Accueil / T Y P E S / Articles / Pourquoi y a-t-il des cycles ?conomiques et des r?cessions? ? Partie 4

Pourquoi y a-t-il des cycles ?conomiques et des r?cessions? ? Partie 4

Est-ce que le keyn?sianisme a fonctionn? durant la Grande D?pression?

Le New Deal est le nom donn? par le pr?sident am?ricain Franklin Roosevelt ? sa politique interventionniste mise en place pour lutter contre les effets de la Grande D?pression aux ?tats-Unis. Ce programme s’est d?roul? entre 1933 et 1938, avec pour objectif de relancer l??conomie.

L?oeuvre principale de John Maynard Keynes, Th?orie g?n?rale de l’emploi, de l’int?r?t et de la monnaie, n?a ?t? publi?e qu?en 1936. Elle n?a donc pas eu d?influence sur les politiques appliqu?es durant la Grande D?pression de 1929-1938. Cependant, m?me si elle n?existait pas encore, la ??recette?? que Keynes publiera en 1936 a ?t? appliqu?e presqu?? la lettre par les politiciens de l??poque, soit les pr?sidents Hoover et Roosevelt.

Les politiques keyn?siennes prescrivent que durant les r?cessions, le gouvernement doit augmenter ses d?penses pour relancer l??conomie et la cr?ation de monnaie doit ?tre effectu?e pour tenter de faire baisser les taux d?int?r?t. Or, c?est exactement ce qui a ?t? fait durant la Grande D?pression.

Entre les ann?es fiscales 1930 et 1932, sous la pr?sidence de Hoover, les d?penses du gouvernement ont augment? de +42%. L?administration Hoover a cr?? trente nouveaux d?partements gouvernementaux et a embauch? 3,000 bureaucrates.[1] C?est aussi Hoover qui a fait adopter la loi Smoot-Hawley, qui augmentait les tarifs douaniers de 20% ? 60% et qui a eu comme impact extr?mement n?gatif sur le commerce international. Pour payer toutes ces d?penses, le taux d?imposition marginal le plus ?lev? a ?t? augment? ? 63% en 1932.

L?autre grave erreur de Hoover a ?t? de passer une loi pour emp?cher les employeurs de baisser les salaires. Or entre 1929 et 1933, les prix ? la consommation ont baiss? de 25% alors que les salaires n?ont baiss? que de 15%, ce qui a eu un impact tr?s n?faste sur la rentabilit? des entreprises, qui ont d? faire des mises ? pied massives pour ?viter la faillite. Les augmentations du salaire minimum ont aussi contribu? ? ce ph?nom?ne durant la Grande D?pression.

L??lection du pr?sident Roosevelt en 1932 a assur? la continuit? des politiques irresponsables de Hoover. L??conomiste Murray Rothbard a d?ailleurs qualifi? ces deux pr?sidents de ??jumeaux id?ologiques??. Selon un des conseillers de Roosevelt, du nom de Rexford Guy Tugwell, le New Deal propos? par Roosevelt ?tait une extrapolation des programmes pr?c?demment initi?s par Hoover.[2]

En 1934, les d?penses avaient augment? de +97% par rapport ? 1930. En 1936, l?ann?e o? le second New Deal a ?t? mis en place, les d?penses du gouvernement avaient augment? de +148% par rapport ? 1930. Pour financer ces d?penses et r?duire le d?ficit, Roosevelt a mis en place des augmentations d?imp?ts qui ont fait monter le taux marginal d?imposition ? 90%. C?est par ailleurs Roosevelt qui apr?s avoir forc? les citoyens ? vendre leur or au gouvernement en ?change de billets, a d?valu? ces m?mes billets de 40%, empochant un profit substantiel.

Source?: « Historical Tables, Budget of the United States Government, Fiscal Year 2011 », Washington, D.C.: Government Printing Office, 2010.[3]

En 1933, Roosevelt a fait adopter le National Recovery Act (NRA). Cette loi a eu comme effet de grandement r?duire la concurrence entre les entreprises d?une m?me industrie. Elle r?glementait les prix, les salaires de m?me que les heures de travail. Des policiers contr?laient son application et emprisonnaient les travailleurs qui d?passaient le nombre d?heures de travail autoris? ou qui vendaient un bien ou service ? un prix inf?rieur ? celui d?cr?t? par le NRA. Selon certains ?conomistes, le NRA a fait augmenter les co?ts des entreprises de 40%. Dans les 5?mois pr?c?dent la mise en place de cette loi, l??conomie semblait prendre du mieux, l?emploi ?tant en hausse de 23%. Cependant, dans les 6?mois suivant l?adoption du NRA, la production industrielle a chut? de 25%. Cette loi a ?t? jug?e anticonstitutionnelle par la cour supr?me en 1935. [4]

La cr?ation de monnaie a ?t? tr?s ?lev?e durant la Grande D?pression. Entre Octobre 1929 (le mois du crash) et Octobre 1936, la base mon?taire a augment? de +65%. Le taux d?escompte de la Federal Reserve a quant ? lui chut? de pr?s de 5% ? presque 1%.

