Accueil / T Y P E S / Articles / Resident Evil : ils ont aussi mang? le sc?nario !

Resident Evil : ils ont aussi mang? le sc?nario !

Resident Evil l’extinction : tout un programme. Ca a le go?t d’un plat r?chauff?. Car il est question de zombies. Encore.

Bon, disons-le tout de go : c’est un film r?cr?ation, de ceux que l’on va voir pour se vider les neurones apr?s une journ?e harassante. En ressort-on pour autant d?tendu ? Pas s?r. Car dans cette production taill?e sur mesure pour la myst?rieuse Milla Jojovitch et son regard tranchant, on se met rapidement ? l’?vidence : le budget a nourri les effets sp?ciaux, les fonds de tiroir ayant ?t? consacr?s ? l’histoire. Un classique. Du coup, les dialogues se d?gonflent, ce qui peut pousser le spectateur ? s’octroyer une petite pause pipi. On sourit m?me quand un des tueurs de cannibales l?thargiques, sur le point de se sacrifier pour ses potes (c’est beau !), lance ? la belle Milla, sous le charme et sur le point de lui susurrer un mot doux sans doute : « Non, ne dis rien. » S?quence mec viril qui assure son courage avec un d?tachement de spartiate.

Gageons que le jeu vid?o dont est tir?e cette trilogie marquera davantage les esprits des amateurs du genre. Car sur la grande toile du 7e art, c’est plate ! Il ne faut pas sortir de la cuisse de Jupiter pour ressasser la recette du gore post-mortem. Je vous r?sume : un virus a r?duit les humains ? l’?tat de zombies. Enfin pas tous, sinon le film n’aurait jamais vu le jour… Mais il y a pis : il a aussi an?anti l’environnement et ass?ch? les ?tendues d’eau de la plan?te. Et, petit clin d’œil au mythique Mad Max, l’essence est devenue une denr?e rare dans un d?cor fait de sable et de poussi?re. Quant aux ?tres humains encore dot?s d’un cerveau (les autres les mangent), ils sont affubl?s de costumes qui font aussi ?cho ? la bande ? Mel Gibson.

A part ?a, du sang en masse, des cris, beaucoup, (eh oui, un zombie ?a ne disserte pas sur les accommodements raisonnables), et des personnages qui servent de faire-valoir ? l’h?ro?ne du film, version saharienne de Tomb Raider. Au bout d’une heure et demie de castagne – avec un ?pilogue qui laisse pr?sager un autre ?pisode ? la saga – on se dit que c’est assez. Rien de nouveau au final, si ce n’est la port?e du titre. Resident Evil l’extinction, c’est parfait pour un clap de fin. Mais avec un sc?nario aussi v?rol?, on peut craindre une autre contamination.

Petit bon point toutefois : la s?quence o? un zombie utilise un cellulaire, un appareil photo num?rique puis un jeu pour enfants, est assez amusante. Un scientifique ?tait en train de tester un s?rum qui leur redonne un peu d’intelligence, ? d?faut de les transformer en v?g?tariens. C’est dommage, on tenait l? une id?e originale !

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le kidnapping du Phocea (2) : l’installation au Vanuatu, le trafic de passeports

Avant de parler à nouveau du gigantesque voilier, nous voici à parler… vaches.  Derrière celui ...

3 Commentaire

  1. avatar

    En total désaccord. Un virus a vraiment réduit tous les humains à l’état de zombies, sinon le film n’aurait jamais vu le jour… 🙂

    Je sais qu’un jour je m’endormirai devant la TV, que je m’éveillerai en sursaut face à une scène de ce film et que j’aurai été bouffé un peu plus par le système avant d’avoir eu le temps de changer de poste…

    Pierre JC Allard

  2. avatar

    C’est pas faux !
     😉

  3. avatar

    Le jeu sur PS2 (Resident Evil 4) reste un petit bijou !