Accueil / A C T U A L I T É / Quand le tapis d’Iznogoud rêve de devenir calife (à la place du calife)

Quand le tapis d’Iznogoud rêve de devenir calife (à la place du calife)

Non non, ne comptez pas sur moi pour reprendre les bassesses de la Manif pour Tous, ou d’Alain Soral (1), reprenant une action plus que douteuse de prétendus pro-gays.  Ceux-là, et le second, ont eu un malin plaisir à le rappeler, en évoquant à leur manière le fait que Fillon avait été le remplaçant d’un homme plutôt rare : un député français homosexuel… dans les années 70, ce qui ne se disait pas trop à l’époque.  Chirac, ce soudard de la République, qui avait été en conflit avec lui, ne s’est pas beaucoup gêné pour lui rappeler vertement (2), et récemment aussi, Rachida Dati, qui déteste Fillon, a ressorti aussi des oubliettes le cas de Joel le Theule, puisque c’était son nom.  Celui dont François Fillon a repris le poste, au lendemain de son brusque décès (il est mort dans ses bras après une deuxième attaque cardiaque à son bureau (3).  Non, celui dont je vais vous parler aujourd’hui s’appelle Jean de Boishue, et il était le principal conseiller de François Fillon au temps où il était à Matignon.  Un conseiller qui en dit long sur ce qu’est devenu le parti de celui qui a viré en tête des primaires au premier tour, à la surprise générale de ceux qui ne connaissent donc vraiment pas les facettes du candidat président sourcilleux, ami de l’extrême droite, des islamophobes, des cathos plutôt traditionalistes et de Vladimir Poutine, comme on va le voir.  Un homme avant tout poussé par l’ambition… et prêt à tout pour réussir.  Une sorte d’Iznogoud qui rêve en secret depuis des années de prendre la place du Calife.  Ou plutôt son tapis… tant le précédent et véritable Iznogoud s’est essuyé les pieds dessus pendant des années…

eb7f32b2-5c84-11e1-9af1-716adb3c47c9-300x200Visiblement, Rachida Dati déteste Fillon, pour une raison simple (c’est aussi une personne simple, en vérité, avec son goût pour la musique de midinette) :  il a osé se présenter dans sa circonscription en venant du fin fond de la Sarthe. Ce qu’elle n’a jamais digéré.  Elle est comme ça, Rachida (elle a déjà oublié ce qu’elle a été, elle aussi provinciale, car elle venait de Chalon-sur-Saône !).  En décembre 2011, celle qui fut donc le météore de Sarkozy (4), avait été d’une extrême violence à son égard. « Rachida Dati (UMP) a sorti l’artillerie lourde contre François Fillon, l’accusant d’avoir acheté des élus pour s’implanter dans la circonscription qu’elle convoite à Paris, alors que Jean-François Copé entame lundi une médiation à l’UMP parisienne en crise. Invitée dimanche soir de « Radio France Politique », la maire UMP du VIIe arrondissement a sonné la charge contre son rival, l’accusant de s’être replié à Paris car « il allait être battu dans la Sarthe ».  Ce qu’indiquait l’ancienne ministre sentait fort la présomption pure et simple : « Il (M. Fillon) a reçu Jean Tiberi, il a permis de faire recruter son fils au ministère des Finances à un poste contre l’avis du ministère des Finances ». Interrogé par l’AFP lundi matin, Dominique Tiberi a seulement indiqué être au « Contrôle général économique et financier » du ministère depuis environ 8 mois.  Il est par ailleurs adjoint de son père à la mairie du Ve.  Autre attaque: selon Mme Dati, le Premier ministre aurait « reçu les élus les uns après les autres pour leur proposer des postes et des tas d’autres choses », et « vient de recruter à Matignon une personne pour se charger de sa campagne pour Paris ».  En tout cas, cela donnait déjà une idée de ce qu’était devenu l’UDF, en pleine « décomplexification » comme aurait pu dire JF Coppé, lui même ennemi juré de Fillon.

