Accueil / A C T U A L I T É / Préserver le pouvoir d’achat des retraités et des salariés

Préserver le pouvoir d’achat des retraités et des salariés

Défendre et préserver le pouvoir d’achat des salariés et retraités, la solution existe mais…
Payer ses dépenses de logement, nourriture, habillement, transports, assurances obligatoires, impôts, forfaits Sécurité sociale de toute sorte, etc., l’addition est de plus en plus lourde en fin de mois et 25% des Français sont à découvert bancaire dès le 15 du mois. 

Si la mondialisation et la concurrence effrénée à l‘intérieur même de l’Europe tirent sans cesse les salaires vers le bas, une autre cause de la baisse du pouvoir d’achat, dont on parle peu, est la suppression au début des années 80 du dispositif indexant les salaires et les retraites sur le taux d’inflation… Près de 9 millions de personnes vivent aujourd’hui au-dessous du seuil de pauvreté (1 026 € par mois pour une personne seule) selon l’INSEE. Cela représente près d’un ménage sur sept, les familles monoparentales étant les plus touchées. 2 millions de salariés sont payées au SMIC (1 521 € bruts au 1er janvier 2019, ce qui correspond en moyenne à 1 201 € nets, soit à peine un peu plus que le seuil depauvreté). Loin d’être bien lotis, 30 % des salariés à temps plein (hors intérim) touchent un salaire inférieur à 1,3 SMIC (1 977 € bruts, soit 1 561 € nets).

Ce bas niveau des salaires est naturellement aggravé par l’inflation, même si celle-ci est plus faible aujourd’hui que dans les années 80. De plus, les produits de première nécessité, dont on ne peut se passer, augmentent régulièrement, ce qui grignote encore un peu plus le pouvoir d’achat des ménages.

Le tournant de 1982 et la suppression de l’échelle mobile 

Depuis le début des années 80, les pouvoirs publics et le patronat ont pris l’habitude de proposer, dans leurs secteurs respectifs public et privé, un pourcentage d’augmentation des salaires presque toujours inférieur à l’indice des prix Insee qui est lui-même déjà sous-évalué.

Ce scénario se reproduit cahin-caha, depuis qu’en 1982, sous la présidence de François Mitterrand, la gauche a opéré un tournant historique. Dans la Fonction Publique, l’Etat bloqua les salaires qui avaient suivi l’évolution des prix les années précédentes. Il incita ensuite les employeurs du secteur privé à faire de même en faisant évoluer les salaires en fonction non de la hausse réelle des prix, mais du taux d’inflation « prévu » par le gouvernement.

Les clauses d’indexation des salaires sur les prix furent une à une retirées des conventions collectives dans les années qui suivirent. Les lois Auroux réaffirmèrent leur interdiction dans le Code du Travail, article L.141-9 : « sont interdites, dans les conventions ou accords collectifs de travail, les clauses comportant des indexations sur le salaire minimum de croissance ou des références à ce dernier en vue de la fixation et de la révision des salaires prévus par ces conventions ou accords ».
Autre conséquence de l’interdiction de la réévaluation automatique des salaires en fonction de l’inflation, le salaire d’embauche est de plus en plus souvent inférieur au SMIC dans les branches professionnelles. Une prime dite « résorbable » est alors versée aux salariés concernés mais sans toucher aux salaires supérieurs au SMIC, cette pratique est responsable d’un tassement continue des salaires vers le bas de l’échelle depuis le début des années 80.

Les montants des pensions, prestations ou allocations diverses versées par de nombreux organismes (caisses de retraite y compris les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC, CAF, assurance chômage, etc.) n’augmentent plus en fonction du taux d’inflation, à l’image des salaires de la Fonction publique  dont le point d’indice a été purement et simplement bloqué sous le quinquennat précédent.

Cette non indexation générale sur le taux d’inflation a aussi des effets catastrophiques sur les épargnants qui possèdent un livret A. Son taux d’intérêt est de 0,75% quand l’inflation se monte à 1,8% en 2018. Le livret A ne représente que 5,2 % du patrimoine financier des ménages, mais c’est là où se trouve placée presque toute l’épargne de ceux qui, dans les milieux populaires, parviennent à mettre un peu d’argent de côté : 4 375 euros en moyenne.

Pourtant, une réintroduction de l’indexation automatique des salaires, datant de juillet 1952 sous la présidence de Vincent Auriol (SFIO), protégerait efficacement le pouvoir d’achat des Français. L’échelle mobile des salaires existe dans plusieurs pays d’Europe comme la Belgique et le Luxembourg. Elle peut revêtir différentes formes (ajustement automatique des salaires à chaque variation de l’indice des prix, ajustement dès que l’indice choisi dépasse un certain seuil ou ajustement à périodes fixes en fonction des variations enregistrées). Elle existe également mais sans caractère automatique en Allemagne ou aux Pays-Bas : les syndicats doivent alors négocier pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie depuis les négociations précédentes à la suite de l’inflation constatée.

De plus, l’échelle mobile des salaires favorise une solidarité entre les travailleurs des secteurs forts et ceux des secteurs faibles ainsi qu’entre les travailleurs actifs et inactifs. Elle est un facteur de stabilité sociale : les négociations salariales peuvent alors se concentrer sur l’augmentation réelle des salaires, puisque l’indexation automatique garantit uniquement la compensation de la baisse du pouvoir d’achat par rapport au taux d’inflation. C’est également un facteur de stabilité économique car le maintien du pouvoir d’achat favorise aussi la consommation et donc la croissance économique.
Contrairement à ce que pensent tous ces pseudo-consultants qui professent à longueur d’année sur les plateaux des chaînes télé en continue ou les grands organismes économiques comme l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economique (OCDE) et le Fonds Monétaire International (FMI), une réintroduction de l’échelle mobile des salaires ne nuirait pas au développement économique et ne favoriserait pas non  plus l’inflation basée sur l’évolution réelle des prix qui s’est déjà produite au cours des mois précédents. Ces  » experts économiques  » ont tendance à confondre les notions de réelle augmentation des salaires (supérieure au taux d’inflation) et de simple ajustement des salaires suite au mécanisme d’indexation (égal au taux d’inflation). 
Tous les gouvernements successifs depuis 1982 portent une part de responsabilité dans la baisse continue du pouvoir d’achat des salariés et retraités. Et si aujourd’hui, suite au grand débat national, Emmanuel Macron voulait préserver réellement le pouvoir d’achat des couches modestes et moyennes, à défaut de l’augmenter, il lui suffirait simplement de rétablir chaque année le principe de l’indexation automatique des salaires et des pensions par rapport au taux d’inflation…
Albert Ricchi

Photo Creative Commons

Commentaires

commentaires

A propos de Albert Ricchi

avatar
Journaliste citoyen, mon blog est consacré à la politique, la démocratie, l'économie, l'environnement ainsi qu'à plusieurs réformes essentielles à entreprendre aujourd'hui afin de réconcilier les citoyens avec la République et la justice sociale.

Check Also

L’or et la théorie du complot

Stephen Moore vient de déclarer que les cours du métal jaune devraient remonter à 2.000 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.