Accueil / T Y P E S / Articles / Petites friandises de campagne électorale

Petites friandises de campagne électorale

C’est Sarkozy qui régale avec une distribution gratuite de petites phrases acidulées. Et comme  l’ancien Président de la République sait se monter généreux, pourquoi s’en priver à quelques heures du résultat des élections départementales.

Mais, et cela ne vous surprendra pas, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, Paul Bismuth pour ses intimes, sait pertinemment qu’il est sur écoute et que ses paroles distribuées par des « amis » complaisants se retrouveront très rapidement dans une presse friande et cafardeuse, le jour même ou au plus tard le lendemain.

Certes, d’autres personnalités politiques ne sont pas avares de bons mots, mais avouez que pour un homme élu président de son Parti, qui en outre se prétend rassembleur. S’attaquer comme il le fait à certains membres de sa propre famille politique, même s’ils sont dans le fond aussi fourbes que lui et même s’ils seront demain ses adversaires lors des primaires ouvertes de l’UMP. Révèle pour le moins que le cas Sarkozy est hors norme et probablement du domaine de la perversion narcissique.

Quant à s’en prendre à ses opposants, le procédé est de bonne guerre. Toutefois, vous admettrez que Sarkozy est lui-même fréquemment moqué sur son apparence physique, sa taille et ses talonnettes, ou sur ses tics nerveux. Mais faut-il absolument qu’il rende la monnaie en se montrant encore plus odieux que ses ennemis. En tant qu’ancien Président ne devrait-il pas prendre un peu de hauteur, ce qu’il semble tout simplement incapable de réaliser.

Encore récemment le message pas vraiment glamour de Nicolas Sarkozy dédié à la leader frontiste, Marine Le Pen, avait démontré toute l’élégance du personnage.

« Avec Marine Le Pen, c’est physique! Je la déteste… Elle est épaisse». Puis ensuite d’ajouter, «Cette voix éraillée… On dirait un soudard ! Je revendique le délit de sale gueule. Avec son père, c’était différent. Marine Le Pen, c’est son père, la culture en moins »

Sur Juppé

« Il aura du mal à passer pour un gendre idéal à 72 ans » 

Bon d’accord, beaucoup de Français n’accordent aucune importance à ce genre de propos de l’ex Président. Bien sûr d’autres problèmes plus graves les préoccupent. Mais si l’on peut difficilement demander à un responsable politique d’être irréprochable dans sa manière de s’exprimer, faut-il pour autant passer sur tous ses débordements. En fait, un homme qui ne respecte pas les autres et qui se croit au dessus de tout, peut-il respecter les institutions et les lois. Et lorsqu’un homme comme ça peut redevenir Président de la France, c’est le choix des électeurs qui pose question. Mais qu’à donc fait le bon peuple de France pour mériter ça !

Mais ne doit-on pas également s’interroger sur la mentalité de l’actuel pensionnaire de l’Elysée, François Hollande. Surtout après la parution du livre de son ex compagne, sans doute pas impartial lorsqu’on connaît le caractère explosif et la jalousie maladive de la Dame. N’empêche que dans un match de fanfarons, la victoire ne pourrait pas échapper à Sarko. Et Hollande rentrerait certainement au vestiaire sur un civière avec une jambe cassée.

Quelques exemples de vantardises sarkoziennes

« Je ne veux pas fanfaronner, mais franchement, j’ai bien fait de revenir,ça valide mon retour par le parti, on est uni entre nous, on a les idées claires ».

« j’ai quinze demandes de déplacements par jour, et quand on fait des réunions, faut mettre des écrans dehors, parce qu’il n’y a pas assez de place. »

Peut-être me direz-vous à juste titre. Et la politique dans ce lamentable déballage de friandises de campagne électorale, elle est où ? Mais de quoi nous plaignons-nous, n’avons-nous pas toute une palette de choix à notre disposition. De l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par le centre un grand éventail d’options s’offre à notre faim insatiable de démocratie. Rappelez-vous, François Hollande vous promettait « Le changement c’est maintenant ». Aujourd’hui, tous les autres Parti vous jurent le changement pour après la débâcle annoncée des socialistes en 2017. Surtout ne croyez pas Sarkozy, il a déjà fait ses preuves. Quant aux autres qui n’ont jamais gouverné le pays, surtout n’hésitez pas à leur faire confiance. Ne faut-il pas d’abord les essayer avant de dire qu’ils sont mauvais. Seulement, auriez-vous la mémoire courte, ne disait-on pas exactement la même chose avant l’élection de Mitterrand.

Maintenant, nous avons encore plusieurs solutions pour exprimer notre mécontentement. La plus simple consisterait à ne pas voter. Dans ce cas, même pas besoin de se lever le matin pour faire sa petite colère tout seul dans son coin. Et Avec un peu de chance les boudeurs pourraient avoir la majorité. Elle est pas belle la vie.

Autrement, nous avons une opportunité que le monde entier nous envie. Car tous les jours nous pouvons, si nous le souhaitons, descendre dans la rue pour manifester. Car, spécificité bien française, nous avons toujours un grève ou une manif en cours dans notre bel hexagone. Bien sûr, participer et marcher en hurlant « Hollande démission…Hollande du pognon…le peuple est dans la rue t’es foutu ! cela demande un effort considérable pour un résultat lamentable. Mais ça soulage tellement !

Reste l’ultime décision. Mettre les mains dans le cambouis et s’engager en politique. Mais attention, de la vraie politique, sincère et honnête, sans fausses promesses. Oui mais là, nous le savons tous, il faut avoir quelque chose dans le ventre, pour ne pas dire ailleurs, se bouger et créer son propre Parti. L’entreprise s’avère extrêmement compliquée, il faut du courage et sans un soutien financier et médiatique, le résultat dans des élections locales risquerait fort d’approcher les 0,001%, si ce n’est pas moins encore.

Et puis c’est horriblement fatiguant. Allez, mieux vaut râler et fomenter une révolution derrière son clavier.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

« L’épidémie », de Matin brun à la Solution finale

L’épidémie est un roman noir de l’écrivaine suédoise Åsa Ericsdotter. Un thriller politique inspiré par ...