Accueil / A C T U A L I T É / Parc national des calanques : Marseille au bord de la crise de nerfs

Parc national des calanques : Marseille au bord de la crise de nerfs

Image Flickr par Artistofsouth

Annonc?e pour janvier 2012, la cr?ation du parc national des calanques soul?ve un vent de fronde. De Marseille ? La Ciotat en passant par l?arri?re pays, la col?re monte. Elle a culmin? avec le blocage du port de Marseille par les p?cheurs et les bateaux de plaisance, le 11 f?vrier dernier. Le lendemain, ? la terre ? a rencontr? la mer sur les quais.

Pourtant, c?est ??Marseille qui a pouss? ? sa cr?ation ? s??tonne Thierry Lef?bvre, charg? du programme des aires prot?g?es au comit? fran?ais de l?UICN. Une volont? de quelques ?lus, peut-?tre, des associations de protection de la nature, s?rement. Pas de la population. Thierry Lef?bvre ne comprend pas davantage le rejet du parc national des calanques, un projet ??embl?matique ?, con?u dans une agglom?ration de plus d?un million d?habitants. Le 3?me parc urbain dans le monde, apr?s ceux de Sydney (Australie) et de Cape Town (Afrique du Sud). D?ailleurs, l?UICN recommande leur multiplication pour ?limiter la consommation des territoires par les villes et offrir des loisirs aux citadins ? poursuit-il.

C?est d?autant moins compr?hensible que toutes les communes situ?es dans le coeur du parc sont UMP. Les opposants ?galement. A la veille des cantonales, le projet a r?ussi ? fracturer le parti au pouvoir en deux camps irr?ductibles. Impos? par d?cret, le c?ur du parc s??tend sur les trois communes littorales de Marseille, Cassis, La Ciotat, et deux communes de l?int?rieur, Ceyreste et Roquefort-la-B?doule. Il s??tend sur 12 000 ha, bien au-del? du site prot?g? des calanques class? Natura 2000 (5 000 ha). S?y ajoute une aire marine prot?g?e (AMP) de 48 000 ha, port?e ? 20 kilom?tres de la c?te.

Toutes les activit?s y seront interdites, sauf autorisation du directeur du parc?: r?gates, plong?es, escalade, p?che c?ti?re, plaisance familiale, les cabanons seront rendus inaccessibles aux personnes ?g?es par l?interdiction de stationner ? proximit?? Au point que les maires commencent ? vouloir restreindre le c?ur du parc aux zones inhabit?es. Soulignant l?absurdit? des ??d?cisions prises ? Paris ?, les opposants au parc ?voquent le retrait, in extremis, de la rade Sud du port. Incluse dans le c?ur du parc, elle aurait oblig? les ferrys et porte-conteneurs ? faire un immense d?tour, ce qui les auraient dangereusement expos?s au vent lorsque souffle le Mistral. De m?me, l?interdiction de survoler la rade ? moins de 1000 m d?altitude aurait emp?ch? les avions d?atterrir ? Marignane.

Population ignor?e

Sans a priori hostile, les associations se sont d?embl?e impliqu?es dans le groupement d?int?r?t public (GIP) des calanques pr?sid? par le d?put? UMP Guy Teissier (Marseille). Leurs propositions n?ont pas ?t? entendues. Elles se sont senties flou?es en d?couvrant l??tendue de l?aire prot?g?e, en comprenant qu?elles n?auront plus voix au chapitre dans un parc dirig? par l??tat, en voyant leur territoire, entretenu jusqu?alors b?n?volement, gel? par les interdictions.

Des centaines d?associations se sont regroup?es en trois collectifs d?opposants, avec, pour t?tes de file, B?atrice de Crozet, Claude Leloustre, Fran?ois Semeriva (1). Ensemble, les collectifs ont commenc? par ?couter, se renseigner, interpeller les politiques, jusqu?au pr?sident de la R?publique dans une lettre ouverte. Le blocage persistant, ils sont pass?s ? l?action et ?largissent maintenant le combat.

