Accueil / A C T U A L I T É / « NE PLEUREZ PAS SUR MOI, MAIS SUR VOUS-M?MES ET SUR VOS ENFANTS »

« NE PLEUREZ PAS SUR MOI, MAIS SUR VOUS-M?MES ET SUR VOS ENFANTS »

(Luc 23, 28)

Cette phrase, prononc?e, il y a plus de 2000 ans, par un condamn? ? mort, alors qu?il portait la croix sur laquelle il allait ?tre ex?cut?, a de quoi interpeller croyants et non croyants. C?est que cette condamnation r?pondait ? la volont? des pouvoirs religieux et politiques de se d?barrasser de ce personnage dont la solidarit? et les discours rejoignaient les humbles et les d?sh?rit?s de la terre. Qui plus est, il ne se g?nait pas pour d?masquer l?hypocrisie et la cupidit? de ceux qui vivaient de ces pouvoirs. Sa condamnation ? mort signifiait le refus de ces derniers de reconna?tre d?une part les crimes dont ils ?taient les auteurs et d?autre part les ambitions dont ils se gavaient secr?tement sous des dehors de fid?lit? ? la loi de Moise et ? celle de l?Empereur.

Ca?phe, le grand-pr?tre, H?rode, le roi des juifs, et Pilate, le gouverneur romain, sont ceux qui ont organis? et planifi? l?arrestation et la condamnation de ce personnage jug? trop d?rangeant et encombrant. Originaire de Nazareth, il avait parcouru la Jud?e et la Galil?e, se faisant proche des malades, des p?cheurs, des gens humbles, proclamant un message d?esp?rance sur l?av?nement d?un monde de justice, de solidarit?, de compassion, de v?rit?. Autant il mettait en ?vidence la sinc?rit? et l?honn?tet? qui habitaient le c?ur des gens humbles, autant il se faisait critique ? l?endroit de ceux qui se donnaient en mod?les tout en s?enveloppant d?un l?galisme sans vie, d?tach? du quotidien humain.

Il savait que Ca?phe et les Grands Pr?tres avaient mont? la t?te des gens pr?sents au proc?s pour qu?ils r?clament la lib?ration de Barabbas, un voleur de grand chemin, et exigent plut?t sa condamnation. L?usage de la manipulation et du chantage ?tait utilis? en ces temps l? comme il l?est ?encore de nos jours. Sur le chemin qui le conduisait au Golgotha, o? il devait ?tre crucifi?, il croisa des femmes qui pleuraient ? le voir porter si douloureusement sa croix. Il s?arr?ta et il leur dit ??Ne pleurez pas sur moi, mais sur vous-m?mes et sur vos enfants.??

Il savait que les v?ritables motifs pour lesquels il ?tait condamn? ? mort seraient utilis?s pendant des si?cles, pour arr?ter, torturer et condamner ? mort des millions de personnes. S?il faut pleurer c?est plut?t sur cette cupidit? et hypocrisie, qui empoisonnent la conscience des personnes et des peuples et qui sont sources d?autant de souffrances et de malheurs. S?Il faut pleurer c?est tout autant sur ceux qui s?en font les auteurs que sur ?ceux qui, envout?s par la manipulation de ces derniers, en deviennent des promoteurs. Quant ? ceux et celles qui, comme lui, sacrifieront tout pour briser ce cercle infernal des injustices et des mensonges, il leur aura d?j? dit?: ?Heureux les pers?cut?s pour la justice, le royaume des cieux est ? eux.??

Par ces paroles, ce condamn? ? mort, du nom de J?sus de Nazareth, nous renvoie ? nous-m?mes, ? ce que nous sommes et ? ce que nous faisons. Rien ne sert de pleurer sur la mis?re et les souffrances des autres si par nos comportements et engagements nous en sommes responsables.

Que faisons-nous de ces guerres qui tuent, torturent, emprisonnent par milliers hommes, femmes et enfants et que nos gouvernements alimentent en soldats, en armes et ?que vous, moi finan?ons sans poser de questions ? Quels critiques avons-nous par rapport ? tout ce qui nous est dit et racont? dans nos parlements et m?dias? Combien de fois avons-nous r?alis? qu?on nous mentait carr?ment sur des motifs de guerre sans que nous y r?agissions vraiment? Les guerres en Irak, en Afghanistan et maintenant au Moyen Orient et en Afrique du Nord, sont justifi?es par des tissus de mensonges, de demi-v?rit?s qui cachent mal les ambitions de conqu?te et de domination des grandes puissances auxquelles nous appartenons. Ces questions ne font gu?re l?enjeu des ?lections qui amusent le bon peuple avec des promesses d?un peu de sel, de poivre et de sucre dans l?assiette de chacun et chacune.

