Accueil / A C T U A L I T É / Question de tirer au fusil sur les subventions publiques aux partis?

Question de tirer au fusil sur les subventions publiques aux partis?

Durant cette campagne ?lectorale, il y a deux th?mes chers aux conservateurs qui me font tiquer : la promesse de Stephen Harper d?abolir une grande partie du registre des armes ? feu et son voeu de couper les subventions publiques aux partis politiques.

Pour ce qui est des armes ? feu, il y a quelque chose qui me semble contradictoire. N?est-il pas celui qui donne beaucoup d?importance ? la lutte contre la criminalit? (? sa mani?re) en allongeant ? les peines minimales pour les crimes graves commis avec des armes ? feu ?? N?est-il pas celui qui a fait augmenter les d?penses dans les services correctionnels ? de pr?s de 80 % ??

Il ne veut pas am?liorer le registre, mais bien l?abolir, enfin, ? abolir l?obligation d?enregistrer les armes longues, comme les fusils de chasse ? (lire : faire plaisir aux chasseurs). ?a d?passe l?entendement quand on ne comprend pas ce que cela signifie entre les lignes. ll y a un lien ? faire avec ce satan? d?sir de libert? calqu? sur nos voisins du sud, comme quoi l??tat ne va pas nous dire quoi faire (je suis d?accord en partie avec ?a, mais il y a des limites : poss?der une arme n?est pas la m?me chose que faire ce qu?on veut dans notre chambre ? coucher). Pourtant, ?a prend un permis pour conduire une voiture et il faut qu?elle soit enregistr?e (m?me que le co?t de tout ?a n?est jamais remis en question). On parle d?armes, pas de jouets pour les enfants. Et quand on sait que les ? corps de police canadiens, dont la SQ et la GRC, sont contre l?abolition ?, c?est encore plus absurde.

D?un c?t?, on amplifie la r?pression alors que le taux de criminalit? baisse (au Canada ? et aux ?tats-Unis, o? ? on incarc?re cinq fois plus qu?au Canada ?). Et de l?autre on veut laisser libre court ? la libert? des armes de chasse, celles-l? m?mes qui peuvent autant tuer des humains que les autres. C?est l? o? le b?t blesse. Parce qu?en soi, une arme, c?est un condens? de possibilit?s de meurtres. Le seul fait qu?elle existe cr?e un danger qu?il faut au moins baliser. C?est la moindre des choses. Et puis, je ne comprends tout simplement pas ce qu?il y a de si excitant pour les chasseurs et agriculteurs dans cette promesse ?lectorale. Est-ce vraiment une si grande insulte ? leur intelligence que de leur demander d?inscrire leurs armes dans un registre? ? moins que cette obligation ne soit prise comme une injure, l?injure d??tre mis dans le m?me panier que les membres des clubs de tirs?

Pour ce qui est de la question de couper les subventions publiques aux partis politiques, elle est tr?s certainement partisane. C?est bien connu, le parti conservateur n?a pas trop de probl?mes, comparativement aux autres partis, ? remplir ses coffres. Il ferait ainsi une pierre deux coups! Couper l?herbe sous le pied de ses adversaires et, pour l?avenir, s?installer comme nouveau parti naturel de gouvernance du Canada ? (Natural Governing Party) ?. Mais, globalement, le plus grave dans tout ?a, c?est que ce possible abandon des subventions aux partis ouvre toute grande la porte ? une augmentation du pouvoir des plus riches, ? une ploutocratie. D?j? que la d?mocratie comme on la vit est d?j? bien malmen?e.

Dans le fond, il n?y a rien de plus simple comme calcul. Ce ne sont pas les pauvres ni m?me la classe moyenne qui ont les moyens d?encourager les partis politiques. Quel que soit le parti qui donnera le plus de bonbons ? la classe riche, il obtiendra le plus d?argent. Oublions alors l?id?e m?me d??quit? en politique et quelque chose qui ressemblerait un peu ? l??quilibre des chances. Encore plus loin, imaginons tous les partis tentant de s?duire la classe riche dans le but de simplement survivre. Pour contrer cela, il faudrait un puissant mouvement populaire qui ne semble pas pr?s de poindre ? l?horizon.

Certains argueront qu?il est question de libert? individuelle versus de la mainmise de l??tat, mais ils oublieront de dire qu?au final cette id?e de libert? se monnaye. Dans ce cas, peut-on encore parler de libert??

