Accueil / A C T U A L I T É / Provocante!

Provocante!

Ainsi donc, les dirigeants des centrales syndicales semblent ?tre tr?s concern?s par la mont?e d?une droite de plus en plus ??provocante?? au Qu?bec. Claudette Carbonneau de la CSN, en particulier est grandement inqui?te de l?effet cr?? par le mouvement R?seau Libert?-Qu?bec, un groupuscule naissant fond? par 6 personnes qui ont mit $500 de leur poche et ont organis? un colloque au mois d?octobre dernier qui a attir? 500 participants et qui a d? refuser des inscription. Mme Carbonneau semble s??tre jur? de livrer un combat sans merci contre ce mouvement, parce que, mes chers concitoyens, il faut qu?elle vous sauve de leurs id?es dangereuses de libert? et de responsabilisation individuelle.

Mais, d?trompez-vous! Super Claudette ne fait pas ?a par altruisme. Les syndicats ont gros ? perdre si les id?es de la m?chante droite venaient ? prendre la faveur populaire . ?a fait maintenant 50 ans que les syndicats font la pluie et le beau temps dans la sph?re politique qu?b?coise. Avec un taux de syndication dans les 40%, il est ind?niable que les syndicats ont un certain poids dans notre soci?t?. Mais ce poids devient de plus en plus lourd ? supporter pour les contribuables. Les qu?b?cois commencent tout juste ? r?aliser ? quel point et c?est bien ?a qui doit faire peur ? Super Claudette. Les syndicats n?ont en r?alit? aucun int?r?t en la justice sociale, ils ne sont int?ress?s que par leur propre pouvoir. Celui qui leur permet de litt?ralement contr?ler la province. Ils peuvent contr?ler qui est ?lu lors d??lections, et m?me s?ils n?arrivent pas ? faire ?lire qui ils veulent, ils arrivent toujours ? obtenir ce qu?ils veulent quand m?me gr?ce ? leur contr?le de la main d?oeuvre dans les services publics, dans la construction, dans l’industrie agricole, etc. Il est difficile d?exag?rer quand une centrale syndicale est capable de paralyser des pans complets de l??conomie ou des services publics, le pouvoir que ?a leur conf?re. Alors iles est ?galement tr?s facile de s?imaginer qu?ils d?fendront agressivement leurs privil?ges.

Le probl?me est que le RLQ n?est qu?un messager. Ce qu?il v?hicule transcende l?organisation elle-m?me, qui est minuscule. Une souris ? c?t? d?un ?l?phant. Et pourtant, l??l?phant a peur de la souris. Pourquoi? Parce que le message a commenc? ? r?sonner chez le qu?b?cois ordinaire qui paie ses imp?ts et qui se rend bien compte que les services qu?il re?oit en retour ne sont pas ? la hauteur des montants confisqu?s par le fisc. Il se rend ?galement compte le trou b?ant que nous sommes en train de creuser pour nos enfants.

Super Claudette s?amuse ? dire que la plupart des qu?b?cois n?ont pas les moyens de se payer les libert?s que le RLQ cherchent ? promouvoir. Mois je crois plut?t que les qu?b?cois n?ont plus les moyens de se payer le 30% de plus que ?a co?te au Qu?bec pour construire des infrastructures, grandement d? au monopole syndical sur la main d?oeuvre dans le domaine de la construction. Nous n?avons plus les moyens d?avoir 100 000 administrateurs dans notre syst?me de sant? pour 108 000 dans le personnel soignant. Nous n?avons plus les moyens d?une fonction publique ob?se. Nous n?avons plus les moyens des plans de retraite dor?s de nos fonctionnaires, alors que la plupart de ceux qui paient pour cette retraite risquent de se retrouver dans la pauvret? dans leur vieillesse. Nous n?avons plus les moyen de payer des denr?es agricole plus ch?res que tous nos voisins pour maintenir un syst?me de gestion de l?offre et un monopole syndical dans le domaine agricole. Nous n?avons plus les moyens des quelques 224 milliards de dettes que notre gouvernement a accumul? jusqu?ici parce que nos politiciens sont incapables de tenir t?te aux Claudette Carbonneau et R?jean Parent de ce monde.