boishueLa maison du « collaborateur » de Nicolas Sarkozy semblait vraiment être devenue un champ de tir, au seuil de 2012.  Mais il y a une explication à ça :  derrière un gars qui attire toutes les caméras à lui et qui ne croit qu’en lui (Sarko a toujours considéré être entouré de « médiocres », qu’il a toujours méprisés), difficile d’émerger, on le conçoit aisément.  D’où l’idée de voir des adversaires partout, même autour de soi :  l’adoration absolue se partage difficilement.  Sous Sarkozy, ça a été une guerre de tranchée partout… jusqu’à Matignon.  Devant l’interviewer Philippe Vandel, le principal conseiller de François Fillon s’est lâché sur ce qu’il ont pu vivre pendant cinq ans au sein du marigot ministériel, lui et… Fillon. En révélant ce pourquoi ce dernier l’avait appelé à ce poste de « conseiller » du premier ministre chargé des relations avec la presse.  En résumé, De Boishue a été celui qui disait des choses que l’intéressé ne pouvait pas dire officiellement sans subir les foudres présidentielles (les crises du petit Nicolas ?).  Le monsieur « off » de Fillon, en quelque sorte.  Celui qui lançait les intox dans la presse, aussi.  Et ce qu’il raconte à la radio le 22 juin 2015 est tout simplement sidérant ; voici ce qu’il dit en effet, dans son livre «  »Anti-secrets » : « j’étais venu avec une idée précise : aider Fillon à se débarrasser de Sarkozy je ne pouvais l’avouer ni en parler et j’ai tenu comme ça 5 ans« .  C’est plutôt sidérant à lire, en effet, à moins de voir en son employeur un individu dévoré par l’ambition et rongeant son frein tous les jours.  Car il n’y a que cela qui peut l’expliquer.  Si l’on reprend son parcours, en effet, on s’aperçoit que Fillon avait justement rejoint Sarkozy… par obligation, et par calcul, le jour même où Jacques Chirac en personne lui avait téléphoné pour lui dire qu’il n’y avait pas de place pour lui comme ministre dans le gouvernement de… Raffarin.  emmanuelle-mignonC’était la fin d’une carrière et d’une ambition, pour lui, et ça il ne pouvait le supporter.  Il avait espéré à plusieurs reprises devenir ministre de la Défense, un véritable obsession chez lui (c’était bizarrement aussi celle de Joel le Thule !), le voici qu’il était désormais en froid avec Dominique de Villepin, l’ennemi juré de Sarkozy depuis les émeutes de 2005.  Fillon dévoré par une ambition qu’il n’a jamais laissé transparaître ?  Et on ne s’en serait pas aperçu sous ses sourcils broussailleux ?  Oui, car maintenant on le sait.  A peine si on s’est aperçu aussi que l’une de ses principales collaboratrices au sein de l’UDF nouveau, bâti uniquement pour mettre sur orbite Sarkozy à la présidentielle de 2007 s’appelait Emmanuelle Mignon (ici à gauche), une autre âme damnée du sarkozysme (avec une croix dans son bureau comme vous pouvez le constater, ainsi que la photo de Sarko avec Tom Cruise, scientologue !), celle qui écoutera religieusement le discours de défaite de Sarkozy en 2012, aux côtés de Buisson… comme par hasard Mignon la brutale était revenue… en 2012 donner un coup de main… à Sarkozy !  Son portrait est glaçant : « farouchement libérale, catholique fervente, conservatrice assumée, Emmanuelle Mignon, diplômée de l’Essec et major de l’ENA, n’a pas été changée par ses deux années passées dans le privé.  Au contraire. «Chez EuropaCorp, elle a fait des travaux pratiques et découvert les rigidités du droit du travail, confie un proche. Elle revient avec la conviction que rien n’a été vraiment fait.» Mignon n’est pas seulement une redoutable intelligence froide et sûre d’elle-même. Elle sait être drôle bien que totalement dénuée d’autodérision. Elle aime la part de tactique et de coups bas dans la politique. «Elle assume très bien le côté trash du combat politique», soutient un proche. Son candidat va en avoir besoin. » Une « ex des Scouts unitaires de France (droite traditionnelle) » comme collaboratrice du collaborateur !  Celle qui était allé dire en 2008 à la presse que « les sectes en France sont un non-problème » !!!