 

(Photo : roel1943)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXXXIII) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (59)

Au départ, on a un avion… d’allure assez anodine, ou bien ordinaire, à vrai dire. ...

32 Commentaire

  1. avatar

    1) Les armes à feu.

    Si la question était de simplement enregistrer ses armes de chasse, il n’y aurait pas de problème j’en suis certain.

    Mais le but est d’éliminer les armes de chasse dans la population. Et c’est d’ailleurs ce qui est prôné par ceux qui brandissent l’existence de « massacre » par un fou furieux qui parvient à se procurer une arme. L’argument est hypocrite.

    Quant aux corps de police contre l’abolition, c’est assez curieux puisque depuis le régistre en question, il y a recrudescence des policiers qui blessent et tue par arme à feu, ceux qui sont contrevenants. Mais personne ne soulève ce fait.

    Ajoutons qu’une société désarmée ne peut plus se défendre contre les abus sociaux d’un gouvernement. Situation q

    1) Couper les subventions gouvernementales pour les partis politiques n’est tout simplement pas démocratique. Il faut garder la défense de subventionner par les corporations et les syndicats, mais il faut enlever la possibilité de survie à un perti qui n’est plus représentatif.

    Pour l’instant l’élection qui précède la « chute d’un parti » assure sa survie jusqu’à la prochaine élection . L’ensaemble de la population n’a pas à payer pour assurer la survie d’un parti qui ne la représente pas. Les socialistes n’ont pas à assurer la survie des capitalistes et ceux-ci n’ont pas à assurer la survie d’un parti socialiste.

    Actuellement c’est une structure organisée pour assurer l’emploi d’individus dans un parti politique. Unew petite clique qui vit au dépend de la société.

    • avatar

      Bon! J’ai pesé sur le mauvais bouton; mais vous saisissez surement mon argumentation.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Veuillez m’excuser; ma phrase couper les subvention aux partis est de revenir à une situation démocratique. Garder le statu quo ne l’est pas.

      Ma phrase était mal structurée.

      Amicalement

      Elie l’artiste

  2. avatar

    Voici un article qui devrait faire pas de bruit, je partage à mille pour cent cette position, qui en certains points nécessitent une ouverture plus amples.

    Il faudrait que l’ensemble des partis se subventionnent par eux-mêmes et non sur les deniers publics.

    Je serai partisan de leur suppression compléte et avoir une représentation citoyenne démocratique et réelle.

    Merci à toi de nous livrer peut-être plus avant, c’est un débat que je trouverai passionnant.

    L’article me prend autant qu’il setrouve aussi:
    http://www.panda-france.net

    Cordialement,
    Le Panda

    Patrick Juan

  3. avatar

    Lartiste,

    « Si la question était de simplement enregistrer ses armes de chasse, il n’y aurait pas de problème j’en suis certain. »

    Voilà! Pourquoi alors choisir de couper l’enregistrement au lieu d’améliorer ce qui tourne autour?

    « Mais le but est d’éliminer les armes de chasse dans la population. »

    Bien de la difficulté à croire ça. Si j’ai un permis, je ne crois pas qu’on m’empêchera de m’acheter un fusil de chasse.

    « Quant aux corps de police contre l’abolition, c’est assez curieux puisque depuis le régistre en question, il y a recrudescence des policiers qui blessent et tue par arme à feu, ceux qui sont contrevenants. Mais personne ne soulève ce fait. »

    Faudrait m’expliquer plus amplement, parce que je ne comprends pas du tout la logique de cette affirmation et ce qu’elle sous-tend.

    « Ajoutons qu’une société désarmée ne peut plus se défendre contre les abus sociaux d’un gouvernement. »

    Nous sommes en 2011 et dans un pays démocratique. Il y a cette pensée derrière le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis. Est-ce que les États-Unis sont moins tyranniques que le Canada?

    Pour ce qui est des subventions aux partis, c’est quand même basé sur la votation précédente. C’est déjà équilibré comme système (enfin, pour ce qui est de la partie subvention). Les partis marginaux ne reçoivent rien, ou pratiquement rien.

    « Actuellement c’est une structure organisée pour assurer l’emploi d’individus dans un parti politique. Unew petite clique qui vit au dépend de la société. »

    Le chat sort du sac!

    Le Panda,

    « Voici un article qui devrait faire pas de bruit, je partage à mille pour cent cette position, qui en certains points nécessitent une ouverture plus amples.