Que font les ?glises qui se r?clament de ce J?sus? L? encore, il y a de quoi pleurer sur nous-m?mes. On ne peut s?emp?cher de faire un parall?le entre les synagogues et les grands pr?tres du temps de ce J?sus et les ?glises et les hi?rarchies eccl?siales d?aujourd?hui. En d?pit du fait que la foi de ces derni?res porte sur ce J?sus de Nazareth, qu?elles connaissent son message de justice, de v?rit? et de service aupr?s de gens humbles et de bonne volont?, elles n?en continuent pas moins ? se faire tout autant solidaires des puissances oligarchiques que discr?tes sur les questions pouvant en ternir l?action. L??glise hi?rarchique de l?Am?rique latine, entre autres, en est l?illustration par excellence. Comment y reconna?tre ce J?sus en la regardant dans ses institutions et ses personnages? Il y a ?videmment des exceptions qui nous rappellent les v?ritables appartenances de l??glise. Mgr Oscar Romero, Don Elder Camara et certains autres de la hi?rarchie eccl?siale ont t?moign? de leur vie ce t?moignage ?vang?lique.

L?authenticit? et la radicalit? du message ?vang?lique commandent la transformation des attitudes et comportements de toute personne de bonne volont? dans le sens d?une justice ?tendue ? tous les humains de la terre, d?une transparence de vie qui rend hommage ? la v?rit?, d?une solidarit? faite de compassion, de bont?, de mis?ricorde. Rien ? voir avec la haine aliment?e par tous les ???ismes?? y inclut le catholicisme, l?islamisme, le protestantisme, l?ath?isme, le capitalisme, le communisme, le sionisme etc.

Pour les chr?tiens du monde, la semaine que nous vivons est c?l?br?e comme la semaine sainte. Elle fait revivre les principaux moments de l?arrestation, du jugement et de la mise ? mort de ce J?sus de Nazareth qui, selon le t?moignage de ses disciples, est ressuscit? le dimanche de P?que aux petites heures du matin. Une occasion pour les croyants d?aller ? l?essentiel de ce message et d?entendre de nouveau ces paroles du condamn? ? mort, portant sa croix, leur dire?:

??NE PLEUREZ PAS SUR MOI, MAIS SUR VOUS-M?MES ET SUR VOS ENFANTS.??

C’est le temps d’un examen de conscience en profondeur sur les v?ritables enjeux du monde dans lequel nous vivons et?sur nos engagements, autant comme croyants?que?non croyants, pour lui donner un?visage d’humanit?, respirant la justice, la v?rit? et la vie.

Oscar Fortin

Qu?bec, le 19 avril 2011

http://humanisme.blogspot.com

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Exils

Pendant longtemps, chez soi était une idée qui n’avait pas grand-chose à voir avec un endroit. Bien ...

10 Commentaire

  1. avatar

    Merci M. Fortin pour cette réflexion qui ne peut que souligner le fait que l’évolution sociale ne s’est faite qu’au niveau de la technique.

    L’homme est encore un être révoltant et insipide, paresseux et d’autant plus cupide.

    Et la majorité vote pour ces qualités humaines.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    Merci pour ce texte dont la profondeur et l’origine sont d’un humanisme divin.

    Oscar Romero


    Adoptant une attitude courageuse en défendant les paysans contre la répression et les assassinats systématiques au Salvador, Romero parlait ouvertement contre la violence exercée sur la population par les forces de sécurité.
    Accusé par ses adversaires politiques de prêcher une doctrine « communiste », l’archevêque de San Salvador fut assassiné le 25 mars 1980 pendant qu’il célébrait la messe.

    DG

  3. avatar

    Merci a M.Gélinas et à Lartiste pour leur commentaire. Scruter et approfondir les réalités présentes sont encore les meilleures manières de comprendre notre passé et d’entrevoir notre avenir.Le langage des grands témoins que sont les prophètes des temps modernes est encore celui qui se fait le mieux comprendre.

  4. avatar

    Il y a effectivement beaucoup à pleurer sur nous-mêmes et sur nos enfants. Merci M. Fortin pour cette belle réflexion qui nous change un peu du cynisme ambiant. Un autre « isme » qui fait des ravages.

    Nous sommes effectivement souvent responsables par nos comportements des malheurs et des souffrances des autres. Quand nous exigeons de meilleurs rendements sur nos placements, en fermant les yeux sur la manière dont ces hausses de rendement sont obtenues. Quand nous nous accommodons et encourageons la corruption. Quand nous nous taisons devant l’accroissement des inégalités. Quand nous préférons transformer notre planète en dépotoir toxique plutôt que de changer nos habitudes de vie.

    Oui, ce message est toujours actuel et universel! Pleurons sur nous-mêmes et sur nos enfants.

    Merci encore M. Fortin de nous rappeler que, malgré nos prétentions, nous faisons plus souvent partie du problème que de la solution.

