Accueil / A C T U A L I T É / Pourquoi l?Afrique doit imp?rativement s?inspirer d?Hugo Chavez (Libre opinion)

Pourquoi l?Afrique doit imp?rativement s?inspirer d?Hugo Chavez (Libre opinion)

de 😕thierry deronne
mardi 26 mars 2013 – 22h14

r?o congo

Comme il sied en pareille occasion, je voudrais avant tout, saluer la m?moire du Pr?sident Chavez d?c?d? le 05 mars 2013 ? Caracas au Venezuela. Un immense phare s?est ?teint. Hugo Chavez Frias a donc d?finitivement succomb? au myst?rieux cancer qui le rongeait depuis plusieurs mois. Il avait 58 ans et venait d??tre r??lu pour un troisi?me mandat.

Une perte incommensurable.

D?extraction modeste, Hugo Chavez, le ??Zambo??, m?tis indo-africain, n?appartenait pas ? la caste des ?lus, celle des descendants des colons espagnols qui ont longtemps trust? le pouvoir d?Etat au d?triment des petites gens, en instaura un bipartisme corrompu, oligarchique, et totalement inf?od? aux Etats-Unis.
Ces derni?res d?cennies, l?Am?rique latine n?a eu de cesse d?offrir au monde entier un champ inou? d?imaginaires et d?innovations politiques dont le noyau essentiel reste la conqu?te de la souverainet? pleine et enti?re.

Depuis son accession au pouvoir en 1999, Hugo Chavez fut l?inspirateur, le moteur et le centre de gravit? politique de toutes les mutations politiques majeures dans cette partie du monde. L?objectif de cette tribune libre, est de s?inspirer des enseignements d?Hugo Chavez, pour formuler ? l?adresse de l?Afrique, un message d?optimisme afin qu?? son tour, celle-ci s?affranchisse totalement du joug n?ocolonial.

1. Le socialisme r?volutionnaire est un humanisme toujours d?actualit??

Face ? l?atomisation croissante de nos soci?t?s, ? l?exclusion sociale et ? la mis?re grandissante dans les villes africaines, il urge de red?finir un nouveau contrat social bas? sur un socialisme r?volutionnaire. Une sorte de ??socialisme de 21? si?cle?? comme aimait ? l?appeler Hugo Chavez lui-m?me. Chavez l?appelait ?galement ??r?volution bolivarienne?? du nom de Simon Bolivar, h?ros des luttes d?ind?pendances en Am?rique Latine, parvenu ? ses fins gr?ce ? l?apport politique et logistique de la R?publique noire d?Ha?ti en 1824.

Qu?importe la d?nomination qu?on voudra, le primordial restera l?extirpation de la pieuvre n?ocoloniale et de ses tentacules partout en Afrique. Or cela n?est possible que dans le cadre d?un mouvement politique r?volutionnaire qui entrainerait une mutation radicale des institutions, des hommes et des id?es dans nos pays.

Par ailleurs, depuis les ind?pendances nominales de 1960 qui ont surtout consacr? la contractualisation asym?trique (post-colonie/m?tropole) des rapports de domination, la France exerce, plus que de raison, un droit de propri?t? sur le sol, sous-sol, espace a?rien de son ancien pr?-carr?. Il faudra y mettre un terme?! Cela ne sera possible que dans un paradigme totalement r?volutionnaire, loin du cadre institutionnel ?masculateur actuel qui a cours dans nos Etats francophones.

Dans les pays africains, l?impression globale qui se d?gage est celle d?une histoire finie, fig?e, ?crite pour nous par autrui. Nous devons ?tre les propres acteurs de notre histoire et non des contemplateurs passifs voire des sujets totalement inertes. La r?volution bolivarienne socialiste d?Hugo Chavez nous montre la voie malgr? ses d?fauts inh?rents ? toute ?uvre humaine. L?Afrique doit s?affranchir de la logique des Etats n?o-patrimoniaux o? s?vit n?ocolonialisme, corruption, crimes, mis?re, enkystement d?mocratique et racket institutionnel afin d??difier de v?ritables Etats souverains, d?mocratiques et progressistes.