cayestTout aussi sidérant encore, pour De Boishue, le duo Sarkozy-Fillon était en fait une « cohabitation » :  or, comme le rappelle Vandel, c’est un terme qu’on utilise quand deux partis différents sont représentés, d’un côté à la présidence et de l’autre chez le premier ministre  du parti ayant remporté les législatives.  En somme, selon son propre conseiller, Fillon aurait donc été pendant 5 ans le Jospin d’un Chirac, ou le Chirac d’un Mitterrand !!!  Comme duettistes dans les téléviseurs, on pensait voir des sketchs de deux hommes politiques parlant sur la même longueur d’ondes, c’était en fait ceux des Frères Ennemis (dans la réalité, le second a disparu et on le l’a jamais revu : certaines méchantes langues évoquent une similitude avec ce qui pourrait arriver à Sarkozy) !  Cette fois, cela avait été une « cohabitation droite-droite«  !!!  Etrange hydre bicéphale à la tête de l’Etat !!!  Dans l’interview de Vandel, le collaborateur du collaborateur évoque aussi « l’orgueil cosmique » de François Fillon… qui ne l’appelait que pour parler courses de voitures… mais en pensant aussi à autre chose entre deux : « avec un président boulimique et soupe au lait, l’horizon était bouché en permanence. » « Fillon n’avait plus qu’une chose à laquelle penser : profiter de Matignon pour préparer 2017 », poursuit-il ».  Voilà c’est dit. Filon n’a pas été premier ministre :  il a été en attente constante du poste supérieur, en encaissant toutes les avanies sarkoziennes.  Y compris sa dignité !

calif-admirateur

iznoTout le monde s’est en effet demandé pourquoi a-t-il accepté aussi longtemps (et même par deux fois) de servir ainsi de paillasson ou de tapis persan sur lequel Sarkozy s’essuierait les pieds tous les jours avec ravissement : « L’auteur révèle une scène inédite. Sarkozy aurait en effet dépêché auprès de Boishue le maire du Havre, Antoine Rufenacht, pour savoir si Fillon avait envie de prolonger son bail. Suit le récit d’un tête-à-tête entre Fillon et Boishue chargé de recueillir sa réponse. « Ce type m’empêche de travailler, passe son temps à me faire des bébés dans le dos, à refermer les dossiers de réformes. En plus, c’est un goujat, il passe dans les portes devant ma femme ! » enrage Fillon. fillon-24-hMalgré ça, il donnera son feu vert pour poursuivre le calvaire. Six mois plus tard, Sarkozy se rend à Loué, dans la Sarthe, sur les terres de Fillon. Un déplacement « aux allures de voyage de noces », écrit, moqueur, Boishue, convaincu que son ami était le mieux placé en 2012 pour gagner la présidentielle. »  Un catholique fervent qui se tape cinq années de chemin de croix, sans jamais broncher ou abandonner à chaque nouvelle épreuve, voilà ce qui résume bien François Fillon ! Dans la Sarthe, il y a un circuit d’endurance (celui des 24 heures !), et il adore l’automobile : tout cela est donc assez logique !  Chez BFM, devant Ruth Elkrief, de Boishue parlera même de « césarisme » de Sarkozy. Voilà Fillon repeint en Brutus ! le « Tu quoque, fili ?, on y a échappé de peu si je comprends bien !!! S’aplatir donc, jour après jour, avaler toutes les couleuvres, dans l’espoir qu’un jour le rouleau compresseur soit éjecté de la vie politique française, pour prendre sa place.  Fillon, c’est l’Iznogoud du Calife Haroun El Poussah !  Son credo est lui aussi de devenir « calife à la place du calife « .  En étant non pas Iznogoud, mais plutôt .. son tapis.  Prendre la place du calife, au sein du parti, c’est chose presque faite depuis la semaine dernière, mais tel un sparadrap collé aux baskets, le premier à vouloir monter dans le train du vainqueur s’appelle… Sarkozy !  On ne se débarrasse jamais d’Iznogoud, dans la BD, et dans la vie politique c’est pareil.  Le tapis a beau s’être réveillé, celui qui s’est essuyé les pieds dessus le nargue toujours…

