Accueil / T Y P E S / Chroniques / OPINION – « Du risque d’?voquer les m?nes des grands hommes… »

OPINION – « Du risque d’?voquer les m?nes des grands hommes… »

Bien des gens parlent sans conna?tre… Si on ?voque les m?nes des grands hommes, il faut le faire sans pentacle. Je vais faire le rituel. Je fais le rituel. J’ai fait…

Oui ! Pierre JC Allard, c’est moi ! Demian West qui suis entr? dans ton corps buissonnant comme la veine pousse dans le marbre ath?nien. Bon, j’ai profit? de la cohue de ses temps du krach qui n’aura pas lieu et qu’il va prouver que le syst?me capitaliste est parti en roue libre pour dominer le monde jusque dans son inconscient vaste comme les sous-sols des bords du lac l?manique ? Gen?ve, pour te dire ces mots qui ne sont ni de Bush, ni de Sarkozy non plus de Bayrou.

A la v?rit?, je suis descendu de ma plan?te pour voir Agoravox comme un passant sid?ral verrait ce journal et ses forums. Et voici ce que j’ai vu.

Tout d’abord, j’ai eu peur, en raison de la merveilleuse maquette bluffante qui m’invita ? entrer sous une banni?re de couleurs rouge et bleu un peu trop jolie pour ne pas avoir d?j? ses mains dans mes poches sans surveillance rapproch?e. J’y allai quand m?me, car je claque chaque fois la peur quand je la croise sur mon chemin qui est un fil du rasoir.

L?, je vis des articles tous r?dig?s en fran?ais qui se voulait le plus convenu ; mais fastidieusement, pour me donner je ne sais quelle impression d’establishment depuis 90 au moins. On y lit des discours de papys qui auraient fait le 100 ans-haies dans l’?quipe de leur universit? qui donne ses dip?mes dans les vestiaires. Car tous les textes y allaient de leur contestation contre le monde conventionnel justement. J’y ai senti l?gitimement quelque contradiction. Mais bon, moi j’ai fait des ?tudes et donc je cherche encore…

Regardez mon Cher Allard ! on y lit un Piffard tr?s catholique et fascin? par Machiavel, comme tout homme politique ou des religions. Et pourtant, le seul jeu de cet auteur est de jeter une zizanie si ?vidente, qu’elle s’attache ? monter les meilleurs auteurs les uns contre les autres, et tout b?tement, pour qu’il puisse prendre la place qu’ils auraient ainsi lib?r?e. Son plus haut fait est qu’il aurait mis un coup de pied au cul ? Demian quand il ?tait d?j? parti, et comme pour dire, c’est moi qui l’ai bout? hors. Vrai, qu’on trouve beaucoup d’auteurs qui profitent ainsi du vent qui passe.

On y voit encore une sorte de fant?me d’auteur qui se pr?sente en marionnette Morice. C’est un cas. Il invente litt?ralement des discours fabuleux et fantasi?s, en les ficelant dans des liens ?clat?s partout et vers des sources de second d?lire. Tout y est faux mais on sent bien qu’il s’est persuad? du contraire au pr?alable. Car il vit dans la tra?ne attrist?e du monde sovi?tique sur le mode contestataire, qui aura su jeter ce journal dans le camp des indulgents pour Al Qua?da. Mais, c’est plus manifestement un effet du d?pit que d’une sorte de courage suicidaire de la contestation.

Mais tout ceci n’est pas un fait du hasard. Puisque le journal m?me est n? dans cette mouvance qui voulait douter et jeter le doute sur les conclusions des enqu?tes autour de l’attentat contre les Twin Towers. Bien s?r, sur le mode de ne pas y toucher. On en a entendu des  » nous voulons simplement d?battre « , quand les seules th?ses oppos?es ? la th?se officielle sont encourag?es par les concepteurs m?mes du journal.

C’est ainsi qu’on entre finalement dans une sorte de chapelle gard?e par des milices en guenilles, qui semblent tout net une nouvelle cour des miracles. Car l?, les troupes ne sont pas ch?res, elles mendient m?me et donc, elles sont peu exigeantes.

On y voit aussi un L?on qui se r?clame d’une sorte d’authenticit? de la contestation, car il aurait des a?eux russes, quand la r?volution fran?aise est n?e en France, comme la quinzaine commerciale d’Evian-les-Bains dure quinze jours. Il faut l’en informer.

Il est tr?s ami avec un Ren?ve qui pontifie des discours approbateurs, et qu’ils sont donc autant de redites de pas grand chose. Car il y a peu d’auteurs qui savent ?crire dans Agoravox : ou plut?t qu’ils savent juste ?crire dans Agoravox, quand ailleurs on voit qu’ils ne savent pas ?crire.

Il reste deux auteurs qui ont la science, Dugu? et Villach, le premier est un demandeur d’emploi par voie d’Agoravox et depuis trois ans. Et il refuse toutes les propositions qui ne lui sont jamais faites. Ce qui lui laisse le temps de proph?tiser un monde qui ne viendra jamais : celui de son emploi et le monde du communisme retrouv? par le biais d’Agoravox, c’est-?-dire de Dugu? le nouveau Marx ras? de pr?s et gratis. Le second c’est Villach, un bon prof de campagne antique, avec des vrais bouts de Dominici dedans. Comme Dugu? il est Dieu dans son village, sa maison, en fait sa chambre. Il voit tout en intericonicit? et on comprend vite qu’il s’agit d’une vision du monde, parce qu’une pomme l’a frapp? dans son sommeil jamais crapuleux.

Il y a aussi une Taverne des po?tes, ce qui est le comble du ridicule en plein XXI?me si?cle. Et vraisemblablement, on peut douter que le XXI?me si?cle soit parvenu jusqu’au fond de la Bretagne m?di?viste qui a retenu que les po?tes boivent, ce dont tout le monde se fiche. Surtout quand il est question de journalisme. Quant ? Massoulier, il est en plein drap du XXI?me si?cle, puisqu’il nous r?p?te le XIX?me si?cle des critiques les plus acharn?s contre la modernit?. Il crache sur tout ce qui bouge car lui m?me ne change pas ni ne bouge. C’est la raison.

Le point commun de tous ces articles, c’est qu’ils sont totalement d?pourvus d’?rotisme m?me en parfum. Et les forums qui les suivent sont des lieux de rencontres entre paum?s qui se croisent dans ce qui me semblait assez d?sertique, en id?e et en r?union. C’est qu’on y croise toujours les m?mes qui se disent des m?mes choses qui ?taient pourtant vides d’embl?e. On m’a dit tant?t qu’ils appelaient ?a et encore : le journalisme citoyen. Et je n’y ai vu ni journalisme ni citoyennet?, mais c’est s?r ! quelques citoyens perdus dans cette m?l?e risible. Mais peut-?tre ?tait-ce l? la raison de toute cette cohue de personnes qui veulent se tailler une place au soleil : se faire remarquer ? tout prix et par les plus frappantes extravagances plates et propices au grotesque.

En revanche, ce que je n’y vis plus, c’est Revelli et Marsupilami (lesquels firent tout pour ?teindre ma voix outre-tombale du survivant number one) qui doivent franchement s’ennuyer depuis que je suis parti au paradis avec Deila ma muse o? nous mettons plein d’enfants en plant pour multiplier dans le monde qui vient et qu’il aura notre t?te conjointe. Autrement dit, ?a va chauffer dans les t?tes bien pleines et bien faites, quand on ne parlera plus d’Agoravox, qui ne se porte pas bien du tout : comme le citoyen quand il voit le journalisme s’int?resser ? lui, et que dehors sonne le glas.

Plus tard on entendit quelqu’un demander de quoi ?tait mort ce journal. On lui r?pondit, qu’il devint malade en justifiant la censure du premier et d’autres satellites, et que les r?dacteurs suivirent cette pente et sur le mode du silence quand on censure son voisin. Les m?diocres pensaient qu’ils seraient ?lev?s en chassant les diserts, par l’effet d’un appel d’air. Et c’est le contraire qui advint soit l’appauvrissement. Ainsi, quand ce fut le tour de chacun d’?tre censur?, il n’y eut plus personne pour s’en plaindre et le d?fendre. Ils purent encore parler un temps, entre gens d’une m?me chapelle d?sesp?r?e, et tout le b?timent fut d?sert? et oubli? en raison d’un trop plein d’articles m?diocres et creux. Ce qui est un paradoxe de notre temps.

