Accueil / A C T U A L I T É / « PLAN DE RETRAIT MASSIF » DES TERRITOIRES D’AFRIQUE DE LA CPI, AVEZ-VOUS IMAGIN?, DIT ET CRU?

« PLAN DE RETRAIT MASSIF » DES TERRITOIRES D’AFRIQUE DE LA CPI, AVEZ-VOUS IMAGIN?, DIT ET CRU?

 

Vue de la salle de la session extraordinaire de l’UA 11-12 octobre 2013
La lecture de toute la documentation des travaux des « dirigeants africains » r?unis en Sommet extraordinaire sur la Cour P?nale Internationale ?claire de fa?on particuli?re l’agitation de ces derniers jours dans certains milieux « panafricains ». Les personnes ou groupe de personnes ne voulant pas prendre part ? cette temp?te dans un verre d’eau qui a lieu dans l’imagination fertile de ces milieux ont ?t? trait?s de tous les bons noms d’oiseaux.
Il appara?t clair ? pr?sent, pour ceux qui doutaient, que ce qui pose probl?me au syndicat des despotes obscurs, c’est l’article 27 des Statuts de la CPI et non la CPI elle-m?me en tant qu’outil purement politique au service du r?le prescripteur de l’Occident imp?rialiste.?Ils veulent, eux, s’?viter « l’humiliation de la CPI », le peuple d’Afrique, lui, veut sortir de 3000 ans d’humiliations, de violations, de r?gression, de pillages et d’affaiblissement global dont ils sont les garants aujourd’hui au sein d’une Union Africaine h?mipl?gique pour s’inventer une nouvelle civilisation. On ne veut donc pas la m?me chose.Comment peut-il en ?tre autrement alors m?me que le dernier cas en date, le kidnapping du pr?sident Laurent Gbagbo et son exp?dition devant la CPI apr?s une reconqu?te m?thodique du territoire de C?te d’Ivoire par la France et ses alli?s n’a suscit? que peu d’indignations ? haute et intelligible voix au sein de ce qu’on appelle pompeusement l’Union Africaine? En 2 alin?as, l’article 27 de la CPI dispose  » 1. Le pr?sent Statut s’applique ? tous de mani?re ?gale, sans aucune distinction fond?e sur la qualit? officielle. En particulier, la qualit? officielle de chef d’?tat ou de gouvernement, de membre d’un gouvernement ou d’un parlement, de repr?sentant ?lu ou d’agent d’un ?tat, n’exon?re en aucun cas de la responsabilit? p?nale au regard du pr?sent Statut, pas plus qu’elle ne constitue en tant que telle un motif de r?duction de la peine.
2. Les immunit?s ou r?gles de proc?dure sp?ciales qui peuvent s’attacher ? la qualit? officielle d’une personne, en vertu du droit interne ou du droit international, n’emp?chent pas la Cour d’exercer sa comp?tence ? l’?gard de cette personne. »
Selon donc cet article 27, la CPI, rejetant les immunit?s, poursuit n’importe qui, chef d’Etat, ministre ou ?lu de tout genre et en fonction. C’est cela qui pose probl?me aux despotes. Eux, les grands chefs d’Etat??? Se voir humilier comme ?a? Et Mme Zuma, pr?sidente de la Commission de l’Union Africaine le dit tr?s clairement: « Il est essentiel que nous restions dans le cadre juridique des statuts de Rome ». Le premier ministre Ethiopien, pr?sident en exercice de l’UA de son c?t? dit: « Notre objectif n’est pas et ne doit pas ?tre une croisade contre la CPI, mais un appel solennel ? l’organisation de prendre les pr?occupations de l’Afrique au s?rieux ». Et quelles sont ces pr?occupations africaines? La « d?claration des chefs d’Etats » les formule ainsi ? Aucune accusation ne peut ?tre engag?e ou poursuivie devant toute Cour internationale ou Tribunal contre un Chef d’Etat ou de gouvernement ou quiconque agissant en cette qualit? AU COURS DE SON MANDAT. Afin de pr?server L’ORDRE CONSTITUTIONNEL , LA STABILIT? ET L’INT?GRIT? DES ETATS MEMBRES, AUCUN CHEF DE L’?TAT OU DE GOUVERNEMENT MEMBRES DE L’UA, OU QUICONQUE AGISSANT OU DISPOSANT DU DROIT D’AGIR EN CETTE QUALIT? , N’EST TENUS DE COMPARA?TRE DEVANT UNE COUR OU UN TRIBUNAL INTERNATIONAL AU COURS DE SON MANDAT ».
