Accueil / Tag Archives: système

Tag Archives: système

Capitalisme néo-libéral

Le capitalisme néo-libéral. Comment fonctionne-t-il ? Comment le combattre ?   Ci-dessous un long article (accrochez-vous, cela vaut le déplacement) de Guy Bajoit sur le capitalisme néo-libéral. Bajoit est un sociologue belge, professeur émérite à l’université de Louvain (UCL). La question centrale de son œuvre est : comment la pratique des ...

Lire la suite

Défendre les paysans et non pas les multinationales de l’agroalimentaire !


Trop de pression, trop de dettes, les suicides se multiplient chez les paysans qui ne savent plus comment survivre dans un système qui pousse à leur disparition au profit de l’agro-industrie.



Depuis de nombreuses années, ce mode productiviste autodestructeur a ravagé leur vie et un énième plan d’urgence ne suffira pas si on ne change pas de logiciel…





La crise actuelle des éleveurs est le symptôme de la faillite d’un mode de développement agricole. Un système qui est allé au bout de sa logique et inévitablement, les paysans disparaissent massivement à chaque crise agricole, victimes des politiques publiques. Ils étaient plus de 10 millions en 1945 et ils ne sont plus qu'un seul petit million aujourd'hui.

 
Alors que ceux qui restent sont au bord du gouffre, les annonces gouvernementales et tables rondes se succèdent. Tout le monde clame haut et fort qu'il faut sauver l'élevage, que les grandes surfaces doivent augmenter les prix, que l'on doit manger français, etc. On évoque tantôt l’embargo russe, tantôt la conjoncture défavorable pour expliquer la crise mais celle-ci est structurelle depuis des dizaines d'années. 

Les éleveurs sont victimes avant tout d'un manque criant d'anticipation et de clairvoyance des décideurs politiques. Depuis la mise en place de la PAC à la fin des années 50, les responsables politiques de tous bords ont développé le produire plus, la modernisation, les économies d'échelles. Depuis, à chaque crise, la réponse est identique : il faut grossir, augmenter la taille de l'élevage, ce qui entraîne automatiquement une surcharge de travail, la mécanisation pour compenser, l'emprunt pour financer…

Par une multiplication des contraintes administratives et environnementales, par le système du « toujours moins cher », le développement des fermes usines, l’européisme et le mondialisme défendus par la commission de Bruxelles et approuvé par toute la classe politique, le dogme intangible de l’ouverture des frontières et la politique des travailleurs détachés payés 3 € de l'heure, notamment dans les abattoirs allemands, le monde politique accule des agriculteurs à mettre fin à leurs jours. Les suicides dans les campagnes sont considérés comme de simples « dommages collatéraux »...

Un membre de l’association Solidarité paysans en Ille-et-Vilaine raconte : « Il y a deux semaines, on a appris, pour une famille. La dame brûlait toutes les factures. Son mari, ses frères, personne ne se doutait de rien, tout semblait aller bien. Et puis, la dame a vu paraître, dans un journal agricole, l’avis de liquidation de leur ferme. Elle s’est suicidée. »

L’association a vu un autre agriculteur très dépressif : « Son lait n’est plus collecté, mais il ne veut pas arrêter. Il avait mis de l’argent de côté, donc pour le moment, il reste avec ses animaux, mais il ne vend plus rien. Ca ne pourra pas durer longtemps comme ça. Je ne sais pas comment il va faire. »

Un autre cas, celui de Pascal, faisait pourtant figure de battant : «C’était une force de la nature, toujours à 100 à l’heure, toujours à la pointe de tout, prêt à aller de l’avant, à développer ses connaissances», se souvient un de ses amis. Pilier de la coopérative d’utilisation de matériel agricole locale, il était toujours disponible pour dépanner un voisin. Catherine, sa veuve, n’a jamais soupçonné qu’il perdait pied. C’est après son suicide, en plongeant dans les papiers de la ferme, qu’elle découvre dans «quelle insupportable souffrance morale il était», dans «quel engrenage de mensonges il s’est retrouvé piégé». L’exploitation de 142 hectares était en cessation de paiement et Pascal interdit bancaire. Sur son téléphone mobile, le banquier avait laissé des messages de plus en plus pressants : «Rappelez-moi Monsieur, ça ne va pas !»