    Il faudrait que l’ensemble des partis se subventionnent par eux-mêmes et non sur les deniers publics. »

    Faire ou pas de bruit?

    En passant, je suis pour les subventions aux partis, même que j’interdirais les dons des particuliers, question de minimiser la collusion et les retours d’ascenseur que cela peut provoquer.

  4. avatar

    « Faudrait m’expliquer plus amplement, parce que je ne comprends pas du tout la logique de cette affirmation et ce qu’elle sous-tend. »

    Elle sous-entend que plus tu parviens à « convaincre » un individu à se soumettre, plus tu peux te permettre ce que tu ne lui permets pas.

    Quant à désarmer la population, ce n’est pas parce qu’une arme est enregistrée qu’un débile ne s’en servira pas pour aller tirer des étudiants dans une école.

    Par contre, quand les autorités feront preuve d’abus envers la population tu vas faire quoi? Briser des vitrines au centre ville?

    Lorsqu’un côté est armé et que l’autre ne l’est pas, les « négociations » sont impossibles.

    Les pays courent à l’armement pour défendre leurs droits, et l’individu n’a pas le même droit. Cela est votre logique. Le contraire serait préférable: détruire l’armement des pays et permettre les armes de chasse aux individus.

    « Nous sommes en 2011 et dans un pays démocratique. Il y a cette pensée derrière le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis. Est-ce que les États-Unis sont moins tyranniques que le Canada? »

    Non les USA ne sont pas moins tyranniques envers leur populastion; par contre, la marge à ne pas être dépassée par l’état est un peu moins large que la nôtre, j’en suis certain. Il sont un peu plus tyranniques envers les autres pays moins bien armés, par contre.

    « Pour ce qui est des subventions aux partis, c’est quand même basé sur la votation précédente. C’est déjà équilibré comme système (enfin, pour ce qui est de la partie subvention). Les partis marginaux ne reçoivent rien, ou pratiquement rien. »

    Et c’est ce que nous appelons la « Démocratie ». Oui je sais. Et les partis marginaux sont obligés de demander des subventions aux individus privés qui sont membres. Explique-moi cette logique?

    « « Actuellement c’est une structure organisée pour assurer l’emploi d’individus dans un parti politique. Une petite clique qui vit au dépend de la société. »

    Le chat sort du sac! »

    Je ne crois pas. Le fameux chat est trop à l’aise dans son foutu sac. Il ne veut pas en sortir.

    Avec l’expérience que je viens de vivre cet A.M. avec la qualité du « service gouvernemental », je dois dire que mon idée est maintenant encrée: je suis pour l’anarchie totale avec, pour tous, la permission de porter une arme de poing à la ceinture.

    Fini les agressions, les femmes battues, l’abus de pouvoir et encouragement inconditionnel à la politesse et à la négociation. Un point un trait.

    Un système comme le nôtre est une atteint à la dignité de la nature humaine. Nous sommes à la merci de la moindre erreur commise par des imbéciles qui « oeuvrent » pour le bien-être de la société.

    Nous payons des équipements pour subvenir à la demande de 1000 personnes à l’heure dans nos organismes gouvernementaux et cela prend tout leur « petit change » pour servir 20 personnes à l’heure. Que ce soit à la SAAQ ou dans les hopitaux. Cela m’a prit 4 minutes pour avoir un trio Big Mac chez McDo et il y a plus de clients qu’à la SAAQ.

    Un foutu système de cons!!!!

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  5. avatar

    Il n’y a aucune raison valable pour qu’un parti politique dispose de fonds sauf celle de faire connaitre son programme et cette obligation devrait être assumée par l’État.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/linformation-electorale/

    PJCA

    • avatar

      Sur ce point nous somme malheureusement en désaccord.

      La seule obligation de l’état est d,assurer le bien-être de la population et rien d’autre.

      La survie d’entreprises ou d’organismes n’a pas à être assuré par l’état. Rien ni ^personne n’a droit à des « passe-droits » particuliers.

      J’imagine que je suis anarchiste ascendant révolutionnaire. 🙁

      Amicalement

      André Lefebvre

    • avatar

      @ l’artiste

      N’est-ce pas un élément essentiel du bien-être de la population que de pouvoir choisir ses dirigeants et d’être adéquatement et honnêtement informée pour le faire ?