cope-iznogoud-president-communicationUn Fillon qui y songeait depuis longtemps, à avoir retravaillé son approche en embauchant des « conseillers ».  En fait , deux conseillères.  Et pas n’importe lesquelles. « En panne dans les sondages, François Fillon a décidé, début avril, de donner un coup de collier à sa stratégie de communication. Il a fait appel à Anne Méaux et Myriam Lévy, deux expertes de la célèbre agence de conseil en com’ Image 7.  Elles connaissent l’ancien premier ministre depuis longtemps ».  Drôles de dames.. en effet.  Levy, une ex-journaliste au Figaro et au Parisien déjà très proche de la droite politique qu’elle suivait avec assiduité : en 1999 c’est à elle que Philippe Séguin avait adressé sa lettre de démission du poste de président du RPR. Meaux, elle, est encore plus « significative » : c’est Sarkozy qui l’avait appelée en premier, elle, l’ancienne du GUD… je l’avais décrite ainsi dans ce texte, rédigé dès avril 2007: gud « Dans le petit monde de l’extrême droite de l’époque, une personne détonne. C’est une femme, blonde platine, chose plutôt rare chez les manieurs de barres de fer. Elle a le même âge que Nicolas Sarkozy mais a surtout été la présidente du groupe GUD-Assas, à savoir le plus violent mouvement des années 70 à 80. Passée entre-temps par le PFN ou on trouve François Brigneau, milicien et grand admirateur de Brasillach, et antisémite notoire (il a perdu un procès en diffamation contre Anne Sinclair). Elle a échangé le casque contre une caméra et la matraque contre un appareil photo. Elle dirige aujourd’hui Image7, créé en 1988, une agence dont l’intitulé est « Le premier cabinet français indépendant de conseil en communication ». Pas indépendant du pouvoir, en tout cas. Dans son équipe, on trouve Constance Giscard d’Estaing. Logique, le PFN avait fourni le service d’ordre de Giscard en 1974. Mais aussi l’ancienne chargée de communication de Madelin, et… depuis peu, la directrice adjointe du groupe Canal Plus (…) Un autre client, dans un registre différent : Ben Ali, le « président » Tunisien, plus proche de la dictature qu’autre chose. »  Pour ceux qui auraient pris Fillon pour un angelot, c’est raté.  Sa com’ c’est une ancienne gudiste qui lui a concoctée ! Et c’est elle qui l’a remis en course !  Avec quels « arguments », on vient de le voir !  C’est elle qui avait aidé l’indien Lakshmi Mittal à acquérir Arcelor :  Du casque de pilote, le voila passé au casque à croix celtique (5) ! Ça sert à tout, un bon casque ! 

