Accueil / A C T U A L I T É / NICOLAS DUPONT-AIGNAN AUX UNIVERSITES DE RENTREE 2010

NICOLAS DUPONT-AIGNAN AUX UNIVERSITES DE RENTREE 2010

(NDLR ?Nous ne portons pas un jugement sur cet appel ? l’action: aux Fran?ais de le faire. Nous croyons seulement utile qu’il soit diffus? ) Votre ?diteur

Une France abim?e par une vie politique pitoyable, path?tique. Quel ?t??! Tant de bassesse, tant de d?magogie, de fausses postures et de double langage. Un vrai cirque qui d?go?te nos concitoyens de ce qui passe pour de la politique mais qui n’en est plus.

Comme si, ? mesure que la France s?enfonce dans les difficult?s, ils n?avaient rien d?autre ? faire que de pol?miquer, se diviser, et finalement se ridiculiser.

Et tout ce g?chis pour quoi?? Pour eux, leurs petits sondages, leurs petits egos et leurs grandes ambitions. En tous cas rien de concret, rien qui ne puisse r?soudre les probl?mes toujours plus lourds des Fran?ais.

D?un c?t? les bons sentiments paravents du vide des propositions. De l?autre, la gesticulation pour faire oublier l?inaction, quitte ? dresser les Fran?ais les uns contre les autres en d?tournant l?attention du peuple des vrais enjeux.

Triste tableau que celui d?une classe politique qui finalement se sent plus attach?e aux valeurs mondialistes qu?elle d?fend qu?? la nationalit? de ceux dont elle tient pourtant la l?gitimit?.

Le G?n?ral l?avait bien compris, lui qui estimait tout au contraire que « les seules v?rit?s internationales, ce sont les Nations?.

En fait, la nation est un espoir, un mod?le alternatif dans un monde globalis? et sans rep?re. Elle lib?re l?individu d?un syst?me qui l?asservit. Oui je pr?f?rerai toujours la loi r?publicaine ? la loi de la jungle.

Ce qui vaut pour la France vaut bien entendu pour tous les pays du monde. C?est le droit fondamental de chaque peuple ? disposer de lui-m?me, fondement de la d?mocratie. Quand comprendront-ils que quand la nation est insult?e, pi?tin?e, c?est la d?mocratie qui est bafou?e !

Mais l’id?e de notre nation, l’id?e de la France que nous partageons tous, « une certaine id?e de la France », cette id?e est ?ternelle.

Je vous le jure, elle est ?ternelle.

Alors oui, prenons le risque d’aimer la France comme nous aimons notre famille, et de l’aimer plus encore que nous nous aimons parfois nous-m?mes.

A nous de porter d?sormais cette esp?rance qu?ils semblent tous avoir reni?e.

Dans le domaine ?conomique, le d?calage entre la fiction et la r?alit? fut impressionnant.

Madame la Marquise de Bercy s?est extasi?e. ??0,6% de croissance. Quel ??magnifique?? je cite, 2?me trimestre. L?emploi red?marrerait, la confiance reviendrait??. C?est plut?t la m?thode Cou? qui n?en finit pas. Car il n?en est malheureusement rien.

L?Allemagne fait trois fois mieux et nous distance de plus en plus.

Notre d?ficit commercial atteint pour les six premiers mois de l?ann?e 25 milliards d?euros. Le ch?mage reste tr?s ?lev? avec un taux de 9,7 % et les radiations du P?le emploi sont plus rapides que les nouveaux recrutements. Les d?ficits budg?taires sont abyssaux et le gouvernement navigue pour augmenter les imp?ts sans en avoir l?air.

Quand comprendra-t-on que ces d?ficits, que cette atonie sont la cons?quence d?une comp?titivit? en lambeaux et du d?part des entreprises de notre pays??

Des d?localisations qui s?expliquent tout naturellement par des charges sociales trop lourdes, par l?euro trop cher, et par un libre ?change d?loyal.

Mais l? aussi que propose comme alternative le PS de Madame Aubry??

Un pansement. Le fameux ??care?? qui en anglais, cela fait plus chic, veut dire soin. Apr?s le choc des 35 heures, un simple patch anti douleur.

Mais, rien, sur les causes de la r?gression ?conomique et sociale. Pour la simple et bonne raison que les socialistes soutiennent, assument le cadre g?n?ral de l?Europe mondialiste dans lequel s?est enferm? notre pays depuis 20 ans.

Comment s?en ?tonner quand on sait que Dominique Strauss-Kahn et Pierre Moscovici approuvent avec suffisance et inconscience le corset impos? ? la Gr?ce, eux qui font tous deux partie du Bureau du Conseil Europ?en des Relations Etrang?res, ? savoir une organisation atlantiste qui d?fend la mise en place d?un nouvel ordre mondial.

Car, UMP-PS, au-del? des postures et des grands mots, ne diff?rent que par la taille et la couleur du pansement qu?ils proposent d?appliquer au malade.

Ils ne proposent aucune remise en cause radicale du syst?me, puisqu?ils en vivent.

En fait, l?UMPS c?est l?Union pour le Maintien Perp?tuel du Syst?me.

Ils sont main dans la main car ils partagent la m?me vision supranationale de l?organisation du monde.

Tous ces d?taillants s?approvisionnent chez le m?me grossiste, selon le bon mot de notre tr?s cher regrett? Philippe S?guin.