      Je crois que si vous lisiez le texte que j’ai mis en reference vous seriez plutôt d’accord car il s’agit d’ELIMINER les passe-droits

    • avatar

      « N’est-ce pas un élément essentiel du bien-être de la population que de pouvoir choisir ses dirigeants et d’être adéquatement et honnêtement informée pour le faire ? »

      Ça ne l’a pas encore été depuis 1792 en tous les cas.

      La situation est loin de s’améliorer d’une élection à l’autre.

      Je vais l;ire votre lien, c’est promis.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Je viens de lire et je ne vois q

    • avatar

      Mauvais bouton encore une fois!!!%(O?*&%?&?$%&

      Je viens de lire et je ne vois qu’une seule impossibilité et la voici:

      « L’État doit mettre son veto à l’insignifiance. »

      S’il le fait, plus de publicité pour aucun des partis et plus de commentaires de la part d’aucun journaliste.

      Pour le reste, c’est évidemment l’idéal inatteignable.

      Peut-être qu’une émission de 15 minutes ou 30 minutes par candidat prendant 5 semaines ferait l’affaire. Émission du style « Point de mire » où un homme intelligent présentait son opinion de façon très intéressante.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

  6. avatar

    L’auteur,
    En passant, je suis pour les subventions aux partis, même que j’interdirais les dons des particuliers, question de minimiser la collusion et les retours d’ascenseur que cela peut provoquer.
    ========================

    Je suis tout à fait contre cette position, cela crér de telles différences que les couches des populations sont de plus en plus dévaforisées, c’est une réalité.
    Il est inadmissible de plaider une cause qui ne soit ni républicaine ni démocratique.

    Je partage en tous points l’avis de Pierre Allard en dehors de cela nous constatons que le cumul des mandats provoquent des retraites de miséres alors que les « politiques et les partis s’enrichissent » c’est honteux scandaleux.
    Je suis trés surpris de ta prise de position, auquel cas il te faut adhérer au Parti de ton choix et avec un esprit aussi ouvert vers les riches tu es sur de faire fortune.

    Voir briguer une mandat, il y a deux sujets dans ton artiocle celui des « armes » que je connais mal en dehors des trafics, et celui de la condition humaine qui dirige toute mes valeurs dans la mesure où j’en posséde.
    Pardon pour l’erreur de tout à l’heure, mais je vouslais écrire:
    Voici un article qui va faire du bruit !

    Le débat est ouvert, je persiste en signant que dans la mesure ou toutes les démocraties, les vraies, pas celles qui sont à la charge d’autres dont les principaux manipulateurs profiteurs sont les USA.
    Il va ainsi du Canada et du Québec et certains pays d’Europe alors ne vous voilons pas la face, quelle est notre force alors face à la force de frappe des machines de guerres que restent les partis politiques ?
    Avec leur fric de merde ils achétent y compris des votants, alors revenons au stade de la raison, enfin c’est ma conception et depuis des années des décennies je persiste à défendre les plus faibles face aux monuments du pognon.
    Il ne s’agît pas de tomber dans des extrêmes, mais il bon aussi de savoir que chaque voie rapporte de l’argent que l’Etat reverse aux Partis y compris aux racistes à fond la caisse.
    Il ne peut plus y avoir de 1789 et c’est dommage, mais, regarde les émoluments d’un élu en action à la retraite et compare par rapport aux salariés y compris à salaire égal c’est une vaste fumusterie.
    Je me battrai toujours pour la disparition totale des partis et le respect des démocraties réelles, non vivre sous le jouc par leur puissance.
    Il suffit de constater le pouvoir des partis sur n’importe quel continent.
    Cordialement,

    Le Panda
    Patrick Juan

    • avatar

      @ Panda

      Je serais pour l’interdiction des dons des particuliers, si je croyais que cette mesure eut la moindre chance d’être respectée.

      Concrètement, c’est au palier des dépenses publicitaires que je crois posssible d’exercer un contrôle efficace.

      PJCA

  7. avatar

    @ L’artiste

    Pourquoi serait-il impossible que tous les journaux publient les programmes de tous les partis ?

    Pourquoi serait-il impossible que chaque commentaire d’un journaliste -(ou de quiconque sur Internet) – sur un parti ou un candidat, donne ouverture automatiquement à un droit de réponse de même visibilité de la partie mise en cause ?

    Pourquoi serait-il impossible interdire toute autre publicité ?