Ah, cette voix lancinante dans ma t?te… o? le d?sir de la libert? et la haine des censures se disputent avec ma pusillanime raison… Ces images spectrales de Helena Pedrovna… ai-je ?t? « adombr? » ? On n’est jamais bien loin de se faire poss?der…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock CCLXXXIX : et pendant ce temps-là, au Venezuela… on ment toujours autant

Tous ces avions, ou la majeure partie, décollent du Venezuela, qui, depuis des années maintenant, ...

61 Commentaire

  1. avatar

    Je suis désolé pour vous M.Allard.

    Je suis un lecteur de journaux citoyens et je lis aussi Agoravox.

    Aigreurs et rancoeurs ; je ne vous savais pas si déçu de la prose des gens ordinaires. Savoir écrire est une chose, exprimer son opinion en est une autre.
    Je ne m’attend pas à y lire une revue littéraire sur un journal dit citoyen.

    Votre critique s’attarde-t-il à la forme et non au contenu ? À ce que je peux vous lire, plus encore à un système de sélection d’article à publier qui ne semblent pas vous plaire ?

    J’ai eu l’occasion de lire quelques-uns de vos articles sur ce journal et certains fils sur lesqueles vous y apportez vos commentaires. Si je puis vous adressez une remarque, les liens de vos blogs personnels à chacune de vos interventions me dérangaient quelque peu, tel une forme d’imposition à la manière des bérêts blancs de l’époque. Ceci dit sans vous offençer, ce n’est qu’une remarque.

    Je me permet ce commentaire parce que j’ai eu un intérêt certain envers les réflections que vous apportez à travers vos interventions.

    Pour ma part je ne suis qu’un lecteur curieux qui aime s’informer. Je vous souhaite de meilleurs moments en ces temps troubles. On a besoin de personnes comme vous qui répandent le goût à la recherche personnelle envers la société et au fonctionnement de la Cité.

    Cordialement.

  2. avatar

    Je ne comprend pas ce texte. D’une complète ambigüité, qui parle réellement et pour qui ?

    Un journal citoyen et le contenu de ses articles ne peut être parfait, il est une expression libre. Le seul réequilibrage est justement le commentaire qui remet les choses en place. Avec tolérance, colères, véhémence, témoignage, contre argument etc.

    La parole est à tout le monde ! Y compris pour les petits qui ne suivent pas le CAC 40 mais le prix du paquet de nouilles.

    Cordialement

  3. avatar

    Article très étonnant venant en effet de quelqu’un qui utilise les médias citoyens comme Centpapiers ou AgoraVox pour se faire de la pub. Il suffit de regarder les commentaires de l’auteur : 99% pointent vers son propre site ou ses articles…

    Je trouve d’ailleurs d’assez mauvais goût ces attaques ad hominem surtout venants de quelqu’un qui use et abuse de ces sites…

  4. avatar

    @ Denisg :

    Vous me faites un peu penser uu quidam non prévenui qui, voyant répéter Athalie par des collégiens, téléphone à Police-secours….

    Ne soyez pas désolé. Je n’ai ni aigreurs ni rancoeurs. Vous comprendrez mieux la situation sachant que cet article – d »abord présenté su Agoravox – l’avait été dans la catégorie PARODIES.

    Il n’y a pas de telles catégories sur Centpapiers et c’est donc a chaque lecteur de décider du premier, du deuxième ou du n eme niveau où il faut aborder un texte. Ici, le choix n’est pas facile si vous n’êtes pas un vétéran du monde AGV. Voici le contexte.

    Demian West, auteur prolixe, parfois combattif et articulé autour de ses propres axes, s’est fait plus d’adversaires aur AGV que Lagardere dans les douves de Caylus. Ils sont des rédacteurs que je respecten et avec certains desquels j’entretiens parfois une relations bien amicale.

    Dans le cour des innombrables défis qui ont été lancé et relevés par Demian West, la loi des grands nombres a voulu qu’un moment vienne où il se retrouve seul contre tous. D’intrigues en jeux de coulisses dignes d’une élection chez les Immortels, le sort a voulu qu’il tombe percé des 21 coups de couteux et soit chassé d’Agoravox. Exeunt.

    Il y a une ou deux semaines, des débats se sont engagés sur AGV qui me sont apparus comme une profanation du corps d’Hector. Qui a tort ou raison dans ce combat contre un absent ne m’importe pas. Je crois que celui qu’on attaque a droit a une défense.

    Le reste est procédé littéraire. Ce qui est en italique est de moi, le reste vient de mon « esprit possédé ». Les jugements personnels qui sont portés dans ce texte sont ceux de Demian. Mon seul jugement a été de décider que ce qu’il avait à dire devait être entendu. C’est fait.

    Voila pour le PJCA en transe. Je réponds dans le post suivant à celles de vos remarques qui me concernent.

    PJCA

  5. avatar

    @ Gasty : Vous êtes bien la dernière personne chez que j’aurais cru laissé perplexe… ! A moins que, vous connaissant un peu, vous ne soyez vous-même a me coller ici au dos le petit emblème des saints-innocents. « On n’est jamais bien loin de se faire posséder… » 🙂

    Je n’ai personnellement rien contre vous, Léon, Dugué, ni les autres. Ce à quoi je m’oppose VRAIMENT, c’est à une modération qui permet de parler des absents sans leur donner un droit de réponse. Je suis contre toute censure autre que de l’illégal.

    Quant à l’humour…. je serais enclin a vous demander des leçons plutôt qu’à vous en donner…

    PJCA

  6. avatar

    Alors c’était une parodie au second degrés ? Je peux vous dire qu’on ne la comprends pas ainsi en lisant le texte…

    En tous les cas, si c’est un article de plus sur Demian West c’est un article de trop. On a réussi à se débarrasser de lui ici à grand peine et ce n’est pas la meilleure chose que de le faire revenir par la petite porte…

    De toute façon, c’est le pire troll d’Internet et il s’est fait virer de tous les sites participatifs : AgoraVox, CentPapiers, Rue89….etc etc. Même Le Post (qui pourtant ne vérifie ni filtre aucune news) a été obligé de lui supprimer des articles et des commentaires !

    La seule qui le supportait était son amie qu’il vénérait ici-même, l’ex pornostar, Zara Whites. Elle a fini elle aussi par le virer de son blog car elle en pouvait plus de ses délires égocentriques paranoiaques. Depuis elle est devenue un traitre membre d’une secte à ses yeux…

    Demian West est un fléau pour toute discussion. Je prie qu’on ne va pas voir le débarquer ici dans ce petit havre de paix…. Mais il est tellement mégalo qu’il va finir par trouver cet article via Google… 🙁

    L’histoire de sa censure est bidon. C’est lui qui agit en véritable censeur. En effet, en polluant toutes les discussions avec ces délires recopiés à l’infini il empêche les vrais débats et fait finir toute discussion en pugilat. Uniquement pour que cela tourne autour de lui et de sa petite personne.

    Il faut comprendre que la liberté d’expression s’arrête quand on empiète sur le droit des autres à s’exprimer convenablement. C’est pas plus compliqué que ça. Mais je vous invite à l’inviter sur votre blog en tant que « guest star » permanente si vous n’êtes pas convaincu…

  7. avatar

    @ Marcduthil & Denisg.

    Bonne occasion d’expliquer ma politique de référence qui a fait l’objet d’un long débat sur Rue89.

    OUI, il est rare que je publie un commentaire sans une référence a l’un ou l’autre des quelques 1 200 articles sur mon site ou mon blogue. Pourquoi ?

