Accueil / T Y P E S / Articles / Quand auto rime avec Kyoto

Quand auto rime avec Kyoto

En ratifiant le Protocole de Kyoto le Canada s’est engag?, ? l’instar des autres pays signataires, ? ramener ses ?missions de gaz ? effet de serre (GES) ? 6 % sous les niveaux de 1990, soit de 408 ? 383 m?gatonnes (Mt) d’?quivalent de dioxyde de carbone d’ici 2012. Selon Ressources naturelles Canada, entre 1990 et 2003, la consommation d’?nergie secondaire (ex : ?lectricit?, ou toute forme d’?nergie qui a subit une transformation) au Canada a augment? de 22 % passant de 6 951 ? 8 457 petajoules (PJ). C’est le secteur des transports qui ?tait le deuxi?me plus grand consommateur d’?nergie en 2003 avec 28 % de l’ensemble de la consommation d’?nergie et le premier ?metteur de GES avec 34 % des ?missions globales au Canada. Plus pr?cis?ment, c’est le sous-secteur du transport priv? qui est responsable de pr?s 47 % de la consommation de carburant et d’environ de 45 % des ?missions de GES du secteur des transports dans son ensemble, et ce, avec le seul usage d’essence et de carburant diesel pour les automobiles et les camions l?gers. Une diminution des ?missions attribuables au transport priv? aurait donc un impact r?ducteur tr?s important sur les ?missions de GES ? l’?chelle canadienne.

De mani?re g?n?rale, deux avenues compl?mentaires peuvent ?tre envisag?es pour atteindre un tel objectif. La premi?re solution passe par l’am?lioration de l’efficacit? ?nerg?tique des voitures (voitures hybrides et additifs aux carburants conventionnels comme le biodiesel et l’?thanol). Notons que les moteurs hybrides ?mettent jusqu’? neuf fois moins de GES que les moteurs conventionnels et que le biodiesel ainsi que l’?thanol ne requi?rent pas la conception d’un nouveau type de moteur (quoique leur production reste dispendieuse). La seconde implique la mise en march? de carburants de remplacement (ex : gaz naturel et propane) ainsi que de voitures ?lectriques ? batterie ou ? pile combustible (ex : pile ? hydrog?ne).
Il faut cependant souligner que ces nouvelles technologies demeurent g?n?ralement plus co?teuses aussi bien ? la fabrication qu’? l’achat. L’approvisionnement en carburant alternatif peut s’av?rer restreint dans certaines r?gions du Canada. De plus, il subsiste beaucoup d’incertitudes quant ? leurs avantages. La th?orie ?conomique pr?voit cependant que les obstacles au d?veloppement de ces nouveaux produits et ? l’expansion de leurs march?s pourraient tomber au fur et ? mesure que se dissipera l’incertitude des consommateurs quant ? leur qualit? et aux b?n?fices ?conomiques et sociaux qu’ils permettront ?ventuellement d’engendrer.
Il est important de pr?voir l’adaptation de l’?conomie canadienne ? ces nouvelles technologies et/ou sources d’?nergie alternatives, en d?terminant de quelle fa?on les choix des consommateurs en seraient alt?r?s. Un mod?le de choix discret flexible pourrait ?tre employ? pour les ?valuer. Face ? l’indisponibilit? de donn?es empiriques pouvant se pr?ter ? une telle analyse, il est n?cessaire d’employer des donn?es de choix hypoth?tiques.

Il serait inconcevable de parler d’?conomie de l’?nergie pour le secteur des transports sans ?voquer le programme Corporate Average Fuel Economy (CAFE). Mis en place ? la suite des deux crises p?troli?res, ce programme contient des mesures comme l’obligation pour les fabricants de voitures de faire conna?tre la consommation d’essence par kilom?tre de leurs automobiles. De nos jours, il convient de remarquer que plusieurs critiques adress?es ? l’encontre de ce programme le taxent d’?tre socialement co?teux. Il n’en demeure pas moins qu’il faut reconna?tre que les standards du CAFE ont permis d’?normes ?conomies d’?nergie aux ?tats-Unis et au Canada.
Une alternative pour sauver le CAFE serait de rendre les standards plus s?v?res ou adopter des politiques ?conomiques impopulaires comme l’augmentation du prix des carburants fossiles. L’insertion dans le tableau de bord d’un indicateur de la consommation d’essence en temps r?el (qui varie selon la vitesse, le vent, la temp?rature et la charge de la voiture) serait ?galement un excellent outil pour aider les conducteurs ? r?duire leurs ?missions de GES tout en ?pargnant de l’argent. Quoi qu’il en soit, les standards CAFE ?tant fixes, ils sont appel?s ? devenir de moins en moins efficaces afin de r?duire davantage le taux de consommation de carburant moyen des v?hicules automobiles. Il faudra donc compter sur le d?veloppement d’une conscience environnementale collective pour promouvoir les innovations en mati?re d’efficacit? ?nerg?tique des v?hicules personnels. Bien qu’il soit tr?s optimiste de miser sur la seule bonne conscience de l’homo consumerus pour une future diminution de la consommation de p?trole, c’est sans doute cette derni?re qui explique l’?mergence des v?hicules ?lectriques hybrides (e.g. Toyota Prius et Honda Insight) sur le march? de l’automobile nord-am?ricain au tournant du si?cle.

