Accueil / T Y P E S / Chroniques / Que faire avec les commissions scolaires ?

Que faire avec les commissions scolaires ?

Les ?lections de la fin de semaine derni?re ont grandement nourri les discussions et les r?flexions sur l’avenir des commissions scolaires. Avec un taux de participation de 7.9%, il est ?vident que nous devons nous questionner sur l’avenir de ce palier d?cisionnel, mais quelles sont les possibilit?s ?

Depuis d?j? quelque temps, l’ADQ de Mario Dumont propose et milite en faveur de l’abolition des commissions scolaires. Avec un de ses raccourcis intellectuels dont lui seul conna?t la recette, Super Mario a tent?, cette semaine, de manipuler l’opinion publique en se servant du bas taux de participation aux ?lections scolaires pour appuyer et mousser sa position. Les gens ne vont pas voter pour les commissaires, ils sont donc contre l’?lection des commissaires. C’est quand m?me un peu simpliste comme r?flexion. Cependant, au-del? de ces simplifications typiques de Mario Dumont, l’id?e d’abolir les commissions scolaires m?rite quand m?me qu’on s’y attarde quelque peu.

Mais avant d’aller plus loin et pour bien comprendre ce dont il est question, quelques chiffres sont ? mon avis n?cessaires. Au Qu?bec on compte 72 commissions scolaires g?r?es par 1305 commissaires ?lus. Au total, c’est pr?s de 9 milliards de dollars qui passent par la gestion de ces commissaires. C’est quand m?me beaucoup d’argent et beaucoup de monde. Avant de mettre la hache l?-dedans, il faut ?tre certain de ce qu’on va faire pour remplacer tout ?a.

Malgr? l’ampleur de la t?che ? abattre, Mario Dumont semble convaincu de la n?cessit? d’abolir imm?diatement ces commissions scolaires. Tellement que, dans un rugissement plus ou moins convaincant, le chef de l’opposition officielle a d?pos?, un peu plus t?t cette semaine, une motion de bl?me ? l’endroit du gouvernement Charest sur cette question. L’action d?mocratique du Qu?bec ?tait pr?t ? faire tomber le gouvernement et provoquer la tenue d’?lections quelques jours avant No?l. C’est dire ? quel point ils consid?rent l’enjeu comme ?tant fondamental. Selon eux, beaucoup d’argent pourrait ?tre attribu? directement aux ?l?ves plut?t que de se perdre dans une bureaucratie inefficace.

En plus de l’ADQ, il y a aussi le Vice-pr?sident et ?conomiste en chef de l’Institut ?conomique de Montr?al, Marcel Boyer qui d?fend cette position. Dans une lettre ouverte publi?e dans le journal La Tribune du 29 octobre 2007, M. Boyer soutient sans ?quivoque l’abolition des commissions scolaires :

« La raison en est simple : les 72 commissions scolaires sont d?su?tes, comme la taxe scolaire qui les finance. Il est temps d’abolir ce palier interm?diaire et d’envisager une plus grande autonomie de gestion des ?coles. Avoir l’audace de le faire permettrait de retourner le pouvoir aux parents. Cela cr?erait aussi un meilleur arrimage entre les besoins des diff?rents milieux et les services offerts par les ?coles publiques. Il faut ?liminer les co?ts de la bureaucratie en ?ducation et rapprocher les d?cideurs de la client?le. »

?tant moi-m?me quelqu’un de tr?s conscientis? aux probl?mes qui touchent l’?ducation, il m’est impossible de repousser cette id?e du revers de la main. Je ne peux cracher sur cette id?e seulement parce que Mario Dumont l’am?ne sur le tapis de fa?on simpliste et malhabile. Par contre, je dois ?galement demeurer ouvert face aux alternatives propos?es par ceux qui d?fendent plut?t une modernisation de ces gouvernements scolaires. C’est la position qu’ont adopt?e le Parti Lib?ral et le Parti Qu?b?cois.

Dans le cas du Parti Lib?ral, comme toujours, on est prudent. On se dit contre l’abolition, pour le moment, mais on reconnait qu’il faut faire quelques choses. La Ministre de l’?ducation Michelle Courchesne a donc fait l’annonce d’un chantier de r?flexion portant sur la d?mocratie scolaire. Encore une fois on repousse ? plus tard la prise de d?cision, mais dans ce cas-ci, c’est peut-?tre n?cessaire. Surtout si on veut modifier s?rieusement et en profondeur l’aspect bureaucratique des commissions scolaires.