    Un systeme parfaitement opérationnel de vraie dmocratie a été proposé en commission parlementaire en 2002, qui a recu les éloges de tout le monde, n’a jamais été contredit… mais a été simplement mis aux oubliettes parce que nous ne sommes pas en démocratie, mais dans un regime de brigandage oligarchique maintenu par le controle des médias et la corruption.

    Je démolirais sans effort les arguments de n’importe quel politicien qui aurait le courage d’en debattre publiquement avec moi. Mais ils sont aussi veules qu’ineptes.

    Pierre JC Allard

  8. avatar

    ‘Pourquoi serait-il impossible que chaque commentaire d’un journaliste…’ PJCA

    Le problème est justement là. Les journalistes ne font que des commentaires, de l’opinion, pour nous indiquer comment penser la nouvelle. Ils ne rapportent plus la nouvelle de façon impartiale et égalitaire, ils opinent selon les directives de leurs patrons.

    Dans le type de démocratie que nous subissons, interdire ou autoriser les dons de particuliers ou d’entreprises aux partis sont de fausses solutions aux réels problèmes.

    La quantité de pancartes ou de messages publicitaires télé-radio est complètement insignifiante face à la véritable influence que sont : les SONDAGES et la COUVERTURE MÉDIATIQUE par l’ensemble des médias.

    Tous les médias traditionels populaires participent en un seul canal de diffusion contrôlé par le Capital.
    Le pire des scandales ou la meilleure idée de réforme sont passés sous silence par les médias traditionnels si ils nuisent à leurs plans.

    L’ennemi du peuple sont les médias de propagande déguisés en réseaux d’informations et érigés en système incontestable de vérité.

    Terminé de dénonçer le Système de façon générale et inutile.
    Dénonçons les collabos.
    UN PAR UN. SANS RELACHE.

    J’ai donné un exemple sur la Libye avec le correspondant Jean-Francois Bélanger de Radio-Canada rapportant, en direct de Benghazi, la nouvelle d’un massacre de rue à Tripoli (non vérifiée et sans image) contredite le même jour, en soirée, par le journaliste Raymond St-Pierre de R-C à Tripoli (avec images).

    C’est dans cette guerre efficace qu’ils nous faut entrer comme résistant virtuel.
    En nommant les collabos-correspondants. En démontrant, avec preuves à l’appui, leurs turpitudes à chaque évènement rapporté par eux sous forme de désinformation ou mensonge. Et en innondant le WEB de ces dénonciations.

    DG

  9. avatar

    @ L’artiste

    Tout compte fait, je reproduis ci-dessous quelques paragraphes pertinents de ce rapport de 2002:

    Le biais médiatique qui déséquilibre le dispositif électoral.

    Parce qu’il ne veut plus croire ce qu’on lui dit, l’électeur ne peut plus voter pour une idée ou un programme; il en est réduit à voter pour une image et un visage: nous sommes en « démocratie cosmétique ». Mais un politicien a le visage et l’image de ses moyens et de ses appuis; appuis transparents, mais aussi parfois tacites, implicites et occultes. L’électeur qui en est réduit à voter pour des images tend naturellement à favoriser celles qui sont omniprésentes et le mieux fagotées. Si un parti ou un candidat peut consacrer à se faire connaître et complimenter 20 fois la somme dont disposent certains de ses adversaires, la lutte n’est pas égale. On a prétendu régler ce déni d’équité par la limitation des dépenses électorales, mais les dépenses électorales ne sont que la toute petite pointe de l’iceberg.

    Ce n’est pas la publicité payée qui est vraiment efficace, mais la publicité gratuite faite par les médias, les commentateurs, les éditorialistes. La liberté de la presse – qui ne doit en aucun cas être remise en question – permet hélas de contourner facilement l’esprit de la limitation imposée aux dépenses électorales. On manipule comme on veut via les médias, et le politicien qui ne peut compter sur la bienveillance des médias n’a aucune chance.

    Quand un chroniqueur consacre 5 colonnes en page 4 de La Presse à louanger une candidate, combien d’argent devraient dépenser ses adversaires pour rétablir l’équilibre? Quand les médias citaient Pierre, Jean, Jacques en oubliant commodément Michel, est-ce que Prescott, en 1998, avait une chance de devenir maire de Montréal? Comment, sans museler les médias, donner une couverture honnête à chaque parti et à chaque candidat ?

