Accueil / T Y P E S / Articles / On attendait Ben Laden, c’est docteur House… (1)

On attendait Ben Laden, c’est docteur House… (1)

Figurez-vous donc que dans le milieu complotiste que je suis censé suivre de près, selon certains de mes détracteurs, règne en ce moment une expression qui revient régulièrement : « October Surprise », le mot qu’avait employé en son temps Karl Rove juste avant la réélection de W. Bush. La célèbre « Surprise d’octobre », annoncée récemment par un prix Pulitzer, pas moins, que tout le monde suppose être une réapparition de Ben Laden, empaillé ou pas, plutôt mort que vivant.. avec au dessus de la tête non pas une auréole mais un slogan Bushien « we got him », comme le clamait un Paul Bremer surexcité lors de la capture de Saddam Hussein. Depuis, remarquez de l’eau (saumâtre et pleine de Depleted Uranium) est passée sous les ponts, surtout celui de Faloudja, et depuis Paul Bremer est devenu un farouche opposant à George W. Bush, l’accusant de lui avoir refusé les 500 000 hommes nécessaires pour quadriller le pays. Lui qui avait démantelé l’armée irakienne est peut être mal placé pour donner des conseils, mais bon…

On attendait donc (on attend toujours, remarquez) Ben Laden… et ce n’est pas lui qui surgit dans 28 millions de boîtes aux lettres US. Mais un simple DVD, envoyé au secours de McCain, le candidat partisan de rester 1000 ans en Irak, par ses amis compatissants, et dont le contenu se résume à une seule chose : de la haine, pure et simple, 95 minutes de haine et d’invectives anti-islamiques. Le DVD contient un film, qui n’est que le clone de celui de Geert Wilders (qui ne faisait que 18 minutes !), ce fameux Fitna déjà vite oublié. Le film s’appelle « Obsession », c’est en fait un documentaire qui a déjà été diffusé sur Fox il y a trois ans… mais ce n’est pas ça le plus remarquable. Le plus saisissant, dans cette distribution massive et très organisée (tout le stock a été écoulé en moins de trois semaines) ce en sont pas ces images, dont pas mal sont des images d’archives de mauvaise qualité, ni ses interviewés, puisqu’on retrouve tout le gratin de la droite dure US et les anciens faux espions retournés, ni enfin la qualité de sa réalisation, confiée à un tâcheron d’Afrique du sud… non, ce qui est la seule chose remarquable de ce DVD chargé de dispenser la haine de l’islam en général, et même pas la haine de l’islam radical, non, ce qui est extraordinaire c’est son auteur… et ses producteurs. En réalité trois frangins. Avec au centre… le créateur et scénariste de… docteur House, David Shore. Oui, vous avez bien lu : l’auteur d’une des séries US parmi les plus regardées (par ma femme et ses copines de boulot, surtout !) est l’auteur d’un brulôt immonde pire que Fitna. Je sais, c’est difficile à croire, et pourtant. Laissez-moi vous conter le fin mot de l’histoire. Vous verrez, c’est à tomber par terre comme scénario !

Mais au départ, revenons aux 28 millions de boîtes aux lettres envahies. Car avant tout c’est la distribution phénoménale du DVD qui fait jaser. Du petit contribuable qui l’a déjà reçu trois fois à l’abonné outré du New York Times, beaucoup n’apprécient guère le procédé, perçu comme de la propagande pure et simple. L’un d’entre eux résume parfaitement le probl?me : « Je ne critique pas leur premier amendement à la liberté d’expression, ils peuvent faire n’importe quel genre de film qu’ils veulent. » Ils peuvent même le mettre gratuitement sur Internet. Ce qui me trouble c’est quand la presse « libre » et « honnête » commence à livrer ce DVD de droite à moins de deux mois avant l’élection. Et ce qui me dérange le plus, c’est que ces DVD ont été envoyés seulement dans  les « Swing States », les États qui pourraient décider de l’élection, comme l’Ohio et la Caroline du Nord, qui doivent être remportés pour devenir président « . Notre homme rappelant un fait indéniable aux envoyeurs : « Le mouvement islamique des temps modernes est né en 1977 lorsque la CIA a commencé à financer l’organisation rebelle qui essayait de déstabiliser le gouvernement communiste qui gouvernait l’Afghanistan, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international a payé 51 millions de dollars pour avoir Jihad, et tuer les Infidèles. Cela peut être lu dans “Teaching ABCs and Jihad” paru dans le numéro du 1er au 7 avril 2002 du Washington Post National Weekly Edition.  » Les images violentes montrées dans le film ont pour origine aussi une propagande américaine violente, il convient de le rappeler. Il fut un temps où le Jihad allait parfaitement aux Etats-Unis : quand il s’attaquait… aux russes !