Source?: Federal Reserve of St-Louis.

On peut donc dire que la recette keyn?sienne a ?t? appliqu?e durant la Grande D?pression. Est-ce que cela a fonctionn?? Vraiment pas! Malgr? ces mesures, le taux de ch?mage a continu? d?augmenter pour atteindre 25% en 1933. Il est par la suite demeur? au-dessus de 15% presque tout le temps et ce jusqu?? la Seconde Guerre Mondiale. Le New Deal fut donc un ?chec, d?autant plus qu?apr?s toutes ces d?penses, le taux d?endettement du gouvernement ?tait pass? d?environ 18% du PIB ? 42%, le r?sultat habituel des politiques keyn?siennes.

Source?: US Department of Commerce, Bureau of the Census.

Pourquoi est-ce que le Japon a connu une D?cennie Perdue?

Le Japon est un exemple flagrant de l??chec des politiques keyn?siennes. Durant la p?riode surnomm?e D?cennie Perdue (1991-2000) et m?me pour les ann?es suivantes, la croissance du PIB r?el a ?t? m?diocre et le taux de ch?mage a beaucoup augment? pour demeurer tr?s ?lev? (voir les deux graphiques ci-bas).

Suite ? l?Accord du Plaza de 1985, beaucoup d?investissements ?trangers ont ?t? effectu?s au Japon ce qui a fait en sorte que le yen s?est fortement appr?ci?. En r?ponse ? cette situation, la banque centrale a adopt? une politique mon?taire plus inflationniste de fa?on ? engendrer une d?pr?ciation du yen. La masse mon?taire a augment? de 10.5% par ann?e entre 1986 et 1990.[5]

Ainsi, durant les ann?es qui ont suivi, la banque centrale japonaise a g?n?r? une croissance tr?s ?lev?e de la masse mon?taire du pays, mettant de la pression ? la baisse sur les taux d?int?r?t et stimulant l?endettement. Cette dette abordable a financ? l?expansion d?une immense bulle sp?culative qui a gonfl? les prix de la bourse de Tokyo ainsi que de l?immobilier japonais (voir le troisi?me graphique ci-bas).

Lorsque la banque centrale a remont? sa cible de taux d?int?r?t ? la hausse pour contrer l?inflation, la bulle a d?gonfl? et l??conomie est tomb?e dans une s?v?re r?cession. Les gens ont cess? de d?penser et investir et se sont mis ? rembourser leurs dettes; ce qui est la bonne chose ? faire dans une telle situation.

Devant cette situation, le Japon a tent? par tous les moyens de stimuler son ?conomie. Ils ont maintenu les taux d?int?r?t ? 0% en cr?ant des milliards de yens et engendr? d?importants d?ficits gouvernementaux pour financer des d?penses visant ? stimuler l??conomie. De 1992 ? 2000, le gouvernement japonais a mis en place 10 plans de relance ?conomique totalisant plus de 100 billions de yens.Le d?ficit budg?taire du gouvernement a augment? ? 4.3% en 1996 et ? 10% en 1998. Cette ann?e l?, le taux d?endettement du gouvernement a atteint 100% du PIB.

En bref, ils ont appliqu? la recette de Keynes. Les Japonais ont refus? de laisser la r?cession ??gu?rir?? leur ?conomie. Ils se sont donc retrouv?es avec des entreprises moroses et des banques ??zombies??. Les mauvaises entreprises ?tant sauv?es par l??tat, elles sont demeur?es en op?ration, cr?ant un climat ?conomique peu propice ? l?entreprenariat, ? l?innovation et ? la croissance. Par ailleurs, entreprises ?taient tellement endett?es qu?elles n?avaient pas d?argent pour investir dans leur capital productif. Ils ont par cons?quent fait en sorte de prolonger le marasme ?conomique, lequel dure encore ? ce jour.


[1] ??FDR?s Disputed Legacy??, Otto Friedrich, Hays Gorey et Ruth Mehrtens Galvin, Time, 1er f?vrier 1982.

[2] ?A history of the American people?, Paul Johnson, 1997.

[3] http://www.presidency.ucsb.edu/data/budget.php

[4] ??Great myths of the Great Depression?, Lawrence W. Reed, Mackinac Center for Public Policy, 1998.

[5] ?Explaining Japan?s recession?, Benjamin Powell, Mises Institute, novembre 2002.

http://mises.org/article.aspx?control=1099

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

A propos de la grève* algérienne des magistrats

1- Illégalité incontestable et paradoxe d’exception. Si on réussit à se mettre dans la tête ...