Des histoires comme celles-là, il y en a beaucoup. Elles ne relèvent plus de l’anecdotique. 400 à 500, c’est le nombre de suicides d’agriculteurs recensés en France, chaque année, d’après des chiffres provenant des Caisses de la MSA (Mutualité sociale agricole) et de l’INVS (Institut national de veille sanitaire). Mais le chiffre réel est sans doute bien supérieur à ces statistiques car, pour des problèmes liés aux assurances notamment, beaucoup de décès sont déclarés dans la catégorie accident ou maladie.

Face à ce désarroi, le gouvernement est sur le pont pour une vaste opération de communication. François Hollande et le  ministre de l’agriculture Yves Le Foll convoquent à Paris le commissaire européen à l’agriculture mais négocient en même temps les accords de libre-échange avec l'Amérique du Nord qui vont détruire à jamais la production de viande bovine en France et mettre à rude épreuve les autres filières d'élevage.

Le plan d'urgence proposé par le gouvernement peut être considéré au mieux comme une rustine pour traiter un mal très profond, au pire comme un plan de licenciement des petites et moyennes exploitations. Dans tous les cas, le compte n'y est pas. 

L'agriculture trop intensive est dans le mur. Les éleveurs, coincés dans ce système de développement, n'arrivent plus à s'en sortir. Alors, Il y a urgence à agir pour arrêter de porter atteinte à la santé de ces femmes et de ces hommes, travailleurs de la terre. Il faut changer de système et donc de logiciel. 

Il faut faire le choix d'une agriculture d'avenir, compatible avec les enjeux climatiques, qui valorise l'environnement plutôt que de l'exploiter et le détruire, d'une agriculture qui crée de l'emploi, vivifie les territoires, relocalise la valeur ajoutée accaparée par les multinationales de l'agroalimentaire et les milieux financiers.

François Hollande était le 27 février au salon de l’Agriculture et a déclaré qu’il était venu là pour entendre. Entendre ? Le mot est dérisoire car après quatre années de pouvoir, il semble découvrir seulement aujourd’hui la grave crise agricole et les centaines de suicides de paysans qu'elle  entraîne... 


  
Photo Creative commons par Yahoo Images 





Lire toutes les infos du blog :  

> Les 25 derniers articles


> Tous les articles  



 


Lire la suite

Le règne du cygne noir achève celui de l’Occident

« Les grandes luttes du XXe siècle entre la liberté et le totalitarisme se sont terminées par une victoire décisive des forces de la liberté et du seul modèle possible de succès : liberté, démocratie et libre entreprise. Au XXIe siècle, seules les nations qui s’engageront à protéger les droits de l’homme et garantir la liberté économique...

The post Le règne du cygne noir achève celui de l’Occident appeared first on .

Lire la suite

Sacrée gouvernance

L’anthropologie nous a appris que, de tout temps, le pouvoir a dû s’appuyer sur le mensonge et les boucs émissaires pour asseoir son emprise. Mais les stratégies mensongères de l’ordre ancien présentaient malgré tout au moins un avantage, celui d’offrir en plus à la majorité dominée un espace de stabilité ...

Lire la suite

En Catalogne, une colonie éco-industrielle invente une façon de vivre libérée du profit

Construire un analyseur d’eau, des systèmes d’éclairage écolos, brasser de la bière ou créer un réseau de téléphone alternatif… Voilà à quoi s’affairent une vingtaine de Géo Trouvetou installés dans une usine délabrée transformée en communauté rurale libertaire et high-tech. Cette « colonie éco-industrielle post-capitaliste » invente des façons de vivre et ...

Lire la suite

Quand la France se suicida en 1973…

Noeud coulant
Noeud coulant
Depuis la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la banque de France.

En clair, la banque de France a interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France… 


Depuis l’application de cette loi, peu connue du grand public, l’État est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement. Une situation ubuesque en elle-même et qui s’est encore aggravée depuis la crise de 2008 où, en volant au secours des institutions financières, l’État est également devenu le fournisseur en premier ressort de ces mêmes institutions qui lui reprochent aujourd’hui son endettement et lui appliquent en conséquence des taux usuraires. 

