Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / POUR QUI SONNERA LE GLAS

POUR QUI SONNERA LE GLAS

exit - cp

 

Le n?olib?ralisme, depuis son premier massacre au Chili, avec Pinochet, poursuit sa mission id?ologique: le g?nocide, partout dans le monde, des classes moyennes et des populations marginalis?es par la pauvret?.

C?est la guerre, une guerre ?conomique, politique, doctrinaire, pr?par?e, fignol?e pendant des d?cennies par des id?ologues et ?conomistes hallucin?s aux ordres du Pouvoir Priv? Global.

En 1988, le pr?sident Fran?ois Mitterrand, dans sa ? Lettre ? tous les Fran?ais ?, r?v?la ce qu?il pensait de la nouvelle organisation ?conomique? mondiale : ?Consid?rons l??conomie mondiale : on n?y voit qu?un champ de bataille o? les entreprises se livrent une guerre sans merci. On n?y fait pas de prisonniers. Qui tombe, meurt (?). N?oublions pas que la guerre est totale et qu?elle est g?n?rale.?

Ch?mage, aust?rit?, dettes souveraines, int?r?ts exorbitants impos?s par les march?s, voil? les m?canismes bien huil?s qui, en d?truisant les ?conomies des pays en difficult?, mettront fin, d?finitivement, aux classes moyennes. Sans classes moyennes, les nations perdront leurs avant-gardes ?clair?es et actives, seront bannies de l?histoire. Dans cette guerre, il n?y a pas de territoires envahis, ni des champs de bataille ensanglant?s. Les arm?es des impitoyables mercenaires n?olib?raux d?truiront les derniers sanctuaires da la libert?, assis devant les ?crans de leurs ordinateurs. Leurs armes seront de simples chiffres, calculs,? statistiques, donn?es, mod?les de probabilit?, indices boursiers, tout le bric-?-brac des manipulations financi?res et m?diatiques.

Entre les totalitarismes il y a peu de diff?rences, mais celui qui frappe ? nos portes, cache bien ses sophistiqu?s instincts d?extermination. Le Pouvoir Priv? Global se pr?pare pour imposer ? l?humanit?,? au cours d?une longue bataille, son ?radieux? nouvel ordre mondial. La premi?re manche fut gagn?e. D?s le d?but des ann?es 80, l?un apr?s l?autre, la plupart des ?tats mondiaux se noy?rent dans la fange du n?olib?ralisme. La deuxi?me commen?a avec la forte pression des march?s sur les nations endett?es, les plans d?aust?rit? qui se suivirent, la r?cession ?conomique et le ch?mage en Europe et aux ?tats-Unis.

Apr?s le g?nocide perp?tr? pendant des d?cennies sur les peuples du tiers monde, voil? que l?occident avanc? est pris ? son tour dans la spiral de la mis?re? plan?taire; ses pauvres et ch?meurs, par centaines de millions, victimes toutes d?sign?es des in?vitables ajustements structurels du n?olib?ralisme entreront dans l??re de la survie, connaitront eux aussi l?enfer de la tiers-mondialisation et rejoindront l?humanit? abandonn?e.

Au d?but des ann?es 2000, l?anthropologue Jan Breman, dans son livre ? The labouring poor in India?, en d?crivant le calvaire des populations des bidonvilles du tiers monde, avisa: ? On atteint le point de non-retour, quand il existe une population mondiale de r?serve qui attend d??tre incorpor?e dans le monde du travail et qui, stigmatis?e comme quelque chose qui est, irr?m?diablement, en trop, sans utilit?, ne peut plus ?tre int?gr?e, ni aujourd?hui ni plus tard,? dans l??conomie et dans la soci?t?. ?

Pourtant, d?s le milieu des ann?es 80, cette humanit? en trop vivant dans les bidonvilles et les quartiers mis?reux des grandes m?tropoles mondiales devint, pour les multinationales, un immense r?servoir de main-d??uvre pratiquement ? co?t z?ro. Une fois de plus le capital sut tirer parti des salaires de mis?re, comme ? Dacca, au Bangladesh o? 3 millions et demi de travailleurs? gagnent moins de 30 dollars par mois ! Dans le monde, 1,8 milliard de personnes travaillent sans contrat de travail, sans droits, soit plus de la moiti? de la population active.? ?Ce chiffre devrait augmenter pour atteindre les deux tiers de la population active en 2020, et m?me davantage si l’impact de la crise sur l’emploi s’aggrave?, pr?voit l’OCDE. Une partie importante de ces travailleurs informels que les multinationales embauchent occasionnellement survit avec moins de 2 dollars par jour.

Les plus pauvres entre les pauvres se contentent de boulots de fortune, prestations de services, commerce de rue ou encore, de la r?cup?ration, dans des d?ch?teries ? ciel ouvert. Il ne manque pas dans cette ?conomie de la survie, les activit?s hors-la-loi, trafics de drogue, d?armes, le vol et la? prostitution. Parall?lement ? cette pouss?e de la tiers-mondialisation partout dans le monde,? on assiste dans les nouvelles ?conomies industrielles, surtout en Asie, ? la naissance d?importantes classes moyennes d?tentrices d?un grand pouvoir d?achat qui fait d?elles, les actuelles grandes consommatrices mondiales.