Dproj-filipov-et-mitrofanoffe Boishue nous donne un autre élément intéressant sur ce qu’est réellement François Fillon, dont on s’étonne aujourd’hui de la proximité avec Vladimir Poutine. Pourtant, tout converge vers ce rapprochement au départ incongru.  De Boishue possède en effet un autre particularisme : il est agrégé de russe  et ne jure que par la culture russe.  L’autre conseiller de Fillon et celui qui lui rédige ses discours s’appelle Igor Mitranoff, il a aussi été l’attaché parlementaire de Fillon, et il est issu d’une famille russe bien classique (autrement dit surtout pas « bolchevique » !)  « Epoux de la « cyberécrivain  » (?)  Lucie de Boutigny, cet orthodoxe issu d’une famille de Russes blancs a grandi dans un univers stimulant, puisque son père, l’architecte Wladimir Mitrofanoff, a construit plusieurs musées, tandis que sa mère, France, est une peintre abstraite dont il a accroché plusieurs toiles dans son bureau de la rue de Varenne. »  Logique donc de trouver des liens entre la Russie et Fillon et son « collaborateur ».  Un lien fort qui unit Fillon à Poutine, comme on le sait, et qui va aboutir à un feuilleton architectural assez croquignolet.  L’histoire du « Centre spirituel et culturel orthodoxe » de Paris, abritant aussi les bureaux du service culturel de l’ambassade de Russie, voulu par Poutine et supporté (ou imposé ?) de vive voix par Vladimir Kojine, le directeur des affaires économiques de l’administration présidentielle russe (ici le cahier des charges du bâtiment et là les différents projets – on a échappé de peu au projet du Cabinet Filipov et Mitrofanoff – le père du conseill1_seminaire_franco_russe_1er de Fillon, ici à droite (6) !!!).  L’omniprésent Kojine, devrais-je dire, à la tête d’un empire immobilier en Russie et ailleurs dans le monde, mais aussi nommé « assistant du président sur la coopération militaro-technique ».… malgré l’acquisition en 2009 d’un domaine dans le quartier riche de la Roubliovka, dans des conditions fort douteuses : d’une valeur de 50 millions de dollars  il lui a été vendu 5 000… Revenons-en au projet : les catholiques suiveurs de l’orthodoxie façon Fillon crient au scandale au moindre minaret édifié en France (comme le FN !), mais les 5 gros bulbes de la cathédrale signée Jean-Michel Wilmotte, sur 4245 m2 de surface ne les gênent pas trop.  Du moins ça en a l’air. Un projet arrivé deuxième au concours en 2011, après le rejet du premier de l’architecte (Manuel Nuñez-Yanowsky) par Bertrand Delanoé.  Un projet pourtant dûment accepté au départ, et dont le rejet a fort vexé depuis l’architecte évincé.  Le projet initial avait été conclu entre Vladimir Kojine et Éric Woerth, à Bercy : il en avait coûté 73 millions d’euros à la Russie, une vente signée le 3 février 2010 (les russes avaient annoncé 60 millions seulement (?)).  Et qui va-t-on retrouver au milieu des discussions ? De Boishue, qui affirmera que c’est quelque chose qu’on ne peut arrêter de construire, car Sarko l’a promis à Poutine, malgré le fait que cela allait pour beaucoup d’observateurs défigurer le font de Seine ou choquer les gens  : « Frédéric Mitterrand, ministre de la culture à l’époque, décrit dans son journal de bord (La Récréation, Robert Laffont), à la date du 28 octobre 2010, l’impatience de l’ambassadeur Orlov : « Il ne faut plus tarder pour la cathédrale, le concours d’architecture est ouvert. » Un conseiller de François Fillon, Jean de Boishue, lui souffle à l’oreille : « Tu suis de près… et en même temps tu ne peux pas grand-chose, le président l’a promis à Poutine. » Le 9 décembre suivant, lors d’une visite à à Moscou, Fillon glisse à Mitterrand : « [Poutine] n’en démord pas (…). othodoxVous les voyez, vous, les bulbes au pied de la tour Eiffel ? »  Avec le recul, Frédéric Mitterrand assure : « C’est le genre d’histoire dont je me suis méfié dès le début et qui ne va cesser de s’aggraver. » Une « pantalonnade bien française », selon ses termes, va en effet se jouer à partir de l’automne 2010 autour du projet d’église qu’il rebaptise avec espièglerie : « Saint-Vladimir ». La pantalonnade étant l’éviction tardive de Manuel Nuñez-Yanowsky une fois Hollande élu, et le « rattrapage » intensif pour se sortir de l’impasse ! Sur ce sujet, on a tout l’art d’un Fillon : prétendu défenseur de la chrétienté au sens large; il voit en aparté d’un mauvais œil un bâtiment dédié à l’orthodoxie chrétienne  (ou bien, n’est-ce encore un fois qu’une opposition de principe à son rival et supérieur ?).  A entendre certaines de ses déclarations sur d’autres religions, on peut penser à la première théorie comme çà retenir (c’est la phrase récente choquante « une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République » à propos des juifs, vivement reprise et sèchement recadrée par le nouveau grand rabbin Haïm Korsia).  Le même Fillon, qui lors d’un récent voyage en Israel avait pourtant dit que « Pendant la guerre du Kippour, j’ai tremblé pour Israël ».  Opposé au bâtiment orthodoxe, il ne pouvait raisonnablement non plus le refuser à son grand ami Poutine, qui ne s’est même pas déplacé pour l’inauguration !  Les grandes amitiés sont parfois bien ingrates !  Ce qui marche dans les deux sens : pressé de s’expliquer sur son amitié avec « Vladimir », voilà qu’il charge… le pays mais pas vraiment son responsable !  Ce jour-là, il affirmait le contraire de ce qu’avait dit son plus proche conseiller, qui avait noté l’extrême familiarité entre Poutine et lui ! Fillon, serait-ce l’homme aux deux visages ?