Certaines mesures gouvernementales visent ? encourager l’adoption et le d?veloppement de nouvelles technologies et de carburants alternatifs « propres » par le secteur du transport priv?. Certains programmes f?d?raux encouragent la production d’?nergies alternatives moins polluantes comme l’?thanol, le gaz naturel et le biodiesel. D’autres cherchent plut?t ? promouvoir la recherche et le d?veloppement de nouvelles technologies telles que les piles ? combustibles. Des mesures ont ?galement ?t? instaur?es dans certaines provinces canadiennes afin de promouvoir la mise ? march? des v?hicules hybrides. Ainsi, la Colombie-Britannique, l’Ontario et m?me l’?le-du-Prince-?douard octroient des cr?dits d’imp?t pouvant varier de 1 000$ ? 3 000$ aux nouveaux acqu?reurs de v?hicules hybrides. Le Qu?bec offre quant ? lui un remboursement partiel de la taxe de vente provinciale (TVQ), jusqu’? concurrence de $1 000, aux acheteurs de v?hicule hybride dont le taux de consommation de carburant n’exc?de pas 6,0 l./100 km. Notons toutefois que ces diff?rentes mesures incitatives demeurent volontaires.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le commerce préhistorique (6)

Naissance des cités sumériennes. Le premier « Puissant » à venir s’installer à Sumer fut EN.KI. Il ...

4 Commentaire

  1. avatar

    On tourne encore en rond. Le Protocole de Kyoto est de la foutaise parce qu’il ne traite pas vraiment la source du réchauffement climatique et utilise des fausses solutions pour y parvenir. Deuxièmement, une vaste étude
    démontra que les voitures hybrides, de leur création jusqu’à leur recyclage, coûtent plus chères par rapport aux coût d’énergie par km et polluent plus (plus de composants chimiques etc) que les voitures conventionelles et le Hummer H3 !!!!

    Troisième point, l’essence à l’éthanol pollue plus que l’essence conventionelle (jusqu’à 70% plus) et coûte plus chère à produire, tout en réduisant la quantité de nourriture disponible, et d’ailleurs, nous sommes sur le point de vivre une flambée des prix du maïs, du blé et du reste de la nourriture car nos réserves mondiales de grains sont au plus bas depuis des dizaines d’années. ici et ici.

    Est-ce que toute cette affaire de réchauffement climatique dû au CO2 n’est pas une autre campagne de peur et utilisée comme outil de contrôle social et un autre moyen de taxer les gens pour rien ?

    Pourquoi ne voyons nous jamais les autres points de vue sur toute cette question, tel que ces articles :


     World’s Top Scientists ’Manmade Warming’ Is A Dangerous Lie

    U.S. Senate Report : Over 400 Prominent Scientists Disputed Man-Made Global Warming Claims in 2007

    Over 400 prominent scientists from more than two dozen countries recently voiced significant objections to major aspects of the so-called « consensus » on man-made global warming. These scientists, many of whom are current and former participants in the UN IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), criticized the climate claims made by the UN IPCC and former Vice President Al Gore.

     Year of global cooling

     De-Facto One Child Policy Urged in Australia

     NASA Debunks Part of Global Warming Myth, Will Media Report It ?

     Over 100 Prominent Scientists Challenge UN Move For Global Carbon Tax

     Consensus Shattered As Major Scientific Study Says Global Warming Is Natural

    The so-called scientific consensus that global warming is man-made has been shattered with the release of a major new study backed by three universities which concludes that climate change over the past thirty years is explained by natural factors and that attempts to reduce carbon dioxide emissions are irrelevant.

    Climate scientists at the University of Rochester, the University of Alabama, and the University of Virginia report that temperature fluctuations over the past three decades are not consistent with greenhouse model predictions and more closely correlate with solar activity.

