Accueil / A C T U A L I T É / Plaidoyer pour sauver la terre: Une conscience universelle vers le bien commun

Plaidoyer pour sauver la terre: Une conscience universelle vers le bien commun

?Il n?existe que deux choses infinies, l?univers et la b?tise humaine? Mais pour l?univers, je n?ai pas de certitude absolue.?

Albert Einstein

PLANETE TERRE

Il est connu que nous consommons plus que ce que la Terre peut produire en une ann?e. Depuis quelque temps, il y a comme une conspiration du silence de la part des pays industrialis?s et ?mergents pour ne pas parler des d?g?ts actuels et imminents des changements climatiques. Pendant ce temps-l?, le climat devient erratique. La biodiversit? r?tr?cit. Aveugl?e par un ?humanisme? contre-productif, source d?irrespect ?cologique et d?un infini gaspillage, l?humanit? vit ? cr?dit et consomme annuellement une plan?te et demie, soit nettement plus que ce que la Terre est en capacit? de lui offrir. (?) De tout temps, l?homme a ?t? avide d??nergie pour satisfaire son ?go?sme! De la ma?trise du feu au pal?olithique ? la d?b?cle du nucl?aire ? Fukushima, le rapport de l?homme ? l??nergie fut toujours plac? sous le signe de la domination, ?conomique, sociale ou politique. ?L?homme ma?tre de la nature?, disait Descartes.

Or, il est clair aujourd?hui que la course ? la puissance ?nerg?tique est indissociable du chronom?tre de la Terre et de la mani?re dont les hommes sauront prendre en compte ses limites. Quelles options reste-t-il? L?homme technologique symbolis? par l?Am?ricain consomme 8,5 tonnes de p?trole soit dix fois plus que l?homme industriel et 100 fois plus que le pr?historique. Cependant, dans certains pays africains la consommation ne d?passe pas les 150 kg ?quivalent p?trole par an. Retenons que dans ce cas, l?Am?ricain consomme en une semaine ce que consomme l?Africain du Sahel en une ann?e. C?est cela l??galit? des hommes, les diff?rents droits incant?s par l?ONU, le droit ? l?alimentation, le droit ? l?eau, au logement, ? la sant?, ? la s?curit? pour les objectifs du Mill?naire et il y a fort ? parier qu?aucun de ses droits ne sera atteint sauf le droit de se taire et de mourir en silence comme nous le crie les Somaliens.? (1)

Les gouvernements occidentaux et depuis ceux qui ?mergent, obnubil?s par une boulimie ?nerg?tique, ont un comportement ?nigmatique. D?un c?t?, on parle de changements climatiques, de la n?cessit? d?aller vers des ?nergies renouvelables pour ne pas d?passer le seuil de non-retour en termes de changements climatiques. De l?autre, une v?ritable fr?n?sie s?est empar?e des pays industrialis?s pour traquer la moindre bulle de gaz et m?me la moindre goutte de p?trole. Dans ce cadre, un nouveau regain est donn? au carbone et donc ? la pollution. C?est le cas de l?exploitation irrationnelle des gaz de schiste aux Etats-Unis et qui fait des ?mules en Europe et?en Alg?rie. (?)?(1)

La mort des abeilles: l?homme-abeille n?est pas la solution?!

Innombrables sont les indicateurs qui nous alarment d?une surchauffe de la plan?te, d?un ?puisement gravissime d?une Terre sur-occup?e et surexploit?e: bouleversement global du climat, mort biologique des sols suite aux abus d?usages productivistes et courtermistes, pollutions sans cesse plus irr?versibles, recul effarant des autres esp?ces dont nous occupons ind?ment les niches, d?clin d?une biodiversit? pourtant salutaire ? l?humanit?, d?forestation sur tous les continents, ?puisement des mers et des oc?ans, tarissement de toutes les ressources dont la grande majorit? n?est pas renouvelable? Comme cons?quence grave St?phane Foucart rapporte le ph?nom?ne mondial observ? depuis le milieu des ann?es 1990, le d?clin des abeilles, insectes pollinisateurs indispensables ? 84% des v?g?taux cultiv?s. Il d?crit une ??tude rendue publique, le 7 avril, la Commission europ?enne. Con?ue par Bruxelles et conduite par un laboratoire de l?Agence nationale de s?curit? sanitaire fran?aise (Anses), cette enqu?te a essentiellement consist? ? mesurer la mortalit? des abeilles domestiques (Apis mellifera) dans 17 pays europ?ens. Il s??tonne que les chercheurs n?aient pas cherch? la cause du d?clin. Nous ne saurons donc pas quels r?sidus de pesticides se trouvaient dans les colonies les plus touch?es.?(2)