Dans le camp des p?quistes, on ne parle pas vraiment d’abolition, du moins pas sans solution. Tout comme les lib?raux, les p?quistes sont tr?s prudents. On se dit pr?t ? discuter pour trouver des solutions, mais on ne semble pas, d’embl?e, pr?t ? aller jusqu’? l’abolition de la structure d?mocratique scolaire.

Les plus grands d?fenseurs des commissions scolaires sont bien ?videmment les commissions scolaires elles-m?mes. Par le biais de leur f?d?ration (F?d?ration des Commissions scolaires du Qu?bec –FCSQ-), elles ont tent? toute la semaine de donner la r?plique ? leur agresseur Mario Dumont. Si le chef ad?quiste pr?tend que la population ne veut plus rien savoir des Commissions scolaires, la FCSQ r?plique, avec un sondage ? l’appui, (fait au mois de juin 2007) qu’au contraire, les Qu?b?cois sont satisfaits des Commissions scolaires et des services qu’elles offrent. ? l’ADQ qui pr?tend faire sauver de l’argent aux Qu?b?cois, la FCSQ pr?tend plut?t que ?a co?terait au minium 65 millions aux contribuables pour abolir les commissions scolaires. C’est donc une v?ritable guerre de chiffre qui vient d’?tre enclench?.

Une chose est certaine, l’ADQ aura r?ussi ? attirer l’attention avec ce ballon aux cons?quences, encore une fois, mal ?valu?e. Malheureusement, ce n’est certainement pas pour les raisons que M. Dumont esp?rait. Ce que moi j’ai per?u de cette manœuvre politique est plut?t n?gatif. D’abord, il a voulu d?faire un gouvernement sur une question qui n’est pas, ? mon avis, urgente au point de plonger le Qu?bec dans une deuxi?me ?lection en moins d’un an. Oui, c’est important l’?ducation, il n’y a pas de doute. C’est justement pour ?a qu’il faut apporter des changements dont on est absolument certain qu’ils seront b?n?fiques. Deuxi?mement, il est parti en guerre sur un sujet dont l’appui de son Parti n’?tait pas tr?s convaincant. En effet, comme le soutenait Denis Lessard cette semaine, (H?sitations au sein de l’ADQ – La Presse 3 novembre 2007) les militants ad?quistes ne sont pas tous unis derri?re la volont? d’abolir les commissions scolaires :

« Le projet de l’Action d?mocratique d’abolir les commissions scolaires est loin de faire l’unanimit? au sein du parti de Mario Dumont. Quelques d?put?s ont publiquement mis une sourdine ? cet engagement ?lectoral et certains ?lus dans les instances de l’ADQ sont m?me candidats aux ?lections scolaires qui ont lieu dimanche. Yannick Boily, conseiller ? l’association ad?quiste, sera aussi candidat aux ?lections de demain dans la circonscription de Chicoutimi. »

M. Lessard va encore plus loin :

« En coulisse, certains ?lus de l’ADQ pr?voient que leur parti r?alignera probablement son engagement ?lectoral pour all?ger les structures scolaires sans n?cessairement abolir les commissions scolaires. Il ne serait plus question d’?lections au suffrage universel, et l’arm?e de « commissaires » dispara?trait. »

En voulant d?faire le gouvernement sur une question de structure bureaucratique, l’opposition officielle nous a d?montr?, une fois de plus, son manque de maturit? et son manque de rigueur. En partant en guerre pour d?fendre une position aussi controvers?e, position qu’il n’a m?me pas r?ussi ? vendre totalement ? son propre Parti, M. Dumont nous a d?montr? qu’il ?tait un bien mauvais strat?ge. Il aura au moins forc? le gouvernement Charest ? ouvrir un chantier de r?flexion sur la question. C’est au moins ?a.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Élucubrations matutinales

À l’heure du laitier …   La maisonnée dort à poings fermés, seuls une dizaine ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Un article instructif et très bien appuyé.
    Bravo !

  2. avatar

    Emmamnuel

    On pourrait commencer par remettre les 300 million accumules aux ecoles et embaucher des professeurs. Deja ca serait pas mal.

    Gabriel Aube