    The report dismisses attempts to reverse global warming by reducing carbon emissions as ineffective and pointless.

    Authored by Prof. David H. Douglass (Univ. of Rochester), Prof. John R. Christy (Univ. of Alabama), Benjamin D. Pearson (graduate student), and Prof. S. Fred Singer (Univ. of Virginia), the study appears in this month’s International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society.

     Carbon dioxide (CO2) is not a pollutant.

    Climate scientists at the University of Rochester, the University of Alabama, and the University of Virginia report that observed patterns of temperature changes (‘fingerprints’) over the last thirty years are not in accord with what greenhouse models predict and can better be explained by natural factors, such as solar variability. Therefore, climate change is ‘unstoppable’ and cannot be affected or modified by controlling the emission of greenhouse gases, such as CO2, as is proposed in current legislation.

    These results are in conflict with the conclusions of the United Nations Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) and also with some recent research publications based on essentially the same data. However, they are supported by the results of the US-sponsored Climate Change Science Program (CCSP).

    The report is published in the December 2007 issue of the International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society [DOI : 10.1002/joc.1651]. The authors are Prof. David H. Douglass (Univ. of Rochester), Prof. John R. Christy (Univ. of Alabama), Benjamin D. Pearson (graduate student), and Prof. S. Fred Singer (Univ. of Virginia).

    Vous voulez des solutions ? Cherchez à la bonne place : pour arrêter la pollution, si c’est ce que vous voulez, cherchez du côté des travaux du génie Nikola Tesla et l’énergie libre qui ont été produit il y a 100 ans ( !!!) et qui briserait le monopole du cartel pétrolier, nucléaire et autre. Pour ce qui est du réchauffement climatique, demandez-vous pourquoi les autres planètes du système solaire se réchauffent aussi, et informez-vous sur les 3 000 000 de volcans sous-marins qu’on a récemment découvert et qui explique pourquoi les océans se sont réchauffé de 3 degrées depuis 50 ans.

    Pour tous les détails, visitez Les Nouvelles Internationales et écoutez L’Autre Monde !

  2. avatar

    Je suis d’accords que la communauté scientifique soit divisée sur la question du réchauffement climatique. Je ne vais pas me perdre dans le dédale de la Conspiration dans le but d’assoir ce que beaucoup d’utopiste appelle le Monde Nouveau.

    Libre à vous, mon Bien Cher Monsieur, d’affirmer que les puissances politico-financiers conspirent avec les grande familles, et même, je dirai certaines puissances spirituelles de part et d’autre….

    Faisons donc un petit calcul, supposons que le réchauffement climatique est une idée inventer pour abêtiser les masses humaines, cela signifie qu’elle est soit fausse soit elle n’est pas d’origine humaine….

    Admettons qu’elle soit fausse, cela suppose que la Terre est capable de se régénérer infiniment et que les ressources ne sont pas limitées. Ce qui est faut. Il suffit d’augmenter la population humaine infiniment pour comprendre que ce rêve n’est pas permis.

    Admettons que le réchauffement soit vrai mais d’origine non-humaine, c’est-à-dire naturel, Il est clair à l’étape actuelle de notre évolution, nous ne pouvons plus nous laisser guider, subir l’avenir, nous devrions la construire, et la construire reviens à corriger pour le réchauffement climatique.

    Je suis d’accords avec l’existence de l’énergie libre de l’Illustre TESLA, mais, je pense que même la nourriture devrait être gratuite sur la planète Terre et pas l’énergie seulement. Si la nourriture était gratuite, cela veux dire mes frères et sœur humains ont atteint le niveau de Conscience nécessaire leur permettant de dépasser l’Égocentrisme dont tous, nous sommes prisonniers.

    Dans le pays ou vous habitez actuellement, il existe des gens qui sont dans la rue et qui ne mangent pas. Je pense, de mon humble avis, qu’il débuter par là avant de prétendre rendre les hautes technologies gratuites. Tous nos maux ont une source commune, l’Autel d’Or qui nous habite, l’EGOCENTRISME.

  3. avatar

    Une partie de ma precedente reponse s’adresse au commentaire sur l’article QUAND AUTO RIME AVEC KYOTO.

    Merci de votre Attention.

  4. avatar

    Il n’y a pas d’inventions sans cahier des charges qui listent les objectifs et les contraintes. Cette nouvelle donne environementale ne peut être que bénéfique pour stimuler l’imagination même si le changement climatique n’est pas la conséquence de l’activité humaine.