Le 2 f?vrier, les collectifs ont re?u le renfort de Mourad Kahoul, pr?sident du comit? local des p?ches et des ?levages marins. ??On veut nous imposer toute une r?glementation nouvelle et extr?mement restrictive afin de pr?server l?environnement marin. Et dans le m?me temps, une agglom?ration d?un million d?habitants d?verse ses ?gouts dans la calanque de Cortiou, une multinationale industrielle rejette ses boues rouges dans la fosse de Cassidaigne et d?s qu?il y a un gros orage, l?Huveaune rend la baignade impropre sur les plages du Prado ? s?est indign? Mourad Kahoul (2), appelant les plaisanciers ? rejoindre les p?cheurs pour bloquer le port le 11 f?vrier, la veille de la r?union du conseil d?administration du GIP. Au m?me moment, la ministre de l??cologie, Nathalie Kosciusko-Morizet recevait les partisans du parc. Les deux manifestations ont ?t? un succ?s, les ?lus commencent ? s?inqui?ter. Rien n?est encore jou?. D?ores et d?j?, la bataille des opposants au parc national des calanques s??tend en France, ? Fontainebleau et en Franche-Comt?, o? il est pr?vu d?instaurer de nouveaux parcs nationaux.

Fran?oise DEGERT

NOTES :

1-Le comit? ?cologique de sauvegarde de La Ciotat, pr?sid?e par B?atrice de Crozet

? Les amis de la rade et des calanques ? co-anim? par Claude Leloustre (regroupe les plaisanciers), ? Le collectif des calanques marseillaises libres ? , pr?sid? par Fran?ois Semeriva (regroupe les vignerons, des habitants de Roquefort-la-B?doule et des comit?s d?int?r?t de quartier de Marseille, des cabanoniers, le club des entrepreneurs, des artisans?). Ces trois collectifs agissent ensemble, signent tous les trois les lettres envoy?es au pr?fet, aux membres du gouvernement?

Pour communiquer et lever des fonds, qui ont permis de financer une page de publicit? dans la presse r?gionale (7 500 ?), les trois collectifs ont cr?? ? L?association des amis de la rade et des calanques ? pr?sid?e par Jo Russo.

2- La Provence ? ed. Marseille, Jeudi 3 f?vrier 2011, P. 5. ? Parc des calanques?: les p?cheurs ? l?abordage ?.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Notre covid et nous

Ça nous est tombé dessus, ma femme et moi, alors que nous ne nous y ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour, Fdegert.

    Beaucoup d’excès de part et d’autre dans cette affaire. Personnellement, je suis favorable à ce parc, mais peut-être faudra-t-il assouplir quelques dispositions, notamment pour les pêcheurs. Quant à l’accès à Morgiou et Sormiou, pourquoi ne pas envisager une navette ?

    Très jolie photo de la calanque de Morgiou.

  2. avatar

    Merci Fergus pour votre commentaire.

    Vous avez raison, les calanques sont magnifiques, mais leur beauté attise beaucoup de convoitise. Les calanques sont un bien commun au profit de tous, géré collectivement par les communes, les services publics (les pompiers…), les bénévoles. En générant gratuitement nombre d’activités sportives et de loisirs (randonnées, escalades, plongée, pêche familiale et petite pêche côtière pour ravitailler les restaurants en poissons de bouillabaisse…), les calanques font vivre l’économie locale et des petites entreprises.

    Le projet de parc national y mettra fin, au profit de l’industrie touristique de luxe (avec tous ses corollaires « Bulgari » etc…), de l’immobilier, des fonds d’investissements (tous les parcs nationaux dans le monde sont privatisés ou en voie de l’être); les activités y seront interdites, la pêche en ligne de mire… Les emplois salariés seront précaires, à temps partiel. Pour couronner le tout, le FMI range les parcs dans la catégorie d’« actifs naturels » interchangeables en cas de remboursement de dette des États… Ces quelques faits sont révélés dans mon enquête sur « la face cachée des parcs nationaux ».

    Pour toutes ces raisons, les opposants au parc national des calanques m’ont intéressée. Leur mobilisation ne m’a pas semblée excessive face à la « violence » engendrée par la dépossession d’un territoire auprès de ses habitants. On ne peut protéger la biodiversité d’un lieu sans avoir le soutien de sa population. Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009 l’a parfaitement compris puisqu’elle valorise l’implication gratuite des habitants dans la gestion des biens communs. La révolte bruyante est saine. La rage silencieuse peut conduire à des catastrophes. Tout le monde sait que le parc national ne sera pas respecté. Un incendie est vite arrivé…