Comment en est-on arrivé là ? 

En 1973, après de 30 années de création monétaire, l'économie française était remise à flot. Dans l’esprit de l’ancien président de la République, Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale.  

Il semblait donc plus aussi nécessaire de laisser persister des mécanismes qui s'étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels. D'autant plus que ces mécanismes de création monétaire "facile" avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l'Etat. 

Il s’agissait avant tout d'instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie. Il apparut souhaitable à la fois d'encadrer les dérives potentielles de l'Etat et de sortir d'une ère d'économie administrée en établissant un autre système de financement reposant uniquement sur la volonté des gouvernements de s'imposer une discipline budgétaire. 

Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter. De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d'un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu'ici.

Cette loi, dite aussi « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht, entré en vigueur le 1er novembre 1993 (article 104) et Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009 (article 123) que la France doit appliquer à la lettre ! 

Et aujourd’hui, on le voit en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, en France…ce ne sont plus les états qui gouvernent mais la « troïka » (Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne) qui resserre toujours davantage son emprise financière sur les pays, notamment du Sud de l’Europe.  

Des chiffres qui donnent le tournis

Au final, comme on le sait, la loi de 1973 n’a pas empêché l’État de s’endetter et contrairement à ce qu’escomptaient ses initiateurs, l’endettement public s’est poursuivi, l’État étant  progressivement devenu l’otage d’un système financier privé. 

Si les taux d’intérêt ont fortement diminué, s'établissant à moins de 1% en moyenne ou même négatifs à certaines périodes de l'année depuis 2012, ils ont été très élevés par le passé. Dans les années 80, le taux d’intérêt moyen à 10 ans était de 11,9%,  dans les années 90 de 6,3%, dans les années 2000 de 3,9%. En 2011, les taux d'intérêt à dix ans notamment sur les emprunts d'Etat de la Grèce ont atteint des niveaux record, jusqu'à 17,68 % ! La tension sur la Grèce a poussé à la hausse les taux des autres pays fragiles de la zone euro : les rendements à dix ans de l'Irlande ont atteint 11,31 % et ceux du Portugal 10,46 % !

En 1978, la dette publique représentait 72,8 milliards d’euros et 21,2% du PIB.

En 1988, 302,8 milliards d’euros et 33,3% du PIB.

En 1998, 787,4 milliards d’euros et 59,6% du PIB.

En 2005, elle représentait 1147,6 milliards d’euros et 66,8% du PIB. La charge de la dette (paiement des intérêts seuls) se montait à 47,4 milliards d'euros, soit la presque totalité de l'impôt sur le revenu payé par les Français. Cette charge était le deuxième poste budgétaire de l'État français, après celui de l'Éducation nationale et avant celui de la Défense. 

En 2007, la dette publique atteignait 1211,6 milliards d'euros et 64,2 % du PIB. La charge des intérêts se montait à plus de 50 milliards d'euros, soit l'équivalent du déficit public. 

Fin 2013, la dette publique, « au sens de Maastricht » estimée par l'Insee, a été évaluée à 1 925,3 milliards d'euros, soit 93,5 % du PIB. 

Elle a dépassé officiellement les 2 000 milliards au deuxième trimestre 2014. 

Un calcul précis révèle en outre que de 1980 à 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros, les intérêts payés se montant à 1306 milliards d’euros ! Sans les intérêts encaissés par les  financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros au lieu de 1327,1 milliards d’euros ! 

Mais le plus dramatique, c’est qu’on continue à pérorer sans fin sur les plateaux de télévisions, à la radio et dans les colonnes de la presse sur « l’insupportable fardeau de la dette », « la France en faillite », « les nécessaires sacrifices à faire », « la nécessité de ne pas vivre au-dessus de nos moyens » etc. Les « éminents journalistes » que sont les Apathie, Barbier, Calvi, Demorand, Joffrin, Lechypre, Lenglet, Pernaut, Pujadas, trahissent en fait chaque jour leur mission d’informer en occultant systématiquement le problème du financement de la dette publique par des organismes bancaires privés.

