Accueil / T Y P E S / Articles / P?rip?ties et face occulte du C et du A en musique

P?rip?ties et face occulte du C et du A en musique


NDLR:

Ce texte est une traduction Google, revue, mais qui reste pauvre; elle permet, n?anmoins, de jeter un coup d??oeil en passant sur les p?rip?ties de l??acoustique musicale qui ont conduit ??l?adoption ? ou presque ? ? du LA ?(A) ? 440 Hz comme standard international

Les lecteurs s?rieux devraient consult? le texte passionnant de Jonathan Tannenbaum?(lien ci-dessous) qui va vraiment au fond myst?rieux, voire mystique de la question.

http://www.schillerinstitute.org/fid_91-96/fid_911_jbt_tune.html

?***

 

Reproduit traduit de?FIDELIO Magazine,
Volume I, n ? 1, hiver 1991-1992

La premi?re r?f?rence explicite ? l?accord de milieu C, ? 256 oscillations par seconde, a probablement ?t? faite par un contemporain de JS Bach.?C?est ? ce moment-l? que des m?thodes techniques pr?cises ont ?t? d?velopp?es permettant de d?terminer la hauteur exacte d?une note donn?e en cycles par seconde.?Le premier qui a affirm? y ?tre arriv? i fut Joseph Sauveur (1653-1716), surnomm? le ??P?re de l?acoustique musicale?.?Il a mesur? les emplacements des tuyaux d?orgue et cordes vibrantes et d?fini le ?? ut?? (aujourd?hui connu sous le nom de ?? DO ??) de l??chelle musicale ? 256 cycles par seconde.

JS Bach, comme on le sait, ?tait un expert dans la construction d?orgues et un ma?tre de l?acoustique; il ?tait en contact permanent avec les facteurs d?instruments, des scientifiques, et des musiciens de toute l?Europe. ?Nous pouvons supposer qu?il ?tait familier avec le travail de Sauveur.?? l??poque de Beethoven, le premier acousticien ?tait Ernst Chladni (1756-1827), dont le livre sur la th?orie de la musique d?finit C = 256 pour fins d?accordage. Au milieu du si?cle, C = 256 a ?t? largement reconnu comme la norme ?scientifique ou ??physique?? pour identifier la hauteur correcte

En fait, A = 440 n?a jamais ?t? accept? comme standard international, et la premi?re conf?rence internationale ? vouloir l?imposer ? et qui a ?chou? ? ?a ?t? organis?e par le Ministre de la propagande allemande nazie, Joseph Goebbels, en 1939.?Tout au long des dix-septi?me, dix-huiti?me et dix-neuvi?me si?cles, et ?au moins jusque dans les ann?es 1940, tous les standards U.S et les manuels europ?ens sur la physique, le son et la musique, y compris les propres textes de Helmholtz eux-m?mes, ont pris comme r?f?rence ??physique?? ou ??scientifique?? la valeur de ?C = 256

Les figures 13 et 14 (au texte en lien de Tannenbaum) ?montrent les pages provenant de deux manuels classiques modernes am?ricains, un texte phon?tique norme 1931 et les manuels officiels physique 1944 du D?partement am?ricain de la Guerre, qui commencent avec la d?finition standard de la hauteur musicale que C = 256.?[1]

En ce qui concerne les compositeurs, les premiers musicologues sont d?accord que Mozart accordait pr?cis?ment ? C = 256; ?son LA ( ) ??tait de l?ordre de A = 427- 430.?Christopher Hogwood, Roger Norrington, et des dizaines d?autres directeurs d?orchestres utilisant des instruments d??poque, ont convenu dans les ann?es 1980?d?enregistrer Mozart ainsi que la plupart des symphonies de Beethoven et concertos pour piano.?pr?cis?ment ? A = 430. ??Hogwood, Norrington, et d?autres en ont indiqu? dans des dizaines d?interviews et de pochettes de disques, la raison pragmatique: les instruments allemands de la p?riode 1780-1827, et m?me des r?pliques de ces instruments, ne peuvent ?tre accord?s ? A = 440.

La demande par le tsar Alexandre, lors du Congr?s de Vienne de 1815, pour un son plus ??brillant?? , venait de plus haut: toutes les t?tes couronn?es d?Europe.?Alors que les musiciens ??classiques?? ont r?sist?, l??cole romantique, dirig? par Friedrich Liszt et son gendre Richard Wagner, se faisait la championne ?durant les ann?es 1830 -1840.?de fixer une hauteur plus ?lev?e. Wagner a m?me fait redessiner le basson et de nombreux autres instruments, afin qu?ils soient en mesure de jouer seulement ?? A = 440 et au dela. ?En 1850, le chaos r?gnait dans ?les grands th??tres europ?ens, avec des hauteurs variant de A = 420 ? 460 et encore plus ? Venise.

