Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / On arrête pas le progrès avec des arcs et des flèches

On arrête pas le progrès avec des arcs et des flèches

 

indiens-amazonie

Ne doutez jamais de la capacité génocidaire de notre si inestimable civilisation. La disparition définitive des tribus isolées d’Amazonie n’est plus maintenant qu’une question de temps. Car lentement mais sûrement, la guerre bactériologique (grippe, coqueluche, ect.) commencée avec l’arrivée des conquistadors pourrait trouver son aboutissement. Les indigènes d’Amérique du sud qui vivent encore à l’écart de notre bienfaisante modernité pourraient un jour funeste, connaître le même triste sort que les indiens du nord.

Certes, la Constitution brésilienne est censée protéger les derniers survivants. Le « statut de l’indien » devrait permettre à ces hommes et ces femmes de vivre librement et en paix dans le respect de leurs cultures. Mais entre les lois et la réalité se trouve un monde de cupidité qui ne rêve que de profits. Pourquoi protéger des sauvages qui entravent l’accès à tant de richesses. Mais dans cette affaire où sont les vrais sauvages.

14 millions d’hectares de territoires indiens font bien des envieux chez les bûcherons, cultivateurs, éleveurs, orpailleurs et trafiquants de drogue. Sans oublier les activités minières et constructions légales ou non de routes. Tous sont responsables du déclin voire de la disparition des autochtones d’Amazonie, par la propagation de maladie ou bien à coups de fusils. Même la religion s’en mêle, récemment encore une mission évangélique demandait « l’intervention des autorités dans les communautés indiennes au nom de la morale civilisatrice ». Sans se soucier de la contamination par la bonne parole, ni de l’opinion des indigènes.

Mais qui est le principal responsable de la progression constante de la déforestation, si ce n’est en priorité l’Etat brésilien. Et la FUNAI, organisme gouvernementale créé en 1987, chargé de la protection des indiens, a-t-il vraiment les moyens de protéger une aussi vaste étendue de tous ses prédateurs.

Combien sont-ils encore à vivre autrement que nous, les gens « civilisés » passionnés de koh-Lanta. Ce ne sont bien sûr que des estimations, mais selon la FUNAI il y aurait 77 tribus isolés au Brésil.

Selon Wikipédia, « dans le monde, une centaines de peuples autochtones vivent actuellement dans l’isolement. La majorité dans la région amazonienne du Brésil, le Pérou, la Bolivie, en Colombie et au Venezuela ».

Mais aussi en Equateur avec les indiens Waorani. D’ailleurs en 2014 une affaire choquante avait déclenché les protestations des autorités de Quito. En effet des organismes américains auraient réalisé il y a 30 ans, plus de 3500 prises de sang à des fins commerciales sur 600 membres de cette tribu « qui présente des caractéristiques uniques au niveau mondial ». En fait les indiens Waorani auraient la particularité de très bien résister aux maladies. Voilà de quoi intéresser certains laboratoires pharmaceutiques.

Pour terminer, saviez-vous qu’une histoire qui n’est peut-être qu’une légende circule dans la forêt amazonienne. Il paraît que les indiens n’opposèrent qu’une faible résistance aux conquistadors colonisateurs pourtant très peu nombreux. Certes, les guerriers malades d’infections qu’ils ne savaient pas soigner étaient incapables de se battre, et les armes à feu des Espagnols étaient pour eux effrayantes. Mais surtout, ils pensaient que ces êtres invincibles venus d’ailleurs n’étaient pas des humains.

Les indiens n’avaient peut-être pas tout à fait tort

Amazonie

 

« Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas » 

(proverbe indien)

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Coke en stock CCLXXIX : Belize, les débuts du trafic, celui des Zetas

Le trafic à Belize va mettre un temps à se mettre en place, facilité par ...