Accueil / L O C A L I S A T I O N / AMÉRIQUE LATINE / Obama : « Carte blanche ? la guerre en Am?rique Latine ? »

Obama : « Carte blanche ? la guerre en Am?rique Latine ? »

 

 

 

 

??A appuyer des attaques violentes contre des institutions d?mocratiques au Venezuela, la Maison Blanche indique ? ses clients de l?opposition aux gouvernements d?Argentine, Bolivie et Equateur que les attaques violentes contre les gouvernements d?mocratiques ind?pendants sont une mani?re acceptable de restaurer l?ordre n?olib?ral et ??l?int?gration r?gionale?? centr?e sur les EU.??

James Petras.

(Boston et le Venezuela :le terrorisme ici, et l?? )

 

Tout un programme, celui que consacre la violente d?claration de Kerry, en en faisant le programme officiel du r?gime Obama envers l?Am?rique Latine. Comme faisait remarquer un commentateur, dans les villas bourgeoises, l?arri?re-cour est le lieu o? l?on parque les ordures et les domestiques, comme ce fut le cas quand la doctrine de Monroe ?tait en vigueur sur tout le continent sud.

Rappelons-nous, pendant que se d?roulaient les ?lections au Venezuela, dans l??tat de Rosario Argentine, se tenait une r?union de la fondation Libertad ? laquelle participaient entre autres membres ??distingu?s?? de l?extr?me-droite internationale Alvaro Uribe (Colombie), Aznar (Espagne) et la virulente d?put?e v?n?zu?lienne Corina Machado. L?avenir du Venezuela et de la r?gion ? un avenir n?olib?ral, bien s?r ? ?tait au c?ur des d?bats de cette rencontre qui fomentait ainsi des complots contre des mandataires d?mocratiquement ?lus de la r?gion, mais dont les programmes sont en opposition avec la volont? recolonisatrice de l?Empire du Nord.

Nicolas Maduro nous rappelait les deux premi?res tentatives avort?es de coup d??tat, juste au lendemain des ?lections et lors du premier mai, tentative que le gouvernement a r?ussi ? arr?ter ou emp?cher. A pr?sent, dit-il, ils attendent de conna?tre le point de vue d?Obama.

Obama qui visite en ce moment 8 pays de la r?gion avec un programme fort clair[i]?:

1. S?assurer que la r?gion soit maintenue fermement dans la cour-arri?re de la politique militaire US (alors que Kerry vient d?annoncer une augmentation significative des budgets militaires y consacr?s)

2 Mettre son empreinte politique sur le programme militaire du Pentagone.

3 Cr?er une grande alliance entre les pays de la r?gion des pays ? politique n?olib?rale contre ceux qui s?y opposent, comme l?Alba, le Mercosur et d?autre associations r?gionales.

Nous savons que si ??la guerre au terrorisme?? sert de faux drapeau aux invasions de l?Empire en Afrique et en Asie, en Am?rique Latine, c?est le narcotrafic qui est le pr?texte d?une guerre souvent dirig?e contre les opposants politiques au projet n?olib?ral. Or de plus en plus de mandataires r?gionaux stigmatise l??chec du but avou? de cette guerre et constate les sillons de larmes et de sang d?innocents que tracent ses interventions dans la r?gion sans pour autant parvenir ? aucun r?sultat concret pour ce qui concerne le but officiel?: r?duire l?addiction de la population ?tasunienne aux drogues. Ajoutons ? cela toutes les enqu?tes et documents (y compris documents officiels d?classifi?s),t?moignages de repentis qui d?montrent que en ce qui concerne la drogue, il s?agit d?avantage de la part??du r?gime des USA d?une lutte pour garder le contr?le de march?s, cr??s par Bush p?re et Cheney, rappelons-le, dans le double but de financer la guerre ill?gale des contras et de d?mobiliser la jeunesse afro-am?ricaine et autres rebelles de l??poque en arrosant de drogues les quartiers chauds.

Tous ceux qui ont une pratique de terrain en mati?re de lutte contre l?addiction aux drogues savent bien que seuls d?une part une lutte de pr?vention men?e collectivement avec les habitants dans un travail de quartier soutenu qui cr?e des alternatives (les possibilit?s pour des jeunes de prendre en main leur destin en s?ouvrant les portes d?un avenir digne) et d?autres part une guerre sans merci aux gros trafiquants peuvent venir ? bout de ce probl?me. Or aucune de ces mesures n?est prise ? l?int?rieur des EU qui t?moignent d?une incapacit? totale ? agir sur leur territoire y compris celle d?intercepter ? l?arriv?e les livraisons du grand trafic.

Une tendance se dessine donc dans diff?rents pays latino?: remplacer les effectifs militaires US par une d?criminalisation doubl?e d?une action de terrain.

