Accueil / A C T U A L I T É / Qui garantit notre s?curit? alimentaire ?

Qui garantit notre s?curit? alimentaire ?

On nous dit que notre alimentation n?a jamais ?t? aussi s?re qu?aujourd?hui, que les aliments n?ont jamais ?t? aussi contr?l? jusqu?? maintenant. Cependant, de mani?re p?riodique surgissent de nouveaux scandales alimentaires, le dernier en date ?tant celui de la viande chevaline.

L?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments est, th?oriquement, charg?e de veiller ? la s?curit? sanitaire de ce que nous mangeons. Mais qu?y a-t-il derri?re cette agence qui joue un r?le cl? dans l?autorisation de milliers de produits, comme les pesticides, les transg?niques et les additifs alimentaires qui finissent dans nos assiettes?? Voyons cela d?un peu plus pr?s.

L?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments se pr?sente?sur sa page Web?comme ??la pierre angulaire de l?Union europ?enne (UE) pour ce qui concerne l??valuation des risques relatifs ? la s?curit? des aliments??. L?Autorit? a ?t? cr??e en 2002 ? la suite d?une s?rie de scandales comme celui de la ??Vache Folle?? ? la fin des ann?es 1990. Son objectif?: am?liorer la s?curit? alimentaire, restaurer et maintenir la confiance dans l?approvisionnement des aliments. Selon ce qu?elle indique, son engagement est ??d?offrir des avis scientifiques de mani?re ind?pendante et objective??. Vraiment??

La Cours des Comptes Europ?enne ne semble pas d?accord avec ces affirmations comme il en ressort de son rapport ??Management of conflict of interest in selected EU Agencies?? [Gestion des conflits d?int?r?ts dans les Agences de l?UE s?lectionn?es], de septembre 2012 et dans lequel on affirme que l?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments, ainsi que trois autres agences europ?ennes analys?es, ??ne g?re pas de mani?re ad?quate les situations de conflit d?int?r?ts??. Le rapport ajoute que ces ??risques de conflits d?int?r?ts sont incrust?s dans les structures m?mes de ces agences (?) et dans la d?pendance envers les recherches r?alis?es par l?industrie??. C?est clair comme de l?eau de roche.

En guise d?anecdote, les conclusions du rapport de la Cours des Comptes Europ?enne contrastaient avec les ?loges contenus dans l??valuation r?alis?e peu de temps avant par une soci?t? d?audit priv? Ernst&Young, qui fut bien entendu engag?e par cette m?me L?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments.

Mais les critiques concernant l?absence de neutralit? de l?Autorit? ne sont pas neuves. Les organisations ??Corporate European Observatory?? et ??Earth Open Source?? ont publi?, en f?vrier 2012 ? l?occasion du dixi?me anniversaire de l?institution, un rapport au vitriol intitul? ??Conflicts on the menu?: a decade of industry influence at the European Food Safety Authority?? [Conflits dans le menu, une d?cennie d?influence de l?industrie sur l? L?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments]. Dans ce travail de recherche, on remet en question l?ind?pendance de l?Autorit? et on souligne les liens ?troits entre ses experts et les entreprises du secteur.

Quelles sont les cons?quences de tout cela pour les consommateurs?? On peut trouver un exemple dans la r?gulation des produits alimentaires. Quand une entreprise veut introduire une nouvelle substance ou un produit dans le march?, elle doit pr?senter ? l?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments et aux institutions de l?Union europ?enne un dossier sur l??valuation du risque sanitaire de ces produits. ? la demande de la Commission europ?enne, un panel de scientifiques de l?Autorit? examine ce dossier et publie une opinion scientifique ? partir de laquelle les repr?sentants des ?tats membres prennent une d?cision. Le probl?me?c?est que, fondamentalement, l?Autorit? base ses ?valuations sur des ?tudes men?es ? bien par l?industrie elle-m?me, qui esp?re bien entendu retirer de juteux profits avec la commercialisation de ses produits. Les rapports scientifiques ind?pendants ne sont pas pris en compte. En cons?quence, ce m?canisme favorise sans l?ombre d?un doute les int?r?ts des grandes industries du secteur au d?triment des int?r?ts sociaux.

Ainsi, selon des rapports scientifiques ind?pendants, des substances et des produits que nous trouvons dans le march? comme l?aspartame, un ?dulcorant non calorique, ou le bisph?nol A (BPA) dans le plastique des emballages alimentaires, affecteraient n?gativement notre sant?. Ces ?tudes n?ont jamais ?t? prises en compte par l?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments. La situation n?est pas nouvelle. Combien d??tudes faisant l??loge des vertus du tabac et financ?es par l?industrie de la cigarette n?ont-elles pas ?t? r?alis?es dans le pass??? Elles ne sont plus aujourd?hui, heureusement, que des chiffons de papier.

Derri?re le poids de l?industrie, il y a la dynamique des ??vases communicants??. Des employ?s et des experts de l?Autorit? Europ?enne de S?curit? des Aliments finissent, apr?s un certain temps, par travailler dans des entreprises de l?agro-industrie ou de la biotechnologie et vice-versa, ce qui provoque une situation ?vidente ? sauf ? leurs propres yeux semble-t-il ? de conflit d?int?r?ts. Les exemples abondent. Suzy Renckens, coordinatrice scientifique du panel sur les transg?niques de l?Autorit? a, en 2008, laiss? son poste pour celui de directrice du lobby de la multinationale Syngenta pour l?Union europ?enne. David Carlander, employ? de l?Autorit?, charg? d??laborer les lignes directrices pour l?utilisation des nanotechnologies dans les aliments est devenu, en 2011, le directeur du lobby de la Nanotechnology Industries Association ? Bruxelles. Laura Smillie, engag?e en 2010 par l?Autorit? afin de d?velopper de nouvelles lignes de communication sur les risques alimentaires provenait de l?European Food Information Council (EUFIC), un think tank financ? par des entreprises de l?industrie agro-alimentaire telles que Coca-Cola, Danone, Kraft Foods, McDonald?s, Nestl?, Unilever.

Dans l??tat espagnol, l?Agence Espagnole de S?curit? Alimentaire et de Nutrition semble suivre l?exemple de sa ??grande s?ur??. Il suffit de voir le curriculum vit? de sa directrice actuelle, ?ngela L?pez de S? Fern?ndez, anciennement directrice des affaires et des normes scientifiques chez Coca-Cola Iberia, et qui, pour occuper son nouveau poste ? la t?te de l?Agence espagnole a demand? un cong? sans solde et n?a donc pas d?missionn?. Un pied des deux c?t?s. Cela se passe de commentaire.

Dor?navant, quand on nous dira qu?il ne faut pas nous inqui?ter, que notre s?curit? alimentaire est dans de bonnes mains, nous demanderons?: ??de bonnes mains, oui, mais pour qui????. Car, au vu de ce qui pr?c?de, ces ??bonnes mains?? ne le sont certainement pas pour la majorit? d?entre nous.

Esther Vivas

*Article publi? dans ??P?blico.es?? le 19/03/2013.

**Traduction fran?aise pour Avanti4.be?: Ataulfo Riera.?http://www.avanti4.be/actualite/article/qui-garantit-notre

+info?:?http://esthervivas.com/francais/

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Ces députés et ces ministres qui travaillent 18 heures par jour

De véritables forçats, les députés estampillés La République en Marche : si l’on en croit Florent ...