Ces « pr?occupations » sont formul?es, pr?cise-t-on ? l’Union Africaine, ? la suite de « demandes de report sans aucune suite favorable de l’examen du dossier des dirigeants Kenyans par la CPI au nom de la paix, de la stabilit? au Kenya » et, ajoute-t-on, en reconnaissance du r?le que joue les dirigeants k?nyans dans la lutte contre le terrorisme. En outre, l’Union Africaine « note que la proc?dure engag?e contre le pr?sident et son adjoint va les distraire et les emp?cher de s’acquitter de leurs responsabilit?s constitutionnelles , y compris les affaires de s?curit? nationale et r?gionale. »?Comme solution ? ces « pr?occupations », l’Union Africaine demande au « Conseil de S?curit? de l’ONU de travailler avec elle pour obtenir de la CPI la mise en application de l’article 16 des Statuts de Rome pour suspendre les poursuites contre les dirigeants du Kenya. En effet, l’article des Statuts de Rome intitul? « Sursis ? enqu?ter ou ? poursuivre » ?nonce que « aucune enqu?te ni aucune poursuite ne peuvent ?tre engag?es ni men?es en vertu du pr?sent Statut pendant les douze mois qui suivent la date ? laquelle le Conseil de s?curit? a fait une demande en ce sens ? la Cour dans une r?solution adopt?e en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies ; la demande peut ?tre renouvel?e par le Conseil dans les m?mes conditions. » C’est dire!!!
On voit donc ce qui est cause pour nos despotes obscurs dont l’existence trouve sa justification dans l’affaiblissement g?n?ralis? du continent. Le site internet de l’Union Africaine affirme d’ailleurs que les d?clarations pr?cit?es du PM Ethiopien et de Mme Zuma « ont contribu? ? annuler les rumeurs qui avaient circul? que la r?union de l’Assembl?e avait ?t? pr?vue pour se pr?parer un retrait massif des Etats membres de l’Union africaine de la CPI ».
Pour m?moire, rappelons que le S?n?gal est le premier pays signataire des Statuts de Rome, le 2 f?vrier 1999 et le dernier la C?te d’Ivoire justement le 15 f?vrier 2013.
Le probl?me reste, en d?finitive, entier et revient aux milieux qui entendent vraiment travailler, suite ? une analyse radicale et froide, pour une nouvelle Afrique conduite par un leadership avis? et courageux dans un monde o? les faibles et les affaiblis qui ne se rel?vent pas vite sont promis ? la disparition.
Tout compte fait, lorsqu’on relit l’article 27 des Statuts de Rome, on ne peut que conclure que seuls des opportunistes, des amoureux du client?lisme, des serveurs z?l?s sans vision du monde peuvent signer une pareille incongruit? en vue de prouver leur loyaut? ? leurs Ma?tres et venir 15 ans plus tard pleurnicher, jouer aux vierges effarouch?s et crier au Racisme ? leur ?gard. Et se croyant intelligents, ces gens l? veulent drainer derri?re leurs cris d’orfraie d’imb?ciles le peuple d’Afrique qu’ils ont d?clar? leur ENNEMI. Et dire qu’il y en a qui esp?rent toujours que des gens pareils vont conduire l’Afrique quelque part. C’est affligeant! Il est grand temps que le peuple d’Afrique se mette debout, se dresse vaillamment contre cette « ?lite collaboratrice dans l’exploitation de l’Afrique » et reprenne le contr?le de sa destin?e. Trop c’est trop!
Pour lire les travaux de l’UA sur la CPI, voir (en Anglais) http://www.au.int/fr/content/session-extraordinaire-de-la-conf?rence-de-l?union-africaine
13 octobre 2013
KPOGLI Komla

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux ...