Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / Carolle Anne Dessureaulu / Qu?est-ce que la conscience (2)

Qu?est-ce que la conscience (2)

 

?

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Je suis heureuse de vous pr?senter le dernier article de la s?rie?Votre cerveau n?a pas fini de vous ?tonner.

Patrice Van Eersel, r?dacteur en chef du magazine Cl?s, l?instigateur de ce livre dont l?objectif visait ? nous donner un aper?u des nouveaut?s scientifiques les plus frappantes, nous laisse le mot de la fin.

Nous avons vu la semaine derni?re, d?apr?s Antonio Damasio, que d?s la premi?re bact?rie, il y avait de l?esprit, m?me pour une arch?obact?rie d?il y a 3,8 milliards d?ann?es. L?esprit correspondrait ? la volont? de survie. Et l?esprit existe dans toute vie, bien avant l?apparition du moindre neurone. On terminait avec une question ? laquelle aucune r?ponse n?a ?t? donn?e : ? Comment la densification quantitative de nos neurones a-t-elle abouti ? la r?volution qualitative de l??mergence de la conscience ??

La conscience est-elle produite par le cerveau ou existe-t-elle en soi ?

? ce sujet, A. Damasio parle de deux exp?riences qui apportent des r?ponses contradictoires.

LA PREMI?RE a fait couler beaucoup d?encre, mais demeure irr?solue. Vous la connaissez sans doute d?j?, c?est celle du neurophysiologisite?Benjamin Libet, de l?universit? de San Francisco.

Le Dr Libet voulait savoir si c??tait bien le fait de?d?cider?d?un geste???par exemple plier un doigt ? qui initiait cette action. En mesurant au milli?me de seconde les temps d?action des diff?rentes zones corticales concern?es, il a?d?couvert que le cerveau envoyait toujours ses ordres trois ? quatre dixi?mes de seconde AVANT?que le sujet prenne consciemment sa d?cision.?Bien des conclusions en ont ?t? tir?es. Par exemple, que la conscience est capable de remonter le temps, ou que la conscience se situe dans une dimension hors temps ? mais la conclusion la plus courante des neurologues est que?le cerveau prend ses d?cisions ? seul ??et que notre?conscience, produite ou pas par les neurones, n?est pas grand-chose?:?juste une fa?on d?observer, apr?s coup, leur action.

LA SECONDE exp?rience a ?t? men?e en 1998 par le neurologue Matthew Botvinick, de l?universit? de Princeton. Imaginons qu?on camoufle notre bras droit sous la nappe et qu?? c?t? de notre main gauche pos?e sur la table, on place une fausse main droite en caoutchouc, que quelqu?un caresse, tandis que, sous la table, on caresse aussi la main cach?e. Au bout d?un moment, semble-t-il, nous aurions la sensation que la main en caoutchouc est ? nous ? au point de ressentir quelque chose quand on ne caresse qu?elle.

Encore?: en d?cembre 2011, Lorimer Moseley de l?universit? d?Adela?de a r?v?l? que ce ressenti illusoire faisait chuter l?immunit? du bras cach?, autrement dit que celui-ci n??tait plus consid?r? par le cerveau comme une partie du corps ! Notre aptitude ? diff?rencier le moi du non-moi, base de notre conscience, peut donc ?tre influenc?e par un trompe-l??il. Finalement, si une subjectivit? pure peut tromper le cerveau, n?est-ce pas que la?conscience est ind?pendante de celui-ci ?

?Pour d?autres approches, la conscience n?est pas produite par le cerveau,?mais constitue une r?alit? plus absolue que lui !

Pour les deux fameux bouddistes, Thich Nhat Hanh et surtout Matthieu Ricard ? aussi passionn? de neurologie que son ami le dala?-lama ? pour eux,?la conscience est la nature ultime du r?el et le cerveau peut momentan?ment la canaliser dans un moi temporaire ?

Nos deux naissances ? le ? saut de la conscience ?

Nous serions tous n?s deux fois?: le jour de notre naissance biologique, dont nous n?avons aucun souvenir, et le jour de notre naissance ? la conscience, que nous nous rappelons par d?finition.