De nombreux documents ?galement recensent l?ensemble des op?rations qui constituent la remilitarisation de la r?gion par les arm?es US, soit par les forces navales, soit par la multiplication des bases sur tout le territoire. Avec cette nouvelle formule, celles de bases non effectives, mais qui dot?es de longues piste d?atterrissage permettent des ??projection de forces?? rapide des Op?rations Sp?ciales, ajoutons l?arsenal nucl?aire visant le continent, celui install? au Malouines par leurs alli?s du Royaume-Unis et qui vise le continent, celui dont sont porteur les navires de guerre croisant o? prenant port dans les Oc?ans encerclant la r?gion, ajoutons ? cela la r?cente annonce d?un d?ploiement accru de drones US dans la mer Cara?be et nous aurons un faible ?bauche de l?activit? guerri?res qui constituent au quotidien les modalit?s militaires de la recolonisation. La tourn?e d?Obama comporte le contr?le des avanc?es du commandement Sud dans la r?gion.

Un autre volet concerne l?int?gration r?gionale n?olib?rale r?alis?e dans le cadre des trait?s de libre ?change, qui sont en fait des op?rations de phagocytose des ?conomies locales par les transnationales, ph?nom?ne que nous ?prouvons ?galement les douloureuses cons?quences en Europe. Des trait?s dont les effets concrets sont une augmentation de 27 ? 40 milliards de dollars annuels pour les USA entre 2005 et 2012, alors qu?? l?inverse les exportations vers les EU des pays latino concern?s sont rest?es stables entra?nant un quintuplement du solde n?gatif pour les pays d?Am?rique centrale.

Dans cette strat?gie des dominos qu?affectionne les strat?ges US, le Venezuela est la pi?ce ? abattre pur que tombe la r?gion. La mort de Chavez ouvrait ? leur yeux la faille n?cessaire pour reprendre le pouvoir sur ce pays et commencer la destruction des acquis de la r?volution bolivarienne sur ce territoire et ceux de l?int?gration r?gionale souveraine et autod?termin?e dans la r?gion.

Nous avons pu voir, Jose Miguel Inzulsa[ii]?le pr?sident de l?OEA (Organisation des Etats d?Am?rique), prendre position contre la l?gitimit? de celles-ci d?s que fut connue leur issue. Apr?s un vote par lequel tous les pays membres ? l?exception des USA et du Canada ont ratifi? le r?sultat des ?lections appelant l?opposition ? les respecter, Inzulsa a du se r?tracter.??D?autre mesures ont ?t? prises et actions entreprises pur renforcer cette autonomie r?gionale, des dominos sont tomb?s mais dans le sens contraire ? celui voulu par l?Empire du Nord. Toujours plus isol? puisqu?il reste le dernier et le seul ? ne pas reconna?tre la l?gitimit? du Pr?sident du Venezuela, Nicolas Maduro.

Si le gouvernement bolivarien du Venezuela r?ussit en ce moment ? neutraliser les tentatives de d?stabilisation de l?opposition, c?est pour mieux se consacrer ? la lutte contre les ennemis int?rieurs qui sont la corruption et la bureaucratisation qui s?vissent dans les diff?rents niveaux de l?administration du pays que dans certaines instances du PSUV. La meilleure lutte contre ces deux fl?aux reconnus de tous, ?tant d?avancer r?solument vers la mise en place de l??tat communal.

Comme le dit une habitante d?un quartier pauvre (et chaud de Caracas), parlant de l?avant Chavez?: ??Des citoyens?? Mais on ne savait m?me pas qu’on ?tait des ?tres humains !??.[iii]

Autres paroles d?une habitante du pays qui concerne les REDI,r?gions int?grales de d?veloppement auquel Maduro vient de donnerune nuvelle impulsion

A Ciudad Caribia, ville bolivarienne pilote de 7 000 habitants sortie de terre en 2011 dans les montagnes qui environnent Caracas?[7], et dans laquelle vivent notamment les victimes des inondations qui avaient d?vast? le pays l?ann?e pr?c?dente, Maria, 37 ans, porte-parole des conseils communaux de la ville, nous explique?: ??Ici, toutes les missions sont en action?: ??Mercal?? pour l?alimentation, ??Vivienda?? pour le logement, ??Barrio adentro?? pour la sant? publique, etc. La nouvelle police bolivarienne assure notre suret? publique. Nous montons nos projets de gestion et de d?veloppement de la ville, signons les conventions avec les institutions du gouvernement concern?es, recevons les cr?dits que nous g?rons directement?pour d?cider quelles entreprises travailleront,?sous notre contr?le.C?est ici que se construit le Venezuela de demain.??
Et d?ajouter, solennelle?:???Nous ne laisserons personne d?truire cela??.[iv]

Pendant 14 ann?es, le peuple du Venezuela ? d?couvert son humanit? et sa facult? de prendre son destin en main, le pays est devenu un grand espace de libert? permettant aux associations populaires de se cr?er, de grandir, de se diversifier, dans l?apprentissage et l?invention sur le tas d?une nouvelle forme de d?mocratie participative qui inspirera les habitants et quelques mandataires??de la r?gion (nous ferions bien aussi d?en prendre de la graine?!). C?est l?histoire de la qu?te de dignit? de peuples jusque-l? m?pris?, une histoire qui esp?rons-le constituera un jour le courant qui dominera ce d?but de 21?me?si?cle. Cette histoire auquel ses mandants ont ordonn? au valet Obama de mettre un terme.