    Notons d’abord qu’il n’y a pas d’annonces sur mes sites. La démarche n’est donc pas commerciale, mais type « bérêts blanc », comme vous l’avez noté. Il y a là un prosélytisme certain, pour des idées auxquelles je crois.

    Voyant que le pourquoi et le comment de la crise que nous vivons présentement y sont expliqués, cependant, je n’ai que le remord de ne pas les avoir suffisamment diffusées

    Cela dit, il y a : a) une circonstance atténuante et même b) une justification à cette habitude.

    a) D’abord, les références sont toujours à des textes pertinents au débat où mon commentaire intervient. Celle ci-dessus, par exemple, est a un texte écrit il y a des années et parle du ’trou noir » vers lequel se dirige la politique monétaire… on pourrait la retrouver à la première page des quotidiens d’hier.

    b) C »est la seule façon d’apporter des arguments serieux sans refaire de chaque commentaire un article rival de l’article lui-même…

    Cette approche par réference est la réponse au dilemme de Chomsky, soulignant qu’aucune couverture honnête d’un événement ne pouvait cadrer dans les 40 secondes que les medias accordent a une nouvelle.

    On ne peut non plus discuter intelligemment d’une question dans les 100 mots auxquels il est bienséant de limiter une intervention sur un media citoyen sous peine de chasser définitivement les blogueurs.

    En procédant par référence, on aiguille le lecteur qui veut en savoir plus – et seulement lui – vers le véritable argumentaire. Si on ne le permet pas, le discours devient une série de diatribes et d’invectives.

    Je me permets ici une longue explication, mais c’est sur MON article et en réponse a une question courtoise et correctement posée. Liriez-vous un media citoyen ou TOUTES les interventions auraient ce gabarit ?

    PJCA

  8. avatar

    Je ne comprends guère votre tendresse, Pierre pour un homme qui réclame la liberté , certes mais qui s’est fait connaitre pour l’avoir maintes fois refusée aux autres….

    Je ne vois pas qu’il se puisse instituer en modèle alors qu’il était au fait de toutes les machines complices tacites ou officielles

    Qu’il en appelle ainsi contre la censure ne nous fera pas oublier qu’il ne se privait pas d’en jouer jusqu’à outre.

    Aujourd’hui le système fonctionne comme devant….En étant toujours aussi impulsif et discourtois sur ce sujet. La lumière est faite sur le fonctionnement passé et présent , il y en a assez aussi pour y voir la vraie valeur des promesses de transparence et d’éthique.

    Le forum dont il se plaint l’accueille à nouveau lui et sa cohorte, qu’a-t-il besoin de se mêler aux gens qu’il méprise ? Aurait-il ouï des rumeurs de rétributions , les mitrailleurs d’articles ne se rencontrent plus sur les fils sans leurs gardes du corps….Nous aurons bientôt des articles  » d’actualité » venant nous dire jeudi qu’il sera demain vendredi….Et l’autre qui viendra nous dire qu’il fera jour et un autre encore que la nuit suivra le jour….

    La machine grippe bien un peu mais le maître des lieux est heureux tant qu’on ne lui chourave pas.

    Je ne suis pas sûr Pierre que les problèmes de l’heure attendaient un tel chevalier . Vous voir en porter l’écu m’étonne fort.

  9. avatar

    Bonjour Pierre

    Il faut préciser que cet article a été refusé par Agoravox, sous un prétexte saugrenu.

    Je n’apprécie souvent guère Demian West, qui a parfois été plus que déplaisant à mon égard, comme pour beaucoup.

    Mais je préfère Demian West à la censure qui frappe la personne et non les idées.

    Bien cordialement.

  10. avatar

    Bon j’ai fait un incantation au bas de mon article. ici

  11. avatar

    @ Le furtif : Comme vous le savez, je ne suis pas du genre à invectiver. Je n’ai vraiment été brutal sur AGV qu’avec Adana. ou peut eêtre un tantinet impatient avec Arthur Mage, mais pour les autres, je crois que ça va.

    Je n’ai jamais eu la moindre tentation de suivre Demian dans ses charges guerrières, mais je trouvais incorrect de l’interdire, puisqu’on l’avait attaqué en son absence. Ma mission ici était de lui fournir une tribune, ce que je crois honnete.,

    Le reste est un autre débat. Les interminables ripostes croisées où Demian était souvent l’un des protagonistes étaient fastidieuses – et je le lui ai souvent dit sur le site même – mais il faut être deux pour s’échanger des noms d’oiseaux.

    Ces échangent étaient souvent alimentées par d’autres qui sont toujours là et qui, curieusement, ne sont pas ceux que Demian West dénoncent dans ce texte. On peut aimer ou ne pas aime ces derniers – plusieurs me sont bien sympathiques et je n’en méprise aucun – mais ils ont quelque chose à dire.

    Je crois que le problème de Demian West a été plutôt avec une meute de « non-publiés’ », travaillant une hure une répartie agressante et sans esprit. Demian ne pouvait résister a la tentation de répondre du tac au tac a ces venant bouffer la où les lions ont passé.

    Le résultat était souvent pénible, mais je crois qu’il fallait llaisser à Demian l’occasion de publier des articles qui souvent étaient fort intéressants. Cela, dit, l’important était qu’il puisse répondre aux attaques qu’on lui faisait.

    Nous sommes, vous comme moi, pour la liberté et contre la censure. Pour Demian comme pour Morice ou Piffard.

    PJCA

  12. avatar

    @ Philippe Renève : Nous sommes entierement d’accord. Maintenant, allons régler la crise financière !

    PJCA

  13. avatar

    @ Gasty (2) Merci. Tous me cheveux ont repoussé… Je sens une odeur d »oeillets, les mânes reposent en paix… . Dissipons les malentendus. Cela fait, s »il en est sur AGV qui ont encore des doléances, ou quelques subtls jeux de mots a nous faire partager, ce serait vraiment le moment de les exprimer.

    Faites passer 🙂

    PJCA

  14. avatar

    Je conteste votre attitude maman Poule prononçant une équitable condamnation entre des oisillons turbulents…

    C’est faire l’impasse sur trois faits

    1)= C’est contester un fait avéré que Démian West est à l’origine de 99% des échanges partant en vrille .Aujourd’hui encore , il trouve (comme vous peut-être ?) normal d’étaler son mépris pour le forum et ses participants où il est pourtant impatient de paraître

    2)= Vous masquez aussi la complicité avérée de la direction dans le signalement d’abus dont il usait et abusait…Non pas pour offense mais pour des propos bénins ne lui rendant pas l’hommage qu’il attend comme obligé.

    3)= Vous apportez de l’eau au Moulin de la légende que DW et la direction du Forum de ses rêves n’avaient aucune connivence.

    Je suis cette fois-ci plus qu’étonné…

    Je suis surpris que le débat que vous semblez instituer sur l’éthique de la censure ,par votre initiative, se fasse sans arborder la question de la transparence et de la responsabilité .Vous comprendrez que je vois là et non dans la personnalité très hypothétique de DW le centre de la discussion sur la censure….
    Un autre a pris sa place dans la génération profitable du Buzz…Ne pas aborder cette question en liaison avec celle de l’éthique condamne celle de la censure à ne jamais trouver de solution

  15. avatar

    Demian West n’a que très peu d’importance, et vous êtes tombé dans un piège grossier, Pierre JC : vous lui en donnez.

  16. avatar

    @ Furtif : prenons les points dans l’ordre.

    1. « Votre attitude maman Poule … » Désolé d’avoir paru condescendant. J’ai fait beaucop de conciliation et d’arbitrage è un niveau où, ayant le pouvoir, les parties prenaient le respect pour acquis et ne se formalisaient pas trop qu’on put sembler les diriger. J’y prendrai garde.

    2. Demian a ses propres jugements sur AGV et ceux qui y collaborent. Pour ma part, je n’ai de mépris pour personne sur AGV, à la seule exception de Adana que je trouve ignoble, et de quelques intervenants ponctuels dont j’ai oublié les noms

    3. Je ne suis arrivé sur AGV qu’en avril 2007. Il y avait déjà alors une légende et un contentieux DW. J’ai pris un train en marche. Comprenez que mon comportement ne peut être basé que sur ce dont j’ai été conscient et témoin par la suite.

