Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Puis, il y eut cette grippe…

Puis, il y eut cette grippe…

NDLR: ? ( En novembre dernier, Pierre Schneider des 7 ?s’est fait vacciner. Il ne faut pas oublier les exp?riences pass?es… ) Votre ?diteur

Apr?s avoir longtemps tergivers?, h?sit?, lu, analys?, soupes?, m?dit? et pes? le pour et le contre, je me suis r?sign? il y a une dizaine de jours ? me faire inoculer le fameux vaccin contre la grippe A (H1 N1). J?avais comme tout le monde pris connaissances des th?ories de la grande conspiration plan?taire, mais quand le docteur Amir Khadir, m?decin microbiologiste et d?put? de Mercier de Qu?bec Solidaire s?est rang? du c?t? de la science acad?mique, je me suis dit qu?il devait conna?tre cela mieux que moi et je me suis fait piquer.

C?est huit jours plus tard que les probl?mes ont commenc?: C?phal?es s?v?res et r?sistantes ? tous les Tylenol de cette terre, tremblements et frissons, fi?vres me conduisant aux portes du d?lire, maux musculaires et j?en passe. Un une journ?e, je n??tais plus que l?ombre de moi-m?me tellement j??tais affaibli.

C?est alors que j?ai d?cid? de m?adresser au fameux 811 o?, apr?s des heures d?attente, une infirmi?re, m?a pos? le diagnostic suivant: Vous deviez avoir cette grippe A bien avant votre vaccin ! Ah bon ! Et moi qui me portais tr?s bien jusqu?? ce qu?on m?inocule le poison?Bref, elle
me conseille les Tylenol, boire beaucoup de breuvages et reposez-vous-merci-bien.

Le lendemain, jeudi, neuf jours apr?s avoir re?u ce fameux vaccin, mon ?tat se d?t?riore rapidement. Les pouss?es de fi?vre se multiplient et je me rapproche dangereusement du 40 degr?s Celcius. De peine et de mis?re, je m?accroche ? mon t?l?phone et je signale ? r?p?tition les trois chiffres magiques 8-1-1 afin qu?on me dise si je dois continuer mon traitement sommaire, me pr?cipiter ? l?h?pital ou r?viser une derni?re fois mon testament?

Mais voil? qu?en ce jeudi 5 novembre de tous mes malheurs,je passe de nombreuses heures accroch? ? une tonalit? toujours occup?e tant les appels affluent ? la centrale. Mais je suis patient (a-t-on le choix avec notre syst?me de Sant? dont le mod?le est la cha?ne de montage du fabriquant d?automobiles Toyota ?) et je persiste des heures durant ? tenter de parler ? autre chose qu? ? un syst?me informatis?.

Cinq heures plus tard, je suis ?puis?, je frissonne de partout, j?ai peine ? me mouvoir, quand enfin mon num?ro est d?clar? gagnant: J?ai enfin le privil?ge rare de parler de mon ?tat et de mes vives inqui?tudes ? une v?ritable infirmi?re. Qui me conseille, apr?s avoir ?cout? le r?cit de mes malheureux d?boires, de me rendre illico ? l?h?pital de Sainte-Agathe-des-Monts o? je me tra?ne de peine et de mis?re car je me sens vraiment tr?s affaibli.

J?y suis accueilli par une jeune infirmi?re inexp?riment?e?qui me fait avaler une pilule de Motrin, apr?s avoir constat? que ma fi?vre ne cesse de monter. Puis, elle me dit d?aller m?asseoir et de revenir la voir dans une heure?

Il est alors 23hres et, malgr? mes questions demeur?es sans r?ponses, je n?ai d?autre choix que de me faire patient. Dans la salle feutr?e, ultra moderne et aseptis?e, j?entends certaines personnes dire qu?elles attendent depuis plusieurs heures. Y-a-t-il un m?decin dans la salle ? Si oui, il se cache bien? J?observe les employ?s, tr?s d?tendus, se promener d?un bureau ? l?autre avec des piles de paperasses sous le bras. Tout est silence, sauf les g?missements d?une pauvre dame qui souffre visiblement beaucoup?et ? qui on demande de pratiquer cette vertu bien qu?b?coise qu?est la patience.

Une heure plus tard, je retourne voir l?infirmi?re qui m?avait demand? de retourner la consulter ? minuit et- ? surprise !- elle vient de terminer son chiffre, comme par hasard ! Non, mais nous prennent-ils pour de parfaits demeur?s, nous les patients impatients qui payons leur salaire et avantages sociaux tout en leur permettant de traverser la crise qui secoue le Qu?bec dans une atmosph?re de salle de yoga ?

Puis, je parviens ? parler avec sa rempla?ante qui m?affirme que mes sympt?mes sont tout ? fait normaux apr?s une vaccination, que ce sont mes anticorps qui combattent le poison qu?on m?a inject?, bref qu?il n?y a pas grand chose ? faire. Je lui sugg?re que je suis mieux d?aller me soigner dans mon lit plut?t que de passer la nuit ? attendre?et elle me donne raison, disant ne pas comprendre pourquoi l?infirmi?re du fameux 8-1-1 s?est dite pr?occup?e par mon ?tat qu?elle qualifie de ??normal???

Dans un coin retir? de cette grande salle feutr?e, j?aper?ois d?interminables files de citoyens qui attendent le vaccin de leur d?livrance sous la neige et sous la pluie. Et ?a me rappelle les images qu?on nous montrait, quand j??tais plus jeune, des m?faits du r?gime sovi?tique o? les citoyens faisaient le pied de grue, dans d?interminables files d?attente, en attendant qu?on appelle leur num?ro.

Et tout ce que j?entends ? longueur de journ?e sur RDI, c?est toujours la m?me phrase-mantra
des chefs de notre sant? collective : ??On s?ajuste ? la situation???Je suis ressorti, soulag? de regagner ma chaumi?re et mon lit douillet. Je pr?f?re m?ajuster moi-m?me?

Car quand je constate avec effroi que le 8-1-1 ne r?pond plus, je me permets de questionner le??mod?le Toyota?? appliqu? ? notre syst?me de sant? et je constate que nous ne sommes que des pi?ces num?rot?es sur la cha?ne de montage paralys?e du syst?me implacable et trop souvent inhumain dans lequel nous acceptons de vivre. Et je me demande pourquoi, m?me si j?en connais la r?ponse corporative, pourquoi on n?accorde pas plus de pouvoirs aux pharmaciens, ce qui pourrait certes d?sengorger les bouchons syst?miques de notre fa?on de vivre en sant?.

Et je me surprends ? r?ver de cette ?poque b?nie o? le m?decin se d?pla?ait et se rendait dans les maisons rencontrer ses malades. Mais faut croire que c??tait dans un autre mill?naire?bien avant que nous l?on soit victimes des grands progr?s technocratiques au sein desquels j?ai l?impression que nous sommes tous devenus des prisonniers d?un goulag virtuel.

Pierre Schneider

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Immorales

Nous savons toujours quand nous vivons un moment qui concentre tous les autres en une ...

One comment

  1. avatar

    le docteur Amir Khadir…et oui! C’est lui qui disait que celui qui ne se faisait pas vacciner prenait le risque de contaminer même ceux qui étaient vaccinés.

    C’est là que j’ai compris que le vaccin ne valait rien et j’ai suivit le feuilleton de ce vaccin à la télé sans me faire vacciner.

    André Lefebvre