Accueil / T Y P E S / Chroniques / QS : La bombe ? fragmentation

QS : La bombe ? fragmentation

En f?vrier 2006, quand Mme David et M. Khadir se sont mis d’accord pour cr?er un nouveau parti politique – Qu?bec Solidaire – j’ai ?crit que je partageais beaucoup de leurs id?es et que j’en ajouterais m?me avec lesquelles ils seraient eux-m?mes sans doute d’accord… mais que je ne croyais pas sage de cr?er ce parti dans la conjoncture actuelle.

Je serais heureux qu’il y ait au Qu?bec un parti de gauche qui devienne l’alternance et je ne suis pas s?r que ce nouveau parti va ?chouer. Je ne crie donc pas au scandale, mais c’est l’imm?diat qui m’inqui?te. Car je ne suis pas s?r de l’avenir de Qu?bec Solidaire, mais je suis absolument s?r, cependant, que la cr?ation de ce parti va faire beaucoup pour assurer la victoire du Parti Lib?ral aux prochaines ?lections… et aux suivantes.

En effet, ce n’est pas la client?le du Parti Lib?ral qui se joindra ? Qu?bec solidaire. Le succ?s de Qu?becSolidaire passe donc n?cessairement par la fragmentation du Parti Qu?b?cois entre, d’une part, ceux qui veulent l’ind?pendance du Qu?bec et, d’autre part – ce sont parfois les m?mes, mais pas toujours – ceux qui veulent un Qu?bec socialement plus progressiste.

Fragmentation fatale, car le Parti Qu?b?cois n’a pu s’assurer le pouvoir ? quelques reprises – et faire quelques pas ? gauche – que parce qu’il a r?ussi ce mariage, parfois d’amour mais toujours de raison, entre les ?l?ments progressistes de la soci?t? et ses ?l?ments nationalistes. Ses ?l?ments nationalistes de droite aussi bien que ceux de gauche, puisque l’id?e d’ind?pendance primait pour ceux-ci sur leur prise de position sociale.

On peut dire qu’un nationalisme parfois de droite a donc instrumentalis? la gauche qu?b?coise depuis 40 ans, mais ceci ne s’est pas fait sans concessions. La gauche a accept? avec intelligence ce mariage de raison, le meilleur auquel elle pouvait acc?der. C’est ainsi que le PQ a pu constituer parfois une majorit? effective et que la sociald?mocratie a pu marquer quelques points.

Avec la cr?ation de Qu?bec Solidaire, J’ai aujourd’hui l’impression d’une gauche-autruche qui, lasse des redondances nationalistes, se ferme les yeux et file vers un mur de b?ton, en voulant croire que si elle le souhaite vraiment, le mur disparaitra et qu’elle passera dans une autre dimension o? les Qu?b?cois sont ce que la gauche voudrait qu’ils soient. Cette dimension n’existe pas. peut-?tre un jour existera-t-elle, mais aujourd’hui elle n’existe pas.

Il est ironique de penser que le parti qui se cr?e sous le signe de la solidarit? va donc, au contraire, faire exploser le PQ, ruiner toute chance que persiste une telle solidarit? entre nationalistes et progressistes et donc la possibilit? que soit interrompue la course actuelle vers la droite du Qu?bec qui se dit « lucide ».

Et la ruiner sans y apporter une solution de rechange, car m?me si QS parvenait ? faire le plein de tous les ?l?ments progressistes au Qu?bec, ne faut-il pas faire le constat que ces ?l?ments progressistes ne repr?sentent encore qu’une minorit? de la population qu?b?coise ? Quelqu’un croit-il que, partant d’une base ?lectorale qui oscille entre 5 et 10%, Qu?bec Solidaire puisse obtenir une majorit? dans un avenir rapproch? ?

QS ne le peut pas et, priv? de l’appui de tous ceux pour qui l’objectif de progr?s social est plus important que l’objectif de l’ind?pendance, pour qui celle-ci est simple moyen et qui vont donc donner leur vote ? Qu?bec Solidaire, le Parti Qu?b?cois ne peut pas non plus former une majorit?.

Le sc?nario s’impose alors de trois partis – PQ, ADQ, QS – qui veulent un changement, mais pas le m?me changement… s’opposant dans une lutte suicidaire ? un seul parti – le Parti Lib?ral – r?unissant tous ceux qui ne veulent PAS le changement. Est-il difficile de pr?voir qui gagnera cette lutte in?gale ?

