Accueil / T Y P E S / Chroniques / Pourquoi cacher les crimes au Qu?bec?

Pourquoi cacher les crimes au Qu?bec?

Flickr: [puamelia]
Flickr: puamelia

Aimeriez-vous avoir acc?s, au Qu?bec, ? une carte qui vous indique les endroits o? un meurtre, un vol, une voie de fait ou tout autre crime a ?t? commis? Vous pourriez ainsi voir si le quartier o? vous voulez installer votre maison ou votre commerce est s?curitaire.

Le journal La Presse m’apprenait mercredi pass? que la ville de Los Angeles a adopt? ce syst?me d’informations. Cette carte de la criminalit? a ?t? mise sur pied par le service de police de la ville et est accessible ? tous sur le web.

Je me questionne s?rieusement sur l’utilit? d’un tel outil, mise ? part la nuisance qu’une telle carte peut amener ? l’image de certains quartiers. J’ai l’impression que c’est carr?ment jetter de l’argent aux poubelles. Cette carte des crimes permet, j’en conviens, d’informer la population sur les endroits o? la violence est plus pr?sente, mais elle ne permet, en aucun cas, de pr?venir directement la criminalit?.

Le registre des d?linquants sexuels au Qu?bec m’appara?t ?tre un instrument de pr?vention beaucoup plus utile et efficace o? l’on peut investir les taxes des contribuables. La comparaison entre la carte de la criminalit? et le registre semble impertinent en raison de la nature diff?rente des deux outils, mais mon point est le suivant: je crois que les gouvernements devraient mettre l’argent des citoyens dans des projets qui am?liorent la s?curit? de la population de fa?on concr?te et non seulement en apparence.

Qu’en pensez-vous?

Vince Marceau – http://cyber-shopping.ca/

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVIII) : direction les Canaries

Aujourd’hui, on poursuit notre liste des traversées de voiliers amenant la cocaïne en Europe et ...

One comment

  1. avatar

    C’est bien vrai que la sécurité de la population devrait être plus évidente, et ce, même si je suis aussi pour la réinsertion sociale, mais avec assurance de la protection du public.

    Patricia Turcotte