Accueil / A C T U A L I T É / Que fait la police ?

Que fait la police ?

Les émeutes récentes, en marge des manifs des Gilets Jaunes, ont décidé le gouvernement, l’un sortant de boite de nuit, l’autre d’un séjour à ski, de prendre de nouvelles mesures… mais qui sont les vrais casseurs ?

On sait que, par le passé, notamment en mai 68, le pouvoir avait tenté, et parfois réussi, à infiltrer les manifestants grâce à des « polices parallèles », équipées de tout le matériel pour casser… tout en faisant porter le chapeau aux manifestants, même les plus paisibles, afin de les discréditer auprès de l’opinion.

Or la question se pose aujourd’hui : le gouvernement Macron tente-t-il de faire de même ?

La question mérite d’être posée…

Des policiers, arborant d’une part le brassard police, et d’autre part un marteau à la ceinture, outil peu compatible avec les armes conventionnelles, ont été vus…et la réponse donnée par « l’autorité » est que ce (ou ces) marteau a été pris à un manifestant...lien

Ce qui expliquerait la passivité de ces policiers aux côtés d’un des leurs, en quasi civil, équipé lui aussi d’un marteau… mais qui peut croire ça ?

Plus étrange, ce casseur, manifestement policier, sera photographié un peu plus loin, accompagnant de faux gilets jaunes, lesquels arrêtent un manifestant.

C’est d’ailleurs le même individu que l’on voit sur une photo, publiée dans l’article de Jean-Marc B. dans les colonnes de Médiapart. lien

Ce blogueur constate finalement que ce faux manifestant, manifestement émanant d’une « police parallèle », dans le droit fil des agissements d’un Benalla, a dans son dos, un marteau sous la ceinture, remarquant aussi que ces « faux gilets jaunes », passent au milieu de CRS sans la moindre difficulté.

Sur une autre photo, on voit distinctement ces faux gilets jaunes, l’un avec une matraque télescopique, l’autre avec un marteau à la ceinture, et le troisième avec un talkie-walkie dans la poche.

De là à imaginer une stratégie présidentielle, destinée à provoquer des situations périlleuses, il n’y a qu’un pas, comme l’a suggéré dans un long article Jean-Claude Bourret.

« je n’arrive pas à croire que les multiples dégradations sur les Champs soient dues à une mauvaise disposition des forces de l’ordre et à des ordres inappropriés (…) objectivement, ces violences sont bien pratiques car elles permettent au gouvernement de faire passer une loi liberticide à l’assemblée, elles permettent d’interdire les manifestations, elles permettent une répression accrue avec la bénédiction d’une partie de plus en plus grande de la population… ».

Au-delà des rumeurs, il reste les images, et on peut voir dans cette vidéo, de faux manifestants qui avaient infiltré une manif, et chassés par les gilets jaunes, ceux-ci les accusant d’avoir cassé des vitrines, pour en faire porter la responsabilité aux manifestants.

Dans cette autre vidéo, on assiste à plusieurs expulsions de policiers ayant infiltré la manifestation.

Si l’on remonte un peu dans le temps, c’est en novembre 2014 qu’Olivier Besancenot avait publié une vidéo prise à Nantes, dans laquelle on voyait en photo des policiers déguisés en casseurs… Besancenot s’excusant dans un premier temps d’avoir situé l’action à Rennes.

Plus avant, une autre vidéo, filmée par l’agence Reuters le 16 octobre 2010 montre un homme brisant une vitrine malgré l’intervention d’un homme âgé…. action confirmée par Jean-Luc Mélenchon. lien

Ce n’est hélas pas une première, et on se souvient qu’en 1979, des syndicalistes du service d’ordre de la CGT avaient pris la main dans le sac un agent de police nommé Gérard le Xuanagissant sur ordre, fracassant une vitrine. lien

En 2010, lors des manifs contre la réforme des retraites, avaient mis à jours de pareils agissements. lien

C’est l’occasion de revoir le sketch de Coluche, évoquant les « appariteurs » qui cassent les vitrines…vidéo

Mais revenons aux manifs des GJ.

Même la presse internationale s’inquiète de ces « policiers déguisés en Gilets Jaunes », comme on peut le découvrir dans cette vidéo.

On se souvient que le Fouquet’s avait connu quelques déboires, attribués bien sûr aux « casseurs »… or sur une vidéo, on voit clairement que ce qui a mis le feu à cette « institution », c’est le jet d’une grenade, du type Pimp, qui, en explosant en l’air fait retomber 4 lacrymogènes, lesquelles mettent le feu à la toile de la devanture de cet établissement. lien vidéo

Mais une autre question se pose, posée d’ailleurs par les policiers eux-mêmes, s’étonnant qu’il n’y ait pas eu d’ordres d’intervenir contre les casseurs…

C’est d’ailleurs ce qu’affirme Philippe Capon, secrétaire général du syndicat Unsa Police, mettant en cause « ceux qui n’ont pas donné les instructions aux forces de l’ordre présentes sur les lieux  ». lien

« On a laissé les débordements se faire ».

Commentaire d’un CRS : « c’est pas croyable, on dirait qu’on les laisse faire ! C’est quoi l’objectif ? ». lien

Un autre CRS est plus catégorique : « on nous donne l’ordre de laisser casser pour que le mouvement devienne impopulaire, et la fois d’après on y va fort parce que l’opinion publique attend une réaction de répression populaire  ». lien

Stratégie du chaos ?

Richard Liscia, dans son blog « le quotidien du médecin » ne dit pas autre chose : « …le pouvoir a donné l’impression de n’avoir rien vu venir, alors que 2 jours avant l’émeute, il savait que des blacks blocs venus de l’étranger sèmeraient le désordre. Au point que ‘on arrive à se demander si le président et ses ministres n’ont pas, à dessein, permis aux voyous de se déchaîner pour compromettre définitivement les Gilets Jaunes »lien

Pas étonnant dès lors la colère d’Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat de police VIGI, qui réclame carrément la démission du ministre de l’intérieur. lien

On connait la suite, Castaner a fait porter le chapeau au préfet, et à quelques autres, (lien) affirmant qu’ils n’avaient pas obéi aux ordres…

Ce qui a provoqué la colère de nombreux policiers comme on peut le découvrir sur leur page FB. lien

En attendant, on peut raisonnablement supposer qu’il y a un « objectif »…outre la diabolisation des GJ, c’est l’interdiction des manifestations, même lorsqu’elles ont été demandées officiellement, comme cela sera surement le cas de celle demandée pour samedi prochain.

Que donnera la stratégie du gouvernement lors des prochaines manifs Gilets Jaunes ?… l’avenir nous le dira, mais contre toute attente, la popularité de ces manifestants ne baisse pas, bien au contraire, puisqu’une consultation récente montre que ce mouvement jouit, malgré tout, d’un soutien populaire fort avec 80 % en leur faveur… lien

Comme dit mon vieil ami africain : « en présence de la tête, le genou ne porte pas le chapeau ».

L’image illustrant l’article vient de PressFrom

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.