Ils ont pourtant ?t? ensemble d?savou?s par le peuple fran?ais en 2005.

Mais puisqu?ils d?tiennent encore les cl?s, ils sont ensemble revenus par la voie parlementaire sur ce vote dans un coup d?Etat simplifi? auquel je fus l?un des plus ardents opposants.

Alors ils continuent leurs petites affaires, et ils jouent le jeu d?un faux clivage droite gauche pour marginaliser tous ceux qui, comme nous les gaullistes, veulent une France libre au service d?un peuple ma?tre de son destin.

Tout ce petit monde se pr?pare d?ailleurs pour une nouvelle mascarade?: l??lection pr?sidentielle de 2012. M?me Herv? Morin veut y mettre de l?animation, et pourtant il a tout sign?, tout vot?, tout soutenu.

Mais ils ne comprennent pas, ou font semblant de ne pas comprendre, que l?opinion s?est ?vanouie de lassitude et de col?re, que les Fran?ais ne veulent plus jouer ? cette apparence de d?mocratie. Et en plus on nous pr?voit les machines ? voter pour d?finitivement biaiser les choix.

En r?alit??: les fran?ais ne votent qu?? reculons?!

On peut les comprendre.

Avec un peu de recul, au cours des trente derni?res ann?es, soit une g?n?ration, trois esp?rances politiques majeures incarn?es par trois candidats, porteurs d?une rupture pr?sidentielle ont ?t? trahis. De Fran?ois Mitterrand avec son ??changer la vie??, ? Nicolas Sarkozy avec son ??tout est possible??, en passant par Jacques Chirac avec sa ??lutte contre la fracture sociale??, les Fran?ais ont cru en trois promesses de sursaut.

1981, 1995, 2007 incarnaient ? chaque fois le refus tr?s ??fran?ais?? de se plier ? un nouvel ordre mondial destructeur de notre exception. Mais, ? chaque fois, ce qui paraissait ?tre des projets construits n??taient en fin de compte que des leurres destin?s ? gagner le pouvoir sans se donner ensuite les moyens de l?exercer. Car apr?s chaque victoire dans la liesse est venu le temps du renoncement et donc de la d?ception populaire.

D?sormais la moiti? de nos compatriotes s?abstiennent et, parmi ceux qui votent, combien y croient encore?? Et si le vote blanc ?tait, comme je le demande, autoris?, les chiffres seraient encore plus impressionnants. Ce doute compr?hensible, fruit du cynisme et de la r?signation de la classe dirigeante fran?aise, est devenu le cancer de notre pays.

******

Deux Frances s??loignent l?une de l?autre. La France qui souffre et la France qui profite.

Souvenez-vous des deux campagnes europ?ennes et r?gionales que nous avons courageusement men?es.

Combien d?usines visit?es, en voie de d?localisation,

Combien d?agriculteurs rencontr?s qui ne peuvent plus vivre de leur travail,

Ces ch?meurs de 49 ans qui se demandent comment ils atteindront la retraite,

Ces jeunes qui apr?s des ?tudes longues, synonymes de sacrifices pour leur famille, gal?rent de petits boulots en petits boulots?;

Combien de visages pleins de rage et de larmes d?hommes et de femmes qui ne comprennent pas, ou plut?t qui ne comprennent que trop bien que, 200 ans apr?s la R?volution fran?aise, ils sont devenus des objets que l?on jette apr?s les avoir bien press?s.

Ce sont justement ces regards de Fran?ais tromp?s, humili?s, ab?m?s par les politiques de renoncement men?es depuis une g?n?ration qui me donnent l??nergie et le courage de tracer avec vous ce chemin loin des sentiers battus des deux grands troupeaux fran?ais.

Car ce qui est en cause aujourd?hui, dans notre pays, ce n?est pas la traditionnelle ?volution de la productivit? qui veut qu?? chaque mutation technologique on ferme des activit?s pour en ouvrir d?autres, mais bien une d?b?cle industrielle et donc ?conomique et sociale sans pr?c?dent. Une d?b?cle qui a ses causes et que l?on pourrait donc ?viter.

Pourquoi accepter de perdre la guerre ?conomique et technologique du 21?me si?cle?? A Molex en Haute-Garonne, ? Abbeville, toutes ces usines que nous avons visit?es ensemble ?taient rentables. Chaque fois, les ?tablissements qui ferment sont b?n?ficiaires; chaque fois les salari?s ont consenti des efforts de productivit?; mais ce n?est jamais assez puisqu?ils sont mis en concurrence avec les nouveaux esclaves du 21?me si?cle.

Le gigantesque camp de travail chinois par exemple. Les ouvriers dorment sur place, les hommes et les femmes ont chacun leur dortoir, des milices les encadrent, l?environnement est pill? ? merci, les brevets sont copi?s sans g?ne. Le r?ve des ??n?griers?? du 18?me se r?alise. Le capitalisme le plus d?complex? sous la dictature la plus secr?te.

Et l?oligarchie en est admirative?! Au point d?ailleurs de reproduire ce mod?le en Europe m?me. Plut?t que de vouloir hisser le niveau de vie des Europ?ens de l?Est, ils s?en servent pour d?localiser toujours davantage.

Un ouvrier d?un sous-traitant automobile m?avouait son ?c?urement en voyant son entreprise refuser un investissement sur une machine et payer au m?me moment des frais de taxi de Slovaquie pour amener en une nuit une pi?ce manquante en Picardie.