fillon-bacharL’opposition Sarkozy-Fillon portera aussi sur des chefs d’état étrangers. Et c’est plutôt là qu’il apparaît tel qu’il est en fait, à savoir quelqu’un portant sans sourciller (chez lui c’est une prouesse car ça se voit assez !) des avis contraires, selon les circonstances.  De Boishue, toujours chez Vandel, raconte cette scène incroyable où Fillon engueule carrément Poutine (car ils sont familiers et il se le permet) en lui disant « Dis-donc, Vladimir, qu’est que t’as à soutenir ce salaud de Bachar; qui est en train de devenir le bourreau du peuple Syrien ? Arrête, lâche-le à L’ONU, et vote nos résolutions au conseil de l’ONU ».  Poutine lui ayant répondu « est-ce que tu sais, toi, qui est en face de Bachar ? Est ce que tu es sûr de qui est en face de lui ?  » affirmant après qu’il le protégerait, coût que coûte, en attendant de savoir.  Or, au dernier débat à 7 prétendants, Fillon a eu cette petite phrase qui a fait bondir pas mal de gens : « si Bachar al-Assad est toujours là, c’est parce qu’il a un soutien populaire. » La petite phrase glissée par François Fillon jeudi lors du dernier débat de la primaire de la droite n’est pas passée inaperçue » avait noté Europe 1.  C’est tout Fillon ça, car entre-temps il s’est trouvé un argument, ou plutôt deux, auxquels il n’avait pas dû penser auparavant je suppose :« d’abord, Bachar el-Assad serait une assurance-vie pour les chrétiens d’Orient. Ces derniers « savent qu’en cas de chute du régime, c’est les sunnites qui prennent le pouvoir, et si les sunnites prennent le pouvoir, pour les chralepétiens c’est la valise ou le cercueil », analyse-t-il ainsi lors du dernier débat de la primaire. De là découle donc son deuxième argument : Bachar el-Assad est un rempart contre les islamistes. « Il faut aider le régime de Bachar el-Assad qui, avec tous les défauts qui sont les siens, est sur le point tomber », juge-t-il avec la même idée en tête dès septembre 2015, sur Europe 1. » Le voilà à suivre l’argumentaire de la célèbre sœur Marie-Agnès, l’espionne en chef de… Bachar !!!  On voit vite que cet argumentaire repose sur une base fausse : le soutien de Bachar sur place est purement clanique; le propre de tout dictateur, en fait, et n’a rien à voir avec « tout un pays » qui serait derrière lui !  Mais la seconde idée est révélatrice : ce ne sont pas les musulmans écrasés sous les bombes; mais les chrétiens, menacés – ça personne n’en doute aussi – qui importent le plus pour Fillon. le-pape Le sectarisme est flagrant.  C’est faire fi aussi de pas mal de choses en fait : « quid alors des bombardements du régime syrien, qui prennent au piège des dizaines de civils?  « Je n’ai aucune sympathie pour ce régime. Je sais tous les crimes qu’il commet, je dis simplement qu’il est soutenu par une partie de la population syrienne et que tant qu’on n’aura pas compris ça, on ne trouvera pas de solution », argumente-t-il lors du deuxième débat de la primaire. Mais une semaine avant sur France 2, alors qu’il est interrogé sur les « crimes de guerre » commis par le régime, François Fillon dit qu’il faut faire « attention au vocabulaire », et ajoute : « Je ne sais pas, je ne suis pas sur place ».  Un « réalisme » fort peu… chrétien, en définitive.  Massacrer des chrétiens ?  Oh là, Fillon est contre ! Laisser massacrer en revanche une population musulmane (7) ? Il se distance ! « Il n’y est pas, là-bas  » ! Ah Le bon chrétien de la Sarthe n’est au final qu’un sectaire, qui s’entoure de sectaires ! Il est très loin du pape dont il ose se réclamer (il préférait peut-être davantage le précédent, ex jeunesse hitlérienne, d’après la photo ?) !!!

(1) une de ses lamentables frasques jugées ici récemment :

http://www.marianne.net/affaire-binti-proces-qui-deshabille-alain-soral-100247212.html

(2) dans « Chirac, le président aux 5 visages » de Xavier Panon, on trouve ce « résumé » saisissant : « le provocateur peut se faire menaçant. Jeune secrétaire d’État au Budget, il entend à la radio, fin 1968. que Pompidou serait cité comme témoin dans l’affaire Markovic. Il fait aussitôt stopper sa voiture, fonce dans un bistrot et téléphone, menaçant, à son collègue Joël Le Theule, chargé de l’information : « Il y a des pédés qui vont le regretter ! » 

(3) Fillon était son jeune assistant parlementaire et était présent le jour funeste. A noter une chose étrange : Joel le Theule est mort d’une crise cardiaque, lors qu’il était le successeur de M.Coussu, alors conseiller général de la 4e circonscription, qui est mort aussi de crise cardiaque. Le successeur de Le Theule (François Fillon) aurait dit : « Le Theule était haï de Chirac autant pour ses penchants que parce qu’il le soupçonnait d’avoir prêté la main dans l’affaire Markovic, qui déstabilisa Pompidou »les penchants faisant référence à l’homosexualité de Joël Le Thule » selon Wikipedia.  Ce qui signifie que ce bon catholique de l’époque qui rejetait l’homosexualité comme une abomination était parfaitement au courant de la vie privée de son mentor.  Vous avez dit duplicité ?  L’affaire Markovic, rappelons-le est une sombre machination ourdie par les opposants à Pompidou (dont des membres des services secrets français), ayant fait dans le glauque, en s’attaquant à Claude Pompidou de façon odieuse et infondée.  La rumeur avait perduré : la même que celle des attaquants de Juppé aujourd’hui en faisant un adepte de l’islamisme !!!