Comment alors faire sans les abeilles, malgr? les mises en garde d?Albert Einstein pour qui la disparition des abeilles est le dernier arr?t avant la disparition de l?humanit?? Les Chinois ont une solution ?provisoire?. Ils prennent la place des abeilles: ?Au sud-ouest de la Chine, dans la province du Sichuan, les vergers donnent toujours des fruits malgr? la disparition progressive des abeilles. Chaque ann?e, au mois d?avril, ce sont les habitants qui pollinisent les fleurs ? la main. Les hommes et femmes grimpent dans les branches des pommiers afin de d?poser sur les fleurs de pommiers une dose de pollen. (?) R?colt? sur les organes m?les des fleurs, le pollen est tout d?abord s?ch? au soleil pendant 48 heures puis moulu. Il est ensuite r?parti dans des petites bo?tes ? chewing-gum, que les hommes et femmes-abeilles portent autour du cou. (?)Un arbre peut ainsi ?tre enti?rement pollinis? en une demi-heure, ce qui permet de respecter le temps imparti tr?s resserr?, d? au climat et au cycle de floraison. Mais le r?sultat est bien loin de celui obtenu gr?ce aux abeilles: une ruche peut polliniser ? elle seule jusqu?? 3 millions de fleurs en une journ?e. Les habitants eux parviennent difficilement ? d?passer plus de 30 arbres par jour chacun?.(3)

La Terre n?en peut plus

Dans un ?ditorial d?capant, Thomas Friedman ?ditorialiste du New York Times, admoneste les grands de ce monde et d?nonce le mode de vie. Mod?le de croissance, climat, ressources, population: comment expliquer qu?alors que nous franchissons aujourd?hui toutes les lignes rouges, outrepassant aveugl?ment les capacit?s du syst?me terre, nous continuions ? faire preuve d?une telle indiff?rence apparente, s?interroge Thomas Friedman ?lorsqu?on se trouve face ? une circonstance si ?norme qu?elle requiert de transformer radicalement la fa?on de penser et de voir le monde, le d?ni est la r?ponse naturelle.(4)

???Mais plus nous attendons, plus lourdes seront les r?ponses ? apporter? constate l??cologiste australien Paul Gilding, dans son dernier ouvrage: la Grande Rupture. Au fur et ? mesure que se multiplieront les impacts de ce bouleversement, estime-t-il, ?notre r?ponse sera d?multipli?e en proportion, et nous nous mobiliserons comme nous l?avons fait durant la guerre. Nous allons changer ? une ?chelle et une vitesse que nous pouvons ? peine imaginer aujourd?hui, transformant compl?tement notre ?conomie?. Paul Gilding, d?crit ce moment dans un nouvel ouvrage intitul? ?la Grande Rupture: Pourquoi la crise climatique am?nera la fin du consum?risme et la naissance d?un Nouveau Monde.? ?Lorsqu?on se trouve face ? une circonstance si ?norme qu?elle requiert de transformer radicalement la fa?on de penser et de voir le monde, le d?ni est la r?ponse naturelle. Mais plus nous attendons, plus lourdes seront les r?ponses ? apporter.? (?) Nous comprendrons, pr?dit-il, que le mod?le de croissance ax? sur la consommation est cass? et que nous devons passer ? un mod?le de croissance plus centr? sur le bonheur, avec des gens qui travaillent moins et poss?dent moins(?)?? (4)

La fin de la plan?te en 2100?

C?est la rumeur qui enflamme la Toile depuis plusieurs semaines: les ?cosyst?mes de la plan?te pourraient conna?tre un effondrement total et irr?versible d?ici 2100. La th?se? L?environnement, sous l?effet des d?gradations caus?es par l?homme, pourrait franchir un point de non-retour avant la fin du si?cle.

