Accueil / A C T U A L I T É / Pas de d?mocratie sans fronti?res

Pas de d?mocratie sans fronti?res

Pas de d?mocratie sans fronti?res

 

Un monde sans fronti?res n?est plus un monde. De fait, c?est un n?ant. D?o? la vacuit? du statut autoproclam? de ?citoyen du monde?, pauvre pirouette po?tique ?cul?e. Curieusement, il suffit que l?on parle de??fronti?res?, pour que certains extirpent non pas leur revolver, mais tout au moins leur fiel atrabilaire.

C?est que le mot figure en bonne place au registre des mots interdits, o? l?on retrouve ?galement des terminologies aujourd?hui ?lev?es au rang d?insultes, comme par exemple??patrie?,??nation?,??pays r?el?, etc. Faut-il le rappeler aux oublieux, la??nation??n?est pas l?Etat-nation. Mais celui ou celle qui ose placer le mot?fronti?res??dans la conversation aura t?t fait d??tre tax? de ?fasciste?, un mot magique qui permet ? tous les cons de l??tre encore un peu plus.

Il existe une gauche id?aliste, dont les lubies adolescentes composent le projet politique, et qui ne d?mord pas ?de pr?ceptes anarchistes toujours tr?s mal dig?r?s, comme la fameuse ?soci?t? libre, sans classes ni Etats, sans patrie ni fronti?res?. C?est beau comme du?John Lennon. Dans la m?me veine d?j?, au XIXe si?cle, d?opportunistes r?publicains comme?Victor Hugo?souhaitaient l?instauration d?Etats-Unis d?Europe. Une ambition qui affirmait la fin des nations, des fronti?res, donc des conflits et des guerres. C.Q.F.D.

Passe encore de subir pareilles ?lucubrations et mystifications chez l?erratique p?re?Hugo, mais il est plus troublant de retrouver ce genre d?inepties chez un?Camus?ou un?Onfray. Le signe, sans doute, que m?me de brillants intellectuels peuvent confondre l?espoir avec le fantasme.

Car, ? quoi sert une fronti?re, sinon ? d?limiter un lieu, ne serait-ce que pour responsabiliser d?mocratiquement ceux qui y vivent?? Il faut ?tre un gauchiste ?cervel? pour ne pas l?entendre. Comme son nom l?indique, laCommune de Paris, en 1871, incarnait ?le peuple de Paris?, selon l?expression alors utilis?e. Il n?y avait que l?arm?e de?Versailles?et le gouvernement d?Adolphe Thiers?pour nier l?autonomie politique de cette entit? g?ographique?!

Abolir les fronti?res jusqu?? la dictature universelle

Le premier param?tre garantissant un pouvoir ?galitaire au sein d?une communaut? est sa d?marcation?: elle cerne le lieu du pouvoir et oblige ceux qui s?y trouvent ? le partager. La fronti?re s?entend alors comme outil de d?signation, de coh?sion et d?organisation.?Elle exprime le droit pour un groupe d??tre souverain chez lui, ce qui est la condition ?l?mentaire de son ind?pendance. Cette d?marcation n?isole pas du monde ext?rieur, elle coexiste au contraire avec d?autres territoires par le biais de la f?d?ration, celle-ci favorisant la rencontre, le dialogue, l??change, le partage et l?association.

De l?Ath?nes?de l?Antiquit? ??Kronstadt?en 1921, en passant par?Kiev?au Moyen-?ge, il en a toujours ?t? ainsi pour marquer le territoire de la d?mocratie. P?n?trer l?enceinte born?e, c?est ?tre concern? par ce qui s?y passe. Les r?gles du lieu de vie, qu?il soit temporaire ou d?finitif, sont ?tablies dans un int?r?t commun ? tous. Franchir la fronti?re, c?est signer le contrat d?mocratique, partager le pouvoir avec les autres.

Le premier pas de la d?mocratie s?incarne au niveau local. Si le pouvoir est d?tenu par une poign?e d?hommes, par quelques repr?sentants ? la solde des grandes fortunes ou d?une communaut? religieuse particuli?re, c?est qu?il n?appartient donc pas ? tous. En ce sens, la d?mocratie est le pouvoir immanent de chacun, qui dans l?int?r?t d?un pouvoir collectif, propose et instaure les r?gles morales, sociales et politiques de l?endroit o? l?on vit.

Comment peut-on aujourd?hui se r?clamer ? la fois de la d?mocratie et d?un monde sans fronti?res qui, tel unL?viathan, int?grerait tout dans son infini d?mesure?? Et n?est-ce pas l?essence m?me de la mondialisation, que d?an?antir les boucliers de notre autonomie?? Boucliers qui ne font que freiner cette circulation h?g?monique des valeurs morales corrompues, des capitaux travestis, des mod?les de consommation nous abrutissant toujours plus. Cette mondialisation, qui n?a de cesse d?uniformiser notre servitude, ne cherche qu?? s??tendre en abolissant toutes les fronti?res jusqu?? sa dictature universelle.

Il est un jeu tr?s rigolo ? pratiquer avec les fossoyeurs de m?moire et autres l?ninistes du dimanche qui ont mal aux fesses en entendant parler de fronti?res. Face ? ce genre de chien de garde, quand il a fini d?aboyer son horreur de la d?marcation territoriale, il faut alors lui demander, l?air de rien, s?il est favorable ? la cr?ation d?un?Etat palestinien? Effet garanti?!

C?dric Bernelas?&?Nico Ramirez

http://diktacratie.com/democratie-frontieres/

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La retraite « à points » sera saignante

    Le gouvernement sur le grill Le Bon Freluquet, envoyé spécial des maîtres queux ...