(4) sur Dati on peut relire ça : le premier texte avait été retiré de la publication sur Agorovax sur pression gouvernementale sarkozienne !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/itineraire-d-un-meteore-premiere-32277

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/itineraire-d-un-meteore-suite-32392

barjot

le détail du décès de Le Theule est ici : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/secrets-de-jeunesse_474532.html

(5) Au GUD, on trouve de tout, y compris une dame vue récemment, venue soutenir Fillon en meeting (enregistrée par l’équipe du Quotidien) : Virginie Tellene, née Virginie Merle, alias Frigid Barjot, dont « la belle-mère (Annick Tellenne), la mère de Bruno Tellenne-Basile de Koch, est animatrice sur la chaîne confessionnelle KTO ».  Son mari, frère de  Karl Zero, est Bruno Tellenne:  « a été l’assistant parlementaire et la « plume » de Charles Pasqua ».  Et a aussi dessiné pour le GUD, tel ce dessin…. antisémite. Les Tellenne sont « particuliers » et prônent « un catholicisme bien étrange et marqué à l’extrême-droite : ils ont été mariés par l’abbé de Nantes, gourou de la secte « catholique » intégriste CRC ».  Autre beau cas d’espèce, celui-là : « Georges de Nantes était un prêtre catholique, fondateur de la Ligue de la Contre-Réforme Catholique ou CRC, classée officiellement comme secte par l’État français depuis 1995.  Sous le pseudonyme d’Amicus, il rédige des écrits polémiques et politiques dans l’hebdomadaire maurrassien de l’Action Française Aspects de la France, il y condamne la Démocratie « fille de la Révolution» et milite pour une monarchie de droit divin. En 1950, il est exclu de sa charge d’enseignement à cause de ses prises de position politiques en faveur du pétainisme. Lors de la guerre d’Algérie, l’abbé de Nantes prend ouvertement position pour l’Algérie Française, et avec l’aumônier de la 10eme division parachutiste de Massu, le Père Delarue, il est le seul prêtre à défendre et justifier l’emploi de la torture en Algérie »

(6) c’est limite cette filiation, dans un concours architectural… même si le projet n’a pas été retenu.

ali-juppe(7) c’est aussi net dans ses récents ralliements, d’extrême droite ou islamophobes : « C’est par exemple Patrick Buisson, l’ex-conseiller de l’ombre de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, qui s’est félicité ce jeudi sur Europe 1 de l’ascension de François Fillon. Sa victoire à la primaire, « probable » à ses yeux, sera un moment « historique » et marquera enfin, espère-t-il, l’avènement sur la scène française de « cette révolution conservatrice à l’oeuvre dans la société occidentale » (…). « La victoire de Fillon est aussi le souhait de Carl Lang, cet ancien cadre du FN qui a fondé en 2008 le Parti de France. Mais aussi de l’eurodéputé Aymeric Chauprade, ex-conseiller de Marine Le Pen tombé en disgrâce, qui a voté dimanche dernier « Sarkozy » et votera « Fillon » ce dimanche. Dans la même veine, le soutien de Riposte laïque, groupe d’extrême droite islamophobe et son appel lancé mardi à barrer la route de l’Elysée au maire de Bordeaux : « Pour contrer le vote musulman, votons Fillon en masse ! » A noter que lors du dernier débat, Juppé a (enfin) évoqué l’ignominieuse campagne contre lui le taxant de favorable à l’islamisme, en l’appelant même « Ali Juppé », une campagne menée contre lui par les identitaires et Riposte Laïque. Riposte Laïque qui s’est positionné avant cette campagne comme pro-Fillon, ce que ce dernier n’a pas dénoncé, au grand dam du journal catholique La Croix… qui n’est toujours pas communiste, à ce que je sache !

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Merci Macron

  Tout le monde connait cette vielle chanson des « Charlots », les ex-partenaires d’Antoine, l’homme aux chemises à ...

8 Commentaire

  1. avatar

    « Autre attaque: selon Mme Dati, le Premier ministre aurait « reçu les élus les uns après les autres pour leur proposer des postes et des tas d’autres choses », et « vient de recruter à Matignon une personne pour se charger de sa campagne pour Paris ». »

    on a retrouvé la personne : elle s’appelle Anne Faguer, et elle travaille, elle.