Leur h?ritage aux g?n?rations futures sera celui d?une plaie de sauterelles sur les r?coltes d??gypte au temps de Mo?se, alors qu?ils auront tout consomm? et laiss? que des miettes ? ceux qui suivront. C?est ?a qu?ils appellent la ??solidarit?. Ils ont raison de s?inqui?ter. Les qu?b?cois ne sont pas dupes et commencent ? flairer leur petit jeu. C?est pourquoi Super Claudette voudrait bien tuer le d?bat dans l?oeuf. Malheureusement pour elle et ses acolytes, c?est d?j? trop tard. Le chat est sorti du sac et le message commence ? se r?pandre. M?me si par chance, les syndicats arrivaient ? faire taire le RLQ, ce dont je doute fort, d?autres r?cup?reraient le flambeau, parce que de toute fa?on, ce virage est n?cessaire et in?vitable.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

FRANCE: anxiété chez les étudiants liée à la réforme du BAC

Ci-dessous un article d’Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie, publié ...

5 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    On va encore défaire le tas de fumier totalitaire de monsieur David, il semble ici que tous soient occupés à autre chose.

    D’abord, prenons point par point dans ce torchon des plus populistes et démagogiques sur le site de CP.

    «Ainsi donc, les dirigeants des centrales syndicales semblent être très concernés par la montée d’une droite de plus en plus « provocante » au Québec.»

    Les syndicats ne se disent pas inquiets d’une soit disant montée de la droite, mais bel et bien d’un discours extrémiste d’une partie de la droite, et la médiatisation aisée et gratuite à celle-ci, même sur nos plateaux nationaux, payés à même les poches des exploités par les exploitants choyés par les sbires de cette secte, qui n’a rien de nouveau, ni au Québec, ni dans le monde entier. Les lèches cul de bourgeois n’ont rien de révolutionnaire, je vous l’assure.

    Les discours adéquistes et populistes de la sorte, et cela comprend évidemment les tas de fumier totalitaires de monsieur David le capitaliste, ont toujours eu la cote chez les médias, car autrement, personne ne pourrait les connaître. Ils sont absents de tous les débats sociaux et se tiennent généralement très loin des foules et des mouvements populaires. On les voit plus souvent dans les conseils du patronat, et dans ses dérivées hypocrites. Mais qu’importe, il est clair que les capitalistes ne se battent pas pour les intérêts des travailleurs, ils ne font qu’endosser un veston populiste contemporain pour mettre toutes les fautes sur les gouvernements, qui n’ont finalement que servi, ces premiers, les intérêts de la minorité parasitaire bourgeoise, à qui on a encore sauvé le train flasque.

    Philippe David peut bien se gargariser de ne rien avoir à faire avec la droite morale, mais sa droite économique est d’emblée elle-même, une droite morale appliquée en économie. Ce ne sont que des hypocrites, ils servent toutes et tous, sans exception, et parfois sans le savoir, les intérêts de la minorité à qui on doit tous nos maux des 10 ou plus derniers siècles.

    Débarrassons-nous enfin des capitalistes, ces pourritures qui après avoir exploité tous nos besoins, notre labeur, notre environnement, tels de véritables sangsues, veulent désormais que l’on se préserve de la seule garde existante, entre la dictature totale de ces parasites et l’asservissement du prolétariat, du peuple salarié. Il faut au contraire travailleurs, prendre cet État via Québec-solidaire et renverser toutes formes de salariat. Il faut se débarrasser de l’exploitation de l’être humain par l’être humain. Et m’sieur David ne fait que défendre ce dogme à la con, qui ne nous mène nulle part d’intérêt, sauf pour évidemment, les amis de m’sieur David, voire ses parents si ça se trouve. On ne sait jamais, selon ses dogmes, il pourrait hériter de ce «mérite» qu’aucun «méritomètre» n’a jamais mesuré. Eh bien…

    «Claudette Carbonneau de la CSN, en particulier est grandement inquiète de l’effet créé par le mouvement Réseau Liberté-Québec, un groupuscule naissant fondé par 6 personnes qui ont mit $500 de leur poche et ont organisé un colloque au mois d’octobre dernier qui a attiré 500 participants et qui a dû refuser des inscription.»