???Dans?Approaching a state-shift in Earth?s biosphere, les 22 chercheurs alarment sur une perte de la biodiversit? de plus en plus rapide et une acc?l?ration des changements climatiques. Selon l??tude, presque la moiti? des climats que nous connaissons aujourd?hui sur la Terre pourraient bient?t avoir disparu. Ils seraient ainsi remplac?s, sur entre 12% ? 39% de la surface du globe, par des conditions qui n?ont jamais ?t? connues par les organismes vivants. Et ce changement s?effectuerait de mani?re brutale, emp?chant les esp?ces et ?cosyst?mes de s?y adapter. Arne Moers, co-autrice de l??tude d?clare: ?Nous prenons un ?norme risque ? modifier le bilan radiatif de la Terre: faire basculer brutalement le syst?me climatique vers un nouvel ?tat d??quilibre auquel les ?cosyst?mes et nos soci?t?s seront incapables de s?adapter. […] Le prochain changement pourrait ?tre extr?mement destructeur pour la plan?te??.(5)

??Une fois que le seuil critique sera d?pass?, il n?y aura plus de possibilit? de revenir en arri?re.? (?) Les 22 scientifiques de l??tude proposent aux gouvernements d?entreprendre quatre actions imm?diates: diminuer radicalement la pression d?mographique; concentrer les populations sur les zones enregistrant d?j? de fortes densit?s afin de laisser les autres territoires tenter de retrouver des ?quili-bres naturels; ajuster les niveaux de vie des plus riches sur ceux des plus pauvres; d?velopper de nouvelles technologies permettant de produire et de distribuer de nouvelles ressources alimentaires sans consommer davantage de ressources.(5) L?Extinction de l?humanit? peut tout d?abord d?couler de l?activit? humaine (pollution, ?puisement des ressources naturelles, effet de serre). Le r?chauffement climatique est susceptible d?entra?ner une diminution de l?oxyg?ne dans l?air par mort du plancton et une lib?ration de sulfure d?hydrog?ne mortel pour la majorit? des organismes. Le sulfure d?hydrog?ne est un des coupables probables de l?extinction du Permien, o? 95% des esp?ces marines et 70% des esp?ces terrestres ont disparu?.(5)

La g?o-ing?nierie sauvera-t-elle le monde?

La g?o-ing?nierie pr?sent?e comme la solution miracle- et peut ?tre la solution finale pour la plan?te- en dehors du fait que les pays industrialis?s refusent de consommer moins en consommant mieux, d?signe les efforts visant ? stabiliser le syst?me climatique en g?rant directement le bilan ?nerg?tique de la Terre?Pour Paul Joseph Crutzen, le prix Nobel de chimie 1995, nous avons quitt? l?holoc?ne tardif qui existe depuis 10.000 ans et nous sommes entr?s depuis deux cents ans dans une nouvelle ?re terrestre: ?L?anthropoc?ne?, o? l?homme modifie la biosph?re mais aussi la g?ologie plan?taire. Dans les pays industrialis?s, on pense que ?nous sommes nombreux? et que la Terre ne pourra nourrir 9 milliards de Terriens en 2050, sauf si l?immense majorit? consomme comme les Somaliens et une immense minorit? comme les Am?ricains. (1)

Pour contrer le r?chauffement climatique, pourquoi ne pas modifier le climat? C?est par ces intentions prom?th?ennes que les savants nous promettent de r?gler le probl?me. La solution miracle serait la g?o-ing?nierie et comme l??crivent Christophe Greuet et Floriane Leclerc:

?Cette science, qui propose un ?ventail de solutions controvers?es, gagne peu ? peu en visibilit? sur la sc?ne internationale. En France, l?Agence nationale de la recherche (ANR) a d?ailleurs lanc? en 2012 un atelier d?experts sur le sujet, dont le rapport vient de sortir. Les auteurs d?taillent ensuite les modes op?ratoires connus. (?) Certaines techniques ont d?ailleurs attir? l?attention du Giec qui cite, pour la premi?re fois, la g?o-ing?nierie comme ?ultime recours? contre le r?chauffement dans son rapport de 2007.(?) L?urgence incite les experts ? consid?rer des solutions alternatives ? celles d?att?nuation et d?adaptation entreprises, jug?es lentes et co?teuses. ?Aujourd?hui nous sommes ? dix minutes des douze coups de minuit,? d?clarait l?Indien Rajendra Pachauri, pr?sident du Giec, en novembre 2013.(6)

