Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Agriculture / Quand l?ombre des drones plane sur l?agriculture

Quand l?ombre des drones plane sur l?agriculture

PAR?MICKA?L CORREIA

Robots tracteurs, applications pour smartphones ou encore drones?: les nouvelles technologies ?taient les vedettes du dernier Salon de l?agriculture. Objectifs de ce commerce en pleine expansion?: s?duire les nouvelles g?n?rations, en r?duisant la p?nibilit? et en aidant ? la d?cision. Selon certains, cela ne serait pas incompatible avec l?agro?cologie. De l?agriculture connect?e, mais pour quel lien entre le paysan et son environnement, et quels rapports sociaux??

Cet article a initialement ?t? publi? dans Transural Initiatives.

Il ?tait la star du dernier Salon international de l?agriculture qui se d?roulait du 22 f?vrier au 4 mars derniers. Sur un ?cran g?ant sur lequel ?tait projet? un champ fictif, du bl? commen?ait ? germer apr?s une pluie virtuelle. Entrait alors en sc?ne sur l??cran, celui que tout le monde attendait?: un drone. Le public ?tait invit? ? le diriger ? l?aide d?une tablette tactile pour survoler le champ, le cartographier et estimer la biomasse v?g?tale pixelis?e. Le Salon de l?agriculture avait mis ? l?honneur cette ann?e les nouvelles technologies, garantes selon Jean-Luc Poulain, pr?sident du Salon, d?une ??agriculture en mouvement??, loin d?une ??image d??pinal??. L?obsession affich?e des organisateurs du Salon?? S?duire les jeunes g?n?rations et montrer une agriculture tourn?e vers l?avenir pour d?montrer que ce secteur ??n?est pas du genre ? regarder passer les trains.??

Agriculture de pr?cision

Drones, robots tracteurs, imprimantes 3D, applications pour smartphones ?taient ?tal?es devant le public pour t?moigner des atouts environnementaux et ?conomiques de ce que l?on nomme l?agriculture de pr?cision. Cette ??agriculture connect?e?? s?appuie sur l?utilisation des nouvelles technologies pour une analyse plus fine du milieu (afin, par exemple, de r?aliser des apports pr?cis et optimaux en intrants), r?duire la p?nibilit? du travail de l?agriculteur mais aussi l?aider dans des prises de d?cision li?es au pilotage de l?exploitation.

Le tout premier drone agricole pr?sent? au Salon ?tait ainsi le fer de lance de cette ??agriculture 2.0??. Estimation de la biomasse, mesure de l??tat hydrique des sols et des cultures? Avec une pr?cision jusqu?? mille fois plus grande qu?un satellite, les drones, gr?ce aux rayons infrarouges qu?ils captent et aux logiciels de traitement de l?information qu?ils contiennent, sont consid?r?s par leurs promoteurs comme ??les alli?s de l?agriculteur???[1]. Au Japon, les drones rencontrent m?me d?j? un certain succ?s?: 2 400 drones ont ?t? vendus en quinze ans aupr?s des riziculteurs?[2]. Avec un co?t moyen de 30 000 euros, leur utilisation en France est pour l?instant limit?e aux cultures ? forte valeur ajout?e et n?cessitant de grandes surfaces c?est-?-dire les cultures c?r?ali?res et les vignes.

Fascination et d?connexion

La d?ferlante technologique, qui s?immisce de plus en plus dans notre quotidien, n??pargne pas le secteur agricole. Une d?ferlante d?autant plus importante que l?agriculture productiviste a toujours ?t? indissociable du d?veloppement technologique. Rien d??tonnant donc ? ce que les d?fenseurs de ce mod?le voient dans ces innovations un nouveau ??gisement de comp?titivit? et la possibilit? de repousser les limites de la productivit? et du rendement ? l?hectare. Encore r?cemment, Jean-Fran?ois Soussana, directeur scientifique Environnement ? l?Inra soutenait m?me que???l?agro?cologie n?est pas incompatible avec les technologies. Au contraire, elle n?cessite de recourir de fa?on accrue [?] aux technologies modernes, par exemple l?utilisation d?un smartphone pour d?terminer une maladie de la tomate?[3].??