Souvent les calculs ?conomiques, qui ont pr?sid? ? la fermeture des usines, apparaissent sp?cieux. Une fois effectu?e la d?localisation est moins rentable que pr?vu. Les co?ts de transport, les d?lais de livraison, les malfa?ons, rendent ?quivalent le nouveau prix de revient avec l?ancien.

Ainsi, dans l?indiff?rence g?n?rale, l?industrie automobile fran?aise a d?localis? en 4 ans la production d?un million de v?hicules en Europe centrale, sans compter les sous-traitants qui sont ??incit?s?? ? suivre; et les d?localisations continuent de plus belle, toujours plus ? l?Est, comme en Ukraine. Pourquoi se g?neraient-ils, puisque les politiques publiques n?incitent pas ? produire en Europe et ? ?lever le niveau de vie des nouveaux adh?rents??

Mais qui s?int?resse ? ces femmes et ces hommes, ? leurs familles bris?es, assist?es, et souvent humili?es? Qui s?int?resse au sort de ces dizaines de petites villes de province qui perdent leur substance et s?engourdissent??

Dormez tranquille, r?pondent d?un ton docte les ?conomistes de la bien-pensance, nous expliquant depuis 15 ans que ces d?localisations ne sont que la ran?on d?une ?conomie moderne. J?entends encore Pascal Lamy nous expliquer ? l?Assembl?e Nationale qu?il fallait bien acheter des tee-shirts ? la Chine pour lui vendre des Airbus. Sauf qu?on d?localise maintenant aussi la fabrication d?Airbus?!

De m?me, les avocats de l?euro ne veulent pas voir qu?il asphyxie notre industrie et nous fait mourir ? petit feu comme l?a expliqu? avec talent, ce matin, Alain Cotta.

Mais si ce syst?me mortif?re est accept? et maintenu c?est bien car il profite ? certains. Les multinationales qui dictent leurs conditions aux Etats, les plus ais?s qui se jouent des fronti?res, les puissances d?argent qui se sont empar? des services publics et abusent de la position dominante de ces nouveaux oligopoles priv?s. Les soci?t?s d?autoroutes, par exemple, qui ont r?tabli l?octroi avec la complicit? de l?Etat. Les banques qui rackettent les PME et les particuliers, pour pouvoir financer leur politique de bonus extravagant avec l? aussi la complicit? de l?Etat. Les nouveaux groupes ?nerg?tiques qui vont comme GDF jusqu?? traficoter les factures des Fran?ais pour d?gager une marge pour investir ? l??tranger. Sans parler de Total qui accumule des profits sans les mettre au service de la n?cessaire reconversion ?nerg?tique du pays.

Ce sont les nouvelles f?odalit?s. Stock-options d?lirants, parachutes dor?s, privil?ges jamais contr?l?s par un actionnariat ?miett?, influence excessive sur certains m?dias?: rien n?arr?te les nouveaux oligarques de l??conomie fran?aise. Une ?conomie mixte ? l?envers o? l?Etat est aux ordres des int?r?ts particuliers priv?s. Le bouclier fiscal et le premier cercle des contributeurs de l?UMP sont devenus cet ?t? les symboles de ce m?lange tragique des genres.

La France qui souffre, qui s??tend de jour en jour aux classes moyennes est quant ? elle r?sign?e, et ne croit plus en rien tant elle a ?t? tromp?e. Mais voyons mes amis, la France pour moi, pour vous ce n?est pas cela !

Ce n?est pas ce d?tricotage permanent de la R?publique,

Ce n?est pas ce d?clin ?conomique et cette mis?re sociale,

Ce n?est pas cet Etat aux ordres des oligarques,

Ce ne sont pas ces d?sordres ? la base comme aux sommets,

Ce n?est pas cette ?cole qui l?che et qui n??l?ve plus l?esprit,

Ce n?est pas ce d?nigrement syst?matique de l?Etat.

Ce n?est pas le travail de sape sur les valeurs et les mythes fondateurs de la coh?sion nationale et de la R?publique.

Pourquoi notre France qui dans son histoire a tant de fois montr? le chemin, devrait-elle s??vaporer aujourd?hui?? Pourquoi les Fran?ais devraient-ils renoncer ? ?tre ce qu?ils sont??

Ils n?ont pas ? rougir de leur pass?.

NON, ils n?ont pas ? rougir de ces grands rois qui ont b?ti l?Etat ! Ils n’ont pas ? rougir de Philippe le Bel qui, lui, a su mater les banquiers de l’?poque, ils n’ont pas ? rougir de Fran?ois Ier qui a su, lui, prot?ger le fran?ais par l’?dit de Villers-Cotterets, contre la pr??minence du latin des Clercs, si opaque au peuple, ils n’ont pas ? rougir de Louis XIII et de Richelieu qui ont su, eux, desserrer l’?tau du Saint Empire romain-germanique.? Pas plus qu’ils n?ont pas ? rougir des grands philosophes des lumi?res, de la D?claration des Droits de l?Homme et du Citoyen, du Code Civil et de son inspirateur Napol?on Bonaparte !

NON, ils n?ont pas ? rougir de l??cole publique gratuite, la?que et obligatoire, ni des d?fricheurs de l?avenir que sont nos grands savants, de Pasteur ? Montagnier en passant par Robert Debr?, et tant d’autres !