Quand on remonte ? ses plus anciens souvenirs, on a des flashs?: un sourire, une odeur, une lumi?re, une ambiance ? et soudain jaillit une globalit??souvent vers quatre-cinq ans. Le Dr Philippe Presles a men? une grande enqu?te en cherchant des indices signalant le ? saut de la conscience ?.

Presles a trouv? six indices qui convergent vers l??ge de cinq ans?:

-nous devenons conscients quand s?instaure en nous un?dialogue int?rieur?avec notre alter ego;

Les six indices signalant le ? saut de la conscience ?

-?notre corps m?morise tout, mais notre conscience r?flexive ne se souvient de rien avant un certain ?ge ? m?me des pires souffrances;

-?aucun autre petit mammif?re ne demande ? son p?re ou ? sa m?re?: ? C?est vrai que tu vas mourir ? ? Pour Presles, cette question de l?un de ses enfants fut le choc qui le poussa dans cette enqu?te;

-?la conscience arrive avec la d?couverte de la nudit?;

-?pour le bambin, m?me les objets ont des intentions; peu ? peu, il distingue ce qui est conscient ou pas, et vers cinq ans, comprenant que l?autre a son propre moi, il acc?de ? l?humour ? et au mensonge;

-?la conscience morale s?enracine dans l?imitation (fondatrice de l?empathie) et dans l?ob?issance (aux parents et au groupe).

Presles a aussi dress? une liste d?obstacles ? notre lucidit?.

  • devenir insensible et rationalisant;
  • pr?juger de la pens?e des autres;
  • se laisser pi?ger par l?excitation ou par le succ?s personnel;
  • se comparer ? autrui;
  • n?gliger sa sant?;

Presles r?sume?: ? Tout se passe comme si nous oubliions que notre conscience, c?est notre cerveau, et que notre cerveau, c?est notre corps.?

Cons?quemment, notre conscience serait d?abord physique.

L?unicit? du r?el ? l?hyper-conscience

Si notre conscience nous aide ? vivre au quotidien, la conscience peut aussi nous faire conna?tre des ?tats totalement extra-ordinaires. Surtout lorsqu?interviennent les ma?tres bouddhistes qui exp?rimentent?? l?hyper-conscience ?.?

Ce domaine va de l?exp?rience de mort imminente aux extases des grands sportifs, en passant par les exp?riences d?accident?s qui ont vu soudain le temps se ralentir, et de malades ? miraculeusement ? sauv?s par une voix int?rieure ? le Dr Presles est d?autant plus int?ress? par cette derni?re forme d??tat de conscience qu?elle l?a sauv? un jour d?une ?lectrocution qui aurait d? ?tre mortelle ?

Les bouddhistes en d?signant l?hyper-conscience parlent d?un quatri?me temps qui ne serait ni le pass? ni le pr?sent ni le futur. Ce temps s?atteindrait en s?exer?ant ? vivre la pleine conscience le?plus souvent possible, et ce, en respirant, en marchant, en mangeant, etc. Cet ?tat conna?t son pic dans la m?ditation, dont la pratique r?guli?re est recommand?e. Une approche qui sans contredire les d?couvertes des neurosciences les fait basculer ? l?envers.

Un voyage au-del? du cerveau

Y a-t-il un rapport entre notre cerveau et les ?tats de ? conscience cosmique ? ? Une neurologue am?ricaine, Jill Bolte Taylor, a v?cu une exp?rience extraordinaire, qui aurait pu tr?s mal se terminer, mais qui a transform? sa vie ? histoire qu?elle racontera dix ans plus tard dans un livre?Voyage au-del? de mon cerveau.?Elle se dira reconnaissante d?avoir v?cu un AVC qui lui a permis de conna?tre l?exp?rience mystique qui l?a chang?e compl?tement.

Depuis l?enfance, elle se consacrait ? l??tude des d?r?glements du cerveau afin d?aider son fr?re schizophr?ne. Elle devint une brillante neuro-anatomiste, ? Harvard. Des ann?es plus tard, ? l??ge de trente-sept ans, en 1996, alors qu?elle se r?veille, elle est victime d?un accident vasculaire c?r?bral. La neurologue a ?t? capable, pendant plusieurs heures, d?observer sa conscience quitter peu ? peu son?cerveau gauche,?l?endroit o? l?h?morragie s??tait produite. Rappelons que notre?n?ocortex de l?h?misph?re gauche?coordonne nos?fonctions conscientes sup?rieures, soit?langage, calcul, analyse, r?flexion, discernement, sentiment du moi ??Peu ? peu, elle voit toutes ces capacit?s l?abandonner.