Les pr?sentations et discours autour des nouvelles technologies en agriculture oscillent entre ?vidence de leur utilit? (forc?ment synonyme de progr?s), fascination et certitude de l?ascendance de l?homme sur l?outil technologique. Mais c?est oublier que les technologies modifient notre rapport ? l?environnement et nos rapports sociaux. La distanciation qu?engendrent les technologies (??j?appuie sur un bouton et je modifie ? distance mon environnement??) participe ? amplifier la d?connexion entre l?homme et son environnement, un outil de plus en plus sophistiqu? s?immis?ant entre les deux.

? l?heure de la n?cessaire r?conciliation entre agriculture et nature, les tracteurs autonomes t?l?guid?s ou encore les ?tables totalement robotis?es sont les exemples de cette agriculture o? une parcelle ou un animal d??levage tendent ? n??tre appr?hend?s qu?? travers des logiciels et des machines, comme de simples syst?mes travers?s par des flux d?informations diverses (hygrom?trie, taux de nitrate, temp?rature, poids) que l?agriculteur doit ?valuer, r?guler, g?rer selon des process standards.

Valeurs et sacralisation

Si d?aucuns affirment que les nouvelles technologies sont ??neutres?? dans le sens o? tout d?pendrait de l?usage que l?on en fait, elles portent cependant en elles des valeurs intrins?ques d?efficacit?, d?optimisation, de performance, de simplification. Quant au processus de cr?ation des technologies, il ?carte en amont les agriculteurs et est orient? par des fonds de recherche et d?veloppement soumis ? des imp?ratifs de rentabilit?. Enfin, la standardisation des pratiques agricoles qu?engendrent les technologies mais surtout le fait que les outils technologiques ne sont d?sormais plus appropriables, r?parables, par l?agriculteur lui-m?me car trop complexes font que ce n?est plus l?homme qui mod?le et adapte l?outil en fonction de ses besoins mais l?inverse.

Ces valeurs intrins?ques et l?ascendant de la machine sur l?homme participent ? r?duire toujours plus l?autonomie et les marges de man?uvre de l?agriculteur. Certains, comme la coop?rative de construction de machines agricoles?Adabio Autoconstruction?(lire l?article de Basta?!), con?oivent de fa?on collective de l?outillage par et pour tous les paysans. Leur but plus global est de???se r?approprier la m?moire de la modernisation de l?agriculture, un bouleversement qui a promu (les agriculteurs) simples op?rateurs d?un syst?me technico-?conomique pens? pour eux, en amont, bien loin de leur terroir et de leurs r?alit?s empiriques??.

Bien loin des drones et des robots autonomes agricoles, ce type de coop?rative d?agriculteurs rencontre la pens?e du sociologue et historien Jacques Ellul qui ?crivait que ??ce n?est pas la technique qui nous asservit mais le sacr? transf?r? ? la technique???[4]?; et les nouvelles technologies pr?sent?es au Salon ainsi que les discours associ?s fr?laient en effet une certaine sacralisation. Quant aux drones, une ombre au tableau persiste?: la pluie les emp?che de voler… de quoi descendre ces technologies de leur pi?destal.

Micka?l Correia (Transrural)

Photo de Une CC?:?LimaPix

Au programme du dernier?Transrural initiatives, magazine partenaire de Basta?! (voir sa pr?sentation sur notre page?M?dias partenaires)?: la d?mocratie communale face au FN, les Incroyables Comestibles, l??conomie sociale et solidaire qui s?organise en Bretagne, du tango picto-charentais, le projet de loi d?avenir pour l?agriculture ou encore le suivi coop?ratif des ?levages dans le Millavois. Le dossier de ce num?ro revient sur le fonctionnement participatif de la revue ainsi que les interrogations et les d?bats qui animent Transrural initiatives (place du lectorat, autonomie financi?re, projet d??ducation populaire).

Notes

[1]?Airinov (www.airinov.fr) et Parrot (www.parrot.com) ?taient les deux soci?t?s conceptrices de drones agricoles pr?sentes au Salon.

[2]?Les ?chos ? 21 f?vrier 2014.

[3]?L?agro?cologie sur-le-champ ? Lib?ration ? 17 f?vrier 2014.

[4]?Les nouveaux poss?d?s ? Jacques Ellul ? 1973

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’autre conséquence majeure du coronavirus !

Le Covid-19 a précipité une ruée vers le cash, à tout le moins dès que ...