NON, ils n?ont pas ? rougir de ceux qui apr?s chaque ?preuve se sont retrouss? les manches – d?o? qu?ils viennent d?ailleurs, Polonais, Italiens, Maghr?bins ou Africains, ils n’ont pas ? rougir des conscrits de Valmy et des poilus de Verdun, ils n’ont pas ? rougir des pages sombres, sombres mais toujours sauv?es, ni de la g?n?ration de la France Libre puis de la France combattante, qui a ?tonn? le monde puis redress? la nation dans sa libert?, dans sa prosp?rit? ?conomique et dans son rayonnement culturel et politique !

Non, ils n?ont pas ? rougir de cette France ruin?e qui a red?coll? avec les reconstructeurs. Partis de rien, ils ont fait Airbus, le Rafale, le TGV, seuls ils ont fait de notre pays une grande puissance nucl?aire -et je ne peux manquer de rendre hommage ? cet instant au g?n?ral Pierre-Marie Gallois, qui nous a quitt?s, il y a quelques jours, dans sa centi?me ann?e; il n’est pas simplement le p?re de notre doctrine strat?gique, mais aussi l’image vivante d’un homme constamment tourn? vers le service de son pays : un de ces hommes qui montrent ce que peut faire une nation, quand elle est bien gouvern?e !

Mais la France c?est aussi le sursaut toujours possible quand tout para?t perdu et qu’elle est encore capable – pour reprendre le titre du dernier livre de notre ami Paul-Marie Co?teaux qui ?tait notre invit? hier au soir -? capable d’esp?rer contre tout?: c’est Jeanne d?Arc et les taxis de la Marne, Verdun et Clemenceau, le 18 juin, Jean Moulin et l?arm?e des ombres. La France c?est une id?e qui s?adresse au monde, comme le G?n?ral de Gaulle l?a si bien incarn?. De Qu?bec ? Mexico, de Phn?m Penh ? T?h?ran. L?esprit de cette France l?, j?en suis convaincu, est encore dans le c?ur de tr?s nombreux Fran?ais.

Pourquoi alors ne serions-nous pas capables de faire aujourd?hui ce que nous avons su faire hier??

Oui, une fois encore, nous avons la capacit? de r?ussir dans le XXI?me si?cle?! Nous en avons tous les atouts?; mais comme je l?ai montr?, tout a ?t? fait?pour casser le moral des Fran?ais, leur personnalit?.?Ainsi une petite ?lite pourrait continuer ses affaires juteuses, entre Paris et Washington, Tokyo, Singapour et Londres, pendant que sous leurs avions de ligne – dans le pays r?el – les citoyens de droit commun souffrent au jour le jour des cons?quences d?sastreuses de leurs politiques, pendant qu’ils triment au fond de la cale, afin de simplement survivre, ne plus m?me penser : survivre.

Jadis, le noble poss?dait les terres et faisait la loi, mais au moins il prot?geait ses paysans, il les d?fendait par les armes, et souvent au prix de sa propre vie ! Aujourd’hui, ceux qui d?tiennent le capital et le pouvoir ont abandonn? leurs vassaux. ?Ils les trahissent et ils leur mentent, pire ils les culpabilisent de vouloir vivre dignement, et tout simplement d’?tre ce qu’ils sont : Fran?ais.

Des millions de Fran?ais m?pris?s et jamais comptabilis?s dans les sondages car ils ne votent plus -mais qui sont, en fin de compte, majoritaires dans le pays.

Ils attendent aujourd?hui une rupture profonde, vraie, totale au service d?un projet cr?dible, susceptible d?apporter enfin des r?sultats tangibles. Ils ne veulent plus de ce syst?me oligarchique, ind?cent et impuissant.

Voil? pourquoi il est si vital de proposer une nouvelle d?marche et un autre projet. Un rassemblement autour d?un projet exigeant.

Tous les m?decins le diront. Par exp?rience, le patient ne vaincra la maladie que s?il en a l?envie, donc la volont? et alors le courage. Il en est de m?me aujourd?hui de la France. Pour l?aider ? retrouver l?envie de se battre, il faut donc un Pr?sident de la R?publique qui, comme un bon m?decin, inspire confiance.

Or, mes chers amis, mes chers compatriotes, je sais une chose, c’est que cette confiance ne reviendra, ne pourra venir que par?:

Une personnalit? nouvelle,

Une ?quipe nouvelle,

Une th?rapie, et des m?dicaments, nouveaux.

Les ?l?phants de gauche et de droite qui sont pourtant les favoris des sondeurs ne conviennent pas aux Fran?ais, car ils savent tr?s bien qu’ils resteront prisonniers du syst?me qui nous a men?s l? o? nous sommes. Seul un ??outsider?? capable, comme le g?n?ral de Gaulle en 1940, de croire et de rendre possible ce qui appara?t ? tous impossible, pourra rassembler les Fran?ais.

M?me si cela se per?oit moins en raison du bruit m?diatique permanent, du zapping exacerb?, notre pays est aujourd?hui confront? ? des choix aussi difficiles qu?? des p?riodes tragiques de son histoire. La guerre de Cent ans, la Fronde, la guerre de 1914, l?effondrement de 1940. Les ?v?nements bien s?r sont diff?rents mais la d?mission des ?lites, le d?faitisme et le d?clin qui en r?sulte, sont de m?me nature. Il faut donc affirmer haut et fort le refus de cette fausse fatalit?.