    C’est faux. Le RLQ a été largement financé par les frères Koch, via Fraser et d’autres donnateurs, dont monsieur Péladeau potentiellement. Voilà pour votre lectorat monsieur David, les faits. (http://reactionismwatch.wordpress.com/2010/11/19/un-vehicule-plein-didees/)

    Et la salle réservée n’a pas coûté 3000$. Vous mentez. Et il y avait beaucoup de gens de l’Ouest canadien, dont l’Aberta. Maxime Bernier, qui s’en serait douté… Et les journaux de Québec à la porte… Come on… Vraiment, on pourrait croire que m’sieur David veut qu’on le prenne au sérieux.

    «Mme Carbonneau semble s’être juré de livrer un combat sans merci contre ce mouvement, parce que, mes chers concitoyens, il faut qu’elle vous sauve de leurs idées dangereuses de liberté et de responsabilisation individuelle.»

    Non, de l’exploitation de l’être humain par l’être humain, que vous, du RLQ, voulez plus que tout au monde, imposer à ceux qui vous voudriez libres. Vous n’êtes que des hypocrites, il n’y a rien à envier à suivre les dogmes à la con de votre secte mon cher m’sieur David. Et soit dit en passant, le capitalisme a fait faillite, encore, alors pourquoi voudriez-vous qu’on vous croit, quand en fait, vous servez les mêmes crottés qui nous y ont plongé. Allez vous faire voir avec votre secte, le peuple peut décider par lui-même, sans le diktat des minorités parasitaires bourgeoises. Et votre mouvement n’a rien d’indépendant, d’«autonome», il est en parfaite cohésion avec les intérêts des pétrolières, des minières et de la minorité parasitaire la plus riche de ce monde. Et redisons-le, sans les pétrolières des frères Koch, vous seriez pauvres comme tout, sauf vous fils de riche. Mais Duhaime l’aurait dans le cul. Et reconfirmons que ce clown de Québec a bel et bien travaillé pour la CIA en Irak, le sachant ou non, mais je parie qu’il savait, il a une tête de crotté, lui aussi.

    On n’a pas peur de vous, on a peur que des gens puissent être dupés par vos calomnies. Car c’est connu, opportunistes que vous êtes, vous iriez même chercher du financement d’un malade mental ou d’un fœtus «consentent».

    «Ça fait maintenant 50 ans que les syndicats font la pluie et le beau temps dans la sphère politique québécoise.»

    Menteur, ça fait plus de 50 ans qu’il y a des partis capitalistes, et du capitalisme dans notre société, avec ses ratées. Et vous, du RLQ, voudriez que les travailleurs délaissent le seul outil existant qui peut parer l’exploitation des minorités parasitaires bourgeoises que vous défendez bec et ongles. Ça fait 50 ans que les syndicats n’ont pas pris le pouvoir, en fait, ils ne l’ont jamais pris. Mais pendant les dernières 50 ans, mise à part les baumes du modèle québécois, les ratées économiques du capitalisme, concentrant la richesse au sein d’une minorité parasitaire bourgeoise, ont amené avec elles, leurs ratées sociales relatives. Les injustices sociales ne sont que les reflets de celles de l’économie, dont les dés sont pipés pour avantager les propriétaires des moyens de production –permettant l’exploitation du labeur d’autrui-.

    Bref, c’est vous, du RLQ, qui avez peur du mouvement qui se met en place pour défendre les travailleurs de leur propre asservissement, sous le diktat de vos amis bourgeois, formant une très petite minorité au sein de l’humanité. Et vous faites bien. De toute façon, tout ce qui est sorti sur les clowns de votre secte n’a pu que faire rire les Québécoises et les Québécois. Il y avait de quoi. Joanne Marcotte, ciboire. Quelle équipe de champions. Duhaime fait bien de se cacher et de ne pas parler de l’Irak, et du NDI, paravent de la CIA. Ce n’est pas trop «winner».

