Accueil / T Y P E S / Articles / Retour sur le conflit au Cachemire

Retour sur le conflit au Cachemire

Enfant de la premi?re vague de d?colonisation, la r?gion du Cachemire n’a connu aucun r?pit depuis la partition de l’Inde en 1947. En un demi-si?cle, les conflits dans cette r?gion montagneuse ont fait plusieurs centaines de morts. R?cemment, les rebelles s?paratistes ont d?clar? ?tre pr?ts ? n?gocier une entente de paix avec les autorit?s de l’Inde. Peut-on esp?rer une paix prochaine dans la r?gion du Cachemire ?

Pour bien saisir l’ampleur du litige, il faut retourner en 1947. C’est ? ce moment que la Grande-Bretagne accorde l’ind?pendance ? l’Inde, apr?s plusieurs ann?es de revendications, de manifestations et avec l’obligation de tenir la promesse de « participation ? la guerre contre autonomie » [24]. Le pays de Gandhi ?tant libre, il se divise en trois parties, soit l’Inde, o? l’on pratique l’hindouisme, le Pakistan de l’Est et le Pakistan de l’Ouest, tous deux musulmans. Le Pakistan de l’Est deviendra le Bangladesh en 1971. C’est entre le Pakistan de l’Ouest (le Pakistan actuel) et l’Inde que le conflit ?clate ? propos d’un territoire situ? au nord des deux pays, le Cachemire, dont on se dispute l’h?ritage de 300 000 km?.

Le Cachemire est une r?gion au nord-ouest de l’Inde qui se prolonge jusque dans le nord du Pakistan. Il s’agit d’une r?gion g?ographique appartenant officieusement aux deux pays. On y pratique ? la fois l’hindouisme et l’islamisme puisque la population est compos?e d’Indiens et de Pakistanais. Cette diff?rence de religion n’a fait qu’enflammer le conflit depuis 1947. R?gion tr?s pauvre, le Cachemire poss?de un PIB/hab. inf?rieur ? celui de l’Inde (2248$ en 2002) et du Pakistan (1834$ en 2002) [25]. On y pratique la monoculture du bl? et l’?conomie conna?t de grandes difficult?s parce que les principes ?tablis par l’Association d’Asie du Sud pour la Coop?ration R?gionale (SAARC) sont rendus difficiles ? appliquer ? cause du conflit qui oppose l’Inde et le Pakistan ainsi que les attentats r?p?t?s et sournois.

Le conflit opposant le Pakistan et l’Inde pour l’obtention du territoire du Cachemire a plusieurs causes. Elles sont d’ordres historique, g?opolitique, culturelle et religieuse. On sait entre autres que les Cachemiris, « vivant sous occupation pakistanaise ou indienne, pouvaient se rencontrer ? des points pr?cis sur la Ligne de d?marcation, mais cette pratique cessa avec la guerre de 1971 » [26]lors du troisi?me conflit opposant les deux pays, ? propos du Bengladesh. En fait, le conflit initial s’est d?velopp? au lendemain de l’ind?pendance de l’Inde et s’est sold? par des ?pisodes sanglants. « Pendant plusieurs d?cennies, des affrontements ont r?guli?rement oppos? les forces des deux pays » [27]. Les politicologues en compil?s les principaux conflits et en ont fait ressortir trois principales guerres, en 1947-48, 1965 et 1971. Un quatri?me conflit, de nature nucl?aire cette fois-ci, a ?t? ?vit? de justesse en 1998 gr?ce ? l’intervention des ?tats-Unis et de plusieurs nations europ?ennes qui impos?rent des sanctions ?conomiques ? l’Inde et au Pakistan.

On sous-entend ?galement que ce litige pour le territoire est vivement aliment? par la religion musulmane. D’ailleurs, New Delhi accuse Islamabad d’appuyer l’int?grisme islamiste [28]qui utilise le terrorisme, pour une partition plus juste du territoire du Cachemire, sur la base de la religion . Il ne faut cependant pas accuser l’islam de tous les maux dans cette histoire puisque que les hindous ont ?galement leurs responsabilit?s dans l’alimentation du conflit. En effet, en 1992, « des hindouistes d?truisent la mosqu?e de Ayodhya, geste qui provoque plusieurs affrontements meurtriers entre groupes religieux » [29]. Malgr? tout, il semble que l’int?grisme musulman ait pris le dessus au Cachemire depuis quelques ann?es. En effet, l’implantation d’?coles int?gristes comptant « quelque 500 ?l?ves, des immeubles flambant neufs et un bureau qui dirige 100 autres ?coles dans la r?gion montre le succ?s r?cent de cet enseignement, qui avait form? l’id?ologie des talibans et qui, ici, t?moigne d’une radicalisation islamiste » [30].

Le principal danger dans cette r?gion du monde, outre les pertes humaines, se trouve dans l’utilisation de l’arme nucl?aire. Effectivement, la tension commence ? monter entre les deux pays lorsque l’Inde, en 1974, annonce la r?ussite de son premier essai nucl?aire [31]. Par la suite, le Pakistan acquiert lui aussi l’arme nucl?aire. Puis, en 1998, la tension monte et les menaces de guerre nucl?aire sont grandes. Heureusement, le pire est ?vit?.

N?anmoins, tout n’est pas noir au tableau du Cachemire. En ce qui a trait aux initiatives de rapprochement, les deux gouvernements ont pris des dispositions afin de faciliter la r?unification des familles s?par?es depuis 1947, notamment par la liaison de bus trans-Cachemire. En 2004, les pr?sidents indien et pakistanais prenaient part ? une premi?re rencontre en quatre ans. ? l’ordre du jour, une discussion pour retisser des liens de nature commerciaux au cours d’un match de criquet entre les deux bellig?rants [32]. Depuis cette rencontre, on a not? une baisse de la violence. En effet, « le nombre d’incursions rebelles depuis le Pakistan dans la partie indienne du Cachemire a baiss? de 60% » [33]. L’?tablissement d’une cl?ture ?lectrifi?e ? la fronti?re (ligne de contr?le), a ?galement contribu? ? la diminution des actes terroristes.

?tant donn? la complexit? des d?saccords au Cachemire, il n’existe pas de solution miracle. Le processus de « paix irr?versible » propos? par les rebelles s?paratistes ? lui seul ne suffira pas. D?j?, les cessez-le-feu, la r?duction des troupes ainsi que le renforcement des liens commerciaux ont aid? ? faire diminuer les tensions dans cette r?gion du monde. On a pu constater, au lendemain du s?isme d’octobre 2005 [34], le travail conjoint de l’Inde et du Pakistan pour g?rer la crise. Seulement, il semble que rien n’est encore jou? au chapitre des tiraillements. Alors avant d’esp?rer une paix totale et des accords territoriaux au Cachemire, il faudra attendre que tous les acteurs concern?s s’entendent. En ?tudiant les conflits que cette r?gion du monde a connus, on est forc? de constater que la cohabitation entre hindouistes et islamistes n’a jamais ?t? facile et qu’il faudra beaucoup d’efforts et de volont? pour mettre fin ? ce litige territorial vieux de cinquante ans.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Port du masque : des Parisiens lucides et responsables

Je viens de passer deux jours à Saint-Mandé, une commune de 22 000 habitants enserrée entre ...