Accueil / T Y P E S / Chroniques / Nouvelles strat?gies des jeunes

Nouvelles strat?gies des jeunes

 

logo_chronique

Le?Sommet des jeunes

Retour sur le Sommet d?ao?t 2013, o? des jeunes ont poursuivi leur r?flexion pour une nouvelle Politique jeunesse. D?ceptions et nouvelles strat?gies pour arriver ? leur but.

Normand Charest?Dossiers?Valeurs de Soci?t?,?Jeunes,?Politique

Dans le num?ro de septembre-octobre du magazine Reflet de Soci?t?, nous avons couvert le?Sommet des jeunes, tenu ? Montr?al. Et nous avons promis de suivre ce dossier, parce que nous croyons que cette implication m?rite qu?on l?appuie. Les jeunes devaient pr?senter la synth?se de leur travail ? la?commission parlementaire?annonc?e pour l?automne.

Mais depuis, la commission a ?t? remise ? janvier ou f?vrier prochain, ce qui leur donne plus de temps pour peaufiner leur m?moire. De plus, le ROCAJQ (Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Qu?bec) a offert aux jeunes un espace au sein de son Colloque tenu en octobre (le OFF Colloque).

Nous avons assist? ? cet OFF Colloque en tant qu?observateur, afin de mieux comprendre leur d?marche. Une dizaine de jeunes ?taient pr?sents, dont Maryann Gauthier, puis Judeisy de L?on et Ursy Ledrich du BCJ (Bureau de consultation jeunesse) que nous avons d?j? interview?s en ao?t dernier.

Retour sur le Sommet

Les jeunes se posent d?abord cette question: le Sommet de cet ?t? a-t-il ?t? une r?ussite? Ils ont la candeur de s?avouer qu?ils ont ?prouv? de grandes difficult?s ? le r?aliser. C?est clair, le projet ?tait trop ambitieux.

Rappelons que l??v?nement s?est d?ploy? sur cinq jours, avec de multiples ateliers simultan?s, sans compter les soir?es et le point de presse. De plus, ils apprennent deux semaines avant l??v?nement qu?ils doivent h?berger 70 participants venus de France, alors qu?ils en attendaient au plus une vingtaine. Un ?norme d?fi pour n?importe qui, peu importe son ?ge.

Donner une voix aux jeunes

Le BCJ a ?t? fond? pour donner une voix aux jeunes. Son principe de base, comme l?explique Ursy, c?est que les jeunes dirigent et proposent des projets, tandis que les intervenants appuient leurs actions, en les aidant ? obtenir du financement, par exemple. D?o? le slogan ?par et pour les jeunes?. Si les adultes prennent trop de place dans ce processus, certains jeunes ne parlent pas. C?est pourquoi les jeunes font leurs rencontres sans?les intervenants.

R?cup?ration gouvernementale

Depuis des ann?es, ce groupe de jeunes a connu plusieurs d?ceptions dans ses contacts avec le gouvernement. Des projets qu?ils avaient pr?sent?s ont ?t? refus?s pour ?tre ensuite, selon eux, repris sans que le cr?dit leur en soit donn?.

C?est le cas pour la tourn?e de consultation des r?gions. M?me l?expression ?En route pour le Sommet? leur aurait ?t? prise. Les jeunes ont ?cout? ceux des r?gions, pour prendre note de leurs pr?occupations.

Le refus de financement pour raison de ?d?doublement? compromettait, pour eux, trois ans de travail. D?autant plus que leurs partenaires les avaient quitt?s pour se joindre ? la tourn?e gouvernementale. Ils se sont alors sentis doublement flou?s.

Historique: un expos? brillant

Ursy nous pr?sente d?ailleurs, de mani?re brillante, un historique de la Politique jeunesse au Qu?bec, en partant de la cr?ation du BCJ en 1970 et en passant par les diff?rentes ?tapes, dont celle du Conseil permanent de la jeunesse, aboli par?Jean Charest?en 2010, l?Ann?e internationale de la jeunesse, et jusqu?? aujourd?hui. Une succession de belles paroles et de promesses dont la r?alisation est continuellement report?e.