    SOLUTION : Un message pour chacun et moins de bruit pour tous

    La couverture inégale que donnent les médias aux divers partis et aux divers candidats fausse le jeu électoral. On peut donner une chance honnête à chaque parti et à chaque candidat en rejetant l’approche marketing de la démocratie – laquelle vend comme du savon des idées creuses à une population distraite – et en la remplaçant par une obligation de l’État d’informer.

    À chaque élection, l’État doit prendre en charge le coût de diffusion à l’échelle nationale, dans tous les médias écrits et télévisuels, du programme de chaque parti et du CV du chef de chaque parti. Chaque parti reconnu doit jouir aussi, aux frais de l’État, d’un envoi postal gratuit à tous les ménages de son programme et des curriculums des membres de son équipe.

    Chacun doit recevoir un même temps d’antenne à la radio et à la télévision. Un ou plusieurs débats télévisés doivent permettre aux chefs de tous les partis de s’affronter.

    Au palier des circonscriptions, les curriculums des candidats députés doivent aussi, en début de campagne, être publiés aux frais de l’État dans tous les journaux de la circonscription et faire l’objet d’un envoi postal gratuit à tous les ménages de la circonscription.

    Ensuite ? Ensuite, on arrête et l’on se tait. Quiconque a un programme doit pouvoir le soumettre à la population sans que son message soit occulté, couvert par le vacarme des publicités payées. Aucune autre publicité gratuite ou payée que cette présentation unique des programmes et des curriculums ne doit être tolérée durant la campagne électorale. S’inspirant du ¨silence¨ médiatique que l’on fait déjà respecter la veille de l’élection, l’État doit mettre son veto à l’insignifiance durant toute la campagne électorale.

    Restent les commentaires d’une presse qu’on veut libre. On peut rétablir l’équilibre entre les partis et les candidats sans priver les journalistes de leur droit de parole; il s’agit simplement de les forcer à passer aussi le micro.

    Que les journalistes continuent d’y aller de leurs commentaires sur les partis et leurs programmes comme sur les candidats; mais, dans la tradition du droit de réplique, tout article jugé critique par le Directeur général des élections doit donner lieu à une réponse de la partie présumée lésée.

    Quant aux articles et communiqués n’attaquant personne mais mettant en évidence un candidat ou un parti, il faut alors accorder à leurs adversaires un temps/espace équivalent pour qu’eux aussi puissent se faire connaître sous un jour favorable.

    ( Addendum 2007/04/05: Blogues et sites persos ouverts au public sont assimilés à des médias. Durant une campagne électorale, tout individu ou blogue qui diffuse une information politique doit ouvrir ses colonnes à tous les partis et à tous les candidats, accordant à chacun le droit d’y publier à la hauteur des normes et aux conditions que nous avons indiquées pour les medias )

    Qu’on ne nous dise pas qu’il est inapproprié d’accorder à un parti marginal la même couverture qu’à un parti qui semble capable de prendre le pouvoir; c’est peut-être parce qu’il n’a pas cette couverture équitable qu’un parti demeure marginal, et seulement parce qu’il a cette couverture que tel autre parti apparaît comme prêt à former le gouvernement. C’est à la population correctement informée qu’il appartient d’en décider, pas à des chefs de pupitre.

    Est-ce que cette approche ne serait pas juste ? Ou aurait-on peur que, privée du cirque médiatique qui l’entoure, une campagne électorale ne parlant que des vrais enjeux ne devienne ennuyeuse et que la population ne se désintéresse encore plus de la politique ? Si c’est le cas, il vaudrait mieux trouver une autre façon de l’intéresser que de lui rabâcher des slogans vides.

    PJCA

  10. avatar

    @ DG

    Votre dernier message a croisé ma reproduction de mon rapport de 2002; il est clair que nous voyons les choses du même oeil. Etes-vous aussi d’accord sur le fait que cette comédie a assez duré et que, comme le propose Bibeau dans son article en vedette aujourd’hui, on boycotte toute simplement cette n ième manipulation grossière de cette pseudo démocratie ?

    PJCA

    • avatar

      Entièrement d’accord dans les circonstances actuelles. Cette élection-ci, pour la première fois, je vais annuler mon vote en inscrivant sur le bulletin: FOUTAISES

      Par contre notre seul salut est la pression que peut exerçer l’instabilité d’un gouvernement minoritaire, en attendant une vraie réforme.

