Accueil / A C T U A L I T É / Quand Isra?liens et Palestiniens jouent ? l?unisson

Quand Isra?liens et Palestiniens jouent ? l?unisson

orchestre

Fond??en 1999, le West-Eastern Divan Orchestra s?est donn? pour mission de faire jouer conjointement et fraternellement des Isra?liens et des Arabes, principalement palestiniens. Malgr? les combats qui opposent Tsahal au Hamas, cet orchestre de l?espoir a entrepris sa tourn?e mondiale annuelle d??t?. N?en d?plaise aux faucons et aux int?gristes, le Divan d?montre que la cohabitation est possible…

 

En cette ann?e 2014, le West-Eastern Divan Orchestra f?te ses 15 ans d?existence. C?est ? l?initiative conjointe de l?un des plus grands noms du piano et de la direction d?orchestre, l?Isra?lo-argentin Daniel Barenboim, et de l?un des plus importants ?crivains et intellectuels du Proche Orient, le Palestinien Edward Sa?d, que cette formation originale est n?e en 1999. ? l?origine, un seul concert ?tait pr?vu, ? l?occasion des 250 ans de la naissance du po?te allemand Goethe. Mais devant l?engouement suscit? par cette belle id?e, ses deux promoteurs ont tr?s vite d?cid? de p?renniser l?exp?rience, avec un succ?s qui ne s?est jamais d?menti au fil du temps.?

 

Depuis 1999, le West-Eastern Divan Orchestra se produit chaque ?t? sur des sc?nes internationales. Son objectif?: permettre ? 80 musiciens venus d?Isra?l et des pays arabes voisins, y compris la Palestine*, de se perfectionner ensemble sur le plan musical, de partager des valeurs d?humanit? et de respect mutuel, de montrer au monde que l?entente est possible, en d?pit de tous les discours et de toutes les initiatives g?opolitiques visant ? cliver les peuples dans une r?gion ? combien soumise aux haines politiques ou religieuses.

 

En cette ann?e 2014, c?est toujours sous la responsabilit? de Daniel Barenboim, rest? profond?ment attach? ? cette belle id?e humaniste et artistique, que le West-Eastern Divan Orchestra continue de se produire sur les sc?nes de la plan?te pour promouvoir la fraternit? isra?lo-arabe par le biais d?un langage universel?: la musique. Au c?t? du c?l?bre chef d?orchestre, Edward Sa?d, d?c?d? en 2003 d?un cancer, a ?t? remplac? par son ?pouse, Mariam Sa?d, tout aussi d?termin?e que son mari ? faire vivre cette formation ?cum?nique, si ch?re au c?ur du d?funt.

 

Un ?cum?nisme mis ? mal par la tragique actualit? du Proche Orient o? le conflit isra?lo-palestinien, caract?ris? par une terrible disproportion des forces, a d?ores et d?j? fait plus de 1?730 morts** dont une ?crasante majorit? de r?sidents de la Bande de Gaza, presque tous des civils innocents, y compris les dizaines d?enfants massacr?s par les obus de Tsahal. C?est ?videmment avec un regard constern? que les membres du West-Eastern Divan Orchestra observent l??volution de ces ?v?nements. Mais loin de d?courager leur exp?rience, ce conflit renforce au contraire leur d?termination ? montrer au monde qu?il existe d?autres voies que celle du conflit arm?.

 

C?est ce qu?ont tenu ? exprimer Daniel Barenboim et Mariam Said?dans un communiqu? commun?: ??Nous sommes profond?ment attrist?s et impliqu?s par les nouvelles en provenance d?Isra?l et de Palestine, et nous partageons l?inqui?tude de nos membres. En ces temps difficiles, nous devons souligner l?importance de l?Art de l??coute. Ces capacit?s d??coute, nous les avons apprises et perfectionn?es en jouant dans l?orchestre. Nous devons nous rappeler combien il est important d?appliquer, de la m?me mani?re, ce que nous avons appris sur sc?ne aux autres aspects de nos vies. Pour citer Schopenhauer, ?Rien ne nous ram?nera sur la voie de la Justice plus rapidement que la repr?sentation mentale des difficult?s, de la douleur et des g?missements du perdant.? Or, dans ce conflit, les deux camps sont perdants. Le West-Eastern Divan Orchestra est une communaut? qui est construite sur la confiance, le respect, l?empathie, et une culture d??coute et de compr?hension. Ces valeurs constituent le c?ur de notre travail ensemble. C?est pour cette raison que le Divan est une lueur d?espoir pour tous?!??

