Accueil / T Y P E S / Articles / Qui sont les ennemis du peuple ?

Qui sont les ennemis du peuple ?

Qui sont les ennemis du peuple ?

Le?peuple?aime la?libert?, le peuple aime la?d?mocratie. Par cons?quent, le peuple s?attaquera ? tous les ennemis de la libert? et de la d?mocratie.

Mais qui sont les ennemis du peuple???Les ennemis du peuple sont ? l?int?rieur comme ? l?ext?rieur. Ils tremblent actuellement, mais il faut que vous les d?masquiez. Il faut que vous les combattiez jusque dans leurs trous. Les ennemis du peuple ? l?int?rieur, ce sont tous ceux qui se sont?enrichis de mani?re illicite, profitant de leur situation sociale, profitant de leur situation bureaucratique. Ainsi donc, par des manoeuvres, par la magouille, par des faux documents, ils se retrouvent actionnaires dans les soci?t?s, ils se retrouvent en train de financer n?importe quelle entreprise.

Qui sont les ennemis du peuple ? Les ennemis du peuple, c?est encore cette fraction de labourgeoisie?qui s?enrichit malhonn?tement par la?fraude, par la?corruption, par le pourrissement des agents de l?Etat, pour arriver ? introduire dans notre pays toutes sortes de produits dont les prix sont multipli?s par dix.

Qui sont les ennemis du peuple ??Les ennemis du peuple, ce sont encore les hommes politiques qui ne parcourent la campagne que lorsqu?il y a des ?lections. Ce sont encore ces hommes politiques qui sont convaincus qu?eux seuls, peuvent faire marcher notre pays. Or nous sommes convaincus que la population dans sa totalit? repr?sente l?ensemble des pouvoirs politiques capables de conduire ce pays.

Les ennemis du peuple sont ?galement hors de nos fronti?res. C?est le?n?o-colonialisme, c?est l?imp?rialisme.

Dans leur essence , la soci?t? n?ocoloniale et la soci?t? coloniale diff?rent en rien. Ainsi ? l?administration coloniale on a vu se subtituer une administration n?o-coloniale identique sous tous les rapports ? la premi?re. A l?arm?e?coloniale se substitue une arm?e n?ocoloniale avec les m?mes attributs, avec les m?mes fonctions et le m?me r?le de?gardien des int?r?ts de l?imp?rialisme?et de ceux de ses alli?s nationaux. A l??cole coloniale se substitue une ?cole n?o-coloniale qui poursuit les m?mes buts?d?ali?nation des enfants?de notre pays et de reproduction d?une soci?t? essentiellement au service des int?r?ts imp?rialistes, accessoirement au service des valets et alli?s locaux de l?imp?rialisme.

Des gens de chez nous entreprirent, avec l?appui et la b?n?diction de l?imp?rialisme, d?organiser le?pillage syst?matique?de notre pays. Des miettes de ce pillage qui leur retombent, ils se transforment petit ? petit en une bourgeoisie v?ritablement parasitaire, ne sachant plus retenir leurs app?tits voraces. Mus par leurs seuls int?r?ts ?goistes, ils ne reculeront d?sormais plus devant les moyens les plus malhonn?tes, d?veloppant ? grande ?chelle la?corruption, led?tournement des deniers et de la chose publics, les?trafics d?influence?et lasp?culation immobili?re, pratiquant le?favoritisme?et le?n?potisme.

Ainsi s?expliquent toutes les?richesses mat?rielles et financi?res?qu?ils ont pu accumuler sur le dos du peuple travailleur. Et non contents de vivre sur les?rentes?fabuleuses qu?ils tirent de l?exploitation ?hont?e de leurs biens mal acquis, ils jouent des pieds et des mains pour s?accaparer des responsabilit?s politiques qui leur permettront d?utiliser l?appareil ?tatique au profit de leur exploitation?et de leur gabegie.

Tout cela se d?roule sous les yeux du?peuple laborieux, courageux et honn?te, mais qui croupit dans la?mis?re?la plus crasse.

La majorit? des?salari?s, malgr? le fait qu?ils sont assur?s d?un revenu r?gulier subissentcontraintes et pi?ges de la soci?t? de consommation du capitalisme. Tout leur salaire se voit consomm? avant m?me qu?il n?ait ?t? touch?. Et le cercle vicieux se poursuit sans fin, sans aucune pespective de rupture?

L?imp?rialisme est partout.?Et ? travers sa culture qu?il r?pand, ? travers ses fausses informations, il nous am?ne ? penser comme lui, il nous am?ne ? nous soumettre ? lui, ? le suivre dans toutes ses manoeuvres.?De gr?ce, il faut que nous barrions la route ? cet imp?rialisme.??

Thomas Sankara?(Extraits des?discours du 26 mars et du 2 octobre 1983)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La réforme de l’assurance-chômage: un durcissement violent

Ci-dessous un article de Nolwen Weiler de Basta !    « Je n’ai jamais vu ça, ...