C’est ainsi que s’imposent aujourd'hui dans l’opinion des vérités journalistiques apparentes qui confortent l'inéluctabilité de l’austérité. Et malheureusement, cette escroquerie de la dette publique signe aussi quelque part la mort de la démocratie car les deux grands partis de gouvernement, PS et UMP, ainsi que leurs alliés respectifs, Radicaux de gauche, Verts, UDI, Modem, ont renoncé à remettre en cause le système des créanciers privés pour financer l’endettement des états en France et en Europe…


Lire la suite

Quand la France se suicida en 1973…

Noeud coulant
Noeud coulant.
Depuis la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, reprise ensuite à son compte par l'union Européenne, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la banque de France.

En clair, la banque de France a interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France… 



Lire la suite...

Lire la suite

Quand la France se suicida en 1973…

Noeud coulant
Nœud coulant.
Depuis la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, reprise ensuite à son compte par l'union Européenne, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres effets à l’escompte de la banque de France.


En clair, la banque de France a interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France…  


 


Depuis l’application de cette loi, peu connue du grand public, l’État est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement. Une situation ubuesque en elle-même et qui s’est encore aggravée depuis la crise de 2008 où, en volant au secours des institutions financières, l’État est également devenu le fournisseur en premier ressort de ces mêmes institutions qui lui reprochent aujourd’hui son endettement et lui appliquent en conséquence des taux usuraires. 


Comment en est-on arrivé là ? 


En 1973, après de 30 années de création monétaire, l'économie française était remise à flot. Dans l’esprit de l’ancien président de la République, Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale.  


Il semblait donc plus aussi nécessaire de laisser persister des mécanismes qui s'étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels, d'autant plus que ces mécanismes de création monétaire "facile" avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l'Etat. 


Il s’agissait avant tout d'instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie en s'imposant une discipline budgétaire. Il apparut souhaitable à la fois d'encadrer les dérives potentielles de l'Etat et de sortir d'une ère d'économie administrée en établissant un autre système de financement.


Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter. De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d'un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu'ici.


Cette loi, dite aussi « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht, entré en vigueur le 1er novembre 1993 (article 104) et Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009 (article 123) que la France doit appliquer à la lettre ! 


Et aujourd’hui, on le voit en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, en France…ce ne sont plus les états qui gouvernent mais la « troïka » (Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne) qui resserre toujours davantage son emprise financière sur les pays, notamment du Sud de l’Europe.  


Des chiffres qui donnent le tournis...


Au final, comme on le sait, la loi de 1973 n’a pas empêché l’État de s’endetter et contrairement à ce qu’escomptaient ses initiateurs, l’endettement public non seulement s’est poursuivi mais a augmenté considérablement, l’État étant  progressivement devenu l’otage d’un système financier privé. 


Si les taux d’intérêt ont fortement diminué, s'établissant à moins de 1% en moyenne ou même négatifs à certaines périodes de l'année depuis 2012, ils ont été très élevés par le passé. Dans les années 80, le taux d’intérêt moyen à 10 ans était de 11,9%,  dans les années 90 de 6,3%, dans les années 2000 de 3,9%. En 2011, les taux d'intérêt à dix ans notamment sur les emprunts d'Etat de la Grèce ont atteint des niveaux record, jusqu'à 17,68 % ! La tension sur la Grèce a poussé à la hausse les taux des autres pays fragiles de la zone euro : les rendements à dix ans de l'Irlande ont atteint 11,31 % et ceux du Portugal 10,46 % !


En 1978, la dette publique représentait 72,8 milliards d’euros et 21,2% du PIB.


En 1988, 302,8 milliards d’euros et 33,3% du PIB.


En 1998, 787,4 milliards d’euros et 59,6% du PIB.


En 2005, elle représentait 1147,6 milliards d’euros et 66,8% du PIB. La charge de la dette (paiement des intérêts seuls) se montait à 47,4 milliards d'euros, soit la presque totalité de l'impôt sur le revenu payé par les Français. Cette charge était le deuxième poste budgétaire de l'État français, après celui de l'Éducation nationale et avant celui de la Défense. 


En 2007, la dette publique atteignait 1211,6 milliards d'euros et 64,2 % du PIB. La charge des intérêts se montait à plus de 50 milliards d'euros, soit l'équivalent du déficit public. 