    4. Ce que j’en ai vu m’est apparu dès les départ comme un acharnement contre Demian West plutôt qu’une agressivité de sa part… qui pourtant ne tardait pas elle non plus a se manifester ! Je n’ai paa vu DW comme responsable de la majorité des escarmouches, mais je puis me tromper, car je n’ai pas accordé trop d’attention au phénomène, typique des OSBL où, en l’absence de rémunération, les luttess de prestige sont féroces.

    4. Je n’ai pas vu non plus la connivence entre DW et la direction AGV. Je ne la nie pas – elle est implicite entre tout business et cxeux qui lui font faire des sous – mais je n’y ai simplement pas prêté attention, ayant plutôt tendance à voir les bavures de AGV comme des inepties que comme des stratagèmes.

    5. Cela dit, si vous avez raison, le départ de DW de AGV ne serait plus que la rupture d’un lien privilégié, et la hargne de certains rédacteurs a son égard qu’une réaction vindicative contre les abus qu’il aurait commis lorsqu’il détenait un pouvoir au sein d’AGV.

    6. C’est une thèse qui est vraisemblable et je n’ai pas l’info pour en juger. C’est pourquoi je reste loin de la question de la responsabilité et que j’essaie de faire pour le mieux selon mes principes – garantir le transparence – sans préjuger du bon droit des acteurs.

    7. Au bout de votre argumentation, il y a la conviction qu’un autre – Morice ? – aurait pris la place de DW dans la connivence avec la direction de AGV pour maximiser le volume. Dans cette optique il n’y a plus de censure, mais une série de biais introduits pour obtenir un objectif et dont l’effet de censure est un dommage collatéral. Ici aussi, je conviens que c’est bien possible, mais que ne me suis pas penché sur la question.

    8. Je conviens qu’il y a une certaine légèreté de ma part à faire du donquichottisme à la piece, sans trop me demander si la demoiselle en détresse n’est pas Milady elle-même… mais j’avoue que je ne crois pas que l’avenir des blogues soit dans un format AGV et je me sens donc moins la mission d’en assurer l’éthique a long terme que d’en extirper les injustices immediates.

    Je vais réfléchir à tout ca et je vous remercie de m’avoir donné la motivation comme l’occasion de le faire

    PJCA

  17. avatar

    @ Leon : Ne serez-vous pas d’accord avec moi qu’il faille défendre l’importance de l’INDIVIDU face au groupe, en sa qualité d’individu et quelle que soit sa spécificité ?

    Bien sûr, comme je le dis dans cette dernière phrase de l’article qui est de moi, « On n’est jamais bien loin de se faire posséder  » Mais faire confiance aux gens est sans doute la façon la moins mesquine de se tromper…

    PJCA

  18. avatar

    Merci pour le ’’quidam sauce Maintenon’’ je préfère Molière, plus proche du peuple. Par contre je ne suis pas moraliste censeur, simplement lecteur.

    Parodie d’une tragique exhibition de querelle entre journalistes citoyens, je me désole d’y avoir lu un appel à la liberté de presse citoyenne.
    Après votre explication du contexte, je n’y lis maintenant que dénigrements. Dommage.

    Malgré tout je continurai de vous lire, au delà de vos émotions il y a aussi un bel esprit cartésien.

  19. avatar

    @ Denisg

    Oui, c’est un parodie des querelle entre journalistes citoyens. Mais c’est aussi – et surtout –
    un appel à la liberté de presse citoyenne qui ne vivra que sans censure et dont la survie est ESSENTIELLE au maintien de la démocratie et de la liberté. Si vous n’y voyez que dénigrements, vous négligez le coeur du message.

    Merci de me lire au-dela de mes émotions. Malgré certaines apparences, c’est bien là que je me tiens le plus souvent…

    PJCA

  20. avatar

    Bonjour Pierre

    Vous l’aurez surement remarqué, vous avez doublé le point4 . Vous avez bien fait , c’est effectivement la cef de voute du Problème.

    Le point 7 n’est qu’une hypothèse rationnelle, rien de plus, l’alternative étant pire encore . L’arbitraire serait alors aléatoire.

    Je vous ai vu arriver sur le forum en question….Enfin …depuis que vous y intervenez…Vous avez toutes les pièces du dossier…

    Un jour sous forme de boutade sous un « article amuse le tapis » j’ai déclaré au grand chef qui apparemment demandait des suggestions…___ que je me proposais de prendre sa place , pour rien, gratos , à l’oeil ….J’ai proposé ensuite un autre jour d’instituer une direction ethique par roulement , publique et responsable de ses décisions en les motivant devant l’ensemble des rédacteurs …On me l’a jouée ah ..oui …euhhh …effectivement …on pourrait aller dans ce sens….

    La censure pourrait être admise , si elle n’était pas l’arme d’un seul. Ça fait maintenant des années que je dis la même chose .Distinguer propriété et direction….Dans ce cas nous aurions un forum réellement citoyen …Mais c’est justement ce que l’omniscient refuse…Il montre chaque jour un peu plus ses limites….Il ouvre la porte à des gens qui lui démontent son beau jouet car ils savent , eux, quelle arme de poids il serait pour la démocratie…

  21. avatar

    Le furtif : Je comprends maintenant a quoi tient toute cette divergence de vues entre nous. Vous vous considérez partie prenante de AGV et vous etes donc sensible à ce qui s’y trame, à ses imperfections, aux comportements de ceux qui dirigent, qui sabotent…

    Je n’ai pas cet attachement. Je suis donc un peu le touriste qui entre a son hotel et jette un coup d’oeil distrait sur les émeutes a la porte. A l’occasion, aider un refugié, soit, mais je ne suis pas de la paroisse.

    Vous comprenez que ce sont les inustices bien personnalisées qui m’eveuvent, alors que la turpitude du systeme lui-même me semble une autre exemple de ce que fait NORMALEMENT la nature humaine.

    Je crois fermement au rôle déterminant que joueront les blogues dans la société, mais je ne pense pas que AGV soit sur la branche principale de l’évolution. D’ou ma tolérance, envers ses défauts… qui peut parfois confiner à la simple inconscience.

    PJCA

  22. avatar

    C’est depuis des années l’usurpation du terme citoyen qui me révolte…La fondation n’est qu’un changement de marque , un nouveau produit….

    En fait nous sommes sur un blog privé…

    Ce qui me consterne ce sont les gens sincères qui s’émeuvent d’infractions bénignes en regard de ce scandale énorme . On ose faire des articles sur la censure d’état ou de système sur ce prétendu forum alors que sous les yeux de tous un censeur le propriétaire joue avec ses manettes sans rendre de compte à personne

  23. avatar

    Le furtif : Bien sur, vous êtes sur un blog privé. J’ai toujours compris que AGV me rend un service de publication et de diffusion gratuit, en échange de quoi j’accepte d’être très légèrement importuné – mais si peu – par des annonceurs qui payent AGV pour le privilège de le faire. Si on vous avait promis autre chose, je vais VRAIMENT m’indigner. L’a-t-on fait ?

    PJCA

  24. avatar

    Alors dans ce cas …Toute posture morale de la direction est une imposture.

    Dans ce cadre amoral , il n’y a pas d’infraction puisqu’il n’y a pas de règle. Nous avons pu maintes fois constater que la règle écrite était transgressée au premier chef par la direction . C’est une invite à la fraude et au sabotage.

    Tout devient d’une vacuité infinie . Dans ce bateau qui fuit on rame on écope et l’homme de barre fait ce qu’il veut , même jeter des rameurs à la mer selon son bon plaisir….

    Un peu too much n’est-il pas ?

  25. avatar

    Le Furtif : J’ignorais même qu’il y ait eu une regle écrite a AGV. Peut-être faudrait-il parler un jour de ce que devrait-être un media citoyen…

    Un peu dommage que cet échange qui me semble instructif n »ait pas eu lieu sur AGV. Il faudrait peut-être publier un billet sur la question et inviter a y participer ceux ça intéresse. Ici ou là puisque ce n’est pas tant de AGV, que de la relation des redacteurs avec les medias citoyens qu’il faudrait discuter.