?couter sans juger: deux tourn?es et deux approches diff?rentes

En plus d?une perte personnelle, c?est la validit? de la tourn?e gouvernementale que les jeunes remettent en question. Selon eux, il y a deux conditions pour comprendre vraiment les pr?occupations de la jeunesse.

1. D?abord s?assurer que l?on rejoint les jeunes de tous les milieux, sans oublier les plus marginalis?s, ce que la tourn?e gouvernementale n?aurait pas r?ussi ? faire, disent-ils. ?Nous, nous allons voir les jeunes de la rue. Eux s?adressent plus aux jeunes ?tudiants, d?j? politis?s.?

2. Il faut aussi recueillir les pr?occupations de ces jeunes sans les juger. C?est ainsi que les jeunes du BCJ fonctionnent. ? l?oppos?, la consultation gouvernementale oriente le d?bat en sa faveur, en limitant l?expression des participants ? des questions qu?elle leur impose.

Confidentialit?

? partir des pr?occupations recueillies lors de leur consultation, les jeunes vont maintenant ?laborer leurs recommandations pour la Politique jeunesse.

Mais apr?s avoir ?t? d??us par la r?cup?ration gouvernementale, ils en ont tir? une bonne le?on. Dor?navant, tout leur travail demeurera confidentiel, jusqu?? ce que leur m?moire soit remis ? la commission parlementaire.

Les jeunes du Sommet font partie du BCJ dont le rayon d?action ne couvre que la r?gion de Montr?al. Mais leur place au sein du ROCAJQ leur permet de s?associer ? une cinquantaine d?autres organismes communautaires et ? d?autres jeunes, ?tendant ainsi leur influence ? tout le Qu?bec.

Chacun de ces organismes pourra pr?senter son propre m?moire lors de la Commission parlementaire avec des recommandations similaires, ce qui ajoutera un poids politique ? celles des jeunes.

?Les jeunes veulent s?approprier la Politique jeunesse, et pas seulement se la laisser imposer d?en haut par les politiciens. Si tu ne prends pas soin de la politique, c?est elle qui prendra soin de toi.? (Ursy)

On pourra dire que les jeunes manquent d?exp?rience, mais on ne peut ignorer leur bonne volont? et la pertinence de beaucoup de leurs id?es. Si l?on promet de ?donner une voix aux jeunes? comme on l?a fait, il faut bien les ?couter par la suite.

Colloque sur l?action communautaire?

Lors du colloque organis? par le ROCAJQ, du 15 au 17 octobre, M. Nikolas Ducharme, secr?taire adjoint du Secr?tariat ? la jeunesse, est venu pr?senter la d?marche gouvernementale de consultation qui comporte le d?p?t, cet automne, d?un ?Livre blanc sur la jeunesse? par le gouvernement du Qu?bec.

Les membres d?Interjeunes et les jeunes du Sommet comptent ?tudier attentivement ce Livre blanc. Mme Sylvie Norris, directrice du ROCAJQ, d?clare dans un communiqu? de presse: ?On veut s?assurer que la parole, les pr?occupations, les besoins et les espoirs de tous les jeunes s?y retrouvent.? Ce qui r?sume bien la pens?e de tous.

En fait, cette action va plus loin que le ROCAJQ parce qu?elle implique la Coalition Interjeunes qui repr?sente 320 organismes fr?quent?s par 370 000 jeunes de partout au Qu?bec. Les organismes membres de la Coalition Interjeunes sont:

  • Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Qu?bec (ROCAJQ)?;
  • Regroupement des maisons de jeunes du Qu?bec (RMJQ);
  • Regroupement des Auberges du c?ur du Qu?bec (RACQ);
  • Regroupement des organismes communautaires qu?b?cois de lutte au d?crochage (ROCQLD).

Autres textes sur les?Jeunes

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXCVIII) : d’autres surprises encore

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises pendant la pandémie. D’autres pays et ...