Accueil / T Y P E S / Articles / Mythes et r?alit?s dans l’histoire du Qu?bec (tome 1), de Marcel Trudel

Mythes et r?alit?s dans l’histoire du Qu?bec (tome 1), de Marcel Trudel

Professeur ?m?rite de l’Universit? d’Ottawa, Trudel offre un nouvel ?clairage sur quelques ?v?nements marquants ou pas de l’histoire du Qu?bec, des exp?ditions de Jacques Cartier ? la conqu?te, en passant par les pr?tentions de Jean Talon et les ?lucubrations de Madeleine de Verch?res. Il en profite aussi pour dresser le portrait de la soci?t? « canadienne » ? diff?rentes ?poques, et selon diff?rents th?mes.

Entre autres, le professeur nous entretient avec force d?tails des dangers d’une travers?e de l’Atlantique au XVIIIe si?cle. On se rend compte que le succ?s d’une chevauch?e maritime de nos anc?tres ?tait aussi al?atoire que sa dur?e et que survivre aux ?ventuels naufrages, maladies et attaques de pirates relevait de l’exploit. Il est aussi question dans Mythes et r?alit?s dans l’histoire du Qu?bec, des cons?quences de la conqu?te anglaise, qui selon l’auteur, n’aura pas apport? que des inconv?nients.

Quant ? l’intendant Jean Talon qui s?vit en Nouvelle-France entre 1665 et 1672, Marcel Trudel appelle ? une r??valuation de ses exploits. Selon lui, Talon aura eu « beaucoup de chance en historiographie », alors que les historiens ? Chapais, Groulx, Lanct?t et Rumilly l’?levaient au rang de « g?nie ». Or, Trudel rappelle que Talon s’est d?clar? malade sur une grande partie des quelques ann?es pass?es en Nouvelle-France. Toujours indispos?, Talon n’a donc pu exercer ces fonctions sur de grandes p?riodes et n’aura visit? Montr?al qu’une fois. Pi?tre administrateur, l’intendant aurait aussi grandement exag?r? les statistiques sur l’?tat de la colonie, se serait attribu? les r?alisations des autres, et aurait d?tourn? des fonds de l’?tat.

Pour l’historien, la l?gende de Madeleine de Verch?res aurait aussi grandement ?t? amplifi?e par… Madeleine de Verch?res. En 1692, ?g?e de 14 ans, la demoiselle aurait repouss? une attaque iroquoise envers le fort de Verch?res, puis racont? son histoire sur 279 mots. 40 ans plus tard, la m?me Mme. de Verch?res r?digeait une seconde version de 1900 mots de son aventure. C’est toutefois cette version remplie d’invraisemblances qui aura plus tard ?t? reprise par divers historiens et ?crivains, se d?sole l’auteur.

Enfin, Marcel Trudel consacre un chapitre fort int?ressant aux pratiques religieuses plut?t rigoristes de nos anc?tres :

« Depuis d’ailleurs le XIXe si?cle, on vivait dans une peur maladive de tout ce qui se rapportait au sexe. Les gens ne pouvaient pas communier le jour de leur mariages, ? cause, ai-je compris, de ce qui va se passer le soir m?me. On a d? vous mentionner d?j? ces jaquettes trou?es par-devant, ? l’endroit strat?gique, pour ?viter que l’?pouse ait ? d?voiler son corps, jaquettes dont j’ai vu un exemplaire dans une exposition historique ; et plusieurs fois, on a entendu parler de ces maris d’autrefois qui n’auraient jamais vu compl?tement nu le corps de leur trop chaste ?pouse. » [12]

Le premier tome de Mythes et r?alit?s dans l’histoire du Qu?bec est tout ? fait accessible et des plus pertinent. Il ne sert ? rien de rappeler l’importance de conna?tre l’histoire de son pays, et cet ouvrage, comme probablement les deux tomes qui le suivent, y contribue avec ?loquence.

Commentaires

commentaires

A propos de admin

avatar

Check Also

Les 55 jours du pékin

Ce pékin n’a pas été assiégé par une horde de boxers hurlants mais confiné en ...

7 Commentaire

  1. avatar
    Catherine-Aimée Roy

    Trudel est un historien qui sait s’adapter et faire preuve d’originalité. La preuve, c’est qu’il a réussis à passer outre l’éternel débat historiographique visant à découvrir l’importance de la Conquête pour écrire un lire qui semble réellement intéressant. Je cours l’acheter !

  2. avatar

    Vous nous aimez…. avec des chaines.
    Vous avez penser de parler du droit d’impot du fédéral sur le Québec.
    Comment cela c’est-il passer ? vous savez ?

    P.S. Qui justifie le mensonge pour arriver a ses fins ?

  3. avatar

    Et l’évolution (spéculative) sous le régime Français aurait été réductrices ? abrutissantes ?

    non.

    Je haïs les révisionnistes historique.

  4. avatar

    Si l Allemagne avait gagné la dernière guerre il se trouverait des historiens francais pour nous dire que se fut tout compte fait une bonne chose que la France soit devenu une province de la Germanie. L histoire c est l art de prévoir le passé. Quand Québec est tombé (1759), le mëme sort que les acadiens était réservé à ses habitants,la déportation (que l on appel aujourd hui le nettoyage ethnique). Pour des raisons géoplolitique cela n a pu se faire : dispersion de la population ; et, voies de communicatons difficilement praticables. Le Traité de Paris a été concèder par les anglais à cause de la pression de la menace de la révolution américaines, auquelles les francais aurait pu se joindre en bloc. À moins de trouver que la destruction de l ensemble des fermes, du viol et du piage, et la mort de la moitié de ces citoyens est une bonne chose il faut pensez que la guerre de conquëte ne fut évidemment pas une bonne chose. À moins d ëtre un historien germaniste.

  5. avatar

    Mais qui a commandité les travaux de ce chercheur de pacotille ?

  6. avatar

    Oui tu as tout a fait raison. Habiter en Amérique du Nord depuis plus de 10 000 ans et se faire voler les terres par les Français et les Anglais est inacceptable…

  7. avatar

    Va à la bibliothèque et lis ces livres. Tu verras que tout ce qu’on t’as appris, voir endoctriné, n’est pas fondé. Ou plutôt fondé sur la doctrine de l’église des années 30-50 qui se rapproche pas mal de la vision du monde de Geoges Bush. Va voir les oeuves de Lionel Groulx sur la pureté des races. Bien sûr, ici on parle des français catholiques et blancs. Ça me fait penser à un célébre dictateur qui tenait un discours semblable…