Au paroxysme de la douleur, elle tente d?appeler ? l?aide, sans succ?s, car chaque fois qu?elle s?approche du t?l?phone, son cerveau rationnel la quitte et elle ne sait plus qui elle est, ni ce qu?elle fait. ? mesure que l?h?morragie s??tend, elle r?ussit n?anmoins, zone corticale apr?s zone corticale, ? comprendre pourquoi ses perceptions changent. Le plus ?tonnant est que sa m?moire gardera la trace des diff?rents ?pisodes, notamment celui de son extase?

Malgr? la douleur qui la d?chire, Jill Bolte Taylor constate, ahurie, que si son cerveau gauche se trouve peu ? peu neutralis?, le droit, lui, continue ? fonctionner, et m?me mieux que d?habitude, n??tant plus entrav? parle gauche qui, habituellement, le contr?le.

Le n?cortex de notre h?misph?re droit?coordonne?nos fonctions subconscientes sup?rieures,?soit?sensibilit?, intuition, sens de l?esth?tique et de la synth?se, sentiment oc?anique de participation au monde ??ces fonctions occupant d?sormais tout l?espace de sa conscience, Jill connut un v?ritable?satori !?Sa souffrance se trouvait effac?e par une formidable sensation d?amour cosmique. Une sorte de NDE, exp?rience de mort imminente. Une immense euphorie l?envahissait ? mesure que son moi s??vanouissait et qu?elle se sentait fusionner avec le ? tout ?. De plus, de temps en temps, son cerveau gauche se remettant ? fonctionner un instant, elle comprenait rationnellement ce qui lui arrivait.

Elle exp?rimenta sur elle-m?me ce que les neurologues commen?aient ? l??poque ? d?couvrir en ?quipant d??lectrodes les cr?nes de moines bouddhistes en train de m?diter ou de nonnes chr?tiennes en train de prier. Chez des sujets entra?n?s, la m?ditation ou la pri?re ont pour effet de r?veiller et d?exacerber la vigilance et la pr?sence, mais aussi?d?endormir les zones corticales n?cessaires pour distinguer et s?parer le moi du reste du monde.?Je trouve ce dernier point particuli?rement int?ressant. Ainsi, les exp?riences d?hyper-conscience au cours de profondes m?ditations ou d??tats de r?ceptivit? (devant la nature par exemple), des exp?riences d?unit?, trouvent leur cause dans le sommeil momentan? de certaines zones corticales responsables de la distinction et la s?paration du moi du reste du monde.

Pour en revenir ? l?exp?rience de Jill, elle ?tait habit?e par un sentiment d?extase si puissant qu?il lui fallut fournir un effort immense pour r?ussir ? composer un num?ro de t?l?phone et parvenir ? pousser un grognement, lequel fut heureusement d?crypt? comme un appel au secours. Paralys?e, la jeune femme passa pr?s de la mort, mais jamais une partie de sa conscience ne cessa de tout noter, par curiosit? intellectuelle, et dit-elle, dans l?espoir d?aider et de pr?venir les innombrables victimes potentielles d?un AVC.

La scientifique, extr?mement diminu?e, mettra dix ann?es ? r?cup?rer ses capacit?s physiques et mentales, au prix d?efforts quotidiens, d?montrant ? son tour ? quel point le cerveau humain est?plastique et adaptable.

Ainsi se termine cette s?rie de quinze articles sur la?plasticit? du cerveau.

MAIS, avant de se quitter, chers amis, lecteurs et collaborateurs, je vous invite du plus profond de mon coeur ? visionner la vid?o ci-dessus montrant Jill Bolte Taylor livrant une conf?rence sur son exp?rience. ? VOIR.

 

 

 

Carolle Anne Dessureault

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Sir Alfred Hitchcock

Sir Alfred Hitchcock, père du thriller moderne   « Hitchcock est (…) l’un des plus grands ...