Vers?la fin des ann?es 1850, le gouvernement fran?ais, sous l?influence d?un comit? de compositeurs dirig?s par?Giacomo Rossini, ?promoteur??du?bel canto,?a?appel? pour la premi?re normalisation de la hauteur dans les temps modernes. La France a cons?quent adopt? une loi en 1859, ?tablissement la valeur d?un LA (A) ? 435, la ?plus basse de la gamme des valeurs de A allant de A = 434 ? A = 456) alors en usage en France, et la hauteur la plus ?lev?e possible permettant que ?les?changements de registre de soprano?puissent ??tre maintenues pr?s de leur disposition ? C = 256. ? Verdi devait plus tard se r?f?rer ? cette ?norme fran?aise?? en s?opposant ? des accordages plus ?lev?s alors r?pandues en Italie: ??? Nous n?appelons pas b?mol ? Rome, ce qui est b?mol ? Paris??.

Apr?s ?les efforts de Verdi ?pour ?instutitionaliser le ?A = 432 en Italie, une conf?rence ? Vienne en 1885, domin?e par les Britannique,?a jug? qu?une telle hauteur pourrait ?tre normalis?e.?Les Fran?ais, le New York Metropolitan Opera, et de nombreux th??tres en Europe et aux Etats-Unis, continuerenet ? maintenir leur A ?432-435, jusqu?? la Seconde Guerre mondiale.

Le premier effort d?institutionnalisation du A = 440, nous l?avons di, fit lors ?d?une conf?rence organis?e par Joseph Goebbels en 1939, qui avait normalis? A = 440 comme norme officielle allemande.?Professeur Robert Dussaut, du Conservatoire National Sup?rieur de Paris, ?d?clarait alors ? la presse fran?aise:

?? En Septembre 1938, le Comit? Accoustic de Radio Berlin a demand? ? l?Association ?britannique d?organiser un congr?s ? Londres pour adopter comme norme ?internationale ?celle de la radio allemande ? 440 p?riodes.?Ce congr?s a en fait lieu ? Londres, en un temps tr?s court avant la guerre, en mai-Juin 1939.?Aucun compositeur fran?ais n?a ?t? invit?.?La d?cision d?augmenter la hauteur a donc ?t? prise sans consulter les musiciens fran?ais, et contre leur volont?.?? L?accord anglo-nazie, compte tenu de l??clatement de la guerre, n?a pas dur?, de sorte que ?A = 440 ne colle toujours pas comme standard.??

Un second congr?s de l?Organisation international de normalisation tenu en Octobre 1953 ? Londres pour tenter ? nouveau d?imposerle ?A = 440 au niveau international.?Cette conf?rence a adopt? une telle r?solution; aucun des musiciens continentaux qui s?opposaient ? l?augmentation de la hauteur n?avaient ?t? invit?s, et la r?solution a donc ?t? largement ignor?e.

Le Professeur Dussaut, du Conservatoire de Paris, ?crit:

??Ce sont les luthiers britanniques de restauration ( pour le commerce de jazz am?ricain qui joue ? A = 440 et au-dessus) qui ont exig? le son aigu, ?? et il est choquant pour moi que les membres et les chanteurs notre orchestre soient li?s par l?avis des ?musiciens de jazz.??

 

Lors d?un r?f?rendum de 23.000 musiciens fran?ais?par le professeur Dussaut, ceux-ci ?ont vot? massivement pour A = 432.?Aussi r?cemment qu?en 1971, la Communaut? europ?enne a adopt? une recommandation appelant pour une norme de hauteur? ?encore inexistante.

Ce geste a ?t? signal? dans le magazine Time, le 9 ao?t 1971.?L?article ???Le jeu de Pitch,???stipule que A = 440, est une ?norme pr?tendument international, largement ignor?e.?? ?On accorde fr?quemment plus bas (435 cycle) ,rapporte le Times, y compris ? Moscou o? les orchestres se d?lectent d?un ton peluche, chaud r?alis? par un larynx d?tendu .

Lors d?un concert ?Londres ? Londres, il ya quelques ann?es, on entendait encore les ?orgues d??glise britanniques jouant un demi-ton plus bas ( A = 425) ?que l?Orchestre philharmonique de Vienne en visite ??tait accord? sur ?A=450 !?1.

1.Charles E. Dull, {Cours Physique 2: La chaleur, le son et la lumi?re: Education Manuelle 402} (New York: Henry Holt, Avril 1944).

Source: La Vidure?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Un héros français en Nouvelle-France

Dans mon roman historique « Les Lefebvre de Batiscan » tome 2, j’ai présenté la bataille de ...