Accueil / T Y P E S / Chroniques / Patrick Buisson, conseiller de Sarkozy et de… Mélenchon ?

Patrick Buisson, conseiller de Sarkozy et de… Mélenchon ?

Utiliser un personnage aussi trouble et n’ayant par peur de mots, repoussant, que Patrick Buisson pour faire de l’antisarkozysme primaire, n’est pas très glorieux. Tout comme puiser quelques extraits du livre des journalistes Ariane Chemin et Vanessa Schneider, intitulé « Le mauvais génie », à quelques jours des élections départementales, n’est pas vraiment une méthode très reluisante ni utile pour tenter de discréditer Nicolas Sarkozy et l’UMP. Surtout que les élus de droite dans les départements ne travaillent pas plus mal que les autres. Quant aux électeurs de l’opposition, ils savent majoritairement à quoi s’en tenir avec l’ex président de la République, seraient-ils tous des idiots. Les primaires de l’UMP seront en la matière, un excellent test pour définir le Q.I de l’électorat droitier.

Sarkozy_P.Buisson

 

Mais le plus étonnant dans les révélations des auteures du livre, se ne sont pas les « bons » mots employés par Buisson pendant le temps de sa liaison avec Sarkozy. Le mépris affiché de l’homme au dictaphone pour l’ex chef d’Etat n’étant simplement que le révélateur de son cynisme sans limite, du même niveau que son egocentrisme démesuré. Ce qui pourrait expliquer le dédain qu’il éprouve pour tout ce qui n’a pas de rapport avec son inestimable personne. Non, c’est l’amitié qui lierait Mélenchon et Buisson qui peut surprendre, et ce malgré l’affirmation des journalistes du journal Le Monde. Surtout que le leader vociférant du front rouge a toujours nié sa relation amicale avec l’infréquentable gourou.

Pourtant, d’après Ariane Chemin et Vanessa Schneider qui écoutent aux portes, les deux hommes « sont plus proches que ne le laisse entendre l’ancien sénateur. Tout deux se connaîtraient depuis 22 ans et auraient noué des liens autant amicaux que professionnels ».

Mais pourquoi diable le sanguin meneur du Front de Gauche aurait-il des affinités avec l’antéchrist réincarné sous l’apparence d’un Buisson. Est-ce encore un scoop de pacotille de journalistes qui chercheraient le buzz avant la parution de leur bouquin, le 19 mars. Un petit procès en diffamation pouvant toujours booster les ventes. Ou simplement une réalité méconnue dont ni l’un ni l’autre n’a intérêt à parler. Mais comment expliquer que deux personnalités si différentes, l’une extravertie et l’autre obscure se retrouvent à plaisanter devant un bière. Qui sait, peut-être que dans l’intimité, M. Buisson est un homme charmant, séducteur flatteur et enjoleur, et surtout hypocrite.

En fait, d’après les journalistes, « Mélenchon a pris l’habitude de consulter son nouvel ami avant chaque décision stratégique. Il est de ceux qui l’encouragent à quitter le Parti socialiste en 2008 ». Mais dans quel but ? « les conseils du collaborateur de Nicolas Sarkozy ne sont pas désintéressés ; tout ce qui peut déstabiliser le parti Socialiste est bon à prendre ». Le PS avait-il été très contrarié pas le départ de Mélenchon ? Quant à Mélenchon avait-il été dupe du double jeu de Buisson. Enfin bref, concernant ces deux journalistes, elles seraient plutôt dans les suppositions que porteuses d’importantes révélations.

Sauf peut-être lorsqu’elles donnent quelques exemples des mots doux de Buisson à l’adresse de Sarkozy.

Petit florilège –

« Le Nain, le Petit, talonnettes, le zinzin ou tête creuse, Naboléon… »

Vous connaissez la suite, les enregistrements à l’insu du Président et le divorce entre les deux hommes. Seul Laurent Wauquiez garderait le contact avec Buisson. On ne sait jamais, il peut encore servir !

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Election 2020 (VII) : les branquignols en action, le château de cartes s’écroule

Tout le cirque Trump n’aurait pu tourner comme il l’a fait dans des relais médiatiques, ...