Burkina Faso marzo 2013

2. Le peuple comme ultime gardien du temple d?mocratique?

Le bilan politique des ann?es Chavez est celle d?une v?ritable le?on de d?mocratie participative contre l?oligarchie des classes poss?dantes inf?od?es ? Washington.
Lors du pronunciamiento (coup d?Etat) avort? d?avril 2002, ce sont les modestes populations des ranchitos (bidonvilles) qui march?rent sur le palais pr?sidentiel de Miraflor?s pour exiger le retour imm?diat de leur pr?sident.

En Afrique, nos formes de ??d?mocratie?? manquent cruellement d?assises populaires.

Les Chefs d?Etats africains doivent souvent leur pouvoir ? l?imposante garde pr?torienne qui leur sert de cache-sexe d?mocratique. La d?mocratie sous nos cieux, se r?sume ? une kyrielle de zombies institutionnelles ? la l?gitimit? souvent douteuse. Ces institutions pourries, oligarchiques, sont centr?es principalement autour du Chef de l?Etat, son clan,?ses oblig?s et son parti-Etat au pouvoir. A cela s?ajoute une ritualisation ?lectorale vide de sens, sans symbolique, et plus grave, sans incidence aucune, sur la vie des petites gens.

Or l?Afrique gagnerait ? s?inspirer aussi du mod?le d?mocratique populaire du Venezuela qui n?est certes pas parfait, mais au moins, a le m?rite de vivifier la vie politique de ce pays. Depuis 1999 sur toutes les questions essentielles ou accessoires (limitation du mandat, nationalisations du p?trole, r?vocation du pr?sident, ?lection de conseils communaux et de provinces,?), le peuple v?n?zu?lien est fortement impliqu? au quotidien et a toujours port? massivement ses pr?f?rences sur celles de son pr?sident Hugo Chavez.

Par ailleurs, ces consultations ?lectorales ont aussi l?int?r?t d??lever le niveau de conscience politique de la population qui devient la v?ritable gardienne de sa souverainet? d?mocratique. En derni?re analyse, il est ? noter que sur une quinzaine d??lections d?mocratiques, Chavez en a remport? quatorze ? plus de 10 points d??carts de ses principaux rivaux politiques en treize ann?es de pr?sidence?! Un record mondial?!

3. Constitutionnaliser la protection vitale de secteurs strat?giques africains?

Les ?conomies africaines sont structurellement d?sorganis?es depuis la p?riode coloniale.

Cette d?structuration s?est fortement accentu?e durant les d?cennies des Programmes d?Ajustements Structurels (PAS) du d?but des ann?es 80 jusqu?aujourd?hui.

Ces vagues de privatisations et lib?ralisation ?conomiques ont affaibli nos capacit?s ? conserver nos secteurs strat?giques dans le giron de l?Etat central.

Ce qui entraine comme cons?quence que notre souverainet? ?conomique se trouve aux mains des multinationales ?trang?res. Une d?pendance ?conomique qui ob?re fortement nos politiques de d?veloppement dans la mesure o? des secteurs aussi vitaux que l?eau, l??lectricit?, les t?l?communications, les voies portuaires, ferroviaires et a?roportuaires sont d?tenus par des capitaux priv?s dont l?objectif ultime est l?accumulation de profits ? court terme au d?triment des missions de service public. Un rapide bilan des secteurs ?conomiques privatis?s (eau, ?lectricit?, t?l?coms, ports, chemins de fer?) montre grosso modo une indigence de la qualit? de service, des prix trop ?lev?s et une d?gradation tr?s avanc?e du patrimoine c?d? aux int?r?ts priv?s. Il faut en finir avec cette pr?dation inadmissible des biens communs ? la Collectivit?.

A ce niveau, la r?volution bolivarienne du Venezuela nous enseigne que l?urgence pour nos Etats, demeure d?abord la protection constitutionnelle des secteurs strat?giques (Sol, sous-sol, ciel et terres arables?) de nos ?conomies africaines par un arsenal l?gislatif tr?s contraignant log? dans un nouveau dispositif constitutionnel.