    PJCA

  26. avatar

    @ JC Allard,

    Vraiment ! on dirait bien que vous auriez entendu ma voix. Je n’aurais pas mieux dit…

    Bravo et merci pour vos manifestations d’amitié et de tolérance qui s’espace.

    Je suis heureux de voir qu’il existe encore des hommes. Oui ! vous avez bien lu, il n’y a pas d’adjectif : homme suffit.

    Et j’ai adoré lire les commentaires de tous ceux qui ne pensent avancer que par le silence de leur contradicteur, ou le silence tout court.

    On dirait vraiment qu’ils ont peur… ça se lit, ça se voit et ça se sent à tel degré à la suite de votre article que c’est beau comme depuis la barque de Dante et Virgile.

    Mort de rire de lire les morts de l’ire.

    La critique et littéraire ou créatrice est souveraine et Baudelaire est son ectoplasmique revenant.

    Demian West

  27. avatar

    Quant à Zara Whites, il faut juste préciser qu’elle a pris un sacré coup de chaud de jalousie quand je lui ai annoncé que j’étais amoureux exclusif de Deila Vogur qui est la future nouvelle Garbo et je pèse mes mots.

    Vous pouvez la voir d’ores et déjà dans la bande annonce du film de De Caunes « Coluche » où elle joue et montre ses beautés et son air brillantissime incomparables à Paris.

    En plus elle est une femme peintre remarquable et une intelligence si raffinée qu’elle laisse derrière toute la gente des jaloux et des jalouses.

    Je l’aime et je veux l’épouser, ça c’est nouveau ! et je suis plus heureux que cent voies lactées d’allégresses versées.

    Messieurs et Dames les censeurs j’ai mal à votre honte, et c’est bien le seul et moindre mal que je m’autorise, hi hi hi !

    Demian West lui-même de sa luxuriante splendeur.

  28. avatar

    « C’est depuis des années l’usurpation du terme citoyen qui me révolte…La fondation n’est qu’un changement de marque , un nouveau produit….

    En fait nous sommes sur un blog privé…

    Ce qui me consterne ce sont les gens sincères qui s’émeuvent d’infractions bénignes en regard de ce scandale énorme . On ose faire des articles sur la censure d’état ou de système sur ce prétendu forum alors que sous les yeux de tous un censeur le propriétaire joue avec ses manettes sans rendre de compte à personne »

    Mince alors, voilà que je suis entré en Furtif aussi !

  29. avatar

    Vous savez Léon, c’est quand un aigre comme vous me dit sans importance, que je mesure ma quantième importance que je ne savais même pas.

    Merci donc et continuez à me dénigrer ! ça se porte très bien cette année dans mon milieu privilégié.

  30. avatar

    @ Gasty,

    J’annonce la fin d’Agoravox non par effet littéraire, mais comme un bon paysan sait qu’il va pleuvoir quand il voit l’horizon s’obscurcir et la foudre.

    N’importe quel observateur étranger au journal peut le voir, puisque même des rédacteurs internes le voient, je veux dire d’entre ceux qui restent encore.

    Vous n’êtes pas plus de cinq à y croire encore et vous vous intriguez vous-mêmes en vous soutenant entre vous. Ce journal n’est plus qu’une partie de carte à 4, marseillaise mais pas de Pagnol.

    Où est votre société de rédacteurs ? Où se trouve Revelli qui ne poste plus un seul article depuis qu’il sait qu’il a coulé le navire et par rage personnelle contre un seul ? Où y a-t-il fondation ?

    Rien il n’y a plus rien. Tout ceci était une imposture d’une bande de prétentieux qui s’est juste payé le plaisir de casser un auteur pour voir.

    L’auteur est en pleine forme et il parle pour des décennies encore, quand l’entreprise de démolition a cassé sa propre turne de ploucs de pseudo-écrivants.

    Je monte et vous descendez…C’était prévisible, et c’est aussi l’art de maîtriser ces jeux-là.

  31. avatar

    A Pierre JC

    Un des pans du problème d’Agoravox est précisément que ce genre de conversation ne peut y avoir lieu : les ciseaux y sont prompts…

    A Demian West,

    Cessez donc de traiter les autres d’aigris : c’est l’hôpital acide qui se moque de la charité surette.

  32. avatar

    @ Renève,

    Je ne suis pas aigri je vous méprise c’est tout.

  33. avatar

    Je comprends que ça vous rende fous furieux, vous et vos amis censeurs, mais pour autant je ne fais jamais l’économie du mépris de ceux qui se tirent des balles où ils peuvent dans la culotte.

  34. avatar

    J’accuse deux fois !

    Prospective du journalisme citoyen censeur

    Dans son projet préalable, le journalisme dit « citoyen » voulait donner la parole à chacun dans une société ouverte. Et à l’ensuite de péripéties sur plusieurs années, le paysage qu’offre ce journalisme a bien changé. Aujourd’hui, on assiste sur Agoravox à une pratique de la censure ciblée personnellement, systématique et sans aucune raison contre des propos modérés a priori et qui sont une simple expression de la pensée critique.

    Quels sont les effets d’une telle censure ? tout d’abord cette pratique manifeste quotidiennement sa pratique même. Et donc elle dénonce, par ceux-là-mêmes qui ne le voudraient pas, leur pratique dont ils prétendent mensongèrement qu’ils ne la pratiquent pas, tout en la montrant à chacun et chaque jour.

    Il s’ensuit que les auteurs ou rédacteurs qui voudraient encore agir ou s’exprimer dans cette ambiance troublée sont quasiment contraints d’agir dans ce sens hypocrite et donc de simuler qu’ils ne verraient pas ce phénomène, pour sauvegarder leur possibilité d’être diffusé et ne pas se heurter à leur direction, et quand ils ne sont pas rémunérés ni obligés.

    En revanche, ils perdent donc beaucoup de leur intégrité et de leur moralité à tout le moins d’écrivant, sinon journalistique. Car le propre du journaliste est qu’il refusera de voir un confrère censuré ou tout simplement qu’un auteur le soit, sans critiquer immédiatement une telle pratique non conforme à la liberté d’expression. Les plus affiliés d’entre les rédacteurs vont jusqu’à tenter de légitimer et justifier la censure d’un auteur pour garantir la liberté d’expression, ce qui est non sens qui leur échappe par la raison de la mauvaise foi évidente.

    Ainsi, la censure produit-elle lentement ses ruptures et un effet de séparation du corps qui censure d’avec la société ouverte. Et une pensée unique et autoritaire ou paranoïaque s’impose entre les murs qui pratiquent l’exclusion de ceux qui s’expriment librement. Et tout ceci se pose dans une atmosphère de non-dits qui deviennent une règle répressive qui agit par toutes voies de la peur et qu’elle est une violence contre l’esprit, mais aussi à l’intérieur des murs qui censurent et entre censeurs et complices.

    Par ailleurs, tous les auteurs qui publieraient encore dans cet espace de dérive sectaire en viennent à être résolument déconsidérés ou plutôt dévalorisés par leur propre mutisme que la société ouverte pourra forcément interpréter comme une forme de lâcheté qui est toute à l’inverse du journalisme et de la citoyenneté véritables. De la même façon, les contenus des articles seront en tous points conformes au climat hostile à la pensée libre, qui a tout droit de s’exprimer et que ce droit lui est refusé arbitrairement. C’est le corollaire auto-suggestif qui sait incliner la pente des censeurs plus encore vers le bas, et qui, finalement, agit à basse note et sourde pour le censuré.

    Car à la fin, le journal s’achève ou s’appauvrit entre personnes et rédacteurs d’une même pensée toute conforme à la pensée du fondateur qui aura su pixelliser son portrait en plaçant chaque rédacteur selon son gré et sa ligne idéologique. C’est la pente de toutes les entreprises humaines autoritaires et finalement despotiques, qui usent de la censure et qu’elles se présentent souvent sous des apparences mensongères, lesquels masques s’effacent à mesure que le vrai visage se dévoile par le biais des pratiques journalières.

