Accueil / T Y P E S / Articles / On attendait Ben Laden, c’est docteur House… (3)

On attendait Ben Laden, c’est docteur House… (3)

Les trois fréres Shore sont bien membres de l’Aish Ha Torah, une yeshiva (école talmudique), un des mouvements religieux juifs parmi les plus orthodoxes, dont le principe majeur est de passer son temps à chercher constamment au sein de la Torah des éléments inconnus ou laissés de côté afin d’affirmer encore davantage les racines juives. Quitte à utiliser pour ça tout un arsenal scientifique ou pseudo-scientifique pour donner le change. Pour prouver leur travail de « recherche », par exemple, des films ont été réalisés comme Inspired, sorti en 2005, qui appuie plus que fortement sur un fait plutôt euh… gênant : le baalei teshuvah (ou « returnees to Jewish observance »). Celui consistant donc à refuser dans les familles les mariages mixtes.. car selon l’auteur du film, « intermarriage between Jews and non-Jews has diluted the Jewish people’s vitality« . Ouh là, c’est plus grave qu’on ne pense, docteur…House. Ça tourne au vieux principe religieux du refus d’étendre le cercle familial à d’autres croyances que celle de la maison… une pratique reprochée constamment… aux radicaux islamistes !

Avec nos frères Ripolin de l’Aish, c’est faire chez soi ce qu’on reproche de faire aux autres !!! C’est donc cela, l’orthodoxie des frangins… filmée en 2005.  Remarquez, on peut facilement trouver pire, sinon complètement ridicule dans leurs recommandations et préceptes de vie. Eux qui se targuent de nous présenter un islam archaïque feraient bien de balayer un peu devant leur porte. Ou devant leur frigo… durant le shabbat, selon Aish Ha Torah, qui là est plutôt là traditionnaliste il est vrai, interdiction d’utiliser un interrupteur de lumière électrique du vendredi à 11H30 du soir à 17H le samedi.. Reste le probléme du frigo, ou il est recommandé de… retirer la lampe… sinon ce serait à nouveau une forme d’interrupteur… à chaque ouverture ! Même chose pour les ventilateurs : une fois allumés avant le vendredi soir.. interdiction de les éteindre… et je ne vous parle pas de faire un repas sans cuire ou sans chauffer d’eau… interdits également. La pratique religieuse est disons, curieuse vue de l’extérieur. Les interdits d’antan, aujourd’hui, sont passés de mode. On sombre même dans le ridicule, et on a quand même le droit de le dire sans passer pour un antisémite ! Ou alors les interrupteurs eux-mêmes sont antisémites !

Car ces membres de l’Aish Ha Torah yeshiva, qui est un mouvement fort récent, sinon une dérive religieuse créée en 1974 seulement, vont plus loin encore, et ne sont pas loin surtout d’être ou de passer pour de parfaits illuminés, vus de l’extérieur. Partisans, par exemple, d’une théorie abracadabrantesque, celle de la théorie des nombres cachés dans la Bible. Une escroquerie, on s’en doute, mais qui pourtant est une des bases même du mouvement ! Comme le disent d’autres, un peu plus scientifique, des nombres on en trouve partout et on peut leur faire dire ce qu’on veut : «Malheureusement pour Aish, la plupart des experts pensaient le contraire.» Les mathématiciens Dror Bar-Natan et Brendan McKay ont découvert des «codes» similaires dans les livres Guerre et Paix et Moby Dick ». J’aime beaucoup personnellement la référence à Moby Dick : avec pareils farfelus, on est certain de prouver l’existence de Dieu à partir de ma simple feuille d’impôts…

En résumé, ces voisins des kabbalistes, façon Madonna, l’une de leurs vitrines « people » actuelles, profèrent des théories fumeuses assénées comme des vérités ultimes. Car le kabbaliste aussi, je cite « observe la totalité des commandements, sans la moindre dissidence. Il récite quotidiennement toutes les priéres réguliéres. L’originalité révolutionnaire des Kabbalistes ne consiste pas en une révolte contre la Loi, mais dans une lecture très troublante des écrits bibliques, avec des idées parfois perçues dans les milieux bien-pensants comme hérétiques : la Rétraction (Tsimtsoum) de la Présence Divine dans le Cosmos, pour permettre à celui-ci d’exister ; l’Exil de la Présence Divine (Galouth Hachekhina) hors de la Terre Sainte, pour accompagner le peuple d’Israël dans sa dispersion … nous dit Actualité Juive ». Chez les autres c’est un peu différent. Le feu de la Torah, la traduction de Aish HaTorah (“Fire of Torah”) a également comme ardent et étonnant supporter Elie Weisel, qui ne veut y voir qu’une forme de pédagogie : « Aish HaTorah signifie pour moi la passion de l’enseignement, la passion de l’apprentissage, l’étude de la Torah, source des valeurs juives, est la voie de la survie juive » dit notre prix Nobel qui a un tendance certaine à n faire un peu trop. L’homme en devient un peu plus chaque jour désespérant.

Question croyance, on peut aller encore plus loin encore et retrouver la prétendante au titre suprême aux USA, créationniste. Et aboutir à des choses totalement ineptes comme celle de l’économiste Ben Stein qui dans son film « No Intelligence Alllowed » fustige l’évolution Darwinienne au point d’affirmer que l’Holocauste est dû… aux thèses de Darwin ! Selon lui, les théses de Darwin sont responsables de l’eugénisme ! Là encore ça semble complétement farfelu, et pourtant, notre homme a pu en faire un film, avec de gros moyens…influencé par les théses du Rabbin Gedalia Nade, lui-même disciple du Rabbin Avraham Yeshayahu Karelitz, le leader des … Haredis. Selon lui, le darwinisme est « un chapitre douloureux et sanglant dans l’histoire des idéologies. «  Tout un programme. Heureusement, notre négationniste de l’évolution s’est fait remettre en place par des gens tels que Richard Dawkins. Ben Stein, il faut le savoir, a été  longtemps celui qui écrivait les discours de Nixon et de Gérald Ford… même après le départ de Nixon, il avait continué à en défendre la politique.