Quand Chavez arriva au pouvoir en 1999, il organise dans la foul?e, un r?f?rendum portant sur la nationalisation de l?or noir v?n?zu?lien. Pourquoi?? Parce que Hugo Chavez comprend t?t l?importance vitale que rev?t le p?trole pour son pays dans les n?cessaires reformes sociales qu?il entend mettre en ?uvre durant son mandat. Referendum qui sera d?ailleurs, approuv? ? plus de 60% par les ?lecteurs v?n?zu?liens.

Dans ce corpus l?gislatif, les articles 302 et 303 de la Constitution v?n?zu?lienne de 1999 stipulent que d?une part l?Etat se r?serve la primaut? pour des questions d?int?r?t national, de nationaliser les secteurs ?conomiques strat?giques vitaux pour des besoins de d?veloppement ?conomique national et d?autre part, ces articles renforcent aussi la mission de contr?le du gouvernement dans tous les entreprises et leurs filiales ayant un caract?re strat?gique pour le Venezuela. L?Afrique doit aller imp?rativement ? cette ?cole?!

Il est r?voltant de voir nombre de pays africains brader leurs mines, ports, a?roports, et voies ferroviaires sans aucune consultation populaire ni parlementaire?!

A ce titre, l?exemple des Ports Autonomes de Lom?, Conakry et Cotonou brad?s ? l?homme d?affaires fran?ais Vincent Bollor? est assez ?difiant sur l?incurie de nos dirigeants africains actuels. Au demeurant, une ?tude r?cente montre que la multinationale Bollor? Africa Logistics d?gage plus de 80% de son chiffre d?affaires en Afrique francophone, soit 2,5 milliards de d?euros?! Or ce droit d?exploiter les ports africains a ?t? acquis souvent en violation du code des march?s publics des pays en africains comme en Guin?e-Conakry, au B?nin et au Togo. Inutile de dire que les parlements des pays pr?cit?s n?ont pas acc?s aux clauses contractuelles de ces transactions commerciales?!

4. Vaincre la mal?diction des richesses mini?res en Afrique?

Si le Venezuela joua une part active ? la cr?ation de l?Organisation des Pays Exportateurs de P?trole (OPEP) lors de la Conf?rence de Bagdad le 14 septembre 1960, il n?a pas su toujours tirer meilleure partie de la manne p?troli?re. Alfonzo Adolfo Perez alors ministre v?n?zu?lien du P?trole, parla m?me du p?trole comme ?tant ??l?excr?ment du diable???!

Tant l?exploitation du p?trole est souvent porteuse d?une charge particuli?rement d?stabilisatrice (guerres civiles, putschs, insurrections, corruption?) pour les Etats qui en d?tiennent d?importantes r?serves. Hugo Chavez a su inverser la tendance au p?ril de sa vie et de son pouvoir. Depuis lors, l?importante manne financi?re issue des recettes p?troli?res a permis en 14 ans, de construire plus de 700.000 logements sociaux depuis 1999, d?abattre l?extr?me pauvret? de plus de 50%, de rendre l??ducation et la sant? gratuites, de permettre ? plus de 83% des jeunes d?acc?der ? l?enseignement sup?rieur, d?instaurer un salaire minimum et in fine, de favoriser l?augmentation du standard de vie des v?n?zu?liens.

Une r?volution sociale in?dite?! Si Hugo Chavez a ainsi permis une v?ritable extension du r?le social de l?Etat v?n?zu?lien, en Afrique globalement, l?Etat social a enti?rement disparu.

Par ailleurs, en Afrique, les richesses mini?res de fa?on g?n?rale, n?ont jamais r?ellement servi les couches sociales marginales. Seule une infime minorit? inf?od?e aux multinationales imp?rialistes pillent abusivement les recettes issues des industries extractives.