Un seul principe doit guider le futur chef de l?Etat. L?int?r?t sup?rieur de la Nation. Dans tous ses appels ? la radio de Londres, le G?n?ral de Gaulle y faisait r?f?rence.

Il y ajoutait le bon sens. Car, oui, les deux vont ensemble et r?sument l?int?r?t g?n?ral. Il s?agit de la question centrale que doit se poser l?autorit? politique avant chaque d?cision?: ??ce que je fais, est-ce dans l?int?r?t de la France et des Fran?ais???? A n?en pas douter, au tamis de cette interrogation, beaucoup des d?cisions de ces derni?res ann?es n?auraient jamais ?t? prises !

A l?aune de l?int?r?t des sondages oui, des pressions de l?Union europ?enne oui, des ordres des Etats-Unis oui, des int?r?ts des amis du pouvoir oui, des camarades des grands groupes de travaux publics oui, de la bien-pensance parisienne, oui? Mais de la France, du souci national authentique, il est rarement question?!

Il s?agit en v?rit? tout simplement de r?habiliter le patriotisme le plus ?l?mentaire qui doit inspirer l?autorit? publique mais aussi tous les Fran?ais. C??tait bien le th?me de nos universit?s.

Car seul le patriotisme nous donnera la force collective?pour dompter une ?conomie mondialis?e de pr?dation qui ?puise les peuples?;

pour sortir de la tyrannie d?une Union europ?enne qui a perdu son sens?; pour abattre les privil?ges et les f?odalit?s qui gangr?nent l?Etat. Mais pour y r?ussir, il faudra, autour du Pr?sident, une ?quipe enti?rement nouvelle qui n?a pas particip? aux d?cisions du pass?.

A ceux d?entre vous qui, je le sais, ont parfois le sentiment que le chemin est escarp?, que nous ne sommes pas encore assez nombreux, je veux lire cet admirable extrait d?un discours du g?n?ral de Gaulle ? Londres le 1er avril 1942. Il n?a pas pris une ride :

??Les gens qui s??tonnent de ne pas trouver parmi nous des politiciens us?s, des acad?miciens somnolents, des hommes d?affaires m?nag?s par les combinaisons, des g?n?raux ?puis?s de grades, font penser ? ces attard?s des petites cours d?Europe qui, pendant la grande r?volution fran?aise, s?offusquaient de ne pas voir si?ger Turgot, Necker et Lom?nie de Brienne au Comit? de Salut public. Que voulez-vous?! Une France en r?volution pr?f?re toujours gagner la guerre avec le g?n?ral Hoche plut?t que de la perdre avec le mar?chal de Soubise. Pour proclamer et imposer la D?claration des Droits de l?Homme une France en r?volution pr?f?re toujours ?couter Danton plut?t que de s?endormir aux ronrons des formules d?autrefois.??

Nous devons, aujourd?hui comme hier, rompre avec le Syst?me. C?est le pr?alable au Rassemblement. La condition du Rassemblement; et ce l’est toujours aujourd’hui ! Pour redresser la France, il faut des hommes et des femmes qui acceptent enfin de penser librement.

Car, n?en doutons pas, la difficult? ? concevoir une strat?gie aujourd?hui pour la France tient moins aux contraintes financi?res, administratives, politiques, bien s?r r?elles, auxquelles, comme tout pays, nous sommes soumis, qu?aux contraintes intellectuelles : et celles ci sont r?dhibitoires. Elle tient d’abord ? l?incapacit? de nos oligarchies de rompre avec ce qu?elles ont mis en place pour leur plus grand profit.

Oui, il faut oser briser les tabous : les solutions ne se trouveront pas dans ce qui existe, chez ceux qui ont bloqu? le pays. Il faut un autre regard pour bousculer les f?odalit?s int?rieures et se lib?rer des cha?nes ext?rieures. Il faut comprendre le monde qui bouge et observer avec lucidit? ces nouvelles patries qui ?mergent.

Nous ne pourrons briser les dogmes et les tabous qu?en nous appuyant, par r?f?rendum, sur le peuple fran?ais, seul juge. Pour sortir de l?euro, pour r?tablir nos fronti?res, pour r?former l?Education Nationale, pour r?ussir la r?forme fiscale, pour r?habiliter les instruments de la s?curit? publique, seul le peuple sera en mesure bien s?r de d?cider !

Mais pour redonner confiance aux Fran?ais, pour leur redonner le go?t de la France, le go?t de l?effort, le nouveau Pr?sident et la nouvelle ?quipe auront besoin de r?sultats. Et pour avoir des r?sultats, il faudra pouvoir agir vite et fort. Il faudra donc de nouveau r?ellement gouverner la France. Ne pas faire semblant. C’est-?-dire en avoir la capacit? : en somme rendre le pouvoir au pouvoir.

Il faut en finir avec cette pr?sidence de crocodile. C?est ? dire une pr?sidence grande gueule et petits bras?! En 2012 il faudra passer de la pr?sidence de la parole, ? la pr?sidence des actes, ? la pr?sidence des r?sultats. Nous sommes les seuls dans la classe politique fran?aise ? le clamer haut et fort et ? vouloir nous en donner les moyens en rendant le pouvoir au peuple.

A force d?avoir abandonn? ? Bruxelles, ? Luxembourg, ? Francfort, ? Washington, ? P?kin, le pouvoir ? c?est-?-dire? les pouvoirs diplomatiques, les pouvoirs culturels, les pouvoirs l?gislatifs, les pouvoirs ?conomiques – nous sommes devenus un bouchon qui flotte au fil de l?eau, au gr? des vagues et du vent.