Selon la croyance d’Aish, cela vient de l’histoire de Rebbe Akiva, un simple berger analphabète de 40 ans qui, constatant qu’une goutte d’eau tombant sur une pierre pouvait user cette pierre et en avait conclu que le « feu de sa foi » pouvait réchauffer le cœur des autres, sinon… l’embraser. La théorie des petits ruisseaux pour faire de grandes rivières… Très vite, donc, le mouvement Aish HaTorah se présente d’étrange façon : celui d’un sauveur de l’humanité toute entière, pas moins et non plus seulement d’Israël seul. Sur un site du Minnesota la présentant, on note une superbe sentence allant dans ce sens : « l’histoire et le destin du peuple juif doivent servir de lumière aux nations. Les idées de la Torah ont civilisé le monde et peuvent continuer, si le peuple juif continue à accepter le défi. «  Les idées de la Torah ont « civilisé » le monde ? Comment donc ? En « éveillant » les gens, façon… témoins de J?hovah ?«Nous devons rappeler au peuple juif que nous avons une mission ou que nous enseignons pour la première fois quelle est la mission du peuple juif. En outre, nous devons inculquer aux gens la confiance que nous pouvons réussir à faire de notre mission une réalité.  » On retrouve bien là toutes les caractéristiques de la secte et non de la religion juive proprement dite. Ce sont donc bien les « Blues Brothers du Talmud », en mission pour Yaveh et non pour le seigneur !! Et là, ça devient plus clair comme vision : « la vision du peuple juif a eu au cours du millénaire une vision utopique pour toute l’humanité, comme l’écrit le prophète Isiah « … les voilà en route pour « fixer le monde » à  leur image… et pour cela, tous les moyens son bons… et celui qu’ils viennent de trouver défie l’entendement. Tenter de faire élire un homme de droite en ressortant du tiroir à malices électorales un film attisant la haine dans le pays est une opération de basse propagande, rien d’autre.

Comme le disent les gens de gauche israeliens (il en reste !), le mouvement inspiré au départ des Haredis violents est dangereux et pourtant trés différent de l’orthodoxie traditionnelle : « Cependant, Aish diffère des groupes traditionnels Haredi de trois façons. Premièrement, son travail de sensibilisation, qui vise à convertir les Juifs laïcs à l’orthodoxie, est sa priorité absolue, et pas seulement une retombée. Les convertis orthodoxes – ou ba’alei teshuvah (« ceux qui se sont repentis ») – constituent la majorité de ses membres, et ses programmes yeshiva combinent des études talmudiques traditionnelles avec une formation intensive en compétences de sensibilisation et de leadership. En recrutant auprés des néo-conservateurs avérés: «d’autre part, il a associé son conservatisme social à une position agressivement néoconservatrice sur le Moyen-Orient. Ses donateurs et sympathisants peuvent inclure des libéraux et des conservateurs, mais les voix politiques sur son site Web s’étendent de la droite à l’extrême droite: Benjamin Netanyahu, Daniel Pipes, David Horowitz, Alan Dershowitz, Dore Gold, Natan Sharansky, Melanie Phillips et Charles Krauthammer. «  Leurs méthodes de recrutement vise avant tout le jeune public, au même titre que les évangélistes : « Tout comme les cours évangéliques protestants del’ Alpha et de l’Opus Dei catholique, Aish a un penchant particulier pour les jeunes et les riches, et restreint nombre de ses activités aux «jeunes juifs professionnels». Les New-Yorkais peuvent rejoindre la communauté Aish MBA, un groupe de chefs d’entreprise juifs et d’étudiants qui explorent leur patrimoine tout en améliorant leur sens des affaires », tandis que les professionnels londoniens peuvent assister aux réunions déjeuner organisées par Aish in the City. «  On retrouve chez eux des noms connus habituels, dont l’ineffable Daniel Pipes, « l’expert de la haine », l’homme des bureaux sombres de la Maison Blanche, aux sorties grotesques souvent. Et dans leurs propos une défense de l’état d’Israël  qui frise l’hystérie : « Au-delà de l’éducation juive, Aish HaTorah est connu comme un ardent défenseur d’Israël, et a lancé divers programmes de défense d’Israël. Aish célèbre le Jour de l’Indépendance d’Israël et le Jour de Jérusalem, et le drapeau d’Israël vole fièrement au-dessus de son Centre Mondial au Mur Occidental. Des centaines de personnes ont fait l’aliyah directement à travers leur engagement avec Aish HaTorah « . Ouh là… on n’ose imaginer ce qu’il va y avoir, sur ce fameux film…Wilders va passer pour un angelot à côté…

On le voit, cette distribution de DVD gratuit a une échelle jamais vue est le fait de personnes religieusement orientées vers une ultra-orthodoxie et non une simple association d’opposants à l’accession au pouvoir de Barrack Obama. Nous connaissons les réalisateurs, et le bailleur de fonds. Là encore, ce n’est pas vraiment une surprise, étant donné la réalisation. McCain bénéicie de soutiens financiers très importants pour sa campagne, même si une excellente mobilisation des troupes démocrates alimente régulièrement les comptes de leur candidat. Demain, nous verrons si la distribution a payé ou pas face à cette organisation sur le terrain des troupes d’Obama.

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Bitcoin: l’utopie complotiste

A les entendre, le Bitcoin serait notre avenir. Il nous permettrait de nous enrichir rien ...