Actuellement le gouvernement du Venezuela a commenc? ? mettre en ?uvre son gouvernement de rue, qui s?est tenu dans l??tat de Miranda (dont Capriles est gouverneur, un des plus ins?cure du pays) apr?s celui de Zulia. Pour contrer le quasi-monopole des m?dias d?opposition une nouvelle impulsion est donn?e aux m?dias populaires locaux dont une des devises est ??Ne regardez pas la t?l?vision, faite l??!??. La rencontre des mandataires et du peuple d?bouche sur de nouvelles propositions et initiatives, les unes destin?es ? avancer sur le chemin du bien-?tre pour tous (sauf sans doute pour ceux qui se mettent en rage ? l?id?e de restreindre un peu de leur luxe pour assurer le confort de tous les autres, travailleurs-cr?ateurs de la richesse de cette oligarchie parasite), les autres consiste en cet ?largissement des bases de la d?mocratie participative conf?rant toujours plus de pouvoir ? un peuple toujours plus apte ? s?en servir avec amour et intelligence.

Tout cela au sein d?une guerre qui ne dit pas toujours son nom et d?ploie ses foyers partout dans le monde, militaires, ?conomiques, culturels et aujourd?hui cybern?tiques,??la guerre d?une humanit? digne, libre aspirant au bonheur et ? la paix contre les technocrates de la gouvernance mondiale centralis?e et leurs arm?es d?assassins, de tortionnaires et de robots purement machiniques. Une guerre dans laquelle nous sommes tous partie.

Anne Wolff

4 avril 2013

 

 

 

 


[ii]?Rappelons que celui-ci avait d?j? jou? un r?le plus que glauque lors du coup d??tat en Juin 2009 au Honduras. Coup d??tat condamn? par l?ensemble de la communaut? internationale EU compris. Pendant le long d?nouement qui a suivi, Insulza sembla prendre directement ses ordres du d?partement d??tat, alors dirig? par H Clinton, et qui ?tait organisateur occulte de ce coup d??tat ainsi que le d?montre des documents r?v?l?s depuis entre autre par Eva Golinger. Ce qui catalysa ?galement la cr?ation de la CELAC qui unit les pays du Sud hors h?g?monie de l?Empire du Nord. Il fut aussi fort press? de reconnaitre le gouvernement de fait apr?s le coup d??tat??doux?? qui conduisit ? la destitution du pr?sident de gauche du Paraguay, Lugo. Certains se permettent de rappeler devant la poursuite des ing?rences du chilien Insulza ? la solde Washington qu?il ferait bien de se pencher plut?t de l?augmentation de violence polici?re dans son pays contre les gr?ves ?tudiantes et autres ou contre les communaut?s originaires comme les Mapuches.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...

One comment

  1. avatar

    Carte blanche pour l’Âge Noir de la Terre : les boulimies de cet empire sont devenues exponentielles !… Il doit dévorer de plus en plus d’énergie ( et de dollars ) pour rester opérationnel !… Même les séries TV hollywoodiennes ( de propagande pourtant ! ) sont amenées à dénoncer cet épuisement !… ( Les Britanniques, dans un dernier suicide « sage », ont préféré disparaître que de se dévorer eux-mêmes !… L’URSS s’est mise en congés illimités et sans -solde )

    L’Amérique de Reagan n’est parvenue à surmonter la faillite de l’ère Johnson/ Nixon qu’en pillant des trésors interdits : créer un marché de la drogue, puis « sévir » en faisant de l’administration pénitentiaire le principal employeur du « world » ( les US ) !… Maintenant, les détenus contrôlent pratiquement les prisons et le pays va tourner aux zombies ( comme des films prémonitoires de « révolte » des morts-vivants le promettent !…) Les troupes du III° reich et sa population aurait connu un sort semblable, avec une consommation démente d’une méthamphétamine , la pervitine , ( la pilule de Göring ) si la guerre avait duré quelques années de plus : on la consommait encore relativement facilement en Allemagne de l’Ouest au début des années 50 !…

    Malheureusement, que cet empire pourrisse dans ses racines n’empêche qu’il reste très vivace dans sa canopée … et capable de déchaîner le Chaos sur la planète s’il se voit perdu !… Ce n’est pas l’empereur hystérique , maître de « l’empire jaune » qui veut « appuyer sur le bouton » , comme dans les dernières planches du « Secret de l’Espadon » [série bd « Blake et Mortimer » de Edgar P. Jacobs ] !… Mais le bien réel président Bush Junior, qui faisait transporter au-dessus du territoire US,par un bombardier stratégique B-52, 6 bombes nucléaires à destination du « Moyen-Orient » le 31 août 2007 !… ( Depuis, d’autres tentatives pour accuser l’Iran d’attaque nucléaire auraient été déjouées, …)
    Ce qui signifie qu’il y en aura d’autres, tout aussi hallucinantes : ce Pouvoir est si narcissique, à force de réduire les conditions de sa propre gouvernance, finira par perdre le contrôle !… Il est à craindre alors que personne ne sera en mesure de le ramasser !… Quel destin s’ouvrira pour cette planète, super-armée et qui n’en peut rien faire !…