      DG

  11. avatar

    @ DG.

    C’est ce qui nous sauve a Ottawa depuis des années et ne pas l’avoir fait à Québec a été une erreur irréparable. Mia je crois que le moment est arrivé d’un message fort: une majorité pour l’abstention ou mieux l’annulation du vote, qui consacrera l’illégitimité de la gouvernance que nous avons. Après, on avisera…

    PJCA

  12. avatar

    Ah là alors, annuler son vote en inscrivant FOUTAISE me plaît énormement.

    Si on pouvait répendre la formule, le message aurait quelque chance de passer; mais les médias vont le passer…sous silence.

    Que tous ceux qui refuse cette démocratie fantoche actuelle aille voter et inscrivent tous le même mot: FOUTAISE a peut-être des chances de se faire entendre, si un seul journaliste a assez de couilles pour le mentionner.

    D’accord, je vais essayer.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  13. avatar

    Je marche: FOUTAISES. Faisons-en tous le mot-clef, la riposte universelle à toutes les salades électorales. Le rappel de toutes les argumentations jamais démenties contre le Système. Notre équivalent du BULLSHIT des Américains qui finalement résume tout.

    F O U T A I S E S ! À redire ad nauseam, surtout sur Cyberpresse. Visons 60% d’abstentions et d’annulations du vote

    PJCA

  14. avatar

    @ J’invite tous les lecteurs a se manifester et surtout a répandre largement cette idée de boycott sur tous les blogues.

    F O U T A I S E S les promesses et les discours du Parti Conservateur comme celui des Liberaux.

    Annulation et Abstention

    PJCA

  15. avatar

    @Pierre Allard,

    Je partage pleinement cette position, mais encore lorsque l’information est relayée sur divers blogs ou forums, faut-il encore répondre aux questions.

    L’article se trouve sur Les Voix du Panda je l’ai déjà indiqué dans un commentaire plus haut, il comporte plus de 100 lectures et peu de réactions dues au fait qu’il n’y a pas de débat.

    Donc encore une fois l’idéologie de tout un chacun semble se rejoindre, nous ouvrons largement les portes pour mieux faire comprendre les positions de chacun.
    Donc à vous de livrer, je ne puis qu’être que l’un des modestes vecteurs, alors essayons dêtres juste plus efficaces.
    Merci de m’indiquer ce que les uns et les autres vous en pensez.
    http://www.panda-france.net
    Cordialement à tous,
    Comme je m’en doutais cet article fait du bruit et non seulement au Québec.
    Le Panda
    Patrick Juan

    • avatar

      Nous n’avons à répondre à aucune question avant d’avoir présenté une position déterminée envers un sujet.

      Le sujet actuel est notre « supposée » DÉMOCRATIE qui n’est que de la frime.

      Prenons position et nous répondrons ensuite aux question qui surgiront.

      Je n’ai pas de temps à perdre pour répondre à des question sur une opinion qui n’est pas clairement étabie.

      Entreprendre des négociations avant la prise de position est de tourner en rond, sans définir quoi que ce soit de tangible.

      Une chose à la fois et nous arriverons bien quelque part. Je refuse que la prise de position soit déviée en « négociation ».

      Vous êtes en accord avec la situation présente ou vous ne l’êtes pas. C’est aussi simple que ça!!!

      Il n’est pas encore le temps de définir des solution; que les « génies attendent encore un peu. Il est question de faire valoir notre droit fondamental démocratique, notre droit de « véto » sur la situation actuelle. C’est simplement une prise de position^; pas une plateforme électorale.

      On ne me fera pas « discuter » de la situation avant même que j’aie clairement établit mon « véto ». « Je m’objecte » à la situation actuelle.

      Qui dit mieux?

      Amicalement

      Elie l’Artiste

  16. avatar

    @Elie l’Artiste,
    Dixit:
    Nous n’avons à répondre à aucune question avant d’avoir présenté une position déterminée envers un sujet.
    ====================

    Pour vous répondre directement, je suis tout à fait en accord et je ne vous demande nullement de vous exprimer plus clairement; c’est le vériable sens de la démocratie.
    Attention à ne pas mordre je suis une espèce protégée sourires.

    Voila ce qui me semble clair, bien plus que cordialement.

