Accueil / T Y P E S / Articles / Recul de la langue fran?aise ? Montr?al: l?apathie.

Recul de la langue fran?aise ? Montr?al: l?apathie.

Photo : midnightpoutine.ca
Photo : midnightpoutine.ca

Lorsque je pense ? la question de l’anglicisation de Montr?al et de l’apprentissage du fran?ais chez les immigrants allophones, une sc?ne de la com?die « Pure laine », mettant en sc?ne une famille qu?b?coise multiculturelle, me revient en m?moire. Dans cette sc?ne, Dominique (le p?re) consulte son m?decin, un immigrant indien parlant couramment l’anglais et poss?dant quelques bribes de fran?ais, une langue qu’il d?sire apprendre. Il lui explique en anglais que depuis son arriv?e au Qu?bec, il commence ? perdre son peu de fran?ais parce que tout les qu?b?cois francophones ? qui il s’adresse s’obstinent ? lui parler en anglais d?s qu’il se rendent compte qu’il a un accent ?tranger!

Il est tout ? fait vrai que plusieurs qu?b?cois ont tendance ? utiliser l’anglais avec les allophones, parfois m?me avec ceux d’entre eux qui parlent relativement bien le fran?ais mais qui parlent ?galement l’anglais. Est-ce par soucis de para?tre plus accueillant, pour mettre la personne ? l’aise ou seulement pour montrer qu’eux aussi parlent bien l’anglais? C?est bien beau d??tre tout fier de montrer ses connaissances mais on ne pourrait pas ?tre un petit peu plus enthousiastes que ?a ? faire d?couvrir notre culture et notre langue aux nouveaux arrivants? En faisant aussi peu de cas de notre propre langue, ne les conforte-t-on pas dans l?id?e que l?anglais est suffisant pour pouvoir fonctionner au Qu?bec?

Une seule langue a le statut de langue officielle au Qu?bec et il s’agit du fran?ais. Par contre, ce n’est pas tout ?vident pour un touriste ou un immigrant. ?a ne s?am?liorera s?rement pas avec les coupures suppl?mentaires r?cemment annonc?es dans la francisation des immigrant. Il devient de plus en plus difficile de vivre et de travailler uniquement en fran?ais au Qu?bec, en particulier ? Montr?al, qui s’anglicise ? toute vitesse et qui est d?sormais consid?r?e comme une ville bilingue, voire multilingue, o? le fran?ais n’est qu’une langue parmi d’autres. Le contenu musical des stations de radio commerciales francophones est majoritairement anglophone. Un francophone n’est m?me pas assur? de pouvoir ?tre servi en fran?ais dans certains commerces du centre-ville.

Beaucoup d’immigrants sont surpris par l’importance accord?e au bilinguisme dans le domaine de l’emploi, en particulier les immigrants francophones qui savent qu’ils ont ?t? s?lectionn?s en grande partie ? cause de leur langue. La surprise doit vraiment ?tre ? son comble lorsqu’ils constatent qu’il est plus facile ? un unilingue anglophone de se trouver un emplois qu’? un unilingue francophone! Il est incompr?hensible qu?au Qu?bec, m?me dans un Montr?al de plus en plus cosmopolite, un francophone doivent ?tre pratiquement aussi bilingue pour un emploi dans la vente que pour un emploi de diplomate alors qu’il suffit ? un anglophone ou ? un allophone de ma?triser l’anglais pour se voir ouvrir presque toutes les portes. Comment en sommes-nous arriv?s ? accepter cette g?n?ralisation de l?exigence du bilinguisme, sans plus la remettre en question? Comment sommes-nous devenus si apathiques?

On n’apprend jamais si bien une langue que par l’immersion et pour cela, il faut se plonger dedans, l’entendre chaque jour. Pour cette raison, nous devrions aider les allophones dans leur d?sir d’am?liorer leur fran?ais, en leur parlant dans cette langue lorsque l’occasion se pr?sente. Si la personne n’a que peu ou pas de notion de fran?ais, pourquoi ne pas lui traduire des mots ou expressions courantes qui lui seront utiles? Plusieurs immigrants ne sont d’ailleurs pas tellement plus ? l’aise avec l’anglais qu’avec le fran?ais, alors ce n’est pas n?cessairement leur rendre service que de leur parler uniquement en anglais. Il est aussi important de signifier aux commerces n?assurant pas un service en fran?ais que nous n?acceptons pas la situation et qu?ils devront se passer de notre client?le.

Parler une seconde langue est une richesse et une formidable mani?re d’accro?tre sa culture personnelle, tout le monde est d?accord l?-dessus. Cependant, il est primordial que nous accordions la priorit? au fran?ais dans notre fa?on de vivre avec nos concitoyens, fussent-ils d’origine ?trang?re. Une langue, ce n?est pas qu?un ensemble de mots servant ? communiquer, c’est aussi une culture, une histoire, une identit?, bref, c’est la m?moire collective d’un peuple. Le fran?ais est une langue riche et passionnante mais, entour? comme il l?est par l?anglais, le Qu?bec n?a aucune chance de pr?server son identit? francophone si nous ne participons pas ? son rayonnement et nous obstinons ? compter dans notre propre filet. Les allophones ne comprendrons l’importance culturelle et historique du fran?ais au Qu?bec que si nous lui accordons la m?me importance. Ayons la fiert? d’?tre francophone et de promouvoir l’amour du fran?ais, afin de leur en faire d?couvrir la beaut?.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Riches: Mode d’emploi

  Après l’étude publiée l’an dernier par Oxfam ayant dévoilé que huit personnes sont aussi ...