    A part qu’elle n’en a pas le droit…

    http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170203.OBS4812/l-assistante-parlementaire-de-fillon-travaille-sur-sa-campagne-presidentielle.html

    Or, Anne Faguer est rémunérée en tant qu’assistante parlementaire. Comme le rappelle Buzzfeed, ces fonctions sont incompatibles avec une campagne électorale :

    La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) « écrit dans son édition 2016 du ‘guide du candidat et du mandataire’ que la ‘participation’ des assistants parlementaires ‘à une campagne électorale pendant les heures de travail est proscrite’. »

    et bing, une de plus pas au bon endroit !!!

    • avatar

      Selon Patrick Stefanini, directeur de campagne:

      « »- Depuis le 16 janvier, Mme Anne Faguer est employée à 80% par Les Républicains en tant que chargée de mission, exerçant son activité auprès de la campagne de François Fillon, en contrat à durée déterminée.

      – Comme les textes le permettent, elle reste attachée parlementaire à 20% et effectue ses 7 heures de présence hebdomadaire à l’Assemblée nationale. Son contrat de travail d’attachée parlementaire a bien été modifié par un avenant en date du 16 janvier. Le député François Fillon dispose de 2 mois pour effectuer la modification correspondante sur sa déclaration d’intérêt. Elle sera faite dans les temps. »

      Hum… Les avenants sont-ils enregistrés lors de leur émission, ou sont-ils des documents internes qui peuvent être pondus rétroactivement?

      Les Républicains lui ont-ils versé un salaire depuis le 16 janvier?

      Cette déclaration, de type entre deux maux il faut choisir le moindre, montre tout de même qu’il y a double emploi et que l’état paie depuis le début (via l’allocation budgétaire prévue) puisque la déclaration d’intérêt n’est pas faite encore, alors que 80% des sommes ne sont plus justifiées. L’employée semblait toujours bénéficier de la couverture sociale complète qu’offre l’état (congés, maladie, retraite, etc). L’état fait crédit pour les campagnes électorales?

      C’est une situation troublante car elle signifierait que des privilèges ont été accordés en campagne électorale, peu importe si l’avenant a bel et bien été fait le 16 janvier et si une déclaration officielle est faite avant le 16 mars. Les sommes auraient tout de même été versées (incluant des avantages sociaux), et ce même si on les rembourse plus tard dans l’enveloppe budgétaire prévue à cet effet, ce qui semble rocambolesque comme méthode de travail. De plus l’histoire ne dit pas si les textes permettent effectivement ce genre de double fonctions ou ne la jugeraient pas plutôt incompatible.

      http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/les-autres-structures-de-soutien-a-l-activite-parlementaire/les-collaborateurs-de-deputes

      http://www.collectivites-locales.gouv.fr/declaration-situation-patrimoniale-et-declaration-dinterets

  2. avatar

    Mais dites-moi, Elyan, aurait-on des lecteurs jusque chez Fillon, ici, au Canada ??? Je viens de me rendre compte que la photo de la famille presqu’au complet de Fillon (il manque sa fille) c’est avec le Pape « rétro »… qui a démissionné : c’est un SIGNE, pour sûr !!! ah ah ah !!!

    Fillon, Benoit XVI, même combat ? Ou même absence de combat ???

    • avatar

      Je crois qu’au niveau de la religion catholique il aurait quelques difficultés au Canada. Celle-ci a périclité depuis des années, au point que de nombreuses églises sont démolies, sinon transformées en habitations. On a même interdit d’exposer des crèches durant la période de Noël, laquelle est de plus en plus baptisée période des fêtes. De même, la laïcité chez les religieux est appliquée depuis quelques décennies.

      Un tel recul de la religion n’est peut être pas aussi visible au niveau de l’église anglicane. Je ne saurais dire car elle est beaucoup plus présente dans le reste du Canada.

      La saga Fillon se déroule comme un feuilleton. On craint toujours d’apprendre que le chien de la famille en fait partie. A suivre apparemment:)

  3. avatar

    ah ben à ce propos, tiens…

    http://www.scoopnest.com/fr/user/JiMo_Le_Noon/824954867412303872
    ah ah ah : c’est tellement débile cette histoire qu’il vaut mieux en rire, sinon c’est a désespérer de la politique !!!

  4. avatar

    L’autre question, ou la question qui tue, est qui attend derrière le rideau pour faire son entrée?