Accueil / A C T U A L I T É / Quelle fut la naissance de notre Lune?

Quelle fut la naissance de notre Lune?

 

La théorie actuelle sur la naissance de la Lune ne concorde pas avec les données obtenues jusqu’à maintenant.

Cette théorie acceptée par la plupart des scientifiques, voudrait qu’une protoplanète de la grosseur de Mars, qu’on a appelé Théia, ait collisionné avec la Terre de sorte que ses débris auraient éventuellement formé notre Lune.

Le problème est que la Lune est formée de rocs tout à fait identiques à ceux de la Terre. La Lune n’est donc pas issue des débris d’une autre protoplanète. Et les savants cherchent une autre solution.

Il est assez étonnant qu’ils ne continuent pas leur raisonnement en ajoutant : « …donc la Lune est composée des débris de la Terre et non de Théia ».

Le scénario deviendrait alors qu’un objet cosmique ait frappé la Terre, arrachant des débris de celle-ci qui se mirent en orbite, et… continua sa route. Cet événement se serait déroulé à la même époque qu’un objet cosmique aurait frappé Uranus pour lui donner son inclinaison actuelle; soit environ il y a 4 milliards d’années.

 

Curieusement, la planète Mars aurait également, selon les savants, subit une collision à la même époque.

De plus, le même scénario de collision s’applique pour Vénus qui en aurait tiré un résultat d’effet de serre, de rotation ralentie (une journée vénusienne est plus longue qu’une année vénusienne) ainsi qu’une orbite en sens contraire des autres planètes.

On se doit donc d’accepter le constat qu’il y a environ 4 milliards d’années, notre système solaire fut perturbé par des collisions d’un ou plusieurs objets cosmiques avec ses planètes.

Si nous revenons à la naissance de la Lune, le fait établi qu’elle est composée des mêmes matériaux que la Terre, nous oblige d’accepter qu’elle est un « morceaux terrestre ». Mais si c’est le cas, il faut alors que ce morceau arraché à la Terre ait laissé ses traces sur notre planète.

À première vue, cela ne semble pas être le cas. Mais après réflexion, on en vient à se demander quel est l’origine de notre océan Pacifique extraordinairement tellement profond, dont la surface occupe 1/3 de toute la surface de la Terre.

L’océan Pacifique est entouré, officiellement, de trois des cinq continents (l’Asie, l’Australie et l’Amérique). Cependant, au sud, il est délimité par l’océan austral qui, en fait, n’est qu’une convention, parce qu’en cet endroit se joignent le Pacifique, l’Atlantique et l’océan indien. La réalité est donc que le Pacifique est entouré de 4 des 5 continents lorsqu’on inclus l’Antarctique; seule l’Europe ne le touche pas.

Suite à cette description, il devient difficile de rejeter l’idée que l’océan Pacifique ne soit pas une « blessure » importante de notre planète, produite à l’époque du précambrien où une surface terrestre apparu d’un seul morceau, lorsque l’eau qui la couvrait s’est précipitée dans le « trou » de la blessure.

Voyons plus précisément cette allégation.

Voici une image de la Terre, coté Pacifique, sans son eau :

Si notre proposition est exacte, la dérive des continents serait alors l’effet de cicatrisation de la blessure du Pacifique, qui se refermerait sur elle-même. Ce qui expliquerait l’éloignement graduel des continents les uns des autres depuis la fracturation de la Pangée.

Il nous faut donc calculer tous les volumes des océans pour connaitre l’importance du volume  de la blessure originelle.

La superficie totale des océans proprement dit est de 335 millions de km² et l’épaisseur moyenne des océans est de 4, 5 km.

Le volume des océans est donc de 1 507 millions de km3.

Le volume de la Lune est de 2 194 millions km3; ce qui représente 1, 5 fois plus volumineux que les océans. La différence de 687 millions de km3, est assez énorme on en conviendra.

Cependant, il faut tenir compte de deux autres facteurs :

  • La cicatrisation de la blessure de notre planète a fait diminuer rapidement et de façon importante, son volume original, par solidification d’une partie du magma terrestre laissé à nu par la collision cosmique. Encore aujourd’hui, au niveau des crêtes médio-océaniques, le magma érupte en formant la croûte océanique.
  • La Lune a été bombardée à ses débuts, d’innombrables météorites qui ont augmenté sensiblement son volume.

Ceci considéré, il est évident que la cicatrisation de la blessure terrestre a produit une diminution du volume de la blessure beaucoup plus importante que l’ajout de météorites sur la Lune. Cette diminution de volume par cicatrisation  a dû être très significative au tout début. Ce n’est qu’une fois le magma solidifié que la dérive des continents a pu débuter en créant l’Atlantique, et que les éruptions océaniques ont poursuivi le « remplissage » de la blessure.

On appelle une zone de divergence océanique, là où s’éloignent deux plaques tectoniques l’une de l’autre, couplé à une remontée du manteau entre elles, permettant la formation continue de croûte océanique. On comprend facilement que lors de l’arraché d’un morceau de la Terre, cette « remontée » du manteau fut assez drastique.

La frontière divergente des plaques correspond à une ride océanique ou dorsale, lieu de création de lithosphère océanique et théâtre de volcanisme intense.

Les scientifiques de la NASA estiment que le nombre des volcans sous-marins est près de 1,5 million et que 75 000 de ces volcans s’élèvent à un kilomètre au-dessus du plancher océanique. On estime également que les volcans sous-marins produisent environ 75 % de la quantité totale de magma solidifié produit chaque année.

Insistons sur le fait qu’une dorsale océanique est le lieu d’un volcanisme, couplé à une remontée du manteau qui en fait l’endroit de création de croûte océanique. Il est remarquable que l’une de ces dorsales traverse le centre, du nord au sud, de l’océan Atlantique. Ce qui explique l’éloignement graduel du continent américain  de ses homologues, l’Europe et l’Afrique. Cela explique tout autant, le rapprochement des Amériques du continent asiatique. En fait, la plaque du Pacifique s’enfonce sous la plaque asiatique.

 

Voici une carte décrivant les plaques tectoniques terrestres :

Les dorsales océaniques sont représentées par une ligne rouge

Il est remarquable que l’océan Pacifique ne soit pas traversé par aucune dorsale; il en est plutôt « entouré ». Ce qui appui notre proposition que l’océan Pacifique soit cette blessure terrestre d’où aurait été arrachée notre Lune, et qui continu de se cicatriser depuis 4 milliards d’années.

Il est également remarquable que les deux pointes continentales séparées par le détroit de Béring ne bougent pratiquement pas comparativement aux autres parties de l’Amérique et de l’Asie. Il devient presqu’évident que la surface terrestre sous l’océan Pacifique se referme sur elle-même comme le ferait une blessure.

Amicalement.

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Bitcoin: l’utopie complotiste

A les entendre, le Bitcoin serait notre avenir. Il nous permettrait de nous enrichir rien ...

One comment

  1. avatar

    Très très intéressant, merci beaucoup.