    «Avec un taux de syndication dans les 40%, il est indéniable que les syndicats ont un certain poids dans notre société. Mais ce poids devient de plus en plus lourd à supporter pour les contribuables. Les québécois commencent tout juste à réaliser à quel point et c’est bien ça qui doit faire peur à Super Claudette.»

    En fait, c’est tout le contraire. Les mouvements syndicaux ont amélioré les conditions des travailleurs, et leur salaire, soit les modalités de leur exploitation. Sans les syndicats, on aurait encore un système de santé privé, qui ne fonctionne que pour les riches, profitant comme par hasard, des maux et du labeur des autres, et souvent, de leurs besoins tant primaires que secondaires ou tertiaires. Bref, les syndicats sont au contraire, la porte de sortie à votre cochonnerie de système capitaliste, qui ne peut qu’enrichir les propriétaires des moyens de production, et les bourgeois en général, banquiers, etc.. Et je ne nomme aucun syndicat, car le syndicalisme n’a rien à voir avec les crimes des humains. Le syndicalisme existe dans un contexte capitaliste, qui conditionne bien plus encore, la nature humaine des humains.

    Claudette Carbonneau a un discours mou, certes. Elle devrait être plus dure envers les parasites que les travailleurs font vivre après tout. En fait, elle et les autres syndicats devraient au plus sacrant, entrer en compétition avec vous, via des coopératives. Il n’y aurait bientôt plus d’employé chez les entrepreneurs privés…, qui serait assez bête pour se tondre soi-même? (Je sais bien que vous avez des réponses à cette question…)

    Mais sincèrement, avec votre discours dépassé, comme celui de Bernier par exemple, ce menteur (il n’a jamais eu 1000 dans son patelin sur le questionnaire long…), vous devriez plutôt fuir les médias. Je serais gêné à votre place, toutes les ratées extrémistes du capitalisme ont été radiées parce qu’elles étaient inefficaces au Québec, et ailleurs dans le monde. Vous êtes un dinosaure, l’humanité pourrait être à la veille d’une révolution, et vous leur proposez l’asservissement total aux minorités parasitaires que vous défendez.

    «Les syndicats n’ont en réalité aucun intérêt en la justice sociale, ils ne sont intéressés que par leur propre pouvoir.»

    M’sieur David prend ce qui se passe au Québec, parmi une petite clique dans un bassin de plusieurs centaines de milliers d’êtres humains, et en généralise le contenu au syndicalisme, comme si les voitures bleues, parce qu’un mauvais conducteur en «scraperait» une, seraient toutes mauvaises et en remettaient même en question, la conduite d’automobiles… M’sieur David, c’tun démagogue, et maladroit en plus, il s’enfarge dans ses contradictions.

    Ajoutons que m’sieur David mets tous les syndicats dans le même bassin, sous des présomptions sur des individus dans une marre humaine, mais qu’au contraire, il n’a rien à dire sur les patrons, alors qu’il y en a des criminels. Ne devrait-il pas s’il était cohérent, condamner le patronat?

    Philippe David n’est qu’un hypocrite, comme le RLQ et ses membres, financés par les pétrolières. (En passant chers amis des pétrolières, le pétrole venant du Venezuela n’est pas d’une dictature, mais une démocratie véritable, où Hugo Chavez a été élu majoritairement haut la main. Le nouveau ministre de l’environnement est en parfaite harmonie avec vos valeurs, il traite les démocraties de dictatures, il est pour son «pétrole étique» et c’est un menteur. )

    Et en passant encore vous direz à ce cher Éric Duhaime, ami de la CIA, que Smith a été nommé, pas élu. On reconnait là les valeurs de monsieur Duhaime, nostalgique d’Augusto Pinochet après tout.

    «Celui qui leur permet de littéralement contrôler la province.»