    J’ajoute que tout ce raisonnement est imparable puisque vérifié par l’histoire même de toutes les disciplines qui s’expriment dans le champ des humanités et depuis aussi loin que la liberté d’expression s’est imposée. Il y est question de phénomènes quasi physiques ou naturels, comme de l’eau qui sait aller partout où l’espace se libère et aidée par la pente vers le val buissonnant où tout l’esprit de réflexion peut enfin s’écouler librement.

    Ce texte sera censuré sur Agoravox autant de fois qu’il paraîtra et sous des avatars divers pour tromper les censeurs : il sera toujours censuré parce qu’il fait peur à la direction qui censure et à la communauté des rédacteurs complices et puisque mon texte dit la vérité qui doit être tue sur Agoravox. Finalement la censure que ce texte va subir est la preuve même de ce que j’affirme, et c’est pourquoi je remercie mes censeurs d’être si conformes à la mécanique de leur pensée qui s’annule d’elle-même, comme l’histoire de la censure le dirait.

    D’une certaine façon, ce texte offert aux ciseaux d’Agoravox se veut le « manifeste de la fin du journalisme citoyen » qui a déçu toutes espérances en ses promesses de liberté et de don d’expressions à tous et à chacun, désormais introuvables sous la menace perpétuelle de la censure.

    Demian West

  35. avatar

    J’ai bien connu Hélèna Petrovna quand j’étais Arhant scarabée rédacteur à l’Agarthavox des étranges strophes de Dzyan et que je peignais les portraits du colonel Olcott et de Mgr Leadbeater du nid d’espion.

  36. avatar

    Demian-chou, mettons quelques pendules àl’heure :
    Je n’ai jamais demandé votre censure ou votre exclusion d’AGVox, et ce pour plusieurs raisons.

    1) Je vous trouve un certain talent d’écriture lorsque vous vous en donnez la peine ; il est même arrivé que vous me fassiez hurler de rire tellement vous pouviez avoir parfois la répartie féroce. (Mais là franchement :« On y voit aussi un Léon qui se réclame d’une sorte d’authenticité de la contestation, car il aurait des aïeux russes… «  vous auriez pu vous fouler un peu )

    2) Je ne suis pas, par principe, favorable à la censure, mais avec des nuances. En tous cas vous ne faites pas du tout partie de ceux qui, à mon avis, mériteraient d’être censurés sur Avox

    3) La seule chose que je vous reproche vraiment c’est l’étalement permanent et un tantinet obscène de votre ego,votre propension Duguéienne et Tavernienne à pondre de la copie, à envahir les forums et réussir même à faire en sorte qu’un brave Pierre JC Allard vous héberge tellement il vous était insupportable que l’on ne parle pas de vous. Vous critiquez Avox mais en réalité c’est une drogue dure dont vous n’arrivez pas à vous passer.

    Personnellement ces histoires de « Journalisme Citoyen » , je n’y ai jamais trop cru. J’essaie de travailler mes textes, de ne pas me foutre de la gueule de ceux qui me lisent et c’est tout. Si on veut bien de mes articles, je suis content, si on n’en veut pas, tant pis. C’est que, peut-être, ils manquaient d’intérêt…

    Ce n’est pas de la fausse modestie, mais une vraie humilité. Peut-être devriez-vous vous en inspirer, vous deviendriez beaucoup plus fréquentable (internétiquement parlant).

    Et qui est donc cette Helena Petrova ?

  37. avatar

    Pas complètement d’accord, Pierre : il y a des individus qu’il ne me dérangerait pas du tout de voir disparaître. Voire si je pouvais les y aider un peu…( je ne parle pas de D.West évidemment…)

    Non, l’individu n’a pas pour moi cette valeur suprême que notre société capitaliste libérale lui accorde. En tous cas, je crois au moins autant au groupe qu’à l’individu. Ils ont autant de valeur pour moi l’un que l’autre.

    Les Beatles étaient forts quand ils étaient quatre. Après…

    On ne peut respecter que des gens respectables.

  38. avatar

    @ Léon chou de bruxelles,

    Dites ce que vous voudrez, je sais et pour moi vous êtes, Renève Léon et Furtif et les autres, d’immondes censeurs et là où je serais c’est ce qu’on retiendra.

    Quand on me censure une fois et deux plus encore, je mords et je ne cède plus ma proie.

    Il vous reste l’ombre pour vous cacher.

    Tout ce que Revelli sait faire c’est censurer et interdire son site dans lequel on entre l’instant qui suit comme on veut par la fenêtre. C’est un patron de Presse raté et historiquement déchu.

    Vous avez tenté de m’éteindre et vous avez mis le feu au net qui vous dévorera. C’est la loi naturelle des faibles et des forts. Devinez donc dans laquelle catégorie je vous place ?

    Aussi, votre insistance à me coller ce diminutif homophobe vous marque à la culotte, les cornards se saisissent d’eux-mêmes pour s’offrir aux punitions qu’ils demandent à leurs vicitimes présupposées à tort.

    Demian West high memory device !

  39. avatar

    Quand on sait à ce degré se faire des ennemis considérables, il faut savoir l’assumer et ne pas s’en étonner ou s’en émouvoir, pis encore montrer sa peur et tourner sa veste avec le vent.

    Non ! quand on censure, il faut tuer tous les témoins de la dramaturgie ou accepter de disparaître soi-même du théâtre des expressions vives.

  40. avatar

    Le jour quand Agoravox a censuré Demian West, ce jour-là Agoravox est mort, et je n’ai plus eu qu’à attendre que le processus se libère.

    J’ai été l’occasion et non la cause.

    Actuellement, ce journal n’est composé que de censeurs, et donc il n’existe plus dans la société ouverte et dans les lettres.

    Bien sûr, on vous oubliera très vite…

    Mais nous ne vous laisserons plus jamais censurer. Ce pouvoir vous sera retiré définitivement. Hormis dans votre journal le plus local et provincialiste de la paroisse des meutes de la chiennerie ladrée.

  41. avatar

    Les seuls drogués d’Agoravox sont ceux qui pensent que ce journal peut encore attirer et parce qu’ils y sont du matin au soir comme les chiens de garde de la porte sur le vide.

    Et ce sont tous mes détracteurs hi hi hi !

  42. avatar

    Pierre je tente de vous envoyer quelques illustrations de mon propos….elle ne pourront que confirmer qu’on ne peut s’associer dans la défense de principes avec des gens qui n’en ont pas

  43. avatar

    La peinture du soi Van Dyck

    Ce fut un après-midi quand le soleil de l’été indien tranchait au rasoir des peintres les couleurs solarisées des boulevards parisiens éclatés en des terrasses vertes et ivoires des flâneries heureuses. Au bout du boulevard Haussmann, le musée Jacquemart-André fait sa sphynge oedipienne étalée au soleil du XVIIIème siècle renaissant. Là, on peut aller voir et mourir à l’exposition Van Dyck du plus grand portraitiste entre pays flamand et l’Angleterre des Stuart au XVIIème siècle.

    Je ne suis pas le narrateur objectif, car j’y étais avec la filmique Deila Vogur qui est un portrait elle-même dans le portrait barocco. Elle portait sa tête de modèle qui se sait ravager la place de Paris ; et elle sut mettre les tourbillons qu’il y faut dans cette galerie survenue depuis les miroir des siècles et donc dans ma tête de peintre tétanisée par la leçon des grands.

    Ce fut un éclatant moment de la vie artistique, qui se sait effacer toutes les pénombres. Quand on passa devant chacune de ces têtes, qui ont traversé les siècles dans une effrayante modernité de notre temps : C’est qu’elles semblent non pas d’hier mais de ce matin, on sentait presque l’odeur charnelle sortie du lit, quand les innocents ne sont pas tout à fait réveillés de leur nuit de vérité. Les mains sont grandes dans ces tableaux grands eux-mêmes, et on fut étonné de tant d’espace déplié pour des portraits si intimistes, mais en pleine démonstration de leur puissance sociale.