Pour affirmer une politique ?trang?re ind?pendante, il faut sortir de l?OTAN?!

Pour relancer l?emploi il faut ma?triser notre monnaie et redonner ? la Banque de France la possibilit? de la cr?er?! Pourquoi en effet r?mun?rer ? 3 % ce que l?on pourrait emprunter ? 1 %??

Pour d?velopper une ?conomie durable, protectrice de l?environnement, il faut mettre en place une taxe carbone aux fronti?res?!

Pour moraliser la finance il faut oser contr?ler les capitaux?!

Pour inciter ? produire en France, il faut moduler notre fiscalit??en fonction du lieu d?implantation des entreprises?!

Pour pr?parer l?avenir et peser au XXI?me si?cle, il faut pouvoir investir massivement de l?argent public dans la science, dans la technologie, dans les nouvelles industries du futur sans subir les foudres de la Commission de Bruxelles?!

Mais comment voulez-vous que Nicolas Sarkozy, Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn redressent la France, puisqu?ils se soumettent au cadre europ?iste et mondialiste qui l??puise, l?essore, la r?duit ? rien??

Ils ne peuvent que se disputer sur l?accessoire puisqu?ils sont d?accord sur l?essentiel. Un accord qui les emp?che de gu?rir la France, comme si un m?decin, par simple dogme, s?interdisait d?utiliser le bon m?dicament.

Oui, mes chers amis, par le Bon gouvernement, par la volont? et la l?gitimit? populaire, par une vraie politique nationale, bien des choses sont possibles : oui, il est possible de retrouver en France le plein emploi et donc la dignit? de l?homme !

Oui, il est possible de r?tablir l?ordre public et donc la coh?sion nationale?!

Oui, il est possible de relever l??cole de la R?publique pour redonner un avenir ? nos enfants !

Oui, il est possible de renouer avec le progr?s social ! Pour que chacun donne un sens ? son destin.

Mais cela passera par de vrais choix, de vrais efforts, un vrai rassemblement.

L?alternative est limpide, simple, claire : une fois de plus, une fois encore, c’est l’ind?pendance de la France ou bien l?esclavage pour les Fran?ais.

Le choix n?est en v?rit? plus entre la droite et la gauche, il est entre une nation libre, un peuple qui dispose de lui-m?me et une mondialisation inhumaine qui d?truit tout, pervertit tout, car elle ach?te tout, la conscience des hommes, leur ?me, et jusqu’? l’humanit? de l’Homme?

Le choix opposera de plus en plus ? l?avenir une ?lite devenue une oligarchie ?pre ? d?fendre ses privil?ges et ses dogmes, et le peuple qui aspire ? ?tre ? nouveau consid?r?, respect?, ?cout?, capable de reprendre en main son destin.

Le r?f?rendum de 2005 a prouv? que la braise est bien sous la cendre. Rien n?est perdu mes amis ! Loin de l??! Le rassemblement des patriotes grossira obligatoirement au fil du temps, tant le Syst?me d?aujourd?hui est ind?cent et inefficace.

Si je suis ?lu, il y aura d?s septembre un r?f?rendum sur la sortie de l?euro afin que la France retrouve sa capacit? de battre monnaie.

D?but octobre, il y aura un r?f?rendum pour le r?tablissement des fronti?res nationales.

D?but novembre, un r?f?rendum sur l??ducation nationale afin de restaurer l??cole r?publicaine du m?rite.

D?but d?cembre, un r?f?rendum sur la Justice pour que de nouveau dans notre pays la Justice soit rendue de la m?me fa?on pour tous et au nom du peuple fran?ais.

Il y aura enfin, d?but janvier, un r?f?rendum en mati?re fiscale, afin d?abolir les privil?ges et de r?tablir l??galit? devant l?imp?t.

Puisque dans notre pays tout est bloqu?, confisqu? par quelques-uns, nous nous appuierons sur la souverainet? populaire pour briser les tabous.

Voil? pourquoi nous devrons nous adresser en 2012 au peuple fran?ais. Lui dire la v?rit?, m?me si on d?range, m?me si on nous regarde de haut.

En r?alit? ils ne nous regarderont pas de haut les petits sires du Syst?me, ils nous regarderont d’en bas, puisque, comme l’?crivait Nietzsche  » on para?t toujours petit ? ceux qui ne savent pas voler »?

Oui, mes chers amis, ne marchandons pas nos ambitions : nous ?tonnerons la France et de nouveau la France ?tonnera le monde.

Pr?parez-vous donc au combat. Le plus beau combat qui soit, celui de la libert? de la France.

Debout, la France !

Vive la France, vive la R?publique?!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Abbey road: nostalgie

C’était il y a cinquante ans, plus exactement le 8 août 1969. J’avais 21 ans, ...

12 Commentaire

  1. avatar

    La Croix de Lorraine dans un ciel gris. Une inspiration pour accompagner un message d’espoir dans une heure sombre

    Pierre JC Allard

  2. avatar

    Non merci ! le retour au franc serait encore un prétexte pour une inflation, quand la précédente due à l’euro a déjà mis les Français sur les rotules.