    Qui a déjà vu un gouvernement forcer par une loi, l’arrêt d’un lock-out? Et au contraire, qui a déjà vu des lois spéciales pour retourner de force, les employés de l’État au travail? Eh bien… On dirige tout, nous. C’est sûr… C’tun malade…

    «Ils peuvent contrôler qui est élu lors d’élections, et même s’ils n’arrivent pas à faire élire qui ils veulent, ils arrivent toujours à obtenir ce qu’ils veulent quand même grâce à leur contrôle de la main d’oeuvre dans les services publics, dans la construction, dans l’industrie agricole, etc.»

    Il vit dans un monde imaginaire celui-là…

    Et les patrons, on les voit même à côté des présidents, des premiers ministres et des ministres quand ces derniers font des annonces importantes. Desmarais est toujours avec Sarko, et bien d’autres en font autant. Etc.. Aux States et au Québec, les ministres fricotent avec les gens du monde des affaires, y compris les corrompus dans les syndicats, mais ça ne doit pas remettre la démocratie et le syndicalisme en question pour autant.

    Ah, pis je suis tanné. Toujours le même discours de peur, pour faire peur, parce qu’ils ont peur. Cachez-vous donc quelque part, la fin de votre régime approche, et les p’tits valets comme m’sieur David vont devoir trouver de vrais boulots.

    RLQ, vous faites pitié….

    Et ton texte est poche Philippe. Bien essayé, mais c’est vraiment le seul point sur lequel tu t’améliores, ta médiocrité et ta démagogie.

  2. avatar
    SylvainGuillemette

    Hey Philippe, aucune chance que ça pogne votre affaire. Grâce aux médias, on peut déjà conclure que vous mentez en faisant croire que personne, sauf 6 personnes avec 500 piastres, n’a financé le rassemblement du RLQ du 23 octobre dernier. Il y avait des gens d’affaires de l’Ouest, Maxime Bernier, et bien d’autres clowns, dont le marrant Jeff Fillion, qui n’est même pas foutu de travailler comme tout le monde et qui préfère rire des autres à la radio pour gagner sa vie, ce qui n’a rien de digne.

    Sinon avec Duhaime, vous êtes mal barré, et que dire de l’autre, Bock Côté, quel marrant personnage celui-là. Mais la couche pleine qu’il a «poublié» dans LaPresse était un véritable échec, contradictoire sur plusieurs points. Etc..

    Bref, bonne chance pareil, mais on vous attend en Avril prochain. On veut débattre, on aura micro, caméra, et tout ce qu’il faut pour débattre pour vrai, sans se battre. Alors vous y serez m’sieur David? On pourra se serrer la pince… (à sa récente venue avec Martineau et Bock Côté, Duhaime n’a pas daigné parler aux militants l’incitant à débattre avec eux. Il a préféré se cacher… Loser….

  3. avatar
    SylvainGuillemette

    Et il passe à la radio tout de suite après pour en parler, et écrit son torchon dans la couche pleine de Québec de Quebecor. Dire que Philippe David critique les gros bourgeois qui font des plans machiavéliques pour s’enrichir… Quelle ironie!

  4. avatar
    SylvainGuillemette

    Et il passe à la radio tout de suite après pour en parler, et écrit son torchon dans la couche pleine de Québec de Quebecor. Dire que Philippe David critique les gros bourgeois qui font des plans machiavéliques pour s’enrichir… Quelle ironie!

    Et en passant cher lectorat, moi, je viens ici débattre gratuitement. Pour m’sieur David, qui se tient près des pétrolières, je n’en suis pas si sûr.

  5. avatar
    SylvainGuillemette

    «Même si par chance, les syndicats arrivaient à faire taire le RLQ, ce dont je doute fort, d’autres récupéreraient le flambeau, parce que de toute façon, ce virage est nécessaire et inévitable.»

    En fait mon cher m’sieur David, c’est le contraire qui est inévitable, après les n0ombreuses ratées du capitalisme. On n’a pas envie de se taper pire que ce qui est déjà mauvais.

    Le salariat va possiblement bientôt prendre fin. Préparez-vous à changer vos plans…

    Les sables bitumineux éthiques…., on aura tout entendu de ces débiles.