 

Quelle influence peut avoir le West-Eastern Divan Orchestra sur l??volution du conflit?? Aucune, sans aucun doute, dans le contexte du moment, entre, d?une part, la frustration des Palestiniens spoli?s par l??tat h?breu et massacr?s par une arm?e surpuissante, d?autre part la fuite en avant criminelle d?un ex?cutif isra?lien de plus en plus fascisant. Et ce n?est pas l?immense l?chet? des grandes puissances politiques, ?tats-Unis et Union europ?enne en t?te, relativement aux violations r?p?t?es du droit international depuis des d?cennies par Isra?l, qui peut inciter ? l?optimisme. On peut n?anmoins penser que l??mergence, ici et l?, de nouvelles initiatives venant s?ajouter ? l?exp?rience du Divan, pourra contribuer ? faire parler d?une autre mani?re du probl?me isra?lo-palestinien en d?montrant que la solidarit? des deux peuples n?est pas une vue de l?esprit, mais une l?gitime attente des populations. Une attente battue en br?che par une minorit? de gouvernants d?traqu?s ou veules au service de puissants lobbies.

 

Mais place ? la musique. Apr?s avoir ?t? re?u une dizaine de jours en r?sidence au Teatro Col?n de Buenos-Aires, l?orchestre se produira le 3 ao?t dans la capitale argentine lors du concert d?ouverture de la tourn?e 2014. Ce concert comportera notamment au programme le 1er concerto pour piano en ut majeur de Beethoven interpr?t? au clavier par la grande artiste argentine Martha Argerich. Apr?s deux autres concerts ? Buenos-Aires, le West-Eastern Divan Orchestra se produira dans des cadres prestigieux?: au Festival de Lucerne le 18 ao?t, aux BBC Proms dans la superbe enceinte du Royal Albert Hall de Londres le 20 ao?t, au Festival de Salzbourg le 21 ao?t, et pour terminer en apoth?ose, sur la grande sc?ne en plein air du Waldb?hne de Berlin le 24 ao?t. Au programme de ce concert de cl?ture?: du Mozart avec le concerto pour piano n??27 en si b?mol majeur, et du Ravel avec la Rhapsodie espagnole, l?aubade Alborada del gracioso, l?envo?tante Pavane pour une infante d?funte, et le c?l?breBol?ro. Nul doute qu?en chacune de ces occasions, le public aura ? c?ur de montrer sa solidarit? avec l?id?al de ces musiciens.

 

Quel avenir pour le peuple palestinien?? Nul ne le sait, tant la folie semble avoir pris le pas sur la raison et l?humanit?. Mais une chose est s?re?: Daniel Barenboim, Mariam Sa?d et les membres du West-Eastern Divan Orchestra ne se laisseront pas d?courager. D?ores et d?j?, et en d?pit des nouvelles provenant de Gaza, ilsr?vent d?un nouveau concert en territoire palestinien. Le Divan s??tait en effet d?j? produit en 2005 ? Ramallah pour un concert Mozart-Beethoven symbolique et fortement charg? d??motion. D?sormais, c?est ? un concert de paix d?finitive qu?ils aspirent. Par les temps qui courent, cela ressemble fort ? une chim?re. H?las?!

 

*?Pour des raisons d??quilibre technique, quelques instrumentistes allemands et espagnols compl?tent l?effectif.

 

**?Au 3 ao?t, on comptait 66 morts isra?liens, tous militaires, contre 1?730 morts palestiniens, presque tous des civils innocents.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Ras-le-bol du français !

Fed up with French ! (Ras-le-bol du français !)   « You’re welcome », me dit le ...