    Quand à la fermeture des frontières c’est un délire même de l’affirmer. Pour laquelle raison, une personne née en Ukraine n’aurait-elle pas les mêmes droits que moi ? Vos conceptions sont conforme à l’égoïsme et au narcissisme français qui est juste pittoresque, rien de plus.

    Quand vous prenez des symboles de la révolution française, n’oubliez pas qu’à l’époque, toute personne qui s’affirmait en accord avec les principes de la République Française était immédiatement acceptée au sein de la Nation. Aujourd’hui, beaucoup de politiques préemptent les symboles républicains pour dire des projets à l’inverse. C’est tromper les gens.

    (I) (D)

  3. avatar

    J’aimerais poser une question d’abord à la rédaction de CentPapiers. Est-ce vous qui avez fait le choix de cet article ou bien est-ce NDA qui a soumis son article ? Votre avertissement est assez ambigu.

    Mes réserves sur l’idéologie de monsieur Dupont-Aignan restent les mêmes : à savoir que je trouve dangereux et irresponsable d’affirmer que l’on s’en sortira seuls (1), par le protectionnisme ou sans l’Europe et en supprimant l’euro. Sans l’euro, que serait devenue la France dans la tourmente financière (et dans la prochaine ?) ?

    Je suis assez critique aussi sur deux passages :

    – « une certaine idée de la France » : cette expression ne veut pas dire grand chose et chaque leader politique peut se retrancher derrière cette belle mais vague idée. Par ailleurs, le gaullisme, je ne dis pas que ce n’est pas bon mais ce n’est pas tout. Il faut aussi savoir vivre avec les idées de son temps.

    – « Ils ont pourtant été ensemble désavoués par le peuple français en 2005. » Là, je suis très critique car les élus de notre république n’ont pas été désavoués par les résultats du référendum européen de 2005 du moins sur le plan intérieur. De plus, on n’est pas certain que le peuple aurait voté contre le nouveau traité. Il ne faut jamais prétendre parler au nom du peuple.

    Nota Bene :

    (1) (« seuls ils ont fait de notre pays une grande puissance nucléaire » (…) Pourquoi alors ne serions-nous pas capables de faire aujourd’hui ce que nous avons su faire hier ?)

    Les nouveaux groupes énergétiques qui vont comme GDF jusqu’à traficoter les factures des Français

    NON, ils n’ont pas à rougir de ces grands rois qui ont bâti l’Etat

    Jadis, le noble possédait les terres et faisait la loi, mais au moins il protégeait ses paysans,

    Seul un « outsider » capable, comme le général de Gaulle en 1940

    Pour inciter à produire en France, il faut moduler notre fiscalité en fonction du lieu d’implantation des entreprises !

    • avatar

      Mes réserves sur l’idéologie de monsieur Dupont-Aignan restent les mêmes : à savoir que je trouve dangereux et irresponsable d’affirmer que l’on s’en sortira seuls (1), par le protectionnisme ou sans l’Europe et en supprimant l’euro. Sans l’euro, que serait devenue la France dans la tourmente financière (et dans la prochaine ?) ?

      bien dit Aignan, c’est la droite dure, ne nous leurrons pas.

    • avatar

      Pardon, j’ai laissé traîner des bouts de phrase que j’avais copiés-collé pour d’éventuelles commentaires. Bon, me voilà piégé :

      – « Les nouveaux groupes énergétiques qui vont comme GDF jusqu’à traficoter les factures des Français » Ok mais il y a aussi des ententes entre opérateurs téléphoniques et entre banques. Dans ce deux cas, les sociétés ont été sanctionnées. Pour GDF, il faut aussi actionner la justice.

      – « NON, ils n’ont pas à rougir de ces grands rois qui ont bâti l’Etat » Bon ,là j’avais cru que vous étiez nostalgique de la royauté et de la féodalité (« Jadis, le noble possédait les terres et faisait la loi, mais au moins il protégeait ses paysans »). Mais, bon, ce n’est pas le cas. Vous parlez aussi des valeurs des Lumières et de la République. Je n’en ai d’ailleurs pas douté. (H)

      – « Seul un « outsider » capable, comme le général de Gaulle en 1940 » Qui ? Vous ou Bayrou qui a déjà fait près de 19 % ou Villepin le président de club néo-aristocratique du soutien à Villepin ?

      – « Pour inciter à produire en France, il faut moduler notre fiscalité en fonction du lieu d’implantation des entreprises ! » Pas au sein de l’Europe !!! Tous les citoyens européens sont égaux et l’Europe respecte le principe de libre circulation des biens et de personnes (sauf Sarko qui chasse les Roms, enfin qui fait semblant…).

    • avatar

      @ Taverne des Poètes:

      C’est le bureau de Monsieur Dupont-Aignan qui nous a proposé ce texte. Nous assumons, bien sûr, la responsabilité de l’avoir accepté et publié. Pour clarifier ce qui pourrait être ambigu, nos réitérons que ce n’est pas le rôle d’un journal canadien de prendre une position éditoriale dans la politique française. Nous diffusons la nouvelle, les Français feront leurs choix. Nous avons dit ailleurs: « nous publions toutes les opinions, nous n’en soutenons aucune ».

      Des opinions ont été publiées ici qui ont pris la part – et d’autres qui ont critiqué ! – Le président Sarkozy, Madame Royal et Messieurs de Villepin et Bayrou. Nous accepterons et publierons avec respect des messages du Front National, du NPA, des Verts ou de tout autre groupe représentatif d’un segment de la pensée politique en France.

