Précipice élevé d’où tombe cette horreur !

Faut-il du patronat voir triompher les comptes,

Et mourir sans ressources, ou vivre dans la honte ?

Peuple, à l’Élysée porte à présent la peur,

Chez ce suppôt des riches, cynique et sans honneur ;

Par ta seule volonté, face à l’affront insigne,

Fais plier Jupiter, pour tous ses choix indignes.

Peuple, sois de cette lutte le glorieux instrument,

Balaie donc l’Assemblée, inutile ornement.

Et à tous ces valets, complices de cette offense,

Demande-leur des comptes en une juste défense !

Va donc, il est grand temps de guider les Humains

Pour bannir les Banquiers, et reprendre la main !

Puisse l’illustre homme de lettres rouennais, le grand maître de la dramaturgie classique, ne pas me tenir rigueur de cet emprunt en forme de pastiche militant. Il est vrai que je n’ai guère de craintes à avoir concernant ce bon Corneille, tant est grande sa connaissance de l’âme humaine, et tout particulièrement de la duplicité des puissants.

Le programme du Conseil National de la Résistance est à l’origine de la plupart des lois sociales qui régissent la France. C’est notamment le CNR qui a mis sur pied la Sécurité Sociale et le système de retraites par répartition encore en vigueur de nos jours tant qu’il n’a pas été abrogé par la réforme néolibérale macroniste.

La photo qui illustre cet texte est de Zakaria Abdelkafi (AFP)

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (5)

Phil Bryant, le gouverneur du Mississippi, a été en définitive l’otage docile de l’extrême droite ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonsoir Fergus,

    Bel exercice:)

    L’une des choses qui exaspère dans le discours du gouvernement est cette notion de pénibilité à laquelle il se réfère pour rassurer ceux qui s’inquiètent, avec raisons, de devoir occuper un emploi pénible jusqu’à 64-65 ans. Ce qui a été officiellement statué depuis la loi travail n’augure pas pour une réelle reconnaissance de la pénibilité de différents métiers.
    http://www.inrs.fr/demarche/penibilite/ce-qu-il-faut-retenir.html

    Des calculs ont été faits avec le simulateur de retraite que le gouvernement devait mettre en ligne et ils donnent raison aux détracteurs de cette réforme:

    https://youtu.be/G0wlaswNKdE?t=585

    S’il n’y avait que ce que l’on peut déjà anticiper au sujet de cette réforme, ce serait déjà alarmant, mais il peut y avoir bien pire encore: Au Québec par exemple, on oblige une personne recevant des aides publiques à demander sa retraite dès que la loi l’y autorise (la retraite anticipée est fixée à 60 ans au Québec alors que la retraite à taux plein est à 65 ans), ce qui entraîne automatiquement une décote de près de 30%! On peut imaginer les dégâts si une personne ne parvient pas à occuper un emploi jusqu’à 65 ans et se voit forcée de recourir à l’aide de l’état.

    https://www.protegez-vous.ca/partenaires/le-protecteur-du-citoyen/aide-sociale-que-se-passe-t-il-a-la-soixantaine

    Les effets de cette mesure sont chiffrés ici:

    https://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/retraite/rrq/Pages/age_retraite.aspx

    Une telle mesure ne fait pas partie de la réforme des retraites. C’est une mesure relevant du ministère des finances… qui réclame son « dû ». Elle n’a donc jamais été discutée lors de la réforme des retraites qui a eu lieu il y a quelques années déjà au Québec. Il s’agissait de l’une des surprises que réservait la réforme, dont on s’est bien garder de parler.

    Maintenant, on peut imaginer en France tout ceux qu’une telle mesure subsidiaire pourrait affecter… Il faudrait en parler.

    Joyeux Noël Fergus:)

    • avatar

      Bonsoir, Elyan

      Merci pour les liens.

      Il est évident que le projet du gouvernement français est un piège pour tous ceux qui se laisseront enfumer par ce projet néolibéral toxique. D’où la nécessité de poursuivre la lutte, et si possible de l’amplifier.

      Manifestement, la situation est pire au Québec, et c’est consternant car cela montre à quel point la vie des gens est de peu d’intérêt pour les décideurs complices des oligarchies qui contrôlent en sous-main ceux qu’il faut bien appeler des « valets serviles ».

      Je vous souhaite également un Joyeux Noël pour vous-même et votre famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.