    Amicalement,

    Le Panda
    Patrick Juan

    • avatar

      Je ne mords que rarement; mais je prends position assez souvent. 😉

      Amicalement

      André Lefebvre

    • avatar

      @André Lefebvre,

      Merci je me sens rassuré ouf, je ne finirais point dans votre estomac.

      Mais je partage pleinement la situation de se positionner, car nous sommes de plus en plus dans la merde.

      Par ailleurs vous allez voter le 2 mai, il faut indiscutablement en débattre et ne pas vous laisser bouffer les uns les autres patr manes de politiques finances.

      La vie est trop courte pour que nous ne puissions en profiter un peu, mais dans ce monde de fous, les millions sont supérieurs aux sous dans la poche.

      Amicalement,

      Le Panda

      Patrick Juan :-O

  17. avatar

    Pour ce qui est du débat en lien avec le registre des armes à feu, il est sans conteste sur les valeurs. Qu’il y ait un registre ou non, il y a vente d’armes et ça n’empêche pas les crimes. Est-ce que pour certains le fait de savoir son arme dans le registre est une influence? C’est possible, mais difficilement prouvable. Mais bon, c’est un outil pour les enquêteurs, ça il n’y a pas de doute.

    Pour revenir aux valeurs, personnellement, je préfère amplement trop de contraintes aux possesseurs d’armes que moins, puisqu’utopiquement je voudrais un monde sans armes. Je le répète : utopiquement.

    Pour ce qui est de la raison de se protéger de la tyrannie du gouvernement, je me dis que dans le contexte cynique actuel où les gens ont de la difficulté à lever un petit doigt quand il est question de politique, ça me surprendrait beaucoup que ce doigt puisse servir à s’appuyer sur une gâchette… Il ne faut pas s’en cacher, le but de l’acquisition d’une arme est bien personnel.

    Et, à la question de l’abstention, je suis personnellement contre, mais bon, si les abstentionnistes font l’effort d’aller indiquer « Foutaise » sur leur bulletin de vote, c’est déjà ça de pris. Le gros problème, c’est qu’en réalité on ne pourra pas savoir publiquement combien de gens ont écrit « Foutaise » sur leurs bulletins de vote. J’appellerais ça un message dans le vide. Au moins, voter pour le parti qui est le plus près de vos valeurs, ça lui donne droit à une subvention…

    Justement, pour ce qui est des subventions aux partis politiques, j’ai eu d’excellents commentaires à la suite de ce billet sur mon propre blogue :

    « L’élimination de la subvention aux partis politiques est selon moi le dernier clou du cerceuil de notre système démocratique et la consécration définitive d’un régime ploutocratique eui est déjà passablement en place. Quand on paye la présidente d’une coopérative d’épargne 2 millions de $ par an, qu’on rachète le condo d’un recteur 1 million de $ pour ensuite lui donner 36 000$ par an pour l’habiter, quand on congédie la présidente d’une société d’état en lui remettant un chèque de plus d’un demi-million de $, nous somme déjà en pleine ploutocratie. »

    « Bof, j’y disais simplement que les crédits d’impôts sur les dons aux partis politiques (qui peuvent représenter jusqu’à 75 % de la valeur des dons) coûtent aussi cher que les subventions aux partis politiques. Par contre, comme le PCC est de loin le parti qui bénéficie le plus de ces dons, il ne propose bien sûr pas d’abolir ce crédit d’impôt. Il préfère abolir les subventions qui sont réparties de façon équitable. »

    « Le financement des partis devrait être à 100% public. On sauverait des millions en n’ayant pas ces collecteurs de fonds qui conseillent les ministres, Il serait plus simple de surveiller qui dépense quoi dans une campagne électorale vu que le montant de départ est connu et donc la démocratie serait mieux servie. Etc. »

  18. avatar

    Toujours le même raisonnement:

    Mieux vaut être « unijambiste » que « cul-de-jatte ».

    J’en ai un peu marre de cette position défaitiste; et elle se rapproche beaucoup de l’imbécilité: « né pour un petit pain ».

    Il est temps d’arrêter de nourrir les lions pour ne pas être bouffé. S’il le faut, on leur casse les dents, sinon qu’ils apprennent à miauler.

    Amicalement

    André Lefebvre

    • avatar

      J’ajouterais la proposition de mettre « FOUTAISE au singulier puisque ce ne sont pas les propositions qui sont de la FOUTAISE mais le système hypocritement démocratique qui l’est.

      Amicalement

      André Lefebvre