?En France, une partie des chercheurs demeure sceptique et la consid?re encore ?comme de la science-fiction?. Lors d?un colloque organis? par l?Acad?mie des Sciences l?an pass?, l?institution, qui recommandait l??extr?me prudence? face ? ces techniques, n?a pas jug? opportun de publier de rapport.Largement domin? par les Etats-unis, le d?bat gagne progressivement les autres continents. Et pour cause: c?est l? que se dessine, en creux, la future gouvernance mondiale du climat (?) Bien qu?elles ne soient encore qu?exp?rimentales, les techniques de g?o-ing?nierie induisent des risques importants. Le danger est d?autant plus grand que les cons?quences n?ont pas de fronti?res. Une exp?rience locale pourrait ainsi avoir un impact dans d?autres r?gions du monde, sinon sur l?ensemble du climat. Une simulation, r?alis?e par les chercheurs anglais du?Met Office Hadley Center?en 2013, a ?tabli qu?une injection artificielle d?a?rosols dans l?h?misph?re Nord durant 50 ans diminuerait la temp?rature de la Terre d?un degr? ? cette p?riode? mais d?clencherait des s?cheresses au Sahel. Parce que, malgr? les risques, elle est encore tr?s peu encadr?e (?) Des ?techniques douces? bien ?loign?es des projets prom?th?ens tant d?cri?s, mais qui pourraient laisser la porte ouverte ? des m?thodes plus controvers?es. (?)En ao?t 1989 au Cameroun, le d?gazage naturel du lac Nyos, au fond duquel de grandes quantit?s de CO2 s??taient accumul?es, tuait 1700 personnes sur un rayon de 25 km, rappelle Greenpeace.(6)

Comme le pense Herv? le Treut climatologue membre du Giec:

?La g?o-ing?nierie appara?t comme dernier r?ve de Prom?th?e. Nous avons appris que nous ne sommes pas les ma?tres et possesseurs de la nature mais l?inverse. Non, nous sommes enti?rement d?pendants de notre environnement. Nous sommes des cr?atures terrestres menac?es comme les autres esp?ces, pas les conqu?rants de l?univers.? A nous de choisir entre le chaos et la sobri?t? ?nerg?tique.

A vouloir jouer les apprentis sorciers l??thique en prend un coup. Mais que reste t-il de cette derni?re dans un monde o? le laminoir de la pr?dation fait fi du patrimoine g?n?tique de la faune et de la flore de l?humanit? pour le plus grand bien de ces mercenaires du vivant et pour le plus grand malheur du monde. A moins que le citoyen ne se r?veille, que l?Etat retrouve ses racines, que la soci?t? r?apprenne le sens du collectif: notre avenir, qui d?pendra de l??tat de nos biens communs, au premier chef la composition de notre atmosph?re, ne peut pas ?tre appropri?, car il nous appartient. La dictature du carbone ?crit Fr?d?ric Denhez doit ?tre l?aiguillon de notre r?veil sociopolitique, pas celui de l?oligarchie qui fait profil bas depuis le d?but de la crise.? (7)

Nous ne devons pas oublier que la nature a mis plus de deux cent millions ? th?sauriser les hydrocarbures et que l?homme dans son d?lire et son ivresse de puissance en l?espace d?? peine deux si?cles, pense qu?il peut impun?ment perturber les ?quilibres physiques qui ont mis des centaines de millions d?ann?es ? amener cette stabilit? climatique d?avant le r?gne de l?anthropoc?ne. Il est urgent d?arr?ter cette course vers l?ab?me. Les pays riches pensent qu?ils ont la parade. Cruelle erreur! Nous sommes tous sur le m?me bateau ivre. Ils couleront avec les damn?s de la Terre. La Terre n?accorde plus de sursis. Nous sommes avertis ? moins de faire ?merger une conscience universelle vers le bien commun. Amen!!

Professeur? Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

1. C.E. Chitour:?http://www.legrandsoir.info/nous-vivons-en-dette-ecologique-depuis-le-27-septembre-l-avenir-est-il-a-la-geo-ingenierie-ou-a-la-sobriete-energetique.html

2. St?phane Foucart D?clin des abeilles: les mots qui f?chent Le Monde 13.04.2014

3.?http://www.maxisciences.com/abeille/abeille-en-chine-des-hommes-font-le-travail-des-pollinisateurs-disparus_art32446.html

4. Thomas. Friedman?http://www.nytimes.com/?2011/06/08/opinion/08friedman.html?_r=2&

5. Audrey Garric: La fin de la plan?te en 2100? ?http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/07/27/ la-fin-de-la-planete-en-2100/

6. Christophe Greuet et Floriane Leclerc ?http://www.slate.fr/monde/87043/geo-ingenierie 01.06.2014

7 Fr?d?ric Denhez: La dictature du carbone ? Editions Fayard, septembre 2011

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (5)

Phil Bryant, le gouverneur du Mississippi, a été en définitive l’otage docile de l’extrême droite ...