Accueil / T H E M E S / CULTURE / Plaisir d??crire

Plaisir d??crire

Si le???plaisir d?amour?? ne dure qu?un moment, comme le souligne la c?l?bre romance de Florian et Martini, le ??plaisir d??crire?? dure en g?n?ral toute la vie. Amateur ou professionnel, chacun peut le confirmer?: lorsque le virus nous atteint, il nous contamine durablement. Pour la plupart d?entre nous, il nous titillera m?me la souris (modernit? oblige?!) jusqu?au moment o? la camarde nous menacera de sa faux?

Des ?crits d?o? l?amour et le sexe ne sont d?ailleurs pas absents, notamment sous la plume des romanci?res contemporaines dont la crudit? ferait rougir les libertins du 18e si?cle. Et c?est tant mieux?: il n?y a pas que la politique et l??conomie dans la vie.

Des ?crits d?une infinie vari?t??: romans, th??tre, nouvelles, articles, po?mes, essais, toutes les formes d??criture sont respectables. Et toutes peuvent se pr?ter ? l?expression des sentiments que l?on ?prouve ou des messages que l?on veut d?livrer, quels qu?en soient les sujets.

Encore vaut-il mieux conna?tre ses limites et ?couter le conseil avis? de Willy, le compagnon de la grande Colette?: ??Il ne faut pas po?ter plus haut que son luth?!??. Certes, mais il ne faut pas craindre pour autant de s?en servir, de ce?luth, pour peu que l?on se sente en veine d?inspiration, au risque de susciter quelques sourires condescendants ou, pire, les compliments narquois des bons amis?; pas craindre non plus de jouer avec la langue, de la fa?onner ? sa guise, de lui donner des couleurs originales, d?explorer de nouvelles voies. Apr?s tout, la vie est br?ve, et demain il sera d?j? trop tard??? ?

? ce propos, pourquoi ne pas ?crire de temps ? autre en vers?? L?exercice est plaisant et, r?guli?rement pratiqu?, se trouve ?tre ? l?esprit ce qu?est la gymnastique aux delto?des. Et puis la versification permet tant de choses, de la cr?ation pure au pastiche de nos grands dramaturges. Telle cette irrespectueuse tirade de Don Di?gue?:

O rage, ? d?sespoir, ? faiblesse ennemie?!

N’ai-je donc tant band? que pour cette infamie??

Que pour voir tout ? coup, sous mon ?il horrifi?,

Au moment de conclure, mon p?nis retomber??

Ce zob qu’avec envie toutes les femmes admirent,

Ce zob qui tant de fois leur tira des soupirs,

Tant de fois suscita le plaisir et l’?moi,

Trahit donc mon d?sir et ne fait rien pour moi??

Mais bon, remettons les pieds sur terre, le temps n?est plus gu?re ? la rime, f?t-elle riche, mais ? la prose ou, pire, au langage SMS?: ??Koi 2 9 N zo?? C T ki la tas P d Al 1?? A 1 de c 4?? (Quoi de neuf, Enzo?? C??tait qui la p?tasse d?Alain?? ? un de ces quatre?!).

Pas vraiment ma tasse de th?, et cela d?autant moins que la simple lecture d?un texte SMS peut tourner ? la prise de t?te, pire qu?un sudoku force 10. Or l??criture, c?est bien ?videmment le contraire de cela?: elle se doit d??tre discr?te et fluide, de servir le message, de l?amener sans heurts dans l?esprit du lecteur. Comme par exemple dans ce bref extrait de roman?:

Une productrice y accueillait de jeunes espoirs de la musique et de la chanson.

? J?aime beaucoup la fl?te, avait-elle dit au vicomte, avant d?ajouter sur un ton proche de l?attentat ? la pudeur?: j?en joue moi-m?me avec une certaine dext?rit?. Bien pris en main, cet instrument prend rapidement du volume sans rien perdre de sa douceur. Naturellement cela demande de la technique. En fait, tout est dans le doigt? et le jeu des l?vres. Surtout les l?vres?: ce sont elles qui modulent, elles qui permettent ? l?instrument d?exprimer toute sa puissance. Pour peu que les doigts soient habiles sur le corps de l?objet, celui-ci s?anime, vibre et finalement donne sa pleine mesure pour le plus grand bonheur d?un virtuose inond? de plaisir?!… Mais j?aurai tr?s vite l?occasion de vous faire appr?cier la qualit? de ma technique, mon jeune ami…

Cela dit, on peut ?galement s?affranchir des r?gles classiques, laisser aller son imagination et, inventant une nouvelle langue, cr?er une ambiance particuli?re et in?dite. En ?crivant ceci par exemple?:

J?avais bien tactil? dans l?encaquement de l?urbatrain que mon coquin s??tait armatur? la machinerie fa?on Bouygues. Forc?ment, ?a m?avait chavir? les circuits et encanaill? le tr?fonds. ? peine encasbahut?s dans notre ach?lem, je lui d?verrouille le carter ? roubignolles et, d?une palpeuse f?brile, je lui d?gage le derrick. En bonne native de La Turlurette (Ni?vre), je lui pompe le loukoum d?une becteuse gourmande. Soudain l?or blanc jaillit, aromatis? chouchen et coco. Tandis que je gastronome l??jaculat, mon coquin me brancarde dans la galipetterie, m?horizontale sur la cramouillo-berlue et entreprend de me d?conditionner. D?s que je suis apoil?e, il me manocajole la laiterie, me patamod?le les amortisseurs et me bascopelote l?int?rieur des bielles d?un expert paluchat. Puis il se penche sur mon atelier clandestin, avionrenifle dans le maquis et, d?une r?peuse avide, me gargamelle la commande centralis?e. Je surtensionne. J?inondationne mes infrastructures. Je b?ante mes ?coutilles. Mon coquin, l?ob?lisque abou-simbelis?e un max, se porte alors sur ma grotte. L?, il m?agace la br?che, me titille l??recto-jouisseur, puis me boust?rise l?engin dans la fosse. Le Michel-Ange du radada existe, je l?ai rencontr??!

Bref, tout ou presque est possible. Pourquoi d?s lors se limiter?? Pourquoi se priver d?un petit plaisir, f?t-il solitaire?? Apr?s tout, au diable les critiques?! ? bas les censeurs?!

La langue est une coquette, il faut la courtiser,

La v?tir de dentelles, et la parer d??maux,

Lui faire des enfants, l?engrosser de mar? mots

L?enivrer de nectars, la couvrir de baisers?;

?

L?emmener en voyage, la bousculer beaucoup,

Lui faire d?couvrir de nouvelles saveurs,

La convaincre toujours de ne pas avoir peur

L?amener ? aimer tant le sage que le fou.

Mais voil? qu?une s?rie de doutes, soudain, m?assaille?: par mes propos ?grillards, n?ai-je pas heurt? la pudeur des usagers de la toile?? Offens? la morale de celui-ci?? Brav? la rigueur de celle-l??? Et surtout, ne me suis-je pas un tantinet pouss? du col?? En un mot, n?ai-je pas pr?cis?ment ??po?t? plus haut que mon luth?? en ?crivant ce papier?? Peut-?tre? Mais que m?importe au fond?? Apr?s tout, on ne vit qu?une fois?!

Et merde ? Willy?!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

« L’homme invisible » a existé !

C’est un fait avéré, « L’homme invisible » a bel et bien existé. Ou du moins l’a-t-il ...