Accueil / T Y P E S / Chroniques / Retour sur le dernier d?bat gauche-droite

Retour sur le dernier d?bat gauche-droite

J’attendais avec impatience le d?bat « La gauche est-elle d?mod?e ? » dans le cadre de l’?mission « Il va y avoir du sport » ? T?l?-Qu?bec. Beaucoup d’attente pour un peu de d?ception, je l’avoue.

Premi?rement, Amir Khadir, de Qu?bec Solidaire, m?me si j’adh?re majoritairement ? ce qu’il
dit, m’a sembl? born? et agressif, presque tout autant que Martin Masse, le directeur de l’organe de diffusion du libertarianisme en ligne « Le Qu?b?cois libre ». Pour sa part, Gabriel Sainte-Marie, ?conomiste ? la Chaire d’?tudes socio-?conomiques de l’UQAM, m’a sembl? ne pas trop ?tre ? sa place, malgr? quelques mots lumineux, comme son explication du mythe droitiste qui consiste ? croire que la richesse ?gale au travail et que la paresse ?gale ? la pauvret?. Il n’y a que Michel Kelly-Gagnon, pr?sident du Conseil du patronat du Qu?bec, qui m’a impressionn? par son discours et son attitude assez mod?r?e. Ce n’est peut-?tre de sa part qu’un bon sens de la mise en march? de ses id?es, mais il a gagn? ma sympathie, malgr? tout.

Le gros probl?me, ? la base, c’est que le d?bat aurait d? porter seulement sur les valeurs et les buts ? atteindre, et non sur la mainmise de l’?tat sur nos vies, puisque l’?tat est un moyen de r?guler nos rapports soci?taux, tout comme pourrait le faire une solution plus anarchiste. Le cadre du questionnement ?tait trop ouvert par cette question-titre trop vague. Il est clair que les pan?listes n’allaient pas se contenter de parler de l’effet de mode, m?me si c’est un trait de soci?t? int?ressant ? analyser.

Aussi, pour pointer premi?rement la performance de Martin Masse, cette mani?re de coller ensemble automatiquement la gauche et l’?tatisme, comme si l’un ?tait l’enfant de l’autre, prouve ? mon sens un manque d’ouverture et d’argumentaire, et donne surtout l’impression qu’il a le « piton coll? », tout comme la totalit? des libertariens et des autres qui ne jurent que par un anticommunisme obsol?te et par une distorsion de la soci?t? qui nous fait conceptuellement vivre, en tout cas sous leurs yeux accusateurs, dans une sorte de banditisme collectif institutionnalis? o? le vol (par l’imp?t entre autres) est la norme.

Il y a mani?re de pointer du doigt notre ?tat voyou en proposant de le nettoyer au lien de vouloir lui couper les jambes. Je suis d’accord sur l’id?e du changement, mais un plan doit se d?velopper sur le long terme et quand quelqu’un clame sans trop d’explication qu’il faudrait tout raser pour recommencer ? neuf, je me dis qu’en plus de 2000 ans d’?volution, la civilisation a bien d? trouver quelques solutions au probl?me de la cohabitation entres humains dissemblables…

D’un autre c?t?, il a apport? un tr?s bon point en insistant sur la mondialisation qui fait exploser les possibilit?s, entre autres au niveau de la Sant?, o? tout un chacun peut (bien s?r surtout ceux qui ont les moyens !) magasiner sur le web ses soins partout dans le monde. Mais c’est un questionnement que je n’?laborerai pas ici, pour l’instant.

Pour ce qui est du pr?sident du conseil du patronat, j’ai bien aim? sa mani?re de faire valoir positivement les solutions que le priv? apporte. Par contre, le probl?me r?side justement dans l’amalgame de la prise en charge du public par le priv?, et des subventions du public au priv?, et en m?me temps de l’all?gement de la fiscalit? des entreprises priv?s. Donc, en laissant une plus grande part du g?teau au priv?, il faudrait obligatoirement un plus grand retour financier de leur part ? la soci?t?, sinon il y a d?s?quilibre, comme on le voit en ce moment.

Aussi, j’aimerais ici citer mon confr?re Lutopium qui a pondu une analyse int?ressante, et qui ?labore un argument sens? qui n’est pas ressorti de ce d?bat :


Par exemple, la gauche aurait pu leur rappeler que c’est le priv? qui est parfois « interventionniste ». Depuis les ann?es trente, des services publics ont ?t? repris par les gouvernements parce qu’ils ?taient presqu’inexistants ou d?faillants… Entres autres, maintenant que les services de sant? sont universels et gratuits, que les h?pitaux et structures sont bien en place, c’est le priv? qui veut s’en accaparer. Les tenants de la gauche ne veulent pas nationaliser tout ce qui est lucratif, c’est plut?t le contraire. C’est ce genre d’argument qui aurait pu ?tre lanc? hier soir…

Voil? qui est bien dit. Tout autant que l’opinion de Dan Bigras qui, en bon musicien, a commis un fabuleux crescendo ? ce d?bat. Il a mis fortement le doigt sur l’importance des valeurs, sur l’injustice et surtout, sur les faux boucs ?missaires, c’est ? dire ceux que l’on surnomme commun?ment les BS. Il a bien su globaliser sans non plus d?moniser inutilement la droite. La preuve qu’il y a moyen d’aller de soi aux autres.

Au bout du compte, ce que je retiens de ce d?bat, c’est qu’il y a encore des ponts ? tricoter, et ensuite ? durcir pour qu’ils soient praticables, pour que le dialogue entre les diff?rentes id?ologies se fasse d’une mani?re constructive. Mais comme dans toute n?gociation, il faudra bien que tout le monde y gagne, pas juste les gagnants…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Freud

Freud par ses mots   « La question du sort de l’espèce humaine me semble se ...

One comment

  1. avatar
    François Marginean

    Moi ce que je remarque beaucoup aussi, c’est le manque de vision, de réve pour le futur, un projet de société. On comprend mal aussi les vraies forces qui agissent en ce moment dans notre société, quels sont les réels centres de pouvoir et d’influence.
    Pendant qu’on débat sur la gauche et la droite, on ne comprend pas qu’on est pris dans un système économique qui est truqué d’avance pour enrichir les mêmes et appauvrir tout le reste. Nous vivons dans un système basé sur le crédit. Quand on crée de l’argent, on crée en fait une dette envers des banquiers privés -à qui on a donné le pouvoir de créer l’argent.

    Donc qui est le vrai maître en la demeure ? La gauche ou la droite ? Le peuple ? Cessons d’être bernés, ce sont des faux débats à nous occuper, pendant ce temps les vrais maîtres continuent à pousser leur agenda et intérêts privés. On est en train d’intégrer le Canada, le Mexique et les États-Unis en une structure appelée l’Union Nord Américaine, et déjà notre appareil militaire et intégré à l’armée US, et les soldats américains ont le droit de se déployer au Canada si le besoin est. On participe aux guerre et occupations illégales en Afghanistan, Iraq et Haïti.

    Ça c’est la réalité qui frappe. Qui profite ? Les vrais maîtres. Complexe militaro-industriel et de la sécurité, banquiers, politiciens verreux, corporations, le secteur pétrolier, etc.