    Van Dyck est l’artiste des noirs savants et protestants. Il y place des moires habitées qui tournent abondantes comme l’air et les fraises d’amidon blanc géométrisé autour des visages denteliers. Tout l’effet pictural est réservé au visage qui rayonne d’une fraîcheur si dehors du tableau, qu’on y sent l’air que souffle le bourgeois dominateur ; puis le regard vague des aristocrates conscients d’eux-mêmes jeté sur le dessus du vent populaire ; aussi le sourire mutin des femmes libres avant l’heure dans les coins escachés des appartements plein de chambres vertes et roses probablement libertines.

    Les cheveux sont buissonnants et bordéliques comme le nez un peu rubicond mais jocond du couperosé roi dandy Charles, qui pose tout de même à la Keith Richard avant l’ère. Tous les détails y sont : Ce peintre Van Dyck s’est auto-représenté avec des doigts très fins de l’artiste ou du sybarite efféminé, quand il sut plâtrer les doigts des marchands pour leur en mettre plein les mains du métier viril, et de significations politiques dans cette peinture. Car tout y est composé en des motifs d’une composition régulière et ordonnée comme un stéréotype de l’homme de pouvoir marchand ou politique confondus.

    Hormis que l’aristocrate de naissance regarde hors du tableau quand le négociant vous toise à droit fil jusqu’au bas de votre colonne vertébrale qui en vibre comme la tige de métal souple, et en passant par vos yeux qui le voient ici et maintenant. Ca vous choque comme un râteau que vous prenez en pleine façade de votre boutique de maître velléitaire.

    C’est grand, c’est bien foutu et par un salaud de peintre tellement il est bon, comme dirait Picasso. Et on en sort dans un état de mutisme survolté de révolte de toute cette charge d’art, qui demande à sortir par tous les doigts des pinceaux qui appellent dans l’atelier des vieilles huiles musquées, comme une charge de hussards sur les champs catalauniques.

    Je pris Deila par le bras et nous allâmes nous affaler sous le soleil vert des monstres de la circulation parisienne, pour nous étourdir plus encore de plaisirs entre un déca et un jus de fraise extravagant. Deila avait sa mèche blonde sur son front blanc comme la steppe habillée pour l’hiver par Yves Saint-Laurent. Ses grandes lunettes noires démontaient le mythe de Lou Reed et nous rejouaient au naturel la neuve Garbo qu’elle est sûrement, comme l’avenir le dirait.

    Je divaguais sur la musique doucement ultrasonique de son accent slave et mon regard maraudait sur son petit pull noir dont je suis amoureux aussi, et soudain je me pris de savoir jusqu’où descendraient ses jambes pliées comme le livre entr’ouvert des recettes des plaisirs indiens dont on fait les temples à l’amour. Cette glissade ne cessa plus comme la sensation d’avoir vu, ensemble, la meilleure peinture du monde : et nous sommes allé peindre, chargés de ces sortilèges des peintres anciens qui renaissent par nos espérances de les suivre dans leurs oeuvres.

    Dans le musée, il y avait un grand miroir vénitien voilé par une sorte d’usure de teinture magique. Il évoquait les traversées des monde coctaldiens, quand les âmes qui dorment traversent les miroirs soudainement aqueux pour visiter ou retourner dans le monde des songes, où nous flottons et volons bellement comme les mots entre les esprits.

    Et dans ce miroir merveilleux, on peut s’y voir et vivre aux XVIIème et XVIIIème siècles, qui sont là restés à l’intact avec toutes ces âmes qui nous ont précédés, dedans les portraits et dans l’âme du mobilier et partout dans les haut coins des tentures et des mondes intérieurs de ce palais et des maisons de vie. Là, nous étions unis pour l’éternité par la magie des arts picturaux et visibles, auxquels nous avons tous deux voués nos vies entières.

    Demian West

  44. avatar

    CQFD CQFD …

    Pfff… Vous êtes plus drôle quand vous êtes censuré que quand on vous laisse parler…

    Finalement, c’est plutôt mieux quand on ne vous lit pas. C’est reposant …

  45. avatar

    Pourtant c’est toujours vous qui venez commenter à ma suite. Faut vous soigner.

    Vous haïssez ce que vous aimez trop.

  46. avatar

    J’en ai encore pour des décennies à écrire et de mieux en mieux, quand tout le monde aura oublié mes censeurs.

    L’esprit est plus fort que les événements et que la matière des plus lourds.

    C’est trop facile de vous contourner…dans ce monde qui est si petit.

  47. avatar

    Vous dites me mépriser, West ?

    Je ne le pense pas : pour mépriser il faut un peu de hauteur ; vous n’avez que de la bassesse.

    Je vous y laisse.

  48. avatar

    @ Renève,

    Pour laquelle raison serait-il si important pour vous que je ne vous méprise pas ?

    La réalité et le plaisir m’obligent à vous dire que je vous méprise comme je méprise tous mes censeurs.

    Ca fait partie de la haute qualité de la vie, de mépriser résolument les étroits d’esprit.

    Demian West

  49. avatar

    West,

    Vous méprisez ceux qui n’ont jamais demandé votre censure et qui ont défendu votre liberté d’expression – pour le principe, car elle ne présente en elle-même aucun intérêt.

    Vous crèverez abandonné de tous : vous n’êtes pas un artiste maudit, vous êtes un sale type même pas artiste.

  50. avatar

    Pierre JC Allard,

    Je me suis bien fait avoir, sur ce coup-là.

    Ne comptez plus sur moi pour défendre des salauds.

  51. avatar

    Vous me faites glandejouir quand vous osez dire que vous avez défendu ma liberté d’expression… comme le résistant des dernières semaines de 1945 que vous êtes.

    Je me pâme de voir combien mes détracteurs sont ruinés dans leurs tripes de cerveau et surtout j’adore sentir la peur des méchants.

    C’est un de mes grands plaisirs dans ma vie, voir les mauvais tomber dans la ravine où plus aucune branche ne sait les retenir.

    Il vous faut vraiment être complètement opaque à vous-même pour prétendre que vous m’auriez défendu quand vous m’injuriez et me censurez systématiquement avec Revelli et toute sa bande de complotistes au ban de la Nation Française, enfin…

    C’est l’intelligence qui vous a eus et c’est pas fini ! hi hi hi !

  52. avatar

    Bonjour a tous

    Comme l’ombre ne doit pas détourner de la proie, je me suis fait discret. Trois petits tours et je m’en vais.

    1. @ Leon : Elena Pedrovna est Madame Blavatsky. Société théosophique. Tout ce qui compte et raconte en esotérisme lui a emprunté quelque chose. Mettre Krishnamurti dans les retombées positives.

    2. @ Philippe Reneve :  » La vertu est à l’homme noble sa propre récompense » ( probablement de la Rochefoucauld, peut-ête traduit de Sénèque.. et de toute façon nous l’aurions trouvé seuls…)

    3. @ Alan Kardec : Joli texte sur Van Dyck. Passerait sans doute la censure de AV, même sous le pseudo de DW. :-))

    Je laisse ce texte filer vers son 700 ème visiteur et je rentre sous ma tente. Voyez mon texte de ce matin sur « Les 7 du Québec »

    PJCA

  53. avatar

    A Pierre

    Bien sûr ; et

    « La volonté de nuire est le vice des impuissants.  »
    (Confus Cirrus)

  54. avatar

    Bonsoir Demian West, vous ne me connaissez pas, sur AV j’étais Constant danslayreur au propre comme au figuré vous diront certains…

    Lorsque j’ai débarqué en février sur AV, les esprits étaient tellement marqués par vous, qu’il fallait absolument que j’en sache davantage et je dois dire que je n’ai pas été déçu. Alors à vous qui forcez l’admiration de vos propres ennemis, je dis salut et respect.