Le Gabon fut appauvri par une classe dirigeante qui s?est longtemps partag?e l?argent du p?trole avec les politiques fran?ais toutes tendances confondus. Ainsi, le p?trole gabonais avec des r?serves prouv?es de 3,7 milliards de barils pour une population de 1, 5 millions d?habitants n?a jamais r?ellement profit? ? la population qui croupit dans une mis?re r?voltante. Quant au p?trole du Congo-Brazzaville depuis sa d?couverte dans les ann?es 1970, il n??chappe, pas non plus ? cette triste r?alit?. La d?couverte en 1992/1993 des gisements prometteurs de N?kossa ?valu?s ? 500 millions de barils au large de Pointe-Noire, a exacerb? les tensions politiques entre le pr?sident d?alors, Pascal Lissouba, et Denis Sassou Nguesso, l?oblig? de Paris et de la compagnie p?troli?re Elf. La cons?quence logique de cette polarisation politique entre Lissouba et Sassou fut une guerre civile par milices tribales interpos?es?; Cobras (Sassou Nguesso), Cocoyes (Lissouba) ?paul?es les Ninjas de Bernard Kol?las et leurs diff?rents alli?s r?gionaux (Tchad, Gabon, Angola, Congo RDC, Rwanda,?). Plus de 200.000 morts furent comptabilit?s durant cette trag?die politique dont la toile de fond reste la maitrise de l?or noir congolais par la France.

Par ailleurs, ce qui est vrai pour le p?trole dans certains pays africains, l?est aussi, mutatis mutandis, pour les autres ressources mini?res. L?Afrique est abondamment pill? et c?est un secret de polichinelle que de l?affirmer. Un pays comme le Niger, qui connait une pauvret? end?mique avec des indicateurs sociaux parmi les plus faibles au monde, nous renseigne sur l?absence de souverainet? ?conomique en Afrique francophone.

L?uranium nig?rien est abondamment pill? par la multinationale fran?aise AREVA depuis plus de cinquante ans et tous les r?gimes qui se sont succ?d?s au pouvoir ont ?t? incapables de changer cette donne. L?Etat du Niger aurait perdu pas moins de 20 milliards d?euros depuis 1960 pour un Produit Int?rieur Brut (PIB) estim? ? 2 milliards d?euros ??gracieusement?? aliment? par l?Aide Publique au D?veloppement (APD) qui vient principalement du tr?sor fran?ais. Or, une politique volontariste de nationalisation des sites uranif?res et une gestion parcimonieuse et des recettes issues d?une revalorisation du prix au kilo permettraient au Niger de relever le standard de vie des couches les plus pr?caires. Le Niger peut inverser radicalement la mal?diction de l?uranium pour ?difier une soci?t? prosp?re et apais?e socialement. Hugo Chavez lui a montr? la voie, ? elle de s?en inspirer pour s?affranchir d?finitivement du joug imp?rialiste fran?ais.

En guise d??pilogue, Hugo Chavez est parti ? jamais mais ce qu?il a incarn?, illuminera encore longtemps l?Am?rique latine et toute l?Afrique. Le chavisme continuera d??clairer tous ceux qui aspirent ? un nouvel ordre politique bas? sur la justice sociale, le progr?s ?mancipateur et la solidarit? envers les plus pauvres. Dans cette qu?te politique, l?Etat socialiste r?volutionnaire est une voie d?avenir qu?il importe de r?enchanter partout en Afrique.

Enfin, il est scandaleux de voir qu?aucun dirigeant africain de premier plan, n?ait fait le d?placement de Caracas afin de rendre un dernier hommage au Pr?sident Hugo Chavez, except? Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de Guin?e Equatoriale. Quelle l?chet??!

Pourtant nul n?ignore que le Venezuela d?Hugo Chavez, accessoirement membre observateur de l?Union Africaine, a augment? significativement sa coop?ration en direction de l?Afrique ces derni?res ann?es.

Olivier DOSSOU FADO
Mouvement pour la Renaissance Africaine (MORAF)
Bruxelles, le 19 mars 2013.

??Nous sommes les h?ritiers de toutes les r?volutions du monde???: (Thomas Sankara, 1949-1987)

MIS EN LIGNE PAR CONNECTIONIVOIRIENNE.NET??? 20 MARS, 2013

URL de cet article?:?http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/03/23/pourquoi-lafrique-doit-imperativement-sinspirer-dhugo-chavez-libre-opinion/

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le premier « Village Alzheimer » français ouvrira en mars à Dax

Dans un article de février 2015 intitulé Un premier « village Alzheimer » en France, je faisais ...