      Nous sommes Québécois et rien de ce qui est français ne nous est étranger. Notre but avoué est que les Québécois développent une sensibilité pour des nuances qu’on ne retrouve pas facilement dans les options de gouvernance offertes au Canada et aux USA.

      Votre éditeur

  4. avatar

    ah non pas lui : la droite nationaliste fait sa propagande jusqu’au Québec maintenant…

    « Préparez-vous donc au combat. »

    euh, porter le casque lourd ne lui va pas des masses.

    il dénonce aujourd’hui ce qu’il a lui-même installé !

    « Adjoint au chef de bureau des élections à la Direction générale de l’administration du ministère de l’Intérieur (1988-1989) ;
    De 1990 à 1992 : chef de cabinet du préfet de la région Île-de-France (Olivier Philip), avec rang de sous-préfet ;
    De 1992 à 1993 : directeur adjoint du cabinet du préfet de la région Île-de-France (Christian Sautter).
    Cabinets ministériels [modifier]

    De 1993 à 1994 : chef de cabinet puis conseiller technique du ministre de l’Éducation nationale (François Bayrou) ;
    De 1994 à 1995 : conseiller technique pour l’emploi, l’écologie urbaine et le bruit, au sein du cabinet du ministre de l’Environnement (Michel Barnier).
     »
    extrait du WIKI assez révélateur…

    • avatar

      « conseiller technique du ministre de l’Éducation nationale (François Bayrou.

      Mon dieu non ! Pas çà ! Mais c’est rédhibitoire pour espérer se présenter devant les Français. Enfin selon Morice bien sûr.

  5. avatar

    Mr Nicolas Dupont-Aignant,

    C’est un plaisir de communiquer avec vous, via le site CENTPAPIERS. Nous avons une amie commune, « Epouse de Résistant et Résistante elle-même », en photo sur votre site des Alpes Maritimes, et qui dépose une gerbe aux pieds d’un monument du Général de Gaulle, entourée de deux personnalités politiques. Je vous serai reconnaissant, si vous en avez l’occasion, de bien vouloir saluer cette dame, honorablement, et tendrement de ma part.

    Concernant « votre mentor incontestable », j’ai cité le Général De Gaulle, si [l’homme « militaire »] est indissociable de [l’homme « politique »], c’est peut-être « la problématique constitutionnelle française » du XXI siècle. Cette Constitution de la Vème République, voulue et fondée (par et pour) le Général de Gaulle ne semble plus adaptée face à l’expression du tout-politique. Donc : Affaire à suivre … Au sein des démocraties, l’histoire tranchera toujours par les urnes. Bon courage tout de même à vos engagements et vos convictions.

    Bien à vous.

    Jean Croissant.

    • avatar

      Jean Croissant
      « En 1989, il découvre la foi des chrétiens ‘évangéliques’ et le Gospel-Music.  »

      http://jeancroissant.blogspot.com/

      on n’est pas sorti de l’auberge là…

    • avatar

      Mr Morice,

      Je suis désolé de vous informer que la lettre envoyée à Mr Nicolas Dupont-Aignant en date du Mardi 12 Octobre 2010 à 8h36 ne vous était pas destinée. Même si vous avez, « virtuellement », la possibilité de répondre à tous les commentaires, il me semble que nous attendons toujours un développement sérieux à vos « tentatives d’écriture »… Essayez donc d’apporter vos analyses sur la thématique inscrite aux « Universités de rentrée » de Mr Nicolas Dupont-Aignant, et vous serez à mes yeux un être raisonnable.

      Espérant claire réception : Bonne rédaction et Bien à vous.

      Jean Croissant.

  6. avatar

    Texte un peu redondant et long, mais qui contient des préoccupations qui concernent la majorité des nations occidentales.

    Le projet élitiste international de globalisation est voué à l’échec parce qu’il n’est instauré que dans le but de satisfaire et profiter à une poignée de contrôleurs, dont on retrouve à la tête les banquiers privés internationaux.

    Oui à un nationalisme simple et équilibré, non au nationalisme fanatique extrémiste. Une phrase comme: « Alors oui, prenons le risque d’aimer la France comme nous aimons notre famille, et de l’aimer plus encore que nous nous aimons parfois nous-mêmes. » me donne la chair de poule. Cette idéologie est garante des pires dérapages que l’humanité ait connu.

    L’euro est destiné à s’écrouler, plusieurs l’ont prédit depuis des années. Essentiellement, l’UE avait été concocté par des zombies non-élus pour progressivement éliminer les souverainetés nationales et créer un palier décisionnel hors de portée des citoyens, du Peuple, donc anti-démocratique.

    Comme la nature cherche toujours à s’équilibrer, le violent coup à droite, vers la globalisation que nos sociétés en eu à endurer ces dernières années, il y a fort à parier que la tendance opposée se manifestera dans plusieurs nations, dont celles européennes.

    Oui, nous devons avoir des coopérations internationales, mais toujours à partir de nations saines, souveraines et indépendantes. Les nations sont comme les zones d’étanchéité, les compartiments d’une cale de navire, empêchant celui-ci de couler si l’une d’elles venaient qu’à être endommagée. Le problème que nous vivons présentement, c’est justement celui-là: nous sommes tous à la merci des erreurs et des ratés d’une autre nation, et comme un jeu de domino, nous tombons tous les uns après les autres sans qu’aucun mécanisme de sureté puisque l’en empêcher.