Fin 2013, la dette publique « au sens de Maastricht », estimée par l'Insee, a été évaluée à 1 925,3 milliards d'euros, soit 93,5 % du PIB. 


Elle a dépassé officiellement les 2 000 milliards au deuxième trimestre 2014. 


Un calcul précis révèle en outre que de 1980 à 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros, les intérêts payés se montant à 1306 milliards d’euros ! Sans les intérêts encaissés par les  financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros au lieu de 1327,1 milliards d’euros ! 


Mais le plus dramatique, c’est qu’on continue à pérorer sans fin sur les plateaux de télévisions, à la radio et dans les colonnes de la presse sur « l’insupportable fardeau de la dette », « la France en faillite », « les nécessaires sacrifices à faire », « la nécessité de ne pas vivre au-dessus de nos moyens » etc. Les « éminents journalistes » que sont les Apathie, Barbier, Calvi, Demorand, Joffrin, Lechypre, Lenglet, Pernaut, Pujadas, trahissent en fait chaque jour leur mission d’informer en occultant systématiquement le problème du financement de la dette publique par des organismes bancaires privés.


C’est ainsi que s’imposent aujourd'hui dans l’opinion des vérités journalistiques apparentes qui confortent l'inéluctabilité de l’austérité. Et malheureusement, cette escroquerie de la dette publique signe aussi quelque part la mort de la démocratie car les deux grands partis de gouvernement, PS et UMP, ainsi que leurs alliés respectifs, Radicaux de gauche, Verts, UDI, Modem, ont renoncé à remettre en cause le système des créanciers privés pour financer l’endettement des états en France et en Europe…


 



 


Plus d'infos :



Lire la suite

La d?rive des discours ? anti-syst?me ?

Par?Patrick Mignard Le discours ??antisyst?me?? est aujourd?hui un discours essentiellement d?extr?me droite. Pourtant, n?en a-t-il pas ?t? toujours ainsi?? Le discours ??antisyst?me?? a ?t? dans le pass? un discours progressiste, d?extr?me gauche. Pourquoi ce glissement?? Ce ph?nom?ne n?est pas r?cent, il s?est d?j? produit, au 20?me si?cle dans des circonstances ...

Lire la suite

R?guler les banquiers, c?est r?ver ?veill

? Apr?s le 15 septembre 2008, date de la faillite de la banque L?man Brothers marquant le d?but de la crise syst?mique ? de nombreux ?conomistes ont soulign? la fin du consensus de Washington, mais sont totalement pass?s ? c?t? du probl?me financier.??Je rappelle que c?est l?hypoth?se de?l?efficience du march??selon ...

Lire la suite

Le doute est r?volutionnaire

MARC LAFONTAN ?Une certitude que j?h?berge ? l?endroit de?l?Am?rique?Latine se renforce de plus en plus: L?ennemi principal ? d?faire dans la bataille pour la justice sociale n?est pas le syst?me bancaire, les multinationales, les gouvernements corrompus ou le crime organis?. … Lire la suite

Lire la suite

La bataille de l?euro

  ROBERT BIBEAU ? La gabegie des profits? La pr?sente crise de l?Euro et de l?Euroland r?sulte d?une bataille entre les ploutocrates europ?ens et leurs alli?s et concurrents ?tatsuniens pour le contr?le des march?s internationaux. Quelle sera la devise du … Lire la suite

Lire la suite

L’optique du syst?me

L?aptitude de la d?mocratie ? agir sur ce qui est souhaitable ou non pour le pr?sent et le devenir de l?humanit? requiert qu?elle soit informatique. L?activit? des citoyens agissants et conscients doit pouvoir participer ? la r?solution des probl?matiques qui seraient, d?abord, clairement ?nonc?s. Et l? on en vient au ...

Lire la suite

Radio L?Autre Monde : Actualit? mondiale, ?conomie, banqueroute des nations, 9/11, torture

Par Fran?ois Marginean Image Flickr par zennon_11 Radio L’Autre Monde : Actualit? mondiale, ?conomie, banqueroute des nations, 9/11, torture Pour ?couter, ou pour t?l?charger, simplement cliquer sur le lien ici: L’Autre Monde 1er aout 2011 120 min / Radio de … Lire la suite

Lire la suite