Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / Plein emploi ou stabilit? financi?re?

Plein emploi ou stabilit? financi?re?

1000528_616131188397317_556982185_nMais o? est l?hyperinflation? Je veux dire celle pr?vue depuis des ann?es par les d?tracteurs acharn?s de la R?serve f?d?rale am?ricaine n?ayant eu cesse de stigmatiser sa cr?ation mon?taire depuis 2008. Car, reconnaissons-le ? et qu?ils l?admettent enfin?! ? le taux d?inflation aux Etats-Unis (mais ?galement au sein de nos nations occidentales) reste solidement ancr? en-dessous du palier de 2%. Tandis que toutes les statistiques et que les rendements des Bons du Tr?sor sur toutes les p?riodes ne d?montrent pas le commencement d?une crainte inflationniste ? long terme de la part des march?s comme des analystes financiers. En d?pit d?un quadruplement du bilan de la Fed entre 2007 et aujourd?hui, puisque celui-ci est en effet pass? de 870 milliards ? 3.35 trillions de dollars sur cette p?riode?! Comment expliquer aux angoiss?s de l?inflation que leurs craintes ne sauraient se mat?rialiser tant que la consommation reste ? des niveaux dignes d?une r?cession??

Toute l?agressivit? de la politique mon?taire US et toute la d?termination des baisses de taux quantitatives de la Fed ne suffisent ainsi pas ? relancer la consommation, ni ? promouvoir des anticipations inflationnistes qui se seraient pourtant r?v?l?es pr?cieuses pour la reprise de l?activit?. Il n?a donc jamais ?t? si compliqu? pour la Fed de relancer une inflation qui semblait pourtant ?tre la cons?quence logique d?un tel volontarisme et d?une telle augmentation de la surface de son bilan. Une cr?ation mon?taire d?une telle ampleur conjugu?e ? un effondrement des taux d?int?r?ts sur le long terme devraient n?anmoins ? en tout cas en th?orie ? avoir un impact favorable et indiscutable sur toute la palette des march?s et des intervenants. C?est d?abord tous les secteurs d?activit? vivant et se d?veloppant gr?ce au cr?dit qui devraient prosp?rer et exercer une pression ascendante sur les prix. L?un des objectifs fondamentaux de la Fed dans le cadre de sa cr?ation intensive de monnaie n?est-il pas d?encourager les banques ? multiplier les op?rations de financements destin?es aux acteurs (priv?s et entreprises) de l??conomie avec, ? la cl?, le r?tablissement d?une consommation de croisi?re??

Pourtant, les prix des biens de consommation comme de ceux ? la production restent statiques, par la faute de banques qui pr?f?rent nettement amasser et gonfler leurs r?serves que d?en faire b?n?ficier citoyens et entreprises. Comment s??tonner en effet d?une demande agr?g?e qui se maintient ? des niveaux dignes d?une r?cession quand les r?serves bancaires am?ricaines (pour ne citer qu?elles) bondissent de pratiquement z?ro en 2007 ? 1.75 trillions de dollars aujourd?hui?? Annulant et neutralisant ainsi l?ensemble des efforts de la R?serve f?d?rale dont le but premier est pr?cis?ment d?injecter des liquidit?s dans le syst?me bancaire dont les financements sont suppos?s procurer une bouff?e d?oxyg?ne ? un secteur priv? sinistr? par pr?s de six ans de crise. C?est donc du fait d?une demande en berne et d?une inflation ? des niveaux qui n?autorisent aucune stimulation de l??conomie que le taux de ch?mage est ?lev? ? voire franchement d?sastreux ? dans nombre de pays occidentaux.

Pourquoi les responsables am?ricains et europ?ens ne d?montrent-ils pas la m?me d?termination ? r?sorber le ch?mage qu?? sauver les banques?? Quand ces derni?res ?taient menac?es de faillite, ou qu?elles ?taient simplement en grande difficult?, nos autorit?s avaient pourtant vol? ? leur secours et n?avaient pas l?sin? devant les moyens en faisant souvent appel ? des proc?d?s in?dits. La lutte contre le ch?mage et la r?gression de la pr?carit??ne m?ritent-elles pas autant de respect, de d?termination et d?inventivit? que le renflouement des institutions financi?res?? Pourquoi en effet ne pas taxer les ?tablissements financiers qui pr?f?rent accumuler des r?serves excessives au lieu d?en faire b?n?ficier l??conomie r?elle?? Pourquoi nos responsables politiques et ?conomiques ne font-ils pas preuve d?une t?nacit? ? lutter contre le ch?mage ?quivalente ? leurs ?nergies d?ploy?es ? sauver les banques??

Pourquoi s?obstinent-ils ? privil?gier la sacro-saint ??stabilit? financi?re?? au d?triment d?un ch?mage dont on n?arr?te pas de nous expliquer qu?il est ??structurel?? par ci, in?vitable du fait de la mondialisation par l?, ou encore qu?il doit ?tre sacrifi? au nom du dogme de la comp?titivit??? Pourquoi ne pas prendre au s?rieux les cons?quences (humaines mais aussi ?conomiques) du ch?mage et, ce, tout autant que les risques associ?s au retour de l?inflation ou des crises financi?res?? Pourquoi les politiques, les ?conomistes, bref?: toute la panoplie des ??gens s?rieux?? ne sont-ils nullement concern?s par les taux dramatiques du ch?mage de nos nations d?velopp?es alors qu?ils dissertent continuellement sur les risques des baisses de taux quantitatives des banques centrales??

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Impôt sur le revenu: le mirage de la baisse

Le gouvernement a acté une baisse de l’impôt sur le revenu en 2020 pour plusieurs millions ...