Dans un rapport du Cr?dit Suisse, publi? en 2010, des ? experts en ?conomie ? les consid?rent, d?ailleurs, comme un segment moyen mondial indispensable au bon fonctionnement de l??conomie? globale,? des substituts parfaits des classes moyennes occidentales, endett?s, ruin?es. Les classes moyennes de l?Europe, de tout l?occident avanc?, d?finitivement ?ject?es hors du march? du travail par les d?localisations extracontinentales et par une immigration de main-d??uvre de bas co?t, catalogu?es comme des classes en voie d?extinction devront rejoindre, bient?t dans les statistiques, les martyres du tiers-monde. On verra, alors, dans les banlieues super peupl?es des grandes villes de l?Europe o? l?on ne construit plus, depuis des d?cennies, un seul logement social,? na?tre comme des champignons les ghettos de la mis?re o? se m?langeront dans une marginalisation cauchemardesque, les ex-travailleurs de l?orgueilleuse Europe des industries et services d?antan et leurs compagnons d?infortune, les immigr?s d?Asie, du continent africain, de l?Am?rique latine. Le racisme et la x?nophobie feront obligatoirement irruption, cr?ant des tensions insurmontables entre les diverses communaut?s de citoyens. Violence, ?meutes et explosions sociales seront une aubaine pour les gouvernements n?olib?raux,? justifieront la sauvagerie de la r?pression polici?re et l??crasement de tout mouvement de contestation.

Pratiquement, jusqu?en 2020, toute la production industrielle des pays ?riches? sera d?localis?e, progressivement vers les pays o? l?exploitation du travail par les grandes marques est solidement enracin?e et fait m?me partie du paysage. En Europe il ne restera que des pi?tres souvenirs des classes qui impos?rent les l?gislations du travail. L?invasion de l?automation et de la robotique, apr?s avoir? port? l?estocade finale dans le monde du travail occidental, finira aussi par affecter la main-d??uvre des nouvelles ?conomies industrielles. Sur toute la plan?te, des millions de travailleurs n?auront plus aucune utilit? et deviendront des parias ? vie. Une infime partie des sans-emplois pourra ?tre remise dans le march? du travail. R?utilis?s, recycl?s, sans droits, ils seront class?s comme main-d??uvre fant?me. Les peu productifs, les dissidents (syndicalistes, r?sistants) seront class?s dans la rubrique ?exc?dentaires ? perp?tuit??.? 80% de la population mondiale survivra avec les? miettes qui glisseront le long de la pyramide.

Un jour, quelqu?un rappellera aux hauts dirigeants du totalitarisme n?olib?ral que le temps de sacrifier le pass? au futur est arriv?, et qu?il faudra mettre en marche le plan G, G de g?nocide. La grande purge de l?humanit?, programm?e depuis longtemps, pourra d?buter: toute la panoplie de l?extermination organis?e sera employ?e avec m?thode et patience par les diligents fonctionnaires du Pouvoir. Sur tous les territoires de l?humain, les populations exc?dentaires seront conduites aux abattoirs comme au temps de la boucherie nazie, staliniste, khmer rouge ! Et la Terre sera d?barrass?e de cinq milliards et demi d??tres humains.

?Le totalitarisme ne cherche pas ? imposer un r?gime despotique, mais un syst?me sans les hommes. Pour les r?gimes totalitaires, les hommes cessent d??tre tol?rables ? partir du moment o? ils deviennent plus qu?une simple r?action animale ou plus qu?un simple accomplissement de fonctions.?? Hannah Arendt dans son livre ?Le syst?me Totalitaire?.

Une fois la plan?te ?nettoy?e? de son exc?dent populationnel ind?sirable, un environnement plus sain et ?quilibr? assurera ? ses nouveaux ma?tres et ? leur prog?niture, une nature r?g?n?r?e et amicale. Ce qui restera des soci?t?s humaines entrera dans le dernier des cycles civilisationnels, le collectivisme priv?, la phase perfectionn?e du n?olib?ralisme.

On comprendra, alors, pourquoi? beaucoup d?id?ologues du n?olib?ralisme, quelques-uns ayant appartenu ? des gouvernements am?ricains, comme par exemple, le tr?s influent membre de la Trilat?ral, Zbigniew Brzezinski, admiraient autant l?organisation du r?gime collectiviste sovi?tique. Dans son livre ?Between Two Ages?, ?crit en 1970, sept ans avant de devenir conseiller pour la s?curit? du pr?sident Jimmy Carter, il affirma: ?Le marxisme est, au m?me temps la victoire de l?homme actif externe sur l?homme interne passif et la victoire de la raison sur la croyance.?

David Rockefeller ?tait plut?t un admirateur du communisme de Mao Ts?-toung. En citant le ?grand timonier? de la Chine dans le New York Times du 8 octobre 1973, il dit ceci : « Peu importe le prix de la R?volution Chinoise, elle a r?ussi de fa?on ?vidente; non seulement en produisant une administration plus d?vou?e et efficace, mais aussi en stimulant une moral ?lev?e et une communaut? d’ambitions. L’exp?rience sociale men?e en Chine sous la direction du Pr?sident Mao est l’une des plus importantes et des plus r?ussies de l’histoire humaine. »

Sejo Vieira

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Et nous regardons ailleurs…

La disparition récente d’un président de la République, amateur de têtes de veaux, caresseur de ...

One comment

  1. avatar

    Bientôt, on parlera du « totalitarisme à visage humain » ( paraphrasant le « Printemps de Prague » ( 1968)… ) pour rappeler la République des Soviets !… Cette dictature pensait aux Hommes !…

    Pour la machine de tyrannie actuelle, il vaut mieux se référer aux « mange-bitume » , la série bd publie dans le journal « Pilote » dans les années 60 et 70 de (Lob (Jacques), Bielsa (José)) : « Les Mange-Bitume », une chronique de la civilisation « roulière ». Un récit de science fiction d’une très grande originalité, qui n’a jamais été dépassé !…