Accueil / A C T U A L I T É / On construit au Nig?ria une ?le destin?e aux riches

On construit au Nig?ria une ?le destin?e aux riches

Eko-Atlantic

Au Nig?ria, on voit les choses en grand, ?bloui probablement par les projets pharaoniques de Duba?. On est ainsi en train de construire au large de Lagos une presqu??le artificielle de dix kilom?tres carr?s d?o? surgira une ville nouvelle, croisement ?trange d?un Disneyland et d?une City. Appel? ? devenir le nouveau centre financier de l?Afrique de l?ouest, ce projet fou, baptis?Eko Atlantic, accueillera ?galement de nombreux appartements de luxe. ??Le futur Hong-Kong?de l?Afrique??, selon le directeur de la banque mondiale du Nigeria, est pr?sent? sous les traits d?une ville durable et ?conome en ?nergie. Ce qui est loin d??tre un standard au Nig?ria?

 

Lagos est une capitale chaotique dans laquelle s?agglutinent quelque treize millions de personnes dans des conditions pour le moins pr?caires. Des conditions qui s??tendent ? l?ensemble du pays? En 2011,?63 % de la population nig?riane vivait avec moins de un dollar par jour. S?ajoutent ? ces conditions de d?nuement extr?me les conflits religieux?: depuis 1999, les violences entre chr?tiens et musulmans ont caus??la mort de plus de 14.000 personnes. Au niveau de l?environnement, la situation n?est pas plus brillante?: depuis les ann?es cinquante, les entreprises p?troli?res polluent le delta du Niger, privant les populations de p?cheurs et d?agriculteurs de leurs moyens de subsistance.

 

Le projet pose bien ?videmment question. Le fait qu?Eko Atlantic sera administr? par le secteur priv? laisse peu d?espoirs aux habitants des bidonvilles de voir leur situation am?lior?e. Les conditions d?acc?s ? la propri?t? ou ? la location devraient au contraire aggraver la s?gr?gation sociale. Pis, il ne serait pas ?cologiquement viable, contrairement aux annonces qui ont ?t? faites jusque-l??: ??les milliers de personnes qui vivent pr?s du site s?attendent ? ce que la ville entra?ne leur d?placement plut?t que la prosp?rit???, assure le d?fenseur de l?environnement Nnimmo Bassey. ??Eko Atlantic est contraire ? tout ce qu?il fallait faire pour lutter contre le changement climatique et l??puisement des ressources??. Pour le Guardian, il s?agit rien moins que d?un pas vers l???apartheid climatique??.

 

Derri?re ce projet inaugur? en son temps par Bill Clinton, on trouve deux fr?res?: Gilbert et Ronald Chagoury. Originaires de Miziara, dans le nord du Liban, ils ont grandi au Nig?ria o? leurs parents avaient ?migr? dans les ann?es quarante. Ils ont gard? depuis des liens tr?s ?troits avec le pays du C?dre. Gilbert est ? la t?te d?une?fortune estim?e ? 4,2 milliards de dollars, ce qui le classe au septi?me rang des hommes les plus riches du continent noir. Il a ?t??honor? ? plusieurs reprises par le Vatican?pour ses contributions en faveur de la communaut? chr?tienne. Mais il a surtout ?t? au milieu des ann?es quatre-vingt-dix un tr?s proche conseiller de la dictature nig?riane et de son chef aujourd?hui disparu Sani Abacha, qui a?d?tourn? et plac? une fortune colossale sur des comptes ? l??tranger.

 

La pol?mique commence s?rieusement ? enfler. Martin Lukacs, du Guardian, n?y va pas par quatre chemins. Pour lui, Eko Atlantic est ??une insulte architecturale aux conditions de vie des Nig?rians??. Ce qui ne manquera pas d??tonner, c?est comment les indigents du Nigeria peuvent encore laisser prosp?rer une clique d?hommes corrompus qui vivent ? des ann?es lumi?res des pr?occupations de leurs compatriotes. En France, nos dirigeants se parent encore d?un discours de circonstance. Mais la situation est-elle si diff?rente sur le fond?? Poser la question, c?est malheureusement d?j? y r?pondre.

 

Capitaine Martin

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Notre covid et nous

Ça nous est tombé dessus, ma femme et moi, alors que nous ne nous y ...

One comment

  1. avatar

    « une insulte architecturale aux conditions de vie des Nigérians ».

    La misère s’accentue, maintenant celle des riches (…) qui croient pouvoir se réfugier dans des bunkers aux murs dorés en se pelletant des îles pour échapper aux paysages qu’ils ont dévastés, à la prévisible détérioration des conditions climatiques et aux possibles révoltes de ceux qu’ils ont dépouillés, trompés, affamés et même tués. Sans véritable surprise, ils choisissent de s’installer près d’autres requins…

    Cette formule de se pelleter une île (une ville, voire un pays en fait) est un dangereux élitisme qui s’étend et qui exercera visiblement l’exclusion de sociétés entières, lesquelles seront de plus en plus livrées à elles-mêmes, absentes de tout scénario décent de survie. Faut-il s’étonner..

    «En France, nos dirigeants se parent encore d’un discours de circonstance. Mais la situation est-elle si différente sur le fond ? Poser la question, c’est malheureusement déjà y répondre.»

    Observation juste. Les dieux font preuve de complaisance entre eux lorsqu’il y a une odeur de pognon.

    Bonne journée et merci pour cet article,

    Elyan