Dans ces conditions – gagnantes pour lui si jamais il y en eut – m?me Jean Charest pourrait ?tre r??lu ! Une r?partition providentiellement improbable des votes peut aussi faire que le PQ ou l’ADQ prenne le pouvoir, avec une tres faible pluralit? des voix, mais le gouvernement minoritaire qui en sortira sera pr?caire. Il faudra vite remette ?a, ? l’automne, sans doute….

Et ? l’automne, face ? ces trois partis PQ, ADQ et QS qui se partageront un m?me bassin toujours insuffisant de r?novateurs, y a-t-il une autre majorit? possible que celle de ceux qui n’ont pas de programmes, pas de volont? d’agir ? Dans une situation o? de grands desseins affrontent donc aucun ne peut r?unir une majorit?, n’est ce pas toujours le parti du statu quo ante, le parti des « sans desseins » finalement qui triomphe ?

A l’automne, surtout si Jean Charest doit c?der la place ? l’image beno?te et paternaliste de Couillard, image s?curisante qui colle parfaitement avec la promesse d’un parfait immobilisme, la bombe a fragmentation va nous exploser au visage et le Parti Lib?ral remportera une victoire ?crasante sur une opposition parfaitement divis?e.

Cela dit, y a-t-il une solution ? Sous pr?texte qu’elle ne gagne jamais, la gauche qu?b?coise doit-elle renoncer ? jamais tenter de gagner ? Sous pr?texte que ceux qui croient au changement, doivent bien s’admettre qu’ils ne peuvent pas gagner aujourd’hui, la gauche doit-elle cesser de promouvoir ses id?es ?

Dans l’imm?diat, la fondation de Qu?bec Solidaire met ?videmment les forces favorables aux changements en position de faiblesse. Cette initiative n’en aura donc valu la peine que si, apr?s un dur moment ? passer, un r?alignement des forces permet que se constitue une alternative r?elle au Parti Lib?ral.

Cette alternative aura d’autant plus de chance d’acc?der ? la gouvernance qu’elle restera a gauche du PQ actuel, puisque c’est la Droite d?s qu’elle aura triomph?, qui se fragmentera. Entre un Parti Lib?ral f?d?raliste et l’ADQ « autonomiste », qui r?cup?rera les ?l?ments « traditionnalistes » du PQ et deviendra une pure r?incarnation de l’Union Nationale.

Cette alternative de gauche se b?tira autour de Qu?bec Solidaire, des Verts et de la gauche du PQ. Elle ne devra pas se contenter de r?cup?rer les tenants de la gauche traditionnelle, ce qui permettrait peut-?tre une victoire de pluralit? sur une Droite divis?e, mais pas le consensus requis pour faire les vrais changements. Elle devra avoir l’habilet?, comme Dumont est aujourd’hui ? la faire, de ratisser plus large et d’aller chercher le Centre.

Un Qu?bec Solidaire ?largi devra se faire le v?hicule d’id?es et de solutions vraiment nouvelles, aller chercher l’adh?sion de tous ceux qui veulent un monde meilleur. Susciter, pour la justice sociale, le m?me enthousiasme qu’a suscit?, il y a deux g?n?rations, le concept alors porteur de l’ind?pendance. Qu?bec Solidaire doit proposer un nouveau projet de soci?t?. TOUT DE SUITE !

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCLXXV) : en 2016, une première prise de conscience… sans grand lendemain

Une tentative de s’attaquer au trafic en son fief de l’aéroport de La Aurora, dans ...

2 Commentaire

  1. avatar

    En supposant que ca se recoupe de cette facon, il va ou le vote souverainiste ? A gauche, je suppose. Est-ce que ce n’est pas Duceppe, ancien Maoiste, qui devient le meilleur candidat pour mener ce parti ? Mais ce parti a-il une chance de gagner ? On serait en train de noyer le poisson pour l’indépendance..

  2. avatar

    C’est EXACTEMENT le regroupement que prévoit « The Gazette » dans son édition d’aujourd’hui. Pour répondre à Raph, je ne sais pas si c’est l’opinion de Monsieur Allard mais pour la Gazette il ne restera plus assez de votes souverainistes pour que ca vaille la peine d’en faire un parti en soi. Le PQ s’en va à gauche s’occuper du social et l’indépendanc est remise à bien plus tard.