Accueil / A C T U A L I T É / Poutine continue sa marche anti-d?mocratique

Poutine continue sa marche anti-d?mocratique

Les semaines se suivent et apportent leur lot de bonnes nouvelles pour la diplomatie russe. Pendant que les Europ?ens tergiversent sur les tous les sujets, la Russie poutinienne continue ? placer ses pions et impose peu ? peu ses vues sur l?ensemble des questions jug?es importantes. L? o? Poutine progresse, c?est la d?mocratie et les droits de l?Homme qui prennent de s?rieux coups. Petit bilan de fin d??t?.?

Vladimir PoutineLa Syrie est au c?ur de toutes les attentions et il est ?vident que les derniers soubresauts du conflit sont ? compter comme des succ?s pour la diplomatie russe. Le bellicisme franco-am?ricain qui n?aura dur? que quelques heures a permis ? Moscou de se replacer au centre du jeu et de donner ? la France une image de va-t?en guerre irresponsable. La proposition de d?manteler les armes chimiques du r?gime syrien ne pouvait qu??tre accueillie positivement par la communaut? internationale. La Russie marque un point pendant que les chancelleries am?ricaines et fran?aises marquent le pas.

La Syrie et la pr?servation du pouvoir en place sont capitales pour Poutine qui se montre inflexible sur le dossier depuis deux ans. Les liens ?conomico-militaires entre les deux pays sont ?troits et les Russes n?ont aucune intention de quitter leur base navale de Tartous. Seul acc?s ? la M?diterran?e, ce port n?a pas de prix pour le Kremlin? Les liens strictement ?conomiques sont quant ? eux de plus en plus forts avec la signature d?accords dans le domaine spatial et des t?l?communications. L?argent et la puissance militaire comme causes indirectes de la mort de milliers de civils. C?est une chose habituelle, mais toujours aussi insoutenable.

Le ministre russe des Affaires ?trang?res Serguei Lavrov est sur nos ?crans dans chaque JT. Un jour ? Saint-P?tersbourg, le lendemain ? Paris et le surlendemain ? Gen?ve, le ministre est proactif sur le dossier syrien. Le Kremlin n?oublie pourtant pas ses autres objectifs et poursuit une politique bien n?faste pour les peuples qui la subissent. Si la Syrie constitue un cas sanglant et monstrueux, d?autres pays s?enfoncent dans la sph?re d?influence russe et r?colteront des fruits bien amers dans les ann?es ? venir.

L?URSS c??tait pas si mal?

Le projet de Poutine est clair. Il faut reconqu?rir la puissance perdue avec l?effondrement de l?URSS et cela passe par la mise en coupe r?gl?e des anciennes r?publiques sovi?tiques. La Bi?lorussie et le Kazakhstan, deux grands pays en terme de superficie ne se sont jamais vraiment ?loign?s de Moscou et forment aujourd?hui une Union douani?re au sein de laquelle la Russie propose et dispose.

Les pressions sont fortes pour que les anciens Etats sovi?tiques rejoignent cette URSS soft. C?est finalement l?Arm?nie qui a d?pos? les armes et qui a rejoint cette semaine l?Union douani?re. Moscou se frotte les mains et les Arm?niens n?ont plus que leurs yeux pour pleurer. Ils perdent tout, malgr? les dires du ministre de l?Energie, et entrent de mani?re un peu plus marqu?e dans la sph?re russe. Si l?Arm?nie s?est r?sign?e ? suivre la Russie et par cons?quent ? se d?tourner d?un rapprochement avec la d?mocratique Union europ?enne, ce n?est pas le cas de l?Ukraine.

Certes, l?Ukraine dispose de plus de moyens pour se d?tourner de Moscou, mais les pressions sont aussi fortes que constantes et Kiev pourrait finir par craquer. C?est en tout cas ce que vise Poutine en d?clarant une guerre commerciale ? peine voil?e aux entreprises ukrainiennes. Si le conflit n?a dur? que quelques jours, c?est qu?il visait uniquement ? faire peur aux autorit?s et ? une population ukrainienne qui ne cessent de se d?marquer de l?ancien ??grand fr?re??.

L?Ukraine, comme l?Arm?nie avant que le pays ne rejoigne l?Union douani?re russe, attend beaucoup du Sommet de Vilnius qui se tiendra en novembre 2013. ? cette occasion, le pr?sident ukrainien Viktor Ianoukovitch vise la signature d?un Accord d?association qui doit faire entrer son pays dans la sph?re d?influence europ?enne. Des ?changes commerciaux facilit?s, mais aussi une convergence en mati?re politique. Entre l?ersatz de d?mocratie russe et l?Union europ?enne, l?Ukraine fait un choix bien diff?rent de l?Arm?nie. Charge ? l?UE de r?pondre favorablement ? Kiev qui est aujourd?hui bien seule pour faire face ? la pression russe.

Ukraine, Arm?nie, Syrie, les situations sont tr?s diff?rentes, mais le r?sultat de long terme sera le m?me. Des pays et des peuples priv?s de d?mocratie ? cause de la politique men?e par une Russie qui sent que son retour sur la sc?ne internationale passe par une politique ? la sovi?tique. Poutine ne fait aucun cadeau ? son peuple, il n?y a gu?re de chance qu?il en fasse aux autres.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (4)

Les milices armées américaines représentent bel et bien un danger énorme. En 2014, un vieux ...

2 Commentaire

  1. avatar

    La Russie est la dernière chance de l’Occident pour échapper au gangstérisme USA. Poutine dirige bien la Russie pour qu’elle joue ce rôle. Je suis donc tout a fait sympathique à Poutine. Depuis des années que je lis les mensonges des médias pro atlantistes et que je vois les horreurs commises je n’ai même plus le gout de poursuivre un discussion.

    Pour moi la cause des USA est entendue et je suis volontaire pour être sur le peloton d’exécution. J’encourage les plus jeunes a se faire les dents dans ce genre de débat, tout en souhaitant que ça ne les retarde pas trop dans leur marche vers un prise de conscience qui les poussera à l’action
    – 30 –

    PJCA

  2. avatar

    Euh…
    Vous cliquez sur « Lavraienews » et cela ne donne rien. Vous cliquez sur « site » et cela ne donne rien.
    On cherche une signature au bas de l’article et…il n’y en a pas.

    Une chose est certaine, pour l’auteur, il s’agit de prendre ses jambes à son cou pour s’éloigner de Moscou.

    Ce que j’ai vu de Poutine jusqu’à maintenant est assez « extraordinaire » pour un chef d’état. Il tient son bout devant l’Occident qui se permet des « jugements téméraires » (à tout le moins) et il dirige son pays en fonction de ses citoyens.

    Voir:
    http://www.youtube.com/watch?v=nJZYdiWkC7A

    http://www.youtube.com/watch?v=hFOR6rJpG-0

    Dire que tout pays s,alliant à la Russie est au détriment de sa population est digne de dogmes maccarthystes et est plutôt « passé date ».

    André Lefebvre