En dehors du fait, des obsservateurs font aussi remarquer le procédé infâme de l’amalgame utilisé dans le DVD, en notant que la plupart des les personnages cités en exemple sont considérés comme des hors la loi dans le monde musulman : «  ces gens que nous appelons des terroristes, ce sont des hors-la-loi dans tous les pays musulmans  »  dit justement un professeur d’histoire, Masood Ghaznavi, dans MyFox. La confusion entre islam et islam radical est faite sciemment, et c’est bien là le problème de ce DVD qui ne fait pas la part des choses, et cherche donc avant tout à attiser la haine contre une religion et non à dénoncer un radicalisme. La dénommée Gabriel ne dit pas autre chose en mélangeant le tout“ chaque musulman pratiquant est un musulman radical. «  disait-elle l’année dernière encore, une phrase relevée dans… The Australian Jewish News. Le problème du DVD est là : c’est comme dans Fitna, donc, qui parlait de la même façon, en évoquant des sourates de Mahomet et en entretenant pareille confusion. Le DVD est bien islamophobe. Il est de la veine des déclarations d’un rabbin anglais, Jonathan Sacks, et de sa haine immodérée déversée chaque jour sur le net. Lui et une presse manipulée permettent à certains d’écrire fort justement ceci : « Au contraire, grâce à la machine de production de mythes Neocon et à l’empire médiatique mondial de Murdoch, la Grande-Bretagne est maintenant l’un des pays les plus islamophobes de la planète ». Logique, dirons nous : la propre fille de Sacks est conseillère de la sécurité au cabinet de Gordon Brown !

Dans ce sens, le DVD rejoint les déclarations incendiaires de certains évangélistes comme le propre fils de Bill Graham ou Bill Keller et son cochon de peluche rose, (on se demande comment tomber si bas et être aussi ridicule !) Stuart Robinson, John Haggee. et John Parsley, l’homme qui déclare qu’il faut « détruire l’islam » dans ses prêches d’excité digne des réunions du Ku-Klux-Klan et qui se retrouve cité dans le DVD… or tous ces évangélistes s’en sont pris ouvertement à Barrack Obama, et le DVD ne fait que reprendre le chemin tracé. McCain a choisi ses alliés, et parmi eux il y a des évangélistes dangereux comme Keller, Haggee et Parsley, le plus violent d’entre eux. McCain glisse tranquillement vers une pente droitiste appuyée, qui inclut des extrémistes religieux capables d’annoncer des choses telles que « l’islam is an antechrist religion »... le genre de phrases pas vraiment faites pour apaiser aujourd’hui.

Ce sont plus de 70 journaux qui l’ont distribué, ce fameux DVD visant donc Barrack Obama indirectement. Ceux-là ou ceux qui l’ont reçu emballé avec le livre de lévang?liste David Brog, auteur de « Standing wih Israël » et directeur de « Christians United For Israël ». (CUFI). L’ancien dirigeant de AOL sait commet y faire, question plan média. L’association évangélistes-ultra conservateurs juifs n’est pas sans poser de questions. On dira qu’il s’agît d’une « alliance objective contre un ennemi commun », celui visé n’étant autre que l’Iran… comparé à l’Allemagne d’Hitler. Selon Brog, Mahmoud Ahmadinejad souhaite à la fois la fin d’Israël et celle des Etats-Unis. C’est peut être voir en lui une ambition bien trop large pour son costume bien étroit. L’homme parle de paix en interview mais accepte de distribuer avec son livre un DVD attisant la haine intercommunautaire. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de notre ancien patron du net. Le film lui-même, en fait n’a rien de neuf : « Obsession, Radical Islam’s War Against the West” ?tait au départ un documentaire sorti pour la première fois sur la chaîne… Fox, en novembre 2005. Déjà, certains avaient senti la fabrication intégrale : « Les traductions des djihadistes ont été fournies par le Middle East Media Research Institute, qui, selon Source Watch, est connecté aux organisations de renseignement israéliennes et aux chrétiens évangéliques et est financé par la Fondation Olin, de droite « . Le site qui l’analysait alors remarquait la présence de Walid Shoebat et de Nonie Darwish, déjà abondamment cités comme plus vraiment crédibles, ou Brigitte Gabriel, la très connue dirigeante d’American Congress for Truth, auteur de « They Must Be Stopped », livre sans équivoque d’une neo-con avérée. Appelée sans détours par le New York Times « A radical islamophobe ». Mais aussi de Caroline Glick, du Center for Security Policy, en fait une proche du pouvoir ayant la double nationalité isra?lienne et américaine, ancienne capitaine de Tsahal jusque 1996, et membre du cercle Bushien. Elle figurait déjà dans le film précédent « Relentless » . Sans oublier les fameux « Middle East experts » de la chaîne, dont on a démontré les liens directs avec l’armée (et payés comme consultants par cette dernière !).

Voilà  vous en savez un peu plus sur cette « divine » surprise. Demain, nous verrons qui se cache vraiment dans cette surprise déposée dans les boîtes aux lettres US. Ça ne va pas plaire à tout le monde, c’est une évidence. Car la surprise est de taille.

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Espace-Temps 29

  Acides aminés.   Phénylalanine  (C9H11NO2)   La Phénylalanine est l’un des 9 acides aminés ...

One comment

  1. avatar

    momo, vous connaissiez la FAF ?

    « Nicolas Sarkozy ne se trompe que très rarement. Ainsi, de passage aux Etats-Unis, il a pris la parole à Washington devant la French American Foundation (FAF). »

     » Tuck, décédé en 2002, était aussi proche collaborateur du milliardaire de la droite « libérale » anglo-américaine John Train, avec qui il dirigeait le Northcote Parkinson Fund, une fondation « charitable » au cœur des flux de dollars qui sont allés financer les néo-conservateurs. Cette fondation recueille à son tour des dons importants d’autres fondations, qui sont ensuite engagés dans le financement de la révolution néo-conservatrice, en particulier de la Olin Foundation, connue pour son rôle dans la médiatisation des scandales contre Bill Clinton, ainsi que de la Bodman et de l’Achelis Foundation »…

    http://www.solidariteetprogres.org/article2418.html

    Que du bonheur !!!!