  5. avatar

    « Cette phrase, prononcée, il y a plus de 2000 ans, par un condamné à mort, alors qu’il portait la croix sur laquelle il allait être exécuté, a de quoi interpeller croyants et non croyants. »

    Moi ce qui m’interpelle d’abord ,puisqu’il ‘agit de l’introduction qui donne le ton, c’est

    – l’erreur de calcul (plsu de 2000 ans !)
    – L’ignorance que Yeshoua ben Youssef n’a pas porté une croix, mais seulement une poutre avant d’être cloué sur UN T (et pas une croix)
    – L’ignorance que ces paroles qui auraient été prononcées sur un parcours qui ne saurait être celui qu’on vénère actuellement à Jérusalem ne sont probablement pas authentiques, mais le fruit d’un pieux prosélytisme.

    Pour ce qui est du fond le propos laisse beaucoup à désirer

    Vive le théisme (mais hors religion) et l’altruisme

    Vive donc certaisn mots en « isme » ;-)))

  6. avatar

    EVOLSPIR
    Je vois que vous êtes particulièrement intelligent et que la précision du détail vous préoccupe tout particulièrement. De celà, loin de moi de vous en tenir rigueur. Vous aurez toutefois compris que l’objet principal de cette intervention était de réfléchir sur ces paroles que des millions de chrétiens à travers le monde allaient entendre lors des lectures de la passion de Jésus de Nazareth au moment des célébrations. Comment comprendre ces paroles et comment en saisir le sens pour nos propres vies? La question de savoir si c’est un peu plus ou un peu moins de 2000 ans n’était pas le point pincipal. Comme on dit, il s’agissait d’une référence générique sans toutefois trahir l’époque. Quant à savoir s’il s’agissait d’une croix en son entier ou d’une partie de celle-ci, là encore n’était pas ma préoccupation principale. Les évangiles parlent de la croix, les exégètes font le débat sur sa véritable nature. Sur ces plans exégétiques de nombreux auteurs débattent de toutes ces questions et de nombreux livres en livrent les principales opinions.

    Alors, pour être honnête avec vous, je trouve que vous vous avancez avec beaucoup de certitudes sur des questions qui sont toujours discutées entre spécialistes. De plus, comme vous avez pu vous en rendre compte, mon propos n’était pas de caractère historique, mais de contenu théologique et spirituel.

    Je vous souhaite une Joyense Pâque dans le monde de vos convictions et de vos croyances.

  7. avatar

    « Cher Oscar »

    Pas particulièrement intelligent, hélas, mais simplement un peu cultivé et critique, surtout face à vos références qui permettaient d’attendre mieux, ceci dit modestement.

    « Des millions de chrétiens » , dites-vous, mais de moins en moins « occidentaux » et ,plus généralement, de moins en moins cultivés et jeunes.

    Yeshoua n’est tout de même pas mort, et bien mort peut-on penser, même en ex-séminariste ayant jusqu’à avoir porté la soutane, à moins de 16 ans ;-)))

    Mon propos à moi étant, modestement toujours, de susciter peut-être quelques remises en cause – merci pour la perche -, désormais convaincu et plus seulement croyant (Référence : « Tu crois ou t’en es sûr ? » ) , je vous retourne volontiers votre bien sympathique souhait.

    Cordialement

  8. avatar

    Juste un mot, Evolspir, pour rappeler que dans mon humble conception de la foi, celle-ci ne repose ni sur la culture, ni sur les connaissances, mais sur un « don de Dieu » accueilli par toute personne de bonne volonté. S’il est vrai que le monde religieux de l’Occident est profondément questionné, on ne peut en dire autant de la « foi » qui est d’un ordre différent de ce qu’on appelle « religion ». La « foi » est un réveil qui conduit à une nouvelle manière d’être et de vivre. La justice, la vérité, la solidarité et la bonté en font partie. En ce sens, à mon humble avis, il y a actuellement des choses qui se passent dans le monde et qui laissent entrevoir, à travers ces soulèvements et ces guerres, la lumière au bout du tunnel. Les mensonges sont de plus en plus démasqués et le pouvoir des peuples de plus en plus consistant… Enfin c’est une opinion qui s’impose à mon esprit. Merci pour votre intérêt.

  9. avatar

    Bravo Oscar pour ce beau texte !

    Ça me chatouille un peu par contre quand tu associe dans les mots en isme,  »communisme » à  »sionisme »etc…comme facteur de propagation de la haine.

    Tant de communistes véritables ont donné leur vie pour la justice et la liberté de leurs semblables, tel cet homme de Nazareth.
    La haine est plutôt venue à leur encontre, puisqu’ils, elles, mettaient en péril L’appropriation des richesses par une minorité d’exploiteurs.

  10. avatar

    Michael, il faut comprendre les « ismes » y compris le catholicisme dans leurs dimensions de clans refermés sur eux-mêmes, sans cette ouverture vers les objectifs fondamentaux qui les fondent. Au fond le sectarisme n’est pas un facteur d’unification et de solidarité peu importe les « ismes » qui s’en font les promoteurs. Je pense que le véritable communisme, tout comme le véritable christianisme nous ouvrent sur des défis qui permettent de rejoindre l’humanité dans ses attentes les plus fondamentales. C’est dans le sens du « sectarisme » qu’il faut comprendre ma sortie contre les « ismes ».
    Merci de me permettre de préciser cet aspect.