    Je vous rejoins parfaitement et (ce qui ne gâche rien), en connaissance de cause, sur la censure à AV que vous mettez littéralement à nu, même si je dois préciser que je n’entre pas dans des conflits qui ne me concernent pas, que vous auriez avec des personnes qui ne me concernent plus.

    J’ai écrit dernièrement un mail à un ami, dont voici, un extrait, pourriez vous SVP me dire si j’étais pour une fois dans le vrai et pas dans l’erreur, en effet un peu comme vous, il ne me déplait pas de déplaire lorsque je pense être dans le vrai, mais si vous avez un quelconque préjugé négatif sur ce que je suis, merci de me le dire, je préfère passer mon chemin dès maintenant.
    Bien à vous. Achille Talon -Constant danslayreur.

    … Oui Demian West est de retour et c’est tant mieux, j’ose espérer qu’AV ne le bannira pas une deuxième fois (je crois me souvenir que Revelli questionné à ce sujet avait dit qu’il était libre de faire ce qu’il voulait et que s’il voulait revenir, il lui suffirait de créer un nouveau compte).
    Pourquoi tant mieux ?
    • Il est manifeste que DW a une intelligence hors du commun, ce qui promet de tirer AV vers le haut même s’il faut un peu de casse pour ça …
    • Ça promet également des échanges savoureux avec certains egos surdimensionnés du site et probablement (en acculant les dits egos dans leurs derniers retranchements), l’occasion rêvée d’en apprendre davantage sur la face cachée de la lune (c’est mon coté voyeur, …, même pas vrai ce mensonge là ! Voyeur moi ? Pffft).
    • Il est farouchement indépendant, d’ailleurs vous avez du remarquer dans ses premières piques que si Morice y est, Piffard aussi … l’antithèse d’un lambda manichéen et manipulable à souhait
    • Il a une imagination très fertile et ça promet donc de sortir AV définitivement des lieux communs, des vérités assénées et des œillères de propagandistes de tous bords (là j’avoue que c’est plutôt ce que j’espère)
    • Il est naturellement ou par calcul « méchant », ce qui devrait tous nous bousculer dans nos certitudes et nous forcer à nous surpasser et à nous améliorer pour ne pas prêter le flanc. Excellent, il devrait pousser les autres à l’excellence et surtout à ne pas se complaire dans l’autosatisfaction et le nombrilisme.

    Bref, vous l’aurez compris je suis heureux de son retour. Mais me connaissant, je sais que ça ne va durer que le temps qu’il s’en prenne injustement (s’il le fait), à l’Islam ou aux musulmans…

  55. avatar

    Il invente littéralement des discours fabuleux et fantasiés, en les ficelant dans des liens éclatés partout et vers des sources de second délire. Tout y est faux mais on sent bien qu’il s’est persuadé du contraire au préalable. Car il vit dans la traîne attristée du monde soviétique sur le mode contestataire, qui aura su jeter ce journal dans le camp des indulgents pour Al Quaïda.

    eh eh, la preuve qeu vous vous la mettez bien au fond de l’œil cher con-frère…. lisez bien cette dépêche qui n’a que 7 mois de retard par rapport à ce que j’ai écrit :
    http://afp.google.com/article/ALeqM5j6QonBKKMo2gw1e3ql-xUcQEZbVg
    maintenant vous pouvez allez lire ça :
    http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=34152

    et vous pouvez aussi vous excusez platement d’aller ailleurs dire du mal de quelqu’un que vous croisez régulièrement en forum : Mr Allard, vous manquez sérieusement et d’éducation et d’élégance…

  56. avatar

    En revanche, ce que je n’y vis plus, c’est Revelli et Marsupilami (lesquels firent tout pour éteindre ma voix outre-tombale du survivant number one) qui doivent franchement s’ennuyer depuis que je suis parti au paradis avec Deila ma muse où nous mettons plein d’enfants en plant pour multiplier dans le monde qui vient et qu’il aura notre tête conjointe

    ce qui veut dire, en CLAIR ???? que Marsupilami est qui chez Agoravox ?

  57. avatar

    @Momo :

    Comme je le dis plus haut :

    « Je n’ai jamais eu la moindre tentation de suivre Demian dans ses charges guerrières, mais je trouvais incorrect de l’interdire, puisqu’on l’avait attaqué en son absence. Ma mission ici était de lui fournir une tribune, ce que je crois honnete »

    Si vous êtes vraiment Morice, je vous souligne qu’il y a deux semaines, quand ce fil était en pleine activité, je vous ai laissé trois (3) messages sur autant de vos articles sur AGV vous avisant de la présence ici d’une manifestation de l’Autre Monde qui avait des choses à vous dire…

    En ce qui me concerne, j’ai écrit souvent et je vous répète que je trouve vos articles intéressants et dangereusement bien documentés.

    PJCA

  58. avatar

    il y a deux semaines, quand ce fil était en pleine activité, je vous ai laissé trois (3) messages sur autant de vos articles sur AGV vous avisant de la présence ici d’une manifestation de l’Autre Monde qui avait des choses à vous dire…

    vous m’en voyez désolé mais je n’ai pas compris votre appel obscurantiste. Vous ne pouvez aujourd’hui me cirer la chaussure après m’avoir marché sur le pied : comme je le dis, ça manque sérieusement d’élégance. Vous m’avez présenté comme quelqu’un qui invente. Je collecte et j’analyse et je n’invente rien. C’est fort médisant comme présentation, et je vous prierai au minimum de vous en excuser. Quand à la phrase « aura su jeter ce journal dans le camp des indulgents pour Al Quaïda. » elle est purement diffamatoire et vous demanderai également de la retirer. Ou alors de le prouver, ce que vous ne sauriez faire. Je n’ai aucune « indulgence » pour les auteurs d’attentats, quels qu’ils soient. Et à dire que des opérations spéciales US en sont aussi responsables n’a jamais consisté à soutenir AlQuaida, dont je vous rappelle l’origine : c’est bien une créature de la CIA au départ, même si elle est devenue Frankeinstein depuis. Votre vision de ma personne m’attriste, Mr Allard. Je vous ai toujours lu avec un certains plaisir et apprécie mollement cette charge que j’estime malvenue et déplacée.

  59. avatar

    @ Momo : Je doute de plus en plus que vous soyez LE Morice, car ce que je vous explique me semble assez simple.

    Ce qui est en italique au début et à la fin du texte est de moi. Le texte entre les deux est de Demian West. J’ai voulu que ce texte soit publié parce qu’on attaquait DW ur Agoravox sans qu’il put répliquer.

    Cela ne signifie pas que je partage les jugements de valeurs de Demian. Il a les siens et moi les miens. Je vous dis encore une fois que je n’ai PAS une mauvaise opinion de vous ni de vos talents.

    Quant au lien initial entre CIA et Al-Qaeda, j’en suis, si possible, encore plus convaincu que vous. On ne m’a encore jamais accusé de proaméricanisme primaire…

    PJCA

  60. avatar

    ce qui est en italique au début et à la fin du texte est de moi. Le texte entre les deux est de Demian West. J’ai voulu que ce texte soit publié parce qu’on attaquait DW ur Agoravox sans qu’il put répliquer.

    je n’ai rien compris au départ : pourquoi avoir mis un texte aussi long de West ? Pardonnez dans ce cas mon ire, vous savez je n’ai pas nécessairement la vie belle a dénoncer d’autres excès. Des gens n’apprécient pas qu’on parle d’eux. Mais je m’y tiens, en démocrate.

  61. avatar

    j’ai été indigné qu »on agresse DW sur AGV sans qu’il puisse riposter. J’ai publié le texte qu’il m »a présenté, sans rien en changer, précédé d’une phrase qui me semble claire pour préciser que je suis « possédé » et que les opinions exprimées ne sont pas nécessairement les miennes. Pur procédé littéraire.

    Étant démocrate, vous apprécierez e croc-en-jambe à toutes les censures.

    Je reste sans certitude quant à votre identité, mais la réponse que je vous ai donnée vaut